Une vie à découvert : LA GALERE DES MAMANS SOLOS

Interview d’une maman solo par Francine Sporenda

FS : Peux-tu nous parler de ta situation de « maman solo » et des circonstances qui ont fait que tu es une maman solo ? Reçois-tu une pension de la part du père ?

MS : Oui, la question financière, c’est clair que c’était pour moi hyper-important à une période, parce que j’ai vécu deux vies de couple et j’ai fait un enfant à chaque fois, avec deux pères différents, donc ça fait deux situations différentes. Je suis maman solo suite à une séparation, et ces séparations m’ont permis de prendre conscience de ce qu’est la vie de couple, que c’était quoi finalement le couple, par rapport à mes attentes et la finalité de la vie. La séparation, c’était me retrouver sans pression sociale, familiale ou personnelle, c’était me sentir libérée, débarrassée d’un carcan.

FS : Tu as donc vécu la vie de couple comme un carcan ?

MS : Ce n’était pas si joyeux que ça, au final. Parce que, avec mes deux partenaires, c’était assez compliqué. Ca a été des expériences, et je ne veux pas généraliser, mais la séparation a été un vrai choix de ma part, surtout la deuxième fois. Ca fait 6 ans que je vis seule, j’ai une petite pension de la part du père de ma grande, et il me donne exactement la même somme depuis 2006.

FS : Pas d’augmentation du coût de la vie ?

MS : Absolument pas. Même si ça avait été mentionné dans le jugement que ça devait être réévalué, en fonction des études de ma fille par exemple, et j’avais fait inscrire que les charges un peu exceptionnelles devaient être divisées en deux. Je n’avais pas pris d’avocate, je pensais pouvoir me débrouiller toute seule…

FS : Une avocate ça coûte cher, sauf si on a une aide judiciaire…

MS : C’est ça, j’étais au SMIC à cette époque et je n’en voyais pas l’intérêt. Mais pour ma deuxième séparation, j’ai pris une avocate parce que la situation était très complexe. Et c’est là que j’ai découvert la justice patriarcale, c’est-à-dire qu’on m’avait dit : « la justice, tu verras, elle est toujours du côté des mères », et en fait, à cette période, la justice était plutôt du côté des pères : je revois encore le père de ma grande faire sa victime, être hyper-écouté par les juges qui en plus étaient des femmes, il les a complètement mises de son côté.  Et je me suis dit, heureusement, je suis autonome financièrement, j’ai le permis, je sais me débrouiller, mais moralement et au niveau stress, la barre était haute.

FS : Comment ça s’est passé, cette séparation ?

MS : Il me semble que le passage au tribunal, c’était en 2005. J’étais partie sur quelque chose d’assez clair dans ma tête en me disant : « bon, c’est une séparation, je n’ai jamais été mariée, cette séparation est voulue par les deux parties »…

FS : A l’amiable ?

MS : Plus ou moins à l’amiable. Ca faisait pas mal d’années qu’on était ensemble, plus d’une dizaine d’années, on a fait un enfant, on s’était plus ou moins séparés plusieurs fois, et un jour, on avait décidé d’acheter une maison ensemble. Au bout d’un mois et demi dans cette maison, il m’annonce qu’il a rencontré la femme de sa vie, qu’il veut récupérer la maison et qu’il veut récupérer aussi notre fille. En fait, c’était juste de la manipulation, c’est ce qu’il voulait me faire croire, parce qu’il ne s’est pas vraiment occupé de sa fille quand elle était enfant – elle avait 7 ans quand on s’est séparés – pour lui, c’était une question de possession : « c’est mon enfant, c’est ma maison, je récupère tout ». Et ça, ça m’a mis un gros coup de stress énorme, je n’arrivais pas à réfléchir posément. Je n’arrivais pas à être objective parce que, d’un coup, ça détruisait tout ce que j’avais construit. Je trouvais ça hyper-injuste. J’avais l’impression d’avoir sacrifié et perdu des années de ma vie. Et j’ai quand même réussi à faire toutes les démarches auprès du tribunal parce que je voulais absolument avoir une séparation actée. Parce que, quand tu n’es pas mariée, à part des démarches du genre prévenir EDF quand il y a un bail commun, ce ne sont que des démarches administratives, mais avoir un acte juridique posé, pour moi, c’était hyper-important. Pour me libérer, pour finir l’histoire aussi, pour clore un chapitre. Et pour ne plus me faire emmerder.

