Autour du Duke (4)

Duke Ellington ne fut pas seulement pianiste ou chef d’orchestre, il fut un très grand compositeur. Ses créations sont reprises, réappropriées, redessinées ou déconstruites par d’autres musicien-ne-s. Variations, au hasard de ré-écoutes récentes.

Voir notes précédentes : Autour du Duke et Autour du Duke (2), autour-du-duke-3/


En hommage à Jimmy Blanton

Cinq pièces dont « Things ain’t what they used to be » et « Sophisticated Lady » et des fragments d’une « suite pour piano et contrebasse ». Au piano Duke Ellington et à la contrebasse Ray Brown. Certes loin des innovations des années 60 et 70, mais un bien beau disque.

Cd Duke Ellington and Ray Brown : This one’s for Blanton, enregistré décembre 1972, Pablo


Come Sunday

Une pièce dédiée à Johnny Hodges. Un saxophoniste alto en solo. Un concert à l’Epée de Bois à Paris. 25 minutes de musique irradiante. Un espace ouvert aux vents de la mémoire et du futur…

CD Anthony Braxton : Solo, enregistré en janvier 1974, Marge 1971 réédition 2015


Caravan

Un captivant « Caravan » dans le premier disque de ce coffret. La trompette de Dave Douglas donnant le ton au trio formé par Franco D’Andrea au piano et Han Bennink à la caisse claire (snare drum).

Triple Cd Franco D’Andrea : Live at the Auditorium Parco della Musica, enregistré en janvier, mars et mai 2014, Publié en 2015


Way Low et Creole Rhapsody

Deux morceaux du Duke, du coté jungle.

Un ensemble sonnant vraiment comme un petit orchestre. Surprenant.

Greg Cohen (contrebasse), Dave Douglas (trompette), Joel Helleny (trombone), Scott Robinson(clarinette, flute, saxophones ténor et basse),

Ted Rosenthal (piano), Romero Lubambo (guitare), Tony De Nicola (batterie), Kenny Wollesen(percussion)

Cd Greg Cohen : Way low, enregistré en décembre 1995, DIW 1996


The Mooche

Une interprétation en petite fanfare. Très animé, grâce bien sûr aux souffleurs, Ray Anderson (trombone), Lew Soloff (trompette), Matt Perrine (sousaphone) qui semblent se démultiplier, mais aussi au batteur Bobby Previte dont les interventions sont fondamentales. Le mélange du style jungle et de la fanfare.

De quoi vous réchauffer le cœur.

Cd Ray Anderson Pocket Brass Band : Where Home is, enregistré en novembre 1998, Enja 1999


Une suite en quatre parties. Je regrette l’absence de livret et d’une traduction en français.

Mettez le cd dans la platine. La magie opère immédiatement. L’un des plus grands compositeurs du XXe siècle nous conte (musique et chansons de Duke Ellington et Billy Strayhorn) une histoire en grand orchestre, avec chanteuses et choeur. Des pupitres de cuivre toujours aussi somptueux, des interventions solistes et la voix du conteur…

Cd Duke Ellington and his Orchestra : A drum is a woman, enregistré de septembre à décembre 1956, CBS 1957

Voir aussi, le duo James Newton, Mike Cain « Prelude to a kiss » : dans le cd « If Love » : hier-pour-aujourdhui-les-annees-90-2/

Didier Epsztajn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.