L’attente entre la fermeture d’une porte / et l’ouverture de la suivante

C’est toujours un peu compliqué de rendre compte d’un ouvrage poétique, des sensations personnelles et de leur résonance…

Je souligne néanmoins ces agencements particuliers de mots qui dessinent des fragments de l’univers carcéral et de celleux qui les visitent.

Des stages, du théâtre, de la chanson, des spectacles.

Les transports, « Ce long trajet / Métro / RER / Bus / comme un sas / d’un monde à l’autre ». Les portes, « blindées ou barreaudées » ou « virtuelles », les sas et les couloirs. Les odeurs et les attentes. Les vérifications des accessoires. Les paroles de chansons comprises malgré la non-maitrise de la langue.

La Santé, Fresnes, Bethune, Poissy, Fleury-Mérogis…

« Ici / Les chats et les rosiers / ne jouent pas / ne se laissent pas / caresser »

Des rencontres, « tous ceux que j’aurais préféré ne pas rencontrer / tant ils me renvoyaient à mon impuissance à les aider ».

Pour ne pas oublier ce monde que trop souvent nous ne voulons ni voir ni interroger… « Pourquoi t’es ici ».

Lucienne Deschamps : Fleury l’été

Le temps des cerises 2020, 52 pages, 10 euros

https://www.lucienne-deschamps.fr

Didier Epsztajn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.