FS : Est-ce qu’il a essayé d’utiliser votre enfant contre toi ? Est-ce qu’il s’en est servi comme pion pour que tu aies des problèmes avec la justice ou autrement ?

MS : Oui, il l’a fait à titre personnel, et avec la justice, il l’a tenté. Il a fait aux juges le coup de la vie difficile et il a dit «¿mais quand même, j’ai décidé d’ouvrir un compte à ma fille et de lui mettre une petite somme tous les mois ». Très bien. Sauf qu’il rajoute à la fin : « je m’autorise à pouvoir piocher dedans en cas de coup dur ». Là, j’ai halluciné parce que les juges n’ont rien dit. Ils ont juste dit : « Monsieur, on comprend ». C’est n’importe quoi, tu ne peux pas dire que tu fais ça pour ton enfant et en même temps, ce n’est pas vraiment pour ton enfant, puisque tu le fais pour toi. C’est juste pour te montrer la façon dont il a essayé de se créer une façade de bon père de famille que les juges ont acceptée sans poser de questions.

FS : Mais quand il voit votre fille et qu’il y a des contacts entre vous lors de ces « remises » d’enfant, comment ça se passe avec vous et avec l’enfant, est-ce qu’il y a des problèmes ?

MS : C’était très compliqué. Parce que tous les dimanches, il avait un match de rugby, et au début, j’ai d’ailleurs décidé de l’accompagner. Quelque part, je faisais des efforts, mais lui par contre ne faisait pas grand’chose avec notre fille comme activités, de manière régulière. C’est pour ça que j’ai été hyper-surprise quand il a voulu la garde. Comme je l’ai dit, il m’a quittée pour une autre femme et il a voulu créer une nouvelle famille pour elle. Il voulait que sa nouvelle compagne devienne la nouvelle mère de notre fille, pour moi ça a été très dur. Ce qui se passait, c’est qu’il décidait seul des week ends où il la verrait, quand ça l’arrangeait – c’est aussi pour ça que j’ai voulu un acte juridique sur les gardes, sinon c’était son bon vouloir, c’était : « ah non, ce week end, je ne peux pas » parce qu’il partait en week end avec sa nouvelle femme.

FS : Donc il ne faisait pas des visites régulières, c’était « je viens si je veux » ?

MS : Ca, c’était avant qu’on ne passe devant le juge. Après, ça s’est calé, c’était obligatoire. Mais il lui est arrivé alors de me ramener la petite parce que, d’après ses dires, elle avait « fait une crise ». Il trouvait des prétextes pour s’en débarrasser s’il avait autre chose à faire. Et sans aucune pédagogie : du jour au lendemain, il part avec une autre femme et il explique brutalement à notre fille que c’est sa nouvelle famille : ce n’est pas possible de fonctionner comme ça avec des enfants.

FS : C’est dur pour l’enfant parce que ça lui fait comprendre que désormais, elle passe au deuxième rang, que la priorité de son père, c’est sa nouvelle famille.

MS : Complètement. D’ailleurs au fil des années, leurs rapports se sont étiolés. Quand elle était ado, elle n’avait pas forcément envie d’aller voir son père, elle n’avait pas un grand intérêt, et ça s’est vraiment étiolé au fur et à mesure qu’elle grandissait. Je la sens hyper-frustrée, hyper en colère contre lui, et je subis tout ça.

