Féminicides et violences masculines : des complicités à tous les niveaux

Quand, dans son livre « Catch and Kill », Ronan Farrow (journaliste d’investigation américain fils de Woody Allen) raconte la bataille patiente et acharnée qu’il a dû mener pendant plus de deux ans pour arriver à faire passer un reportage sur les viols et agressions sexuelles commis par Harvey Weinstein, il donne à voir un tableau détaillé de ce qu’est et comment fonctionne la culture du viol. Dès qu’il a annoncé à ses superviseurs de la NBC (grande chaîne de télévision américaine) qu’il avait recueilli plusieurs témoignages crédibles de victimes, avec même un enregistrement très explicite de Weinstein agressant une jeune actrice(Ambra Wood), tout un système est passé à l’action pour l’empêcher d’atteindre son objectif et pour préserver l’omerta : la direction de NBC lui a enjoint de mettre son reportage sur « pause » et de cesser d’interviewer des victimes, Weinstein l’a fait suivre par des détectives d’une compagnie d’intelligence privée nommée Black Cube crée par d’ex-membres du Mossad, des avocats grassement payés sont entrés en jeu pour lui faire comprendre, sur un mode faussement cordial lourd de menaces, qu’il était en train de torpiller sa carrière journalistique, ils ont contacté les victimes, des jeunes actrices ou employées travaillant de façon irrégulière et craignant d’être blacklistées professionnellement pour leur faire signer des « non-disclosure agreements » (contrats de confidentialité) par lesquels elles s’engageaient à se taire sur ces violences contre une indemnité payée par Weinstein, des journalistes connus qu’il considérait comme des amis ou des mentors lui ont tourné le dos, des politicien-nes (Hillary Clinton) ont refusé de lui parler à cause de leur « amitié » avec Weinstein, amitié surtout motivée par les très importantes contributions du tout-puissant producteur à leurs campagnes électorales, des sms menaçants et anonymes sont arrivés sur son i-phone, ses emails ont été hackés, des espions de Black Cube sont entrés en contact avec les femmes qui avaient témoigné pour les intimider et tenter de salir leur réputation, des tabloïds (presse de caniveau) comme le National Enquirer ont même fouillé dans la vie privée du journaliste pour essayer d’y trouver des éléments susceptibles de le décrédibiliser, etc.

A tous les niveaux du système, toutes sortes de gens se sont activés pour protéger Weinstein contre ses accusatrices. Par intérêt, parce que celui-ci leur donnait du travail ou de l’argent. Parce qu’ils avaient peur, parce que Weinstein détenait des informations compromettantes sur eux ou pouvait ruiner leur carrière. Ou tout simplement par misogynie et solidarité masculine. Cet ogre séducteur et caractériel d’1m 83 et plus de 100 kilos, en plus de la puissance de feu de ses centaines de millions de dollars et de son poids social en tant que producteur à succès, est décrit comme si intimidant physiquement que peu de personnes osaient lui tenir tête.

Weinstein n’est qu’un cas parmi d’autres et on retrouve à peu près ce que décrit ce livre dans d’autres affaires de prédateurs sexuels connus : du haut en bas de la société, de la justice aux médias en passant par les partis politiques et les simples citoyen-nes, une vaste conspiration sociale protège les prédateurs riches et puissants et garantit la quasi-impossibilité pour les femmes (en tout cas pour les anonymes) d’être entendues et crues quand elles révèlent leurs violences.

On constate des processus similaires pour tous les types de violences masculines, y compris pour les féminicides. Il faut rappeler que si 150 femmes ont été tuées en 2019 en France, chiffre en nette augmentation par rapport à 2018, c’est d’abord parce que les représentations qui ont cours dans les sociétés patriarcales sont porteuses d’un message implicite: le meurtre d’une femme tous les deux jours et demi par son conjoint, comme tout ce qui concerne les femmes, c’est négligeable. Patrizia Romito, dans son livre « Un silence de mortes », cite l’oxymore utilisé par des policiers de San Diego (Californie) lors d’une vague de crimes commis sur des femmes en 1993 (un tueur en série avait fait 43 victimes avant d’être arrêté, et certaines de ces femmes étaient des prostituées) : ces féminicides étaient des « meurtres sans gravité » (1). Commis sur des êtres de moindre importance et suscitant peu de réactions, les féminicides sont traités socialement comme des « meurtres sans gravité ».

