Etre une femme à l’heure du numérique : LE CYBER-HARCELEMENT

Le passage à l’ère du numérique semble bien avoir changé la façon dont les femmes et les filles sont impactées par les violences sexistes, et les affaires de cyber-harcèlement récentes défraient la chronique. La journaliste Nadia Daam a fait l’objet d’un cyber-harcèlement abject, ordurier suite à une de ses chroniques humoristiques, certains utilisateurs du site Jeuxvideo.com n’ont pas hésité à la menacer de viol, ainsi que sa fille (1). La militante féministe, Floriane Marandet (2) a également été victime de harcèlement de la part d’utilisateurs de ce site, elle a été menacée de mort, calomniée, les harceleurs ont aussi usé de divers moyens pour la discréditer professionnellement. Ce qui relie ces deux affaires c’est la prise de position féministe de ces deux jeunes femmes, Nadia Daam a ouvertement critiqué les adeptes de jeuxvideo.com, et Floriane Marandet milite activement, sous sa véritable identité. Ces deux femmes au féminisme assumé, exposées dans les médias ou les réseaux sociaux se sont exprimées de façon explicite, et quand elles ont pointé des comportements sexistes et violents, la réaction des concernés a été de redoubler de violence, en ligne, voire dans la réalité, afin de les faire taire.

Un peu comme les muselières utilisées pour faire taire les soit-disant commères au moyen-âge (3), les violences en ligne ont la capacité de réduire au silence les femmes à la parole un peu trop libre. Persistance du but, changement de stratégie, les nouveaux masculinistes recourent aux méthodes de leur temps pour faire taire les insolentes. Dans le cas de Floriane Marandet, le cyber-harcèlement a abouti à de violentes agressions bien réelles. Ces deux affaires se sont terminées en justice, mais les sanctions aussi sévères fussent-elles ne répareront jamais les dégâts causés aux victimes et à leur entourage. Le numérique, par les nouveaux moyens qu’il donne aux agresseurs semble parfois décupler leur violence ; comment les femmes vivent-elles ce basculement dans le virtuel ? Nous allons d’abord définir ce qu’est la cyber-violence, puis dans un deuxième temps nous allons nous pencher sur le caractère genré du cyber-harcèlement.

Il nous faut tout d’abord définir ce qu’est le harcèlement, il s’agit d’un ensemble de comportements et de stratégies agressives qui se manifestent dans tous les lieux de la vie sociale. Ces comportements peuvent se banaliser au point de devenir habituels pour les personnes qui en sont témoins. Il existe trois grands types de stratégies comportementales propres au harcèlement : tout d’abord celles qui impliquent des stratégies directes entre la victime et l’agresseur, d’autres encore qui englobent toutes les stratégies pour nuire à la victime par le biais de tiers (rumeurs, médisance…) et enfin les stratégies qui utilisent les nouvelles technologies de communication (téléphonie, internet…). Dans le cas du harcèlement scolaire, on ne peut pas affirmer que les élèves harceleurs ou harcelés le seront tout autant en ligne que dans la vie réelle, le cyber- harcèlement peut néanmoins constituer un prolongement efficace et redoutable au harcèlement vécu dans les espaces sociaux.

Les statuts des acteurs impliqués dans une situation de harcèlement peuvent être regroupés en 4 grands types : les agresseurs, les victimes, les agresseurs-victimes, les personnes qui restent neutres. Les agresseurs peuvent être actifs ou passifs, les agresseurs actifs, à la personnalité proche d’une structure psychopathique font preuve d’une absence d’empathie, de compréhension des conséquences de leur comportement sur les victimes, tandis que les agresseurs passifs, les suiveurs, ne sont pas à l’origine du harcèlement, ils ne font que se conformer à la dynamique violente du groupe. Globalement, le débat n’est pas tranché entre ceux qui pensent que les agresseurs ont un comportement stratégique de manipulation des situations sociales à leur avantage, ou au contraire, souffrent d’un manque d’adaptation sociale.

Les victimes peuvent aussi être considérées comme passives, avec un profil anxio-dépressif et la présence d’un risque suicidaire, ou actives du fait des bénéfices secondaires qu’elles tirent de la situation. Les personnes de statut « neutre » sont celles qui semblent échapper au harcèlement, mais qui y sont impliquées néanmoins en tant que témoins. Le harcèlement est loin d’être une relation duale, il implique des complices et des témoins, qui participent ou assistent au harcèlement (4). Les violences ponctuelles par le biais des nouvelles technologies sont appelées cyber-violences, c’est la répétition de ces violences dans la durée, avec une certaine fréquence qui constitue un cyber- harcèlement. La cyber-violence peut s’exprimer de diverses manières : envois de messages écrits, d’images, de photos avec commentaires ou sonorisées. Les contenus sont divers : moqueries, menaces, insultes, agressions à caractère sexuel, ostracisme, rumeurs, diffusion d’images humiliantes, lynchage, dissémination de documents privés sans l’autorisation de la personne impliquée. L’agresseur peut aussi usurper l’identité de la victime ou utiliser frauduleusement ses mots de passe. La victime peut être atteinte par le biais d’e-mails, de SMS, de messageries instantanées ou des réseaux sociaux.