FS : Tu dis que tu travailles ; au début, quand tes filles étaient petites, est-ce que tu as eu des problèmes, financiers entre autres, pour les faire garder et pouvoir travailler ?

MS : Oh oui ! C’était dingue, c’était la première période de ma vie avec ma grande, et je vivais à la campagne. A la campagne, dans un village de 1 000 habitants, il n’y a pas de crèche, tu ne trouves pas facilement des baby-sitters, ou autres modes de garde. J’avais des horaires compliqués, et j’avais réussi à trouver une baby-sitter, mais parfois, c’était super dur pour la rémunérer. Je raclais les fonds de tiroir. En plus, je ne voulais pas demander de l’aide aux autres. Parce que c’est difficile de demander à ses amies de s’occuper régulièrement de ton enfant quand tu travailles. C’est hyper-compliqué et je culpabilisais énormément. C’était d’autant plus compliqué que je ne travaille pas à heures fixes et que j’ai beaucoup de temps de trajet, ce n’est pas un travail de bureau. Ce qui fait que s’il y a un problème, je dois gérer, je dois rester.

FS : Le fait de ne pas avoir d’horaires fixes complique beaucoup ce problème de garde ?

MS : C’est clair. Et la baby-sitter, c’était une jeune femme qui faisait ses études et elle ne pouvait pas rester au-delà de 22 heures. Alors que dans mon job, ça peut m’arriver de partir après 22 heures. C’était du stress en continu, d’organiser ces gardes.

FS : Est-ce que tu considères qu’il y a suffisamment d’aide de l’Etat pour les mamans solos ?

MS : Je pense qu’il n’y a pas grand-chose, à part quelques tarifs en fonction de ton quotient familial, c’est dégressif par rapport à ce que tu gagnes, comme la cantine ou l’accueil de loisirs et c’est municipal, ce n’est pas l’Etat. En plus, je me considère comme cadre intermédiaire, mais à une période, je me voyais comme faisant partie des cadres pauvres. J’ai un job dans les collectivités territoriales, ça permet de survivre, mais j’ai été à découvert presque toute ma vie. J’ai accepté jusqu’à il y a 3 ans la notion que le découvert est nécessaire pour vivre.

FS : Il y a cette phrase des mamans solos : « on ne vit pas, on se saigne pour survivre, avec un budget aussi serré, la moindre dépense imprévue est catastrophique ». C’est comme ça que tu as vécu, avec des problèmes permanents de fin de mois, de découverts ?

MS : Complètement. Je faisais mes comptes au centime près. J’avais un cahier, parce qu’il n’y avait pas internet pour suivre ses comptes régulièrement il y a 10 ans, et sur ce cahier, je notais les moindres dépenses. Je vivais en plus dans une vieille baraque mal isolée, j’avais des notes de fioul énormes. 

FS : Et d’essence, parce que tu conduis beaucoup ?

MS : Oui. L’indépendance, ça a un coût.

FS : J’ai lu quelque part qu’il y avait même des discriminations envers les mamans solos : les propriétaires d’appartements locatifs les refusent, les banques ne les aiment pas beaucoup. Tu as constaté ça personnellement ?

MS : Alors tu sais, avec mon nom arabe, il y a plusieurs discriminations qui se cumulent. Dans ma deuxième vie de couple, et lors de la naissance de ma deuxième fille, voulue, désirée, j’ai pris un an de congé parental et au début, je n’ai voulu prendre que 6 mois. J’étais toujours dans la même situation professionnelle, et finalement, je me suis dit : « 6 mois, c’est trop court, j’ai envie de profiter de ma fille, j’ai envie d’arrêter de courir partout, je prends 6 mois de plus » ; ça a été très mal perçu par mon directeur à l’époque, il ne trouvait pas ça normal, d’où un gros stress, une grosse culpabilité. Mais je me suis dit que ce n’était pas mon problème ce qui se passait dans sa tête, ma priorité, ce n’était pas ça. Sauf que pendant cette période, j’avais anticipé financièrement pour pouvoir vivre pendant 6 mois, mais je n’avais pas prévu pour les 6 mois supplémentaires. Et au bout de 8 mois, je suis repartie sur un gros découvert et j’ai été obligée de reprendre le travail pour avoir un salaire et une vie plus correcte. Quand tu es en congé parental, je crois que tu gagnes 800 Euros, 880 Euros, quelque chose comme ça. A l’époque, ça devait correspondre à un SMIC, et quand on a un SMIC, on survit, on ne vit pas, ça permet tout juste de payer ses charges, à condition d’avoir un loyer super-modéré.