Institutions complices

Ce qui est le mieux identifié dans ce vaste réseau de complicités qui laisse le champ libre aux agresseurs voire les protège activement, c’est l’inertie voire l’hostilité de la justice et de la police envers les victimes. Comme ces juges qui ont donné du sursis à un notable (Tristan Duval, le maire de Cabourg) qui battait sa femme (avec côtes cassées et multiples contusions, la photo de son visage tuméfié a circulé sur les réseaux sociaux) mais qui condamnent celle-ci à une amende de 1 500 euros pour l’avoir mordu en tentant de se défendre ! (2). Mettant ainsi en évidence que la neutralité de la justice est un mythe et que la notion de légitime défense (comme celle de présomption d’innocence) est intrinsèquement genrée : visiblement formulée pour les cas d’agressions entre hommes, elle n’est presque jamais appliquée quand il s’agit d’une femme réagissant aux violences de son conjoint.

Et il y a ces policiers et gendarmes qui refusent les dépôts de plaintes ou, quand ils les acceptent, ne font rien ou relâchent l’agresseur après quelques heures de garde à vue et accablent les femmes qui trouvent le courage de porter plainte de réflexions d’un machisme d’anthologie. Echantillons :

« Mais Madame, est-ce que s’il s’excuse demain matin, vous porterez plainte ? »

« Vous savez comment sont les hommes Madame ! Demain il vous offrira des fleurs. Demain ce sera pardonné ».

« Vous vous réconcilierez sur l’oreiller et tout sera oublié ».

« Votre mari et un homme sensé qui ne vous veut aucun mal Madame » (3).

Renvoyer ainsi une femme battue à son mari violent en lui suggérant de passer l’éponge, c’est l’exposer délibérément à de nouvelles violences, voire à la mort. Ca relève de la non-assistance à personne en danger – et c’est particulièrement inacceptable de la part de fonctionnaires rémunérés pour secourir les personnes en danger. Mais ce n’est que l’expression institutionnelle d’un fait social plus général : bien que la famille soit le lieu le plus dangereux pour les femmes, il y a toujours une forte réticence sociale à entendre leur parole quand elles dénoncent les agressions dont elle y sont victimes (4) : « il y a une grande tolérance pour les crimes survenus dans le cercle familial, à l’exception du parricide, toujours jugé avec sévérité » (5). Cette réticence de la police à intervenir dans les situations de « violences conjugales » est confirmée statistiquement : parmi les victimes de féminicides en 2018, 41% avaient déposé plainte ou une main courante (6). Aux yeux de la société comme des policiers, les « vraies violences » et les « vrais viols », ceux qui entraînent arrestations et déclenchement d’une enquête, ce sont ceux qui ont lieu dans l’espace public.

Concrètement, cela signifie que les gendarmes ne se dérangeront pas pour quelques claques ou bourrades parce qu’il existe un consensus tacite sur le fait qu’un certain niveau de violences est acceptable pour les femmes dans le cadre du couple—si même on ne les soupçonne pas « d’aimer ça ». Plus généralement, la gravité des violences masculines est évaluée différemment selon qu’elles ont lieu dans l’espace public ou privé : un coup de couteau dans l’espace public, c’est du terrorisme, acte politique qui entraînera une vive réaction gouvernementale ; dans l’espace privé, c’est un « drame conjugal », simple fait divers qui ne concerne pas l’Etat.

Camoufler la violence masculine par le langage

En recyclant des expressions stéréotypées comme « crime passionnel », « drame de la jalousie », « coup de folie », « drame familial », « suicide familial », les médias jouent également un rôle majeur dans cette conspiration sociale qui protège les hommes violents. Plus précisément, leur recours systématique à ces expressions contribue à une vaste entreprise de camouflage sémantique de la violence masculine.

