VIVRE APRES LE CYBER-HARCELEMENT : Floriane Marandet se confie à Révolution féministe

Interview par Christine Dalloway

La militante féministe Floriane Marandet a été victime de cyber harcèlement de la part d’usagers du site jeuxvideos.com, elle revient pour Révolution Féministe sur ces violences dévastatrices.

CD : Peux-tu nous expliquer comment le cyber harcèlement a impacté ta vie professionnelle ?

FM : Premièrement ça m’a plongée dans un stress post traumatique qui m’a empêchée de travailler, je ne tenais pas debout, je ne pouvais même pas me doucher debout, je faisais des malaises, des crises de panique, de l’insomnie, etc… ç’a été le premier impact. J’ai eu un mois d’ITT et j’ai passé toute ma grossesse en arrêt maladie. Ensuite ça a impacté mon travail parce que mes harceleurs ont contacté mes employeurs à tous les niveaux de la hiérarchie : mon collège, mon rectorat, ma ministre, les parents d’élèves, la mairie de la ville où se situe mon collège, du coup ma réputation professionnelle a été affectée à vie.

CD : Et à un niveau plus personnel ?

FM : Sur le coup ça a impacté ma santé, énormément, mon moral, ça m’a volé ma grossesse, mon accouchement, les premiers mois avec ma fille. Parce que quand on vit un truc comme ça, on ne peut plus se centrer sur sa grossesse, on est en stress post-traumatique, on n’est pas bien, le harcèlement prend toute la place. Ça m’a impactée financièrement à cause de l’arrêt de travail, ça a impacté mon couple évidemment, ça a certainement impacté ma fille qui a dû ressentir ce que j’ai ressenti. Je vivais avec un couteau derrière ma porte jusqu’au mois de mai.

Il m’est arrivé de croire qu’ils (mes harceleurs) sonnaient à la porte, j’étais persuadée que c’était vrai en fait, que j’avais entendu sonner. Avec le recul je pense que c’est faux, je pensais avoir entendu sonner, parce que j’avais vu qu’un des harceleurs était devant chez moi hier soir, du coup je n’en dormais plus de la nuit. Je me réveillais en pleine nuit en croyant avoir entendu sonner chez moi, j’allais scruter la rue pendant une demi-heure, une fois je suis sortie de chez moi avec un couteau de cuisine, j’avais peur qu’ils égorgent mes chats. On a mis des grilles aux fenêtres pour se protéger, parce que je n’en pouvais plus, les premiers jours, j’ai carrément vécu volets fermés, je ne pouvais plus ouvrir les volets, j’avais vraiment besoin d’être enfermée pour me sentir en sécurité.

Je n’ose plus écrire mon nom derrière une enveloppe quand j’envoie un courrier, j’écris juste mon adresse, au cas où quelqu’un de chez jeuxvideos.com travaillerait à la poste. Quand je dois donner mon nom dans un commerce, ou sur un site marchand, je donne celui de mon mari, ou je le dis tout bas et ce sera à vie… J’ai toujours peur qu’on me reconnaisse dans les endroits publics, parce que je milite avec mon nom, ma photo, il y a des gens qui me reconnaissent un peu partout, dans toutes sortes d’endroits publics, alors que moi je ne connais pas ces gens, je crains toujours que quelqu’un de chez jeuxvideos.com me reconnaisse.

CD : Selon toi, le cyber-harcèlement a-t-il été à l’origine du harcèlement que tu as subi dans la vie réelle ?

FM : Oui complètement, avant JVC je n’avais jamais eu de problèmes de harcèlement. C’est eux qui ont lancé des raids pour contacter mes employeurs, c’est ce qui a impacté ma santé, tout vient du cyber-harcèlement.

CD : As-tu retrouvé ta vie d’avant le cyber-harcèlement ?

FM : Je ne retrouverai jamais ma vie d’avant, ils m’ont abîmée à vie en fait, on a mis des grilles aux fenêtres, je ne pouvais plus vivre sans. Je ne pourrai plus jamais écrire un courrier avec mon nom et mon adresse derrière l’enveloppe sans avoir peur, jamais, même dans 20 ou 30 ans. Ils m’ont abîmée, je n’arrive plus à militer, ils m’ont enlevé de la force, de l’énergie, je ne sais pas comment l’expliquer, mais j’ai l’impression qu’ils ont tué une partie de la militante. Certaines personnes m’ont lâchée, ne m’ont pas soutenue, ça m’a permis de faire un tri et d’autre part de créer des amitiés fortes avec ceux qui m’ont soutenue.

CD : Y a-t-il encore des traces en lignes des cyber-violences qui ont été dirigées contre toi ?

FM : Oui, il y a entre autres un wiki de plusieurs dizaines de pages sur moi, qui rassemble de nombreuses calomnies : soi-disant que je faisais de la propagande LGBT en cours, il y avait des photomontages, des messages de haine, des déformations de mes propos. Il y avait la liste des « soldats contre Florence Marandet » que j’ai fait constater par huissier, car ils considéraient qu’ils étaient des soldats en croisade contre le mal, contre moi. Ils se considèrent comme des soldats qui luttent pour le bien contre moi qui suis une méchante féminazie. Ils sont persuadés d’être dans le camp du bien et que je suis une mauvaise personne à détruire.

CD : Est-ce que tu t’es sentie protégée par les institutions ?

FM : Non, parce que la justice 3 ans après n’a rien fait, la gendarmerie m’a dit qu’ils ne pouvaient rien faire, il faudrait qu’il y ait un drame pour qu’ils agissent, malgré les centaines de menaces de mort que j’ai reçues, il ne s’est rien passé. Le seul moment où j’ai été prise en considération, c’est quand le cabinet de Laurence Rossignol m’a reçue au ministère des droits des femmes, dans son cabinet, mais ils ont admis qu’ils ne pouvaient pas non plus me protéger, ça m’a fait du bien d’être reçue par elle, mais en fait j’étais seule. Laurence Rossignol a rencontré le directeur de jeuxvideos.com, depuis il y a une vraie modération, contrairement à avant, où les modérateurs eux-mêmes participaient au harcèlement. Depuis, quand il y a des violences en ligne, c’est signalé, il y a une vraie modération maintenant, mais pour moi le mal était fait – quand je les ai rencontrés, j’étais harcelée depuis plus d’un mois.

https://revolutionfeministe.wordpress.com/2019/12/15/vivre-apres-le-cyber-harcelement-floriane-marandet-se-confie-a-revolution-feministe/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.