Pandémie, autodéfense sanitaire, autogestion

Ce huitième volume de Autogestion, l’encyclopédie internationale parait en pleine pandémie du Covid-19. La propagation mondiale du virus a mis à l’arrêt pendant plusieurs semaines pratiquement l’ensemble du système de production mondiale. En raison de la division du travail internationale modelée par le Capital et des politiques d’austérité menée dans tous les pays contre les systèmes de santé, la plupart des États se sont trouvés démunis pour lutter contre le virus et ont dû avoir recourt au confinement de leur population à l’exception des travailleurs et travailleuses des secteurs considérés de première nécessité comme ceux de la santé, l’alimentation, les transports, l’énergie par exemple. Durant cette période de réclusion sanitaire, ces salarié·es ont été largement exposé·es à la contamination du virus en raison de l’absence de protection individuelle et comptent de nombreux morts du Covid-19 dans leurs rangs. Dans cette situation dramatique, où leurs vies étaient en jeu, la peur aurait pu paralyser les salarié·es livré·es à eux et elles-mêmes. Il n’en a pas été ainsi. Soucieu·ses, de leur intégrité physique, ils et elles se sont rebellés contre la condition qui leur était faite et se sont révolté·es contre la précarité sanitaire qu’ils et elles subissaient. Dans de nombreux pays du Nord au Sud, des grèves et des mobilisations ont eu lieu portant sur les mêmes revendications pour l’obtention de masques, de gel hydro-alcoolique, une autre organisation du travail et des primes de risques. Face à l’impéritie des États, notamment en matière de mise à disposition de masques des États, la question de la reconversion de lignes de production des entreprises à des fins socialement utiles a de nouveau ressurgi. Elle a été portée par exemple pour la fabrication de masques ou de respirateurs dans les installations d’aviation de GE à Lynn, dans le Massachusetts, et à son siège de Boston, par les membres du syndicat de la division industrielle des travailleurs de la communication d’Amérique (IUE-CWA). Nul doute que la question de la reconversion devra être de nouveau posée comme issue socialement acceptable et soutenable, face aux nombreuses faillites de sociétés auxquelles va conduire la crise économique que connait le système capitaliste. On pense ici notamment à l’industrie automobile et aéronautique.

De même, pour ne parler que de la France, la bataille engagée par la coalition syndicale, Solidaires, FSU et CGT des Côtes-d’Armor pour la reprise sous forme de coopérative de l’entreprise de fabrication de masques de Plaintel est exemplaire. Cette entreprise qui appartenait à la multinationale Honeywell pouvait en fabriquer jusqu’à 200 millions par an ; elle a été fermée en 2008, au profit d’une délocalisation en Tunisie. Aujourd’hui, face au besoin de masques qui risque de s’avérer de longue durée, les salarié·es et leurs organisations se battent pour sa réouverture sous la forme d’une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC). Nous publions une interview dans ce volume de Serge Le Quéau, secrétaire de l’union départementale Solidaires Côtes-d’Armor qui détaille ce projet. Citons encore l’exemple de l’usine Luxfer de Gerzat (Puy-de-Dôme) qui fabriquait ces bouteilles d’oxygène médical (100 000 par an) jusqu’en mai 2019. En février 2020, soit plus trois mois après le début de la pandémie ses 136 salarié·es ont été licencié·es. Ils et elles s’étaient alors battu·es en vain pour la reprise de la société en Scop face à l’indifférence de l’État. Reconversion, coopérative, ajoutons auto-organisation. Le confinement a fragilisé encore plus les couches les plus paupérisées de la société notamment dans le domaine de l’alimentation. La faim a de nouveau pu roder, à grande échelle, dans les quartiers populaires. Face à cette dramatique situation, des structures d’auto-organisation alimentaire sont apparues comme les Brigades de solidarité populaire dont nous proposons également une interview. La fabrication des masques, qui ont fait cruellement défaut, a donné lieu à l’émergence d’ateliers civiques de fabrication parmi la population organisant elle-même sa production sous forme de coopératives spontanées. Par ailleurs, le secteur coopératif autogéré n’est pas été absent de cette mobilisation comme en attestent certaines contributions que nous publions. En France, l’institution hospitalière n’a pas été exempte de cette poussée autogestionnaire. Selon de nombreux soignants, le doublement des lits de réanimation n’a été possible que la prise en main par les équipes soignantes de la réorganisation des services en dehors de toute tutelle administrative ou comptable. Dans l’interview que nous publions Christophe Prudomme, médecin urgentiste en Seine-Saint-Denis explique que « le sentiment des personnels est que les administrations n’ont été d’aucune utilité et qu’une certaine forme d’autogestion a constitué la bonne solution ». Le dossier que nous publions sur la pandémie du Covid-19, au prisme de ces initiatives autogestionnaires, comporte également des réflexions plus générales sur la question de l’autogestion et du service de santé.

Le reste de ce volume rend compte, comme pour les précédents d’expériences ou des réflexions autogestionnaires de tous horizons. Nous avons tenté de combler certaines lacunes des volumes précédents notamment sur les apports du courant libertaire à la question de l’autogestion. De même nous publions plusieurs textes du PSU, organisation qui dans les années 1970 se présentait comme le « parti de l’autogestion ».

Un volume bien nourri qui n’épuise pas pour autant la réflexion, et où les expériences d’hier connaissent de nouveaux prolongements dans l’actualité immédiate et donnent à l’autogestion toute la force de sa modernité.

Patrick Le Tréhondat et Christian Mahieux

Cliquer pour accéder à encyclope–die-internationale-volume-8-b.pdf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.