Des enregistrements en 2012 (5)

La musique et les disques survivent heureusement aux « contraintes » des surfaces spécialisées ou non, plus ou moins disquaires, mais plus attentives aux coûts financiers, à la vitesse de rotation et au niveau de leurs stocks qu’aux rythmes de diffusion de la musique. Sans oublier la mise en avant des productions des majors au détriment des multiples éditeurs qui nous permettent d’écouter des musiques et non de la programmation « profitable ».

Quelques disques regroupés par année d’enregistrement, ici 2012, au hasard de ré-écoutes récentes.

Voir note précédente : Des enregistrements en 2012, Des enregistrements en 2012 (2), des-enregistrements-en-2012-3/, des-enregistrements-en-2012-4/

Un souffleur multi-instrumentiste, Istvan Grencso (saxophone ténor, clarinette basse, flûte) au sein du quartet composé de Mate Pozsar (piano), Robert Benko (contrebasse) et Szilveszter Miklos (batterie, percussions).

Le chatoiement de la clarinette basse, les turbulences contrôlées des instrumentistes, les contrastes assumés et en particulier ceux des sonorités tirées du piano, un thème hongrois traditionnel, une magnifique ballade à la flute… Et pour l’auditeur et l’auditrice, les plaisirs d’un collectif et du vivant jazz à Budapest.

Cd Grencso Open Collective : Flat / Sikvidek, enregistré en novembre 2012, BMC 2014


Quelques fois fanfare, parfois juste dialogue entre instrumentistes, des plages aux couleurs virevoltantes et des moments de douce plénitude.

Nate Wooley (trompette), Josh Sinton (clarinette basse, saxophone baryton), Matt Moran (vibraphone), Eivind Opsvik (contrebasse), Dan Peck (tuba), Harris Eisenstadt (batterie).

Un disque qui devrait séduire de multiples amateurs et amatrices, et pas seulement de la trompette ou du trompettiste.

Cd Nate Wooley Sextet : (Sit In) The Throne Of Friendship, enregistré en décembre 2012, Clean Feed 2013


Liberté et urgence

Deux souffleurs, un batteur et une contrebasse… « Des sculpteurs du temps qui passent ». Sébastien Texier (saxophone alto, clarinette), François Corneloup (saxophone baryton), Louis Moutin (batterie), Henri Texier (contrebasse).

Comme le précise la pochette, un enregistrement à vif, sans anesthésie ni répétition. En ces temps de grisaille, un embarquement immédiat et sans lourdes valises est plus que conseillé. Un disque magique.

Cd Henri Texier : Hope Quartet : At « L’improviste », enregistré en 2012, Label Bleu 2013


Poésies et douces harmonies

Quelques poèmes chantés. Des morceaux purement instrumentaux. A chaque fois, des paysages sonores d’un printemps qui s’annonce.

Macha Gharibian (voix, piano, fender rhodes), Théo Girad (contrebasse), Fabrice Moreau (batterie), David Potaux-Razel (guitare).

Quelque chose de mystérieux nous poursuit…

Cd Macha Gharibian : Mars, enregistré en juillet 2012, Beejazz 2013


De larges espaces sonores dessinés par un trio composé de Kodi Hutchison (contrebasse), Chris Andrew (piano) et Karl Schwonik (batterie). Ils sont accompagnés sur la moitié des morceaux par le saxophoniste Donny McCaslin et sur trois pièces par le percussionniste Rogério Boccato.

Une découverte d’un trio et une confirmation de plus de l’intensité des couleurs projetées par le saxophoniste.

Cd Hutchinson Andrew Trio : Prairie Modern, enregistré en septembre 2012, Chronograph Recods 2013


Music for jazz soloists + string quartet

Une suite pour quatuor à cordes, saxophone et violon solo, une Chaconne pour Steve Lacy, des fantaisies pour quatuor à cordes et saxophone.

Uwe Steinmetz (composition et transcription, saxophone soprano, orkon-flute), Mads Tolling (violon), Fitzwiliam String Quartet.

Aux marges du jazz et de la musique dite contemporaine. Des sonorités étrangement prenantes, les alliances peu commune du violon et du saxophone, la musicalité propre du quatuor à cordes. Le charme de la première écoute ne se dissout pas lors des suivantes. Un disque un peu ailleurs, mais dans un espace vivifiant et émouvant.

Cd Uwe Steinmetz : Absolutely !, enregistré en 2012, Divine art record


C’est toujours avec étonnement que j’écoute Ivo Perelman (saxophone ténor). En effet quelque soit la configuration choisie, le nombre de disques enregistrés par an – le musicien construit des séries musicales -, les partenaires – ici Matthew Shipp (piano) et Whit Dickey (batterie) -, la liberté d’expression éclate en des formes multiples. Les structures musicales différent d’album en album, reste une tension propre à l’improvisation et aux envolées lyriques…

Cd Ivo Perelman, Matthew Shipp, Whit Dickey : The clairvoyant, enregistré en juin 2012, Leo Records


Live at Okuden

Un trio qui ne manque ni de tendresse ni de rythme. Chacun·e peut apprécier les sonorités du souffleur Mat Walerian (saxophone alto, clarinettes soprano et basse, flute). Mais ce qui fait, à mes yeux le principal attrait de cet album, c’est l’entente entre les trois musiciens, la place du pianiste Matthew Shipp et dubatteur Hamid Drake.

Je souligne la rythmique particulière, en absence d’une contrebasse. Il reste possible que l’ombre de William Parker soit bien présente chez ces musiciens…

Double cd Mat Walerian – Matthew Shipp – Hamid Drake : Jungle, enregistré en novembre 2012

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.