En invisibilisant l’agent des féminicides, ces expressions masquent d’abord que le sexe de ces agents est statistiquement masculin de façon écrasante (98% selon une étude canadienne) (7), l’usage de la forme passive (« une femme a été tuée/violée ») participant de cette même stratégie d’invisibilisation du meurtrier. Cette dissimulation du genre masculin de la violence par le langage est absolument systématique: les titres des médias annoncent qu’« une femme a été tuée/violée/battue » mais n’utilisent presque jamais la forme active « un homme a tué/violé/battu une femme ». Les violences masculines sur les femmes sont ainsi présentées implicitement comme un « problème de femmes » dont la solution dépendrait d’elles-mêmes. Par contre, on constate que, dans les rares cas où une femme tue un homme (souvent dans le contexte de violences masculines préalables), il n’y a ni forme passive ni agent occulté : la formulation médiatique type sera « une femme a tué un homme ».

Quand on parle de « drame familial », de « suicide familial », de « drame de la jalousie » ou de « coup de folie », ce que ces expressions visent aussi à dissimuler, c’est la réalité gore de l’acte : « un homme a tué une femme ». Ou plus précisément « étranglé, abattu, égorgé, éventré, éviscéré, assommé, brûlé, coupé en morceaux, frappé de 40 coups de couteau, décapité, etc. une femme ». Meurtre, assassinat, boucherie, tuerie, massacre, torture – ce sont les mots qui devraient être utilisés pour rendre un compte véridique des féminicides – mais c’est justement ce qui ne doit jamais être dit sur la violence masculine : la société s’empresse donc de balayer sous le tapis ces monceaux de cadavres féminins et de chairs sanglantes, d’où les indispensables les périphrases ci-dessus, feuilles de vigne du sadisme patriarcal.

De plus, dans les expressions « drame familial » ou « violences conjugales », non seulement on fait disparaître le meurtrier derrière la famille ou le couple, mais ces mots, en suggérant que la violence est réciproque, opèrent une redistribution insidieuse de la responsabilité du féminicide vers la femme ; la mutualisation de la violence entre les partenaires produit ainsi un effet subtil de « victim blaming ».

Les pulsions incontrôlables

L’utilisation de formules comme « coup de folie » ou « drame de la jalousie » vise pareillement à voiler qu’il s’agit d’un meurtre en détournant l’attention de la réalité sanglante de l’acte par le focus sur la psychologie du criminel. Mais l’explication par la « folie », la « jalousie » présentées comme une sorte de force tyrannique à laquelle il lui serait impossible de résister entraîne un dégagement de responsabilité pour le perpétrateur : un meurtrier qui prétend crédiblement qu’il a succombé à une de ces fameuses « pulsions incontrôlables » qui sont une spécialité masculine bénéficiera de circonstances atténuantes en cour de justice ; et comme, par définition, la pulsion exclut le calcul, il sera a priori exonéré de l’accusation de préméditation.

Ce qui en fait la défense favorite des auteurs de féminicides : dans la vidéo où il raconte la dispute avec Marie Trintignant qui a débouché sur son meurtre, à propos des coups qu’il lui a portés, Bertrand Cantat déclare : « c’est parti comme ça », comme si quelque chose d’étranger à lui-même l’avait poussé à frapper : la cause du meurtre est extériorisée, projetée hors de lui : « c’est pas moi, c’est la testostérone, l’alcool, la coke, etc. » (8). Evidemment, tous les toxicomanes ou alcooliques ne battent pas leur femme ; de plus, on observe que ces « pulsions incontrôlables » s’expriment de façon hiérarchiquement sélective : si l’homme violent est mécontent de sa femme, il la frappe mais s’il est furieux contre son supérieur au travail, il réprime sa colère et s’abstient de le frapper.