FS : Est-ce que tu as eu le sentiment qu’il y envers toi au travail une sorte de réprobation plus ou moins explicite parce que tu es maman solo ?

MS : Je le sens beaucoup moins depuis 3 ans. Ce qui m’anime, c’est quand même un désir d’indépendance, à tous les niveaux. Et surtout l’indépendance financière, pour garder une marge de manœuvre, sur sa vie, ses choix. Et c’est vrai que j’ai eu l’occasion de passer un concours, de le réussir, de décrocher un poste intéressant, d’avoir foi en moi au point de vue financier. Il était temps.

FS : Tu as quand même galéré avant d’arriver à ce job…

MS : Après, quand tu es féministe, les autres font plus attention. Ils ne peuvent pas t’attaquer sur certains sujets où tu as plein d’arguments.

FS : Je suis ravie que le féminisme t’ait au moins servi à ça ! Je voulais aussi te citer des statistiques : en France, 1 famille sur 5 est monoparentale et 8 sur 10 de ces parents solos sont des femmes. Parmi ces mamans solos, 35% vivent sous le seuil de pauvreté. Et ça, on s’en est enfin rendu compte médiatiquement avec les femmes Gilets jaunes. Tes commentaires ?

MS : Je ne suis pas surprise parce que dans mon travail, des mamans solos, j’en vois tout le temps. Je travaille dans les quartiers prioritaires, c’est là où tu trouves les loyers les moins chers. Et elles ont certaines problématiques qui se cumulent : le problème de mobilité, le problème de disponibilité pour trouver un travail, celui de la garde de l’enfant, qui se pose pour suivre une formation, ou pour être disponible vraiment tout de suite. Je trouve qu’il y a en France un vrai problème d’articulation entre la vie au travail et la vie de famille pour les femmes. Il n’y a pas assez de souplesse organisée pour permettre à des mamans qui élèvent seules leurs enfants d’être réactives : pour dire oui à un job, dire oui à une formation, oui je peux commencer cet aprem à 14 heures. Souvent, elles sont obligées de dire non. J’en ai côtoyé beaucoup qui disaient : « avec ce que je touche, ce que je vais être obligée de dépenser pour travailler, pour me rendre au travail et faire garder mes enfants, ça va être deux fois plus pour payer la nounou, pour payer le transport ».

Elles mettent de côté leur statut de femme qui peut s’épanouir dans un milieu social et professionnel, et finalement elles deviennent des mères éternelles, elles sont enfermées à vie dans leur statut de mères. Il n’y a pas assez de prise en compte de ces situations, et en plus, ce sont souvent des mères très isolées socialement. Parce qu’elles sont très vite stigmatisées, quand on a des enfants et qu’on a des difficultés matérielles à les assumer, ce genre de problèmes fait fuir les gens. Alors on a honte de parler de ses problèmes, alors qu’il est important de les nommer pour trouver des solutions. Et de toute façon, c’est aux institutions de mettre en place des structures collectives, de l’accompagnement pour soutenir ces femmes. Elles se mettent entre parenthèse pendant des années avant de recommencer à penser réellement à un avenir professionnel ou simplement à passer le permis.

