Et si on parlait de la charge mentale de Noël ?

A l’approche des fêtes, nombreuses sont les femmes à se sentir aussi cuites que la dinde de Noël. Entre l’achat – voire, pour les plus téméraires, la fabrication – des cadeaux, la composition du menu de Noël, l’envoi des cartes des vœux, l’organisation des vacances scolaires si enfants il y a, la décoration de la maison pour mettre toute la famille dans l’esprit de Noël et le pétrissage de la pâte à sablés, le concept de charge mentale prend un tout autre sens. 

Selon une enquête réalisée en 2017 sur un échantillon représentatif de 1009 personnes, 80% des femmes en couple préparent le dîner chaque jour en semaine, 92% ont le sentiment d’être responsables du foyer et 95% se sentent plus responsables des enfants que les hommes. 

Sans surprise, la période des fêtes ne fait qu’amplifier la charge mentale que les femmes subissent déjà quotidiennement. Qu’il s’agisse d’établir la liste des courses, d’acheter les cadeaux de toute la famille, de piétiner pendant des heures au rayon jouets, de décorer la maison pour en faire un havre de paix qui sent le pain d’épices, d’organiser jeux et activités pour occuper les enfants, de préparer les valises en cas de départ en vacances, de dresser la table, de cuisiner pendant des heures (liste hélas non exhaustive), la somme des choses à faire semble s’étirer jusqu’à l’infini. Un labeur évidemment non rémunéré, qui profite à toute la famille et notamment aux hommes. 

Qui n’a jamais observé les femmes de sa famille s’affairer en cuisine – le saumon fumé ! la dinde aux marrons ! la bûche au chocolat ! – pendant que les hommes conversent nonchalamment autour d’un verre est non seulement chanceux.euse, mais a également raté une expérience sociologique essentielle. 

La période de Noël n’est pas le seul moment lors duquel la force de travail et la charge émotionnelle des femmes sont réquisitionnées. Mariage, anniversaire, célébrations diverses : tous les événements qui rythment la vie sont généralement pensés, élaborés et organisés par les femmes, qui y voient l’occasion de mettre en œuvre les compétences relationnelles, d’organisation et de soin à autrui qu’elles ont spécifiquement acquises (note pour les néophytes : non, ce n’est pas inné)

Mais ce n’est pas la seule raison. 

En réalité, ce n’est pas tant que les femmes se plient de bonne grâce à ces marathons organisationnels – il y a plus fun que d’organiser une cérémonie de mariage de A à Z ou de préparer un repas de réveillon pour 20 personnes, par exemple. 

C’est aussi et surtout une affaire de traditions genrées et d’attentes sociales, si solidement établies qu’il peut être difficile d’y échapper. 

Les femmes sont en effet jugées sur leurs capacités (et leur motivation) à être une bonne « maîtresse de maison » – même si plus personne ne se risquerait à employer une expression aussi désuète, pour ne pas dire sexiste. Plus globalement, la société les déclare responsables des événements familiaux, de l’atmosphère du foyer et du bien-être de ses membres – et qu’importe si elles doivent sacrifier le leur au passage. 

Il est donc attendu qu’elles endossent sans mot dire le rôle qui leur a été assigné, celui d’une G.O (gentille organisatrice) enthousiaste et infatigable. C’est à elles qu’il revient de rendre les membres du foyer heureux, de désamorcer les potentiels conflits, de s’assurer de la bonne ambiance générale, et de combler les besoins gustatifs, esthétiques et récréationnels de leurs convives. C’est sur elles que pèse le devoir d’occuper les fonctions de cheffe cuisinière, décoratrice, organisatrice d’événement, médiatrice et lubrifiant social. Le tout gratuitement et sans se départir de leur bonne humeur, bien sûr. 

Ces normes sociales sont particulièrement difficiles à combattre car elles sont implicites, sous-jacentes, et profondément ancrées. Leur invisibilité est un piège, puisque ce qui n’est pas nommé n’existe pas. De fait, elles pèsent de tout leur poids sur les épaules des femmes, qui ne peuvent généralement pas se contenter de dire « non, merci » en se resservant du vin. 

(Ce qui ne signifie pas que cela ne vaut pas le coup d’essayer).

La division du travail domestique (que ce soit en période de fêtes ou à n’importe quel autre moment) n’est pas une « loi » inéluctable qui serait inscrite dans la nature. Rien ne prédispose les femmes à la décoration du sapin de Noël et à l’organisation d’activités ludiques pour les enfants. De la même manière, rien n’empêche les hommes d’acheter des cadeaux, de préparer des biscuits sablés ou d’allumer des bougies – si ce n’est cette petite chose de rien du tout qui se nomme le patriarcat. Car c’est là où le bât blesse : la société ne leur a jamais appris qu’il s’agissait là d’une responsabilité qu’ils devaient endosser en tant que membre du foyer. Ce qu’elle leur a inculqué, en revanche, c’est qu’ils pouvaient être passifs, ne pas s’impliquer dans la vie domestique, et compter uniquement sur les femmes de leur entourage pour combler leurs besoins. 

Même si le partage des tâches tend à s’équilibrer, notamment chez les jeunes couples, les femmes restent majoritairement préposées aux tâches utilitaires (lancer les invitations, cuisiner, décorer, ranger…) ainsi qu’au nécessaire travail de planification qui a lieu en amont – ce que l’on nomme la charge mentale. Ainsi, les hommes sont dispensés du moindre effort dans la sphère privée, puisqu’ils sont implicitement supposés bénéficier du travail domestique des femmes, lesquelles doivent se mettre au service des autres. 