Par contre, l’excuse du « coup de folie » ne peut pas être utilisée par les femmes, les « pulsions incontrôlables » ne pouvant pas les concerner puisqu’elles sont censées être passives, dénuées de l’explosif agon masculin. Etant dépourvues de pulsions, quand elles tuent, puisque ça ne peut pas être passionnel, c’est donc probablement prémédité – ce qui constitue une circonstance aggravante aux yeux des tribunaux. Cette suspicion de préméditation pèse ainsi systématiquement sur les  femmes qui tuent leur mari : ça a été le cas de Jacqueline Sauvage, accusée de façon persistante par divers médias d’avoir prémédité le meurtre de son conjoint bien que le tribunal ait reconnu la non-préméditation. L’excuse de la « pulsion incontrôlable » fonctionne ainsi comme un dispositif de déresponsabilisation genré qui organise légalement et culturellement l’impunité des agresseurs.

Déresponsabilisation masculine

Mais pourquoi considère-t-on que l’emportement est une circonstance atténuante, demandent les autrices de « Crime passionnel, crime ordinaire » (9) ? La réponse est évidente : « l’emportement » et les « pulsions incontrôlables » étant stéréotypiquement des caractéristiques psychologiques viriles, un meurtrier qui allègue avoir été submergé par ses pulsions confirme ces stéréotypes et exprime sa conformité par rapport à cette norme de virilité. En basant sa défense sur le consensus existant sur ce cliché patriarcal, il signale aux juges et aux jurés qu’en « perdant le contrôle », il n’a fait que se conduire en homme, ce qu’on ne peut raisonnablement lui reprocher : boys will be boys, un homme, ça perd le contrôle (stéréotype d’ailleurs en totale contradiction avec celui de la rationalité soi-disant propre au « sexe fort »). Et chez les juges, souvent des hommes eux-mêmes, cette revendication de normalité virile suscitera de la compréhension et un réflexe de solidarité masculine.  

Le discours patriarcal sur ces pulsions est d’ailleurs passablement contradictoire : elles sont supposées incontrôlables – mais on nous dit qu’il ne faut surtout pas tenter de les contrôler. Quand les féministes demandent que les lois sur le harcèlement sexuel et le viol soient appliquées, elles suscitent une levée de boucliers et sont accusées de persécuter la libre expression de la sexualité masculine – « on ne peut plus draguer » – celle-ci étant ainsi implicitement assimilée par ses défenseurs à la violence et à l’agression. Si les pulsions masculines étaient véritablement incontrôlables, les très timides tentatives de les contrôler ne susciteraient pas une telle « panique patriarcale ». On note aussi que seules les pulsions des hommes appartenant aux classes dominantes sont décrétées incontrôlables : celles des hommes dominés (esclaves et colonisés autrefois, immigrés, migrants etc. de nos jours) n’ont jamais été jugées incontrôlables ; les féministes observent que c’est même la catégorie d’agresseurs sexuels de loin la plus condamnée par les tribunaux.

Pathologisation

Des expressions comme « coup de folie », ou « pétage de plombs » tendent également à faire passer le criminel pour fou et à pathologiser le crime, vu comme la manifestation d’une maladie mentale, ce qui revient de nouveau à l’exonérer de la responsabilité de ses actes. Les hommes violents – en particulier les serial killers, auteurs de fusillades ou terroristes – sont fréquemment présentés par les médias comme des déséquilibrés, des anormaux qu’il faudrait soigner et non enfermer. Là aussi, comment se fait-il que les hommes tuent quand ils souffrent de troubles mentaux – mais pas les femmes, pourtant censées plus sujettes à la folie et à l’hystérie ?

En affirmant que les hommes violents sont fous, on affirme que la violence n’est pas une norme virile mais une simple pathologie individuelle : si seuls les fous sont violents, il en résulte la conclusion rassurante que la masse des hommes sains d’esprit ne sont pas violents. Les hommes violents, ce sont les autres, les pas comme nous, des malades : altériser et pathologiser la violence masculine permet de gommer sa dimension systémique. En fait, des statistiques mettent en évidence que le pourcentage de malades mentaux parmi les auteurs de féminicides est faible : il serait de l’ordre de 3% (10).