FS : Tu n’as jamais eu de problème de pensions impayées ? Parce que près d’une pension alimentaire (indemnité compensatoire) n’est pas payée, ou irrégulièrement, aux mères qui ont la garde des enfants après une séparation.

MS : Non, par contre il y a quelque chose qui m’a beaucoup agacée. Monsieur paye une pension qu’il peut compter dans ses charges, donc c’est déductible d’impôts. Et moi, c’est compté dans mes revenus donc c’est imposable. Ce n’est pas trop mon truc de calculer ça mais à une période, ça m’a fait passer dans la catégorie des personnes qui devaient payer des impôts. Alors que 150 Euros par mois, c’est rien pour élever un enfant. Parce que, il y a 6 ans, j’ai fait le choix de revenir dans une grande ville : mes filles ont une grande différence d’âge, j’ai voulu qu’elles aient chacune leur chambre et j’ai dû prendre un appartement plus grand. Tout ça a un coût. Et quand j’ai quitté cette campagne, j’ai regardé les loyers un peu partout, et puis finalement, j’ai dû me retourner vers les bailleurs sociaux pour trouver un appartement qui soit dans mes prix. Donc je suis une cadre moyenne qui vit dans un logement social. (rires)

FS : Mais ce fort pourcentage d’impayés des pensions pour les enfants en cas de séparation, moi j’analyse ça comme une espèce de phénomène sociétal de retrait des hommes par rapport à la paternité. Alors qu’avant ils étaient plus engagés comme pères par rapport à leur famille, en tout cas financièrement, là finalement, la paternité, c’est quand ils veulent, quand ça les branche. Quand ça ne les branche plus, ou que ça leur coûte trop cher, ils laissent tomber, ils se désengagent. Est-ce que tu as cette impression ?

MS : C’est clair. Parce que pour ce qui est de la prestation compensatoire, il y a d’un côté l’engagement des pères à participer financièrement aux charges entraînées par les besoins de leur enfant mais pour moi, ce qui est aussi important, c’est l’engagement au quotidien dans les décisions qui doivent être prises pour l’enfant. Sur le choix de l’école, sur l’orientation scolaire, sur plein de choses. Lors de ma première séparation, j’ai cru qu’on allait pouvoir discuter, qu’on allait pouvoir échanger sereinement au sujet de l’enfant, or ça s’est fait dans la violence, dans la violence psychologique, et après, le dialogue est devenu impossible. Et je me suis retrouvée à prendre toutes les décisions seule…

FS : La charge mentale ?

MS : C’est ça, c’est épuisant de devoir tout gérer, les déplacements, les inscriptions, les visites chez le médecin, les dates des vaccins, tout… Ne jamais rien oublier. Même si ça existe aussi quand on est en couple.

FS : C’est pire quand on est seule à tout gérer. Il y a cette sensation de solitude, d’avoir tout ça à porter à bout de bras sans assistance. Les mères solos, elles ne sont pas juste seules, elles sont isolées. Surtout à la campagne ?

MS : A la campagne, il y a parfois plus de solidarité. C’était le cas dans la campagne où j’ai habité quand ma grande a grandi, j’ai eu plus d’amies sur qui compter. Mais la téléportation n’existant pas encore, j’ai préféré me rapprocher de mon travail. Et de procurer un cadre de vie plus « agréable » à mes enfants.

FS : Et une grande ville, c’est aussi meilleur pour leur scolarisation ?

MS : C’est sûr, si j’étais restée à la campagne, j’aurais passé ma vie en voiture.

FS : Un dernier commentaire ?

MS : Parfois j’ai envie de baisser les bras. Alors que je me sens forte, à l’aise pour plein de sujets mais là, parfois, moralement, c’est dur.

FS : Le féminisme, est-ce que ça t’aide à tenir le coup ? Tu es devenue féministe après ces séparations ? Est-ce que ça a été ce qui a déclenché ton intérêt pour le féminisme ?

