Avant-propos au livre de César Rendueles et Joan Subirats : La cité en communs Des biens communs au municipalisme

Avec l’aimable autorisation des Editions C&F

« En commun », « biens commun », « pour le bien commun ». Le concept de « communs » et tous ses dérivés possibles sont des mots qui résonnent de plus en plus dans le monde des idées politiques, économiques et culturelles… Pourquoi ? Qu’est-ce qui rend si intéressant ce mot aux interprétations multiples ? Que nous apporte « le commun » à un moment aussi complexe que celui d’aujourd’hui ?

Les biens communaux sont la propriété de toute une communauté. Ni privés ni publics, ils fournissent générale- ment un bien nécessaire à tous ses membres. Ce sont des ressources (eaux, forêts, terres…) qui doivent être préservées et gérées collectivement car elles sont rares et leur exploitation individualiste peut conduire à leur extinction. L’accès aux biens communaux est un droit de tous les membres d’une communauté. Le commun exige aussi quelques devoirs : le travail et la gestion communautaire.

Le commun a des racines très anciennes dans le temps et l’espace. C’est une réalité répandue à travers la planète et à travers l’histoire. Les sociétés traditionnelles actuelles comme les communautés paysannes et autochtones ont des mécanismes politiques et économiques de nature communautaire. Nous avons aussi des témoignages de formes de propriété communale dans le monde rural européen qui évoquent une défaite qui date de deux cents ans : le communal phagocyté par le capitalisme émergeant tout au long du XIXe siècle.

Qu’est-ce qui nous séduit dans la revendication du « commun » ? Sans doute l’absence de modèles théoriques transformateurs, ce qui nous permet d’échapper à la mauvaise expérience étatique du « socialisme scientifique » et la barbarie néolibérale de la privatisation extrême que nous vivons aujourd’hui.

Par ailleurs, il est indéniable que nous ne pourrions parler du commun sans l’émergence du monde numérique. Le discours des biens communs a servi de nombreuses communautés numériques pour défendre la liberté d’expression, revendiquer le logiciel libre, le libre accès à l’information et lutter contre les lois restrictives du copyright.

Pour aborder ce débat, nous avons invité deux chercheurs inscrits dans la société, la culture et les idées d’aujourd’hui. César Rendueles et Joan Subirats nous offrent dans ce livre une conversation animée et cependant pleine de la rigueur que leur apporte leurs multiples champs de réflexion: histoire, sciences politiques, économie, anthropologie… Tous deux nous aideront à comprendre ce qu’est le commun dans toute sa richesse et sa complexité

César Rendueles & Joan Subirats : La cité en communs

Des biens communs au municipalisme

Traduit de l’espagnol par Alain Ambrosi

C&F éditions, Caen 2019, 142 pages, 18 euros

https://cfeditions.com/municipalisme/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.