Souvent, cette violence masculine ne s’exerce pas seulement sur la femme mais aussi sur les enfants : c’est le cas d’environ 60% des hommes qui battent leur partenaire (11), et il a été observé que pratiquement tous les terroristes, auteurs de fusillades aux Etats-Unis, etc. ont commencé par exercer des violences sur leur compagne : la violence sur les femmes est première.

Victimisation

En présentant la violence masculine comme de nature pulsionnelle, les expressions ci-dessus visent enfin à donner une représentation de cette violence comme subie par ceux qui l’exercent : ils sont agis, menés, dominés par elle. Et pour construire cette représentation, les choix lexicaux du discours sur ces violences renvoient fréquemment au registre des catastrophes naturelles : « drame », « tragédie », etc. En plus d’invisibiliser le perpétrateur, ces formulations infèrent l’existence d’une force extérieure qui intervient en lui selon le schéma de la possession maléfique : habituellement défini par son activité et le contrôle qu’il exerce sur lui et son environnement, l’homme pulsionnel, de dominant devient passif et impuissant face à ses pulsions, il endure un « act of God », il succombe à une sorte de fatalité : sa violence est donc involontaire. Une telle représentation suggère ainsi qu’on doit se résigner aux violences masculines comme on se résigne aux désastres naturels contre lesquels l’être humain est désarmé – autrement dit, que la sexualité masculine ne se discute pas et qu’elle doit être acceptée en bloc, agressions comprises.

Elle opère aussi un glissement insidieux du statut de coupable à celui de victime suscitant compréhension voire empathie : puisque ce qui définit le statut de victime, c’est le fait de subir quelque chose qui vous est imposé contre votre volonté, l’homme pulsionnel est la première victime de ses pulsions ; s’il est violent, c’est que quelque chose d’extérieur à son moi conscient le force à être violent, il serait en quelque sorte violenté par sa propre violence. Et surtout, l’emploi de l’adjectif « passionnel » pour qualifier le crime, de même que celui du mot « jalousie » introduit un autre élément d’excuse de l’acte criminel : il serait dû à l’amour, à un excès d’amour : ces criminels aimaient trop, c’est ce qui les a perdus. Implicitement, il est posé que la jalousie et les violences conjugales, y compris lorsqu’elles vont jusqu’au meurtre, sont des preuves d’amour, affirmation que les femmes peuvent d’autant plus facilement accepter qu’elle est culturellement validée, en particulier par la sous-culture de la presse féminine/people et des romans Harlequin.

En fait, rien ne permet d’affirmer que les pulsions masculines soient irrépressibles puisqu’elles n’ont jamais été réprimées, et si les hommes patriarcaux (et leurs alliées) affirment qu’on ne peut pas les réprimer, c’est pour en décourager la répression.

Et si ces pulsions sont en effet typiquement masculines, ce n’est pas parce que leur irrépressibilité découlerait d’une supposée spécificité biologique virile, c’est plutôt parce que, étant en position de dominants, les hommes n’ont pas besoin de les/se contrôler. De par leur situation hégémonique par rapport aux femmes, ils ne sont pas obligés de censurer leurs comportements, de s’inhiber et de se frustrer par peur de susciter la réprobation et de mécontenter ceux qui détiennent le pouvoir – parce qu’ils ont le pouvoir. Ce sont les femmes qui doivent s’empêcher, se limiter pour ne pas déplaire à ceux dont elles dépendent: par définition, quand on est sous contrôle, on n’est pas incontrôlable ; contrairement  aux dominants, les dominées sont socialisées à renoncer à leurs désirs et à accepter la frustration. Les pulsions incontrôlables sont un privilège de dominants, et le fait même que les hommes arrivent à imposer comme une vérité incontestable cette croyance absurde et contradictoire – que leurs désirs, leurs préférences, leurs caprices ne peuvent ni ne doivent être réprimés (version biologisante de la formule « mes désirs sont des ordres ») – représente le summum du privilège de dominants.