L’anonymat en ligne a un effet désinhibant : il donne aux auteurs un sentiment d’impunité, ils ont tendance à aller plus loin en ligne qu’ils ne le feraient en réalité, d’autre part l’anonymat réduit aussi l’empathie vis-à-vis des victimes, il limite également la capacité de coping de celles-ci. L’éloignement, le fait qu’il n’y ait pas de communication kinésique peut altérer la perception, le décalage entre les intentions de l’émetteur et ce que la victime perçoit du message est accru. De plus, la victime ne connaissant pas les agresseurs, elle peut ressentir un fort sentiment d’impuissance. Les nouveaux outils de communication sont puissants, la diffusion des contenus violents est instantanée et se poursuit 24h/24, 7 jours/7, la violence s’exerce en continu, ne laissant aucun répit aux victimes. De plus les auteurs eux-mêmes perdent rapidement la maîtrise des messages de haines qu’ils produisent, d’autres internautes prenant le relais et en ce qui concerne le nombre possible des témoins, il est quasi-illimité. La victime quant à elle n’a aucun moyen de savoir qui a accès aux contenus violents à son encontre, elle est donc plus susceptible de développer un sentiment de paranoïa. Le cyber-harcèlement diffère donc du harcèlement ordinaire sur la forme et l’impact qu’il peut avoir (5), il peut décupler la violence d’un harcèlement dans la vie réelle, ou constituer une agression extrêmement violente à lui seul. Ce qui ressort de ces données c’est que la dématérialisation propre au net augmente à la fois la violence des attaques, ainsi que leur toxicité, leur impact, les agresseurs vont plus loin, et les victimes sont plus désarmées face à ce déferlement de haine.

On connaît des cas de cyber-harcèlement absolument dramatiques : Rehtaeh Parsons, âgée de 17 ans au moment des faits, s’est suicidée à la suite de la diffusion de la vidéo de son agression sexuelle. Une autre jeune femme nommée Jada, victime de viol en réunion en soirée, a vu une photo de son agression circuler très largement sur les réseaux sociaux, au point que ce phénomène a été qualifié de « viol viral » (6). Dans ces deux situations, des agressions sexuelles réelles se sont prolongées sur la toile, redoublant la violence contre les victimes. 

Les hommes et les femmes sont-ils égaux face au cyber-harcèlement ? Les différentes études en milieu scolaire sur le sujet révèlent que les filles sont autant impliquées dans les problématiques de harcèlement, que ce soit en tant qu’auteurs ou victimes, et au lycée, les garçons se déclarent plus souvent victimes que les filles. Par contre, le type d’agression varie, les filles sont plus souvent victimes d’agressions à caractère sexuel (sollicitations indésirées, chantage au sexting…) tandis que les garçons sont souvent agressés en vertu d’une homosexualité réelle ou supposée. Les filles produisent des cyber violences de type relationnel tandis que les garçons réalisent plutôt des vidéos humiliantes, des envois d’images dérangeantes ou usurpent l’identité de la victime. A l’origine d’un harcèlement, il y a souvent une rupture amoureuse ou amicale, les filles sont souvent auteurs de harcèlement contre d’autres filles, par envie ou jalousie, elles pratiquent le slut shaming afin d’isoler la victime, elles reproduisent à l’identique entre elles les mécanismes de la domination masculine. Au niveau des conséquences, il semblerait que les filles ressentent plus fortement les effets du cyber-harcèlement avec des niveaux d’anxiété et de dépression plus élevés et une baisse de la concentration à l’école, elles auraient aussi plus d’idées suicidaires. Les garçons, qu’ils soient auteurs ou victimes présentent plus de problèmes psychologiques, physiques et scolaires (5).

