Duo piano et instrument à cordes (4)

J’ai séparé arbitrairement les disques où les instruments sont doublement présents (jazz en dialogues) de ceux où les musiciens utilisent des instruments différents. Quatre rubriques, actuellement, pour ces dialogues : duo piano/saxophone ou clarinette ou trombone ; duo piano/trompette, autres dialogues et ici duo piano/cordes. Quoiqu’il en soit, ces errances hors des sentiers trop souvent parcourus, offrent des panoramas sonores souvent réjouissants. Échanges et construction. Promenades dans des musiques qui ne s’épuisent pas dès une première écoute. Au hasard de ré-écoutes récentes.

Voir aussi : Duo piano et instrument à cordes, le duo Benoît Delbecq et Marc Ducret : « bleu sur scène » Concerts (2), duo-piano-et-instrument-a-cordes-2/duo-piano-et-instrument-a-cordes-3/


Un duo très dynamique. Joanne Brackeen (piano) et Ryo Kawasaki (guitare). Deux zèbres, des bibelots, le printemps des objets et Winnie à Woodstock… Une réédition bienvenue .

Cd Joanne Brackeen – Ryo Kawasaki : Trinkets and Things, enregistré en août 1978, Timeless Records 2015


Jazz et chansons yiddish, standards, ballades. Deux musiciens, Robert Kaddouch (piano) que je ne connaissais pas, et Gary Peacock (contrebasse) un peu assagi sans les embardées en solo dont il nous agratifié·es dans d’autres rencontres. De « A Foggy Day » de Georges Gershwin à « What is This Thing Called Love » de Cole Porter ; de « A la claire fontaine » à « Ani Pourim »…

Cd Robert Kaddouch / Gary Peacock : 53rd Street, enregistré en juillet 2015, Odradek Records


Live at Gustav’s Bistro, Copenhague Avec une touche méditerranéenne, faite de couleur et de balancement ensoleillé, la musique d’Enrico Pieranunzi (piano) donne de la joie, même lorsque les jours sont bien sombres. Il est ici accompagné par Thomas Fonnesbaek (contrebasse). Une touche d’inattendu, une valse bleue, un chant d’amour. Le ciel était bleu ce soir là à Copenhague.

Cd Enrico Pieranunzi, Thomas Fonnesbaek : Blue Waltz, enregistré en juillet 2017, Stunt Records 2018


Un très agréable duo Eddie Gomez à la contrebasse et Mark Kramer au piano. Le charme d’un dialogue souriant et mélancolique. Je signale les passages à l’archet du contrebassiste…

Cd Eddie Gomez & Mark Kramer : Art of the Heart, enregistré en février 2004, Art of Life Records 2006


Prenez un violoniste Théo Ceccaldi et un pianiste Roberto Negro, ajouter une pincée de diablotin et une brume d’ironie… Un disque plein d’énergie, de doux-amer, de virevoltantes mélodies, de floraison et de lumière… A perdre pied près ou loin de la côte.

Une co-production Maison de la musique de Nanterre.

Cd Théo Ceccaldi – Roberto Negro : Montevago, enregistré en août et septembre 2013, Brouhaha 2019


Un duo de musiciennes, la luminosité et la tendresse. De disque en disque, je découvre d’autres faces de la grande contrebassiste qu’est Joëlle Léandre. Du coté du jazz ou du coté de la musique dite contemporaine, la musicienne refuse les enfermements, ouvre les fenêtres, explore les espaces, mêle humour, rage et calme.

Elle dialogue ici avec la pianiste Elisabeth Hernik.

Six pièces « Ear Area », la chaleur des contrastes et comme un espace moelleux et très confortable où nous pouvons nous laisser aller à la rêverie.

Cd Joëlle Léandre – Elisabeth Harnik : Tender Music, enregistré en avril 2016, Trost records 2018


At Montmartre, Copenhagen

Paul Bley (piano) et Jesper Lundgaard (contrebasse) explorent, entre autres, des compositions d’Ornette Coleman – dont When Will The blues Leave – et de Carla Bley – dont le très beau Ida Lupino. Ils revisitent tout un pan du jazz et dessinent une certaine modernité du duo piano/contrebasse.

Cd Paul Bley & Jesper Lundgaard : Live, enregistré en mars 1986, SteepleChase 1989


Un concert à Utrecht aux Pays-bas. Le pianiste Kenny Drew et le contrebassiste virtuose Niels-Henning Orsted Pedersen. Des dialogues autour de standards et de compositions des musiciens. Un moment d’intense musique…

Cd Kenny Drew / Niels-Henning Orsted Pedersen : Duo live in concert, enregistré en juin 1974, SteepleChase 1987


Des morceaux courts et une longue pièce donnant le titre au disque. Je souligne l’utilisation de l’espace sonore, les entrées et sorties des musicien·es, l’intensité lyrique du violon de Mark Fedman, l’alternance de moments composés et improvisés, la surprise du jazz dans un ensemble regardant vers l’avant-garde plus « classique », le langage musical de Sylvie Courvoisier et de son piano. La et le musicien sont des complices de longue date et cela s’entend.

Cd Sylvie Courvoisier / Mark Feldman : Time Gone Out, enregistré en septembre 2018, Intakt 2019


Ce n’est pas la première fois, que ces musiciens enregistrent ensemble. J’avais apprécié leur « Essentials » chez le même éditeur en 2012.

Daniel Schläppi (contrebasse) et Marc Copland (piano) propose en art du duo rêveur et sans miévrerie.

Lire la note détaillé de Nicolas Béniès : du-cote-du-jazz-octobre-2019/

Cd Daniel Schläppi – Marc Copland : Alice’s Wonderland, enregistré en décembre 2017, Catwalk 2019


Lire aussi Duke Ellington and Ray Brown : This one’s for Blanton dans autour-du-duke-4/

Didier Epsztajn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.