MS : Non, j’étais déjà féministe avant de faire mes enfants. J’ai toujours revendiqué ; ça a été compliqué d’être une fille dès l’enfance. Très jeune, j’ai compris que les garçons avaient beaucoup plus de liberté et d’aisance. Dans les espaces publics, ils donnaient de la voix, ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient quoi. En fait, ça n’est pas simple d’être féministe et en couple. Et ça renforce, d’être féministe et maman solo. Parce qu’il y a une communauté sorore qui existe, il y a une vraie solidarité entre les mamans solos, parce qu’on a des problèmes et des buts communs. Et puis il faut aussi apprendre à se dire les choses, apprendre à demander de l’aide.

Parce que la société nous ignore ; c’est un job à plein temps, mais qui n’a pas de reconnaissance. Il y a vraiment un mépris social pour les mamans solos. J’ai observé que, quand quelqu’un te parle, il te demande ce que tu fais dans la vie et là, tu es jugée sur ton statut social ; parfois, pour tester, je disais que j’étais à la maison et que je m’occupais seule de mes enfants. Et la conversation s’arrêtait net : je n’étais pas intéressante. C’était comme ça à chaque fois. Dès que tu dis que tu restes à la maison et que tu t’occupes de tes enfants, tu n’intéresses personne. Mais je me suis construit une vie, j’ai forcé un peu la chance pour être indépendante financièrement, parce que même si j’avais foi en moi, dans ma tête, il y a toujours eu cette peur de ne pas avoir assez d’argent et de ne pas pouvoir m’en sortir.

https://revolutionfeministe.wordpress.com/2019/12/01/une-vie-a-decouvert-la-galere-des-mamans-solos/


Autres entretiens :

PROSTITUTION : mon corps était là mais ma tête était ailleurs. Interview de Marie Drouin, prostitution-mon-corps-etait-la-mais-ma-tete-etait-ailleurs/

PROSTITUTION: pourquoi on se fout de la sexualité libre de contrainte des femmes ? Interview de Valerie Tender (2ème partie), prostitution-pourquoi-on-se-fout-de-la-sexualite-libre-de-contrainte-des-femmes/

La prostitution n’est pas la conséquence du choix des femmes. Interview de Valerie Tenderla-prostitution-nest-pas-la-consequence-du-choix-des-femmes/

LA FABRIQUE DU VIRIL : l’apprentissage de la masculinité toxique. Interview d’Olivier Manceronla-fabrique-du-viril-lapprentissage-de-la-masculinite-toxique/

« Des femmes et des ânes » : Le harcèlement de rue au Maroc. Interview de Yasmina Flaioudes-femmes-et-des-anes-le-harcelement-de-rue-au-maroc/

Se battre pour les plus petites choses : ETRE FEMINISTE EN AFGHANISTANInterview de Batul Moradise-battre-pour-les-plus-petites-choses-etre-feministe-en-afghanistan/

Contre la sexualité-performance : ON A LE DROIT DE NE PAS AIMER LA PENETRATION. Interview de Martin Pagecontre-la-sexualite-performance-on-a-le-droit-de-ne-pas-aimer-la-penetration/

LE TANGO CONFLICTUEL : comment le masculinisme accompagne les avancées féministes. Interview de Melissa Blaisle-tango-conflictuel-comment-le-masculinisme-accompagne-les-avancees-feministes/

Contre la pollution patriarcale : LE FEMINISME DETOX. Interview de Pauline Arrighicontre-la-pollution-patriarcale-le-feminisme-detox/

LOBBIES PRO-PROSTITUTION : les contes de fées des parapluies rouges. Interview de Manon Marie Jo Michaudlobbies-pro-prostitution-les-contes-de-fees-des-parapluies-rouges/

Stages pour clients de la prostitution : QUESTIONNER LES PREJUGES. Interview de Laurence Noellestages-pour-clients-de-la-prostitution-questionner-les-prejuges/