On voit apparaître des différences importantes selon le sexe dans le registre de l’internalisation, les filles présentent une dégradation de leurs indicateurs de santé mentale avec moins de satisfaction dans leur vie, plus de stress dû au travail scolaire, elles font état de plus de plaintes de type psychosomatique, elles sont aussi plus déprimées (7). Le phénomène du cyber-harcèlement apparaît dès le primaire, avec des petites filles plus souvent victimisées que les petits garçons à cet âge (8). Des applications comme Snapchat, très populaires dans les collèges, sont révélatrices des violences sexistes en ligne. Les filles qui s’exposent sur ces réseaux sont toujours sanctionnées plus sévèrement que les garçons qui auraient le même comportement, l’exposition sur Snapchat peut donner lieu à des rumeurs au sein du collège. Il y a même eu de vraies agressions sexuelles sur des jeunes filles suite à une exposition de leur part sur ce réseau social. Snapchat peut être un vecteur de diffusion de rumeurs et d’établissement de réputation dans l’établissement ou le quartier, ce qui peut déboucher sur un rejet social dans l’environnement immédiat de l’élève, voire sur des agressions sexuelles réelles.

Ce qui ressort de cette courte revue de littérature, c’est que les femmes et les filles, bien que plus lourdement impactée en termes de santé mentale que les hommes, sont agissantes dans le cyber-harcèlement et reprennent les codes de la domination masculine pour exercer des violences psychologiques entre elles. Ce qui est aussi à retenir, c’est qu’internet n’est pas étanche, des contenus partagés en ligne peuvent avoir une incidence sur le réel, déclencher des comportements agressifs, violents, sexistes dans la vie des usagers. Au-delà des classiques conseils de prudence en ligne que délivrent les institutions et autres organismes de prévention, ce constat appelle un changement culturel chez les femmes, la nécessité d’établir une culture de la solidarité féminine et le refus de la reproduction de la violence masculine à l’intérieur des groupes de femmes. C’est le problème majeur qui ressort de cet état des lieux des connaissances scientifiques : loin d’être solidaires, les femmes sont actives dans le cyber-harcèlement, surtout chez les plus jeunes, et vont en quelque sorte, après avoir internalisé la misogynie, exercer des comportements violents et misogynes sur d’autres femmes, et cela demande réflexion, comment créer une véritable culture de la solidarité chez les femmes ? De refus de la violence masculine ? Le débat est ouvert.

Christine Dalloway

https://revolutionfeministe.wordpress.com/2019/11/10/etre-une-femme-a-lheure-du-numerique-le-cyber-harcelement/


Bibliographie

  1. https://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/cyberharcelement-de-nadia-daam-cinq-mois-avec-sursis-pour-un-etudiant_2068537.html

  2. https://www.estrepublicain.fr/actualite/2017/03/29/feministe-menacee-de-mort-et-de-viol

  3. https://www.neozone.org/insolite/au-moyen-age-on-utilisait-une-museliere-pour-faire-taire-les-commerages/

  4. Comprendre le harcèlement pour mieux le prévenir, Roger Fontaine, Presses Universitaires de France | « enfance », 2018/3 n° 3 | pages 393 à 406

  5. Le cyberharcèlement chez les jeunes, catherine blaya, presses universitaires de France | « enfance », 2018/3 n° 3 | pages 421 à 439

  6. L’humiliation sur internet : une nouvelle forme de cyberdélinquance ? Julie alev dilmaç médecine & hygiène | « déviance et société » 2017/2 vol. 41 | pages 305 à 330

  7. Harceleurs Et Harcelés : Des Expressions Du Mal-Etre Différentes Emmanuelle Godeau, Nicole Catheline, Margarida Gaspar De Matos Et Virginie Ehlinger Presses De Sciences Po | « Agora Débats/Jeunesses » 2016/4 N° Hors Série | Pages 95 A 115

  8. Harcèlement Entre Pairs À L’école Primaire. Résultats D’une Enquête Suisse Claire Piguet et Zoe Moody Association jeunesse et droit | « Journal du droit des jeunes » 2013/8 N° 328 | pages 39 à 41


De l’autrice :

FEMINICIDES, le décompte macabre se poursuit dans l’indifférence générale, feminicides-le-decompte-macabre-se-poursuit-dans-lindifference-generale/

« La maison » d’Emma Becker ou comment vendre l’enfer allemand au reste de l’Europe, la-putain-respectueuse-plus-deux-textes/

POUR JULIE : peut-on être consentante à 13 ans ?, pour-julie-peut-on-etre-consentante-a-13-ans/

Le corps des femmes, champ de bataille du patriarcatle-corps-des-femmes-champ-de-bataille-du-patriarcat/

Vivre en enfervivre-en-enfer/

Des buchers aux écrans, la violence faite aux femmes perduredes-buchers-aux-ecrans-la-violence-faite-aux-femmes-perdure/

 

Une réponse à “Etre une femme à l’heure du numérique : LE CYBER-HARCELEMENT

  1. C’est aussi cela la communication performante jugée formidable

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.