Une analyse approfondie des agressions sexuelles fait apparaître que l’alibi des « pulsions incontrôlables » est de plus une inversion patriarcale caractérisée : la majorité des féminicides et des viols relèvent de schémas comportementaux qui n’ont rien de pulsionnel – de nombreux criminels stalkent la victime, épient ses sorties et les gens qu’elle fréquente, font le guet devant sa maison, s’arrangent pour la rencontrer dans la rue (l’ex-compagne de Nordahl Lelandais raconte qu’elle le trouvait constamment sur son passage, parfois muni d’une tronçonneuse), l’attendent à la sortie de son travail, se renseignent sur les membres de sa famille pour les menacer, envoient des dizaines de textos et de mails menaçants etc. Toutes pratiques qui n’ont rien de pulsionnel et impliquent au contraire que le persécuteur calcule, planifie et s’informe avant d’agir : se renseigner minutieusement sur les horaires et les habitudes de la victime, organiser ses déplacements et ses activités en fonction de ces informations, la traquer partout comme un chasseur une proie, la bombarder de textos et de mails, ces tactiques de harcèlement prennent un temps considérable à mettre en œuvre, impliquent intentionnalité, réflexion et stratégie et sont motivées par la poursuite d’un objectif précis : terroriser voire assassiner la femme récalcitrante si elle persiste dans l’insubordination.

Dans le cas des viols, et selon des études basées sur des statistiques de la police américaine, 70% des viols recensés étaient minutieusement planifiés : l’endroit du viol était repéré, la victime était choisie, une stratégie appropriée était sélectionnée (force, séduction, alcool, drogues), et seulement un peu plus d’un violeur sur 10 agissait sans planification (12).

Que les violences masculines ne soient pas une affaire de pulsions mais de pouvoir est mis en évidence par les différences importantes dans les taux de féminicides, de violences conjugales, de viols et de prostitueurs selon les cultures ; la fréquence de ces violences semble directement proportionnelle à l’impunité dont elles bénéficient – moins les femmes ont de droits, plus les violences masculines qu’elles subissent sont massives (3). Quand 80% des plaintes pour violences masculines conjugales sont classées sans suite et 1 à 2% de viols aboutissent à une condamnation (14), cela signale clairement que la société et la justice, censées sanctionner légalement ces actes, leur accordent une large tolérance de fait, les constituant ainsi paradoxalement en « crimes décriminalisés ». Tolérance dont témoigne l’intouchabilité des nombreux prédateurs sexuels médiatisés ayant fait l’objet de dizaines d’allégations de viols et d’agressions sexuelles récemment – DSK, Polanski, Weinstein, Cosby, Besson, Woody Allen, Kevin Spacey, etc – qui restent libres, puissants, honorés, et même triomphants dans le cas de Polanski.

Ce qui permet cette impunité, comme le dévoile le livre de Ronan Farrow, c’est l’existence d’un vaste réseau de complicités à tous les niveaux : la complicité objective des institutions et des médias s’enracine dans un vaste consensus social. Complices, ces personnalités qui, chaque fois qu’un prédateur connu est dénoncé, volent à son secours, crient au « lynchage médiatique », blâment une « tyrannie de l’émotion » et déplorent les « réputations détruites ». Ces affaires, disent-ils, ne devraient se régler qu’au tribunal. Le numéro bien réglé de ces tartufes, agrémenté de sévères rappels au respect de la loi et d’émouvantes exhortations à faire confiance à la justice, est transparent : s’ils poussent les victimes à s’engager sur la voie de garage judiciaire, c’est parce qu’ils savent que la quasi-totalité de leurs plaintes y seront déboutées et que les agresseurs s’en sortiront haut la main(si même ils ne leur intentent pas un contre-procès pour diffamation). Et s’ils les fustigent comme « délatrices » quand elles osent se « faire justice elles-mêmes » et « balancent » sur Facebook, c’est parce qu’ils savent que, sur les réseaux sociaux, leurs amis prédateurs ne s’en sortiront pas indemnes… Si ces femmes font appel au « tribunal de l’opinion », c’est parce qu’elles savent que c’est le seul où elles seront entendues : c’est la carence de la justice patriarcale face aux violences masculines qui  produit #balancetonporc.