Prostitution et robots sexuels : DE LA FEMME-OBJET A L’OBJET-FEMME, Interview de Yagmur Aricaprostitution-et-robots-sexuels-de-la-femme-objet-a-lobjet-femme/

LOIS PROSTITUTION EN ALLEMAGNE : réguler pour taxer, Interview d’Inge Kleine, lois-prostitution-en-allemagne-reguler-pour-taxer/

ENFANTS VIOLENTÉS : « circulez y’a rien à voir »Interview de Françoise Laborde, enfants-violentes-circulez-ya-rien-a-voir/

PORNOGRAPHIE : « on peut tout leur faire, elles sont consentantes »Interview de Karin Bernfeldpornographie-on-peut-tout-leur-faire-elles-sont-consentantes/

Du viol à la prison en passant par la prostitution: COUPABLES D’ETRE VICTIMES, Interview de Yasmin Vafadu-viol-a-la-prison-en-passant-par-la-prostitution-coupables-detre-victimes/

Harcèlement de rue : L’INSECURITE AU QUOTIDIEN, Interview de Marie Laguerre, harcelement-de-rue-linsecurite-au-quotidien/

PROSTITUTION : jamais assez jeunes, Interview de Kylee Greggprostitution-jamais-assez-jeunes/

GARDE ALTERNEE : dans l’intérêt des enfants ou des parents ? Interview de Jacqueline Phelipgarde-alternee-dans-linteret-des-enfants-ou-des-parents/

PROSTITUTION ET PEDOPHILIE : indissociables, Interview de Jewell Barakaprostitution-et-pedophilie-indissociables/

Prostitution : en Suède, la honte a change de camp, Interview de Simon Haggstromprostitution-en-suede-la-honte-a-change-de-camp/

Viol : pas la pulsion, la prédation. Interview d’Adelaide Bon, viol-pas-la-pulsion-la-predation/

Partage des tâches ménagères : SOYONS DES MEGERES ! Interview de Titiou Lecoq : partage-des-taches-menageres-soyons-des-megeres/

Violences sexuelles : UNE VOLONTE DE NE PAS CONDAMNER, Interview de la Dre. Muriel Salmona, violences-sexuelles-une-volonte-de-ne-pas-condamner/

Féminisme : La révolution inachevée, Interview de Marie-Jo Bonnetfeminisme-la-revolution-inachevee/

Féministes en Mai 68 : Pas de révolution sans émancipation des femmes, Interview de Martine Storti, feministes-en-mai-68-pas-de-revolution-sans-emancipation-des-femmes/

Le viol, instrument de contrôle des femmes, Interview de Noémie Renardle-viol-instrument-de-controle-des-femmes/

« Libération sexuelle » : Quand la domination masculine s’est réinventée. Interview de Richard Poulinliberation-sexuelle-quand-la-domination-masculine-sest-reinventee/

Le combat feministe passe par les mots. Interview d’Eliane Viennotle-combat-feministe-passe-par-les-mots/

Invisibilisation des femmes dans l’histoire : RENDRE VISIBLE LES INVISIBLES. Interview de Valentine Sebileinvisibilisation-des-femmes-dans-lhistoire-rendre-visible-les-invisibles/

Interview de Natacha Henry : La justification du contrôle masculin par l’amourla-justification-du-controle-masculin-par-lamour/

Allemagne : vers la monopolisation de l’industrie du sexe, interview de Manuela Schonallemagne-vers-la-monopolisation-de-lindustrie-du-sexe/

Interview d’un traître à la virilité, questions à Martin Dufresneinterview-dun-traite-a-la-virilite/

Refuser d’être un homme, interview de John Stoltenbergrefuser-detre-un-homme-interview-de-john-stoltenberg-par-sporenda/

Interview de Patrizia Romito : Un silence de morteinterview-de-patrizia-romito-un-silence-de-morte/

Interview de Meghan Murphy par Francine Sporendainterview-de-meghan-murphy-par-francine-sporenda/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.