Mais alors, qu’est-ce qu’on attend pour tout péter ? Pourquoi, malgré la conscience que nous avons de la situation (et notre conviction qu’elle possède un caractère profondément inégalitaire), perpétuons-nous ces traditions archaïques ? Pourquoi, à chaque Noël, les femmes et les hommes reprennent-ils sans ciller leur place habituelle, les unes aux fourneaux, les autres devant le bêtisier de TF1, comme des pions sans autonomie ni volonté ? 

Je me souviens de mon indignation lorsque j’ai appris que de nombreuses femmes allaient jusqu’à s’occuper personnellement des cadeaux… de la famille de leur conjoint. « Je suis en quelque sorte obligée », se défendent-elles. « Si je ne le fais pas, personne ne le fera, et c’est moi qui serais jugée ».

Voilà sans doute où réside le problème : parce qu’on attend des femmes qu’elles prennent tout en charge, même ce qui ne les concerne pas, elles n’ont pas d’autre choix que de répondre à l’appel. Ce qui est en jeu, ce ne sont pas seulement de vieilles traditions inscrites dans l’inconscient collectif. C’est aussi et surtout notre place dans la société, et plus spécifiquement dans le microcosme familial. Personne n’a envie de créer une esclandre ni d’être mis.e au ban de sa famille pour avoir fait acte de « rébellion ». Personne n’a envie d’endosser le rôle particulièrement ingrat de celui ou celle qui transgresse les codes. 

Le refus – implicite ou explicite – des femmes de se conformer aux rôles de genre traditionnels peut en effet se retourner contre elles.Elles seront alors vues comme des « emmerdeuses », des rabat-joies, des égoïstes qui se permettent de gâcher les célébrations familiales au nom de griefs personnels. Difficile, quand on porte sur ses épaules des siècles de traditions jamais remises en cause, de renverser seule le statut quo. 

Et c’est là qu’une question se pose : que fait donc l’autre moitié de l’humanité ? 

Hélas, comme en matière de parentalité, la place des hommes se réduit ici à un flou artistique. Personne ne songera à les blâmer s’ils n’ont pas fait leur part, puisque aucune attente ne pèse sur eux. Eux aussi auraient pu cuisiner cette foutue bûche au chocolat, eux aussi auraient pu braver la foule de décembre pour aller acheter le cadeau du petit Léo, eux aussi auraient pu décrocher le téléphone pour convier personnellement chaque invité.e. Mais leur identité, leur fonction sociale n’est pas rattachée à la sphère privée, qui reste le domaine réservé des femmes – aussi indépendantes et libérées soient-elles. Chaque genre va donc se conformer aux attentes qui pèse spécifiquement sur lui. Or, comme nous l’avons vu, la société n’attend pas des hommes qu’ils s’investissent dans la sphère domestique, et encore moins qu’ils s’y montrent compétents. 

*

Je n’ai ni mari ni enfant, et je vis dans un appartement dont la taille exclut toute activité de type « organisation d’un repas de Noël pour 15 personnes » – cela me préserve donc a priori de certains cadeaux empoisonnés que la période des fêtes réserve aux femmes. 

Cette année, comme les années précédentes, je ne cuisinerais pas, je n’achèterais pas le cadeau du père de mon hypothétique époux, et je ne décorerais pas la table (en fait, je mettrais plutôt les pieds dessous). Et je prie pour ne jamais tomber dans cette spirale inégalitaire où, quelles que soient ses convictions, la moitié féminine d’un couple finit souvent par devenir la bonniche officielle – une sorte de couronnement sans consentement et sans gloire. 

Pour toutes celles qui s’essuient déjà le front devant leur interminable to-do list : pensez à la politique des petits pas. Il n’est pas toujours facile de faire sédition d’un seul coup, sans préavis, après avoir sagement obéi aux normes sociales pendant des années. La révolte doit commencer lentement, mais sûrement. Personne n’a pensé à allumer le four ? Quel dommage. Vous êtes confortablement installée dans votre fauteuil, une coupe de champagne à la main. Vous arrivez les mains vides chez vos beaux-parents parce que votre conjoint comptait sur vous pour l’achat de la Wonderbox et des chocolats ? C’est son problème : pas le vôtre. Etc, etc. 

Parce que les femmes, elles aussi, ont le droit à la trêve de Noël. 

Egalitaria (Caroline)

https://egalitaria.fr/2019/12/21/et-si-on-parlait-de-la-charge-mentale-de-noel/


De l’autrice :

Violences faites aux femmes : l’impunité des puissants, violences-faites-aux-femmes-limpunite-des-puissants/

Il faut qu’on parle (d’argent)il-faut-quon-parle-dargent/

La rhétorique réactionnaire : comment parlent les dominants lorsqu’ils craignent pour leurs privilègesla-rhetorique-reactionnaire-comment-parlent-les-dominants-lorsquils-craignent-pour-leurs-privileges/

Pères encensés, mères épuiséesperes-encenses-meres-epuisees/

Il faut sourire pour être belleil-faut-sourire-pour-etre-belle/

Quelque chose de pourri dans la masculinitéquelque-chose-de-pourri-dans-la-masculinite/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.