Complices, les employé-es de Weinstein qui savaient ce qui se passait et ne disaient rien, s’ils ne recrutaient pas eux-mêmes des proies pour l’ogre. Complices, les pontes du parti Démocrate qui acceptaient ses donations. Complices, les producteurs et les acteurs des films de Polanski, les jurys qui lui décernent des récompenses, jusqu’au million de spectateurs qui payent pour voir son dernier opus sur l’affaire Dreyfus sans qui il ne pourrait payer ses avocats, les dommages réglés à Samantha Geimer et son exil judiciaire en Europe, subventionnant ainsi son impunité. Complices, les éditeurs des livres de Gabriel Matzneff, ceux qui le rémunèrent pour ses chroniques affligeantes, les membres du jury très masculin qui lui ont attribué le prix Renaudot Essai en 2013 malgré les protestations, et même la République qui, en 1995, l’a décoré « officier des arts et des Lettres » pour – on croit rêver – «la contribution que ses œuvres ont apporté au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde. » !

Il semble y avoir actuellement une certaine prise de conscience collective de la gravité des violences commises par ces prédateurs pendant des décennies mais il ne faut pas s’en exagérer l’impact : si Matzneff trouve peu de personnes pour le défendre actuellement, c’est parce qu’il est un vieil écrivain dont les livres ne se vendent pas, obsolète, sans argent et sans pouvoir. Par contre, le succès du film de Polanski au box office, la couverture de Match honorant son réalisateur, sa probable nomination aux Césars sur fond des hypocrites exhortations à séparer l’homme de l’artiste – Polanski l’homme et Polanski l’artiste ont-ils des comptes en banque séparés ? – révèlent à quel point la dénonciation des crimes sexuels sur les femmes et les enfants se heurte encore à des complicités sociales  massives tant que leurs auteurs sont « bankables ». Et que l’impunité de Weinstein, Polanski, Matzneff etc. n’est que la somme de toutes ces complicités.

Francine Sporenda

https://revolutionfeministe.wordpress.com
/2020/01/05/feminicides-et-violences-masculines
-des-complicites-a-tous-les-niveaux/


1) Romito, Patrizia, Un silence de mortes, la violence masculine occultée, Paris, éditions Syllepse, 93.

2) http://www.leparisien.fr/faits-divers/violences-conjugales-la-femme-du-maire-de-cabourg-condamnee-a-son-tour-20-11-2019-8197956.php

3) https://superfeministe.blogspot.com/2019/10/
rue-des-anges.html?spref=fb&fbclid=IwAR3zNhpzoaMHC
myTwE7t9CFbWDf4SVV7bfBwepfhdTp0BTZYkN6NyBxBFxs

4) Houel, Annick, Patricia Mercader et Helga Sobora, Crime passionnel, crime ordinaire, Paris, PUF, 2003, 43.

5) idem, 43.

6) https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/12/31/148-feminicides-en-2019-combien-en-2020/

7) Russell, Diana E.H. & Roberta A. Harmes, Femicide in Global Perspective, New York, Teachers College Press, 2001, 160.

8) https://www.youtube.com/watch?v=lB9x_-WLUgk

9) Crime passionnel, crime ordinaire, 43.

10) Femicide in Global Perspective, 159.

11) Un silence de mortes, 147.

12) Smart, Carol & Barry Smart, Women, Sexuality and Social Control, London, Routledge, 1978, 92.

13) Un silence de mortes, 34.

14) https://www.lepoint.fr/societe/violences-conjugales-belloubet-denonce-une-chaine-penale-pas-satisfaisante-17-11-2019-2347886_23.php#xtor=CS2-238

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.