LA GUERRE DES POPULISMES CONTRE LES FEMMES : obsession du contrôle des utérus et culte de la virilité

L’OBSESSION DU CONTROLE DES UTERUS

Hillary Clinton s’est récemment étonnée:  « pourquoi les extrémistes se concentrent toujours sur les femmes reste un mystère pour moi. Ils veulent toujours contrôler les femmes » (64).  Et Margaret Atwood (l’autrice du roman dystopique « La servante écarlate ») précise que « c’est l’un des symptômes du totalitarisme : s’en prendre aux droits des femmes en matière de procréation… » (65). Pourquoi en effet cette obsession des partis d’extrême-droites pour les femmes, et pourquoi en particulier leur guerre à outrance contre le droit à l’avortement et l’accès à la contraception dès qu’ils arrivent au pouvoir ?

On sait que les régimes nationalistes sont par définition natalistes : dans leur vision, un pays ne peut être fort sans une démographie forte et le pouvoir d’un chef se mesure au nombre de ceux qui le suivent ; les leaders de ce type de régime veulent habituellement des troupes nombreuses pour asseoir leur pouvoir – chair à canons, chair à usines, masses innombrables de producteurs et de consommateurs. Les fondements idéologiques des régimes populistes étant ethno-nationalistes, ils voient leur poids politique, sur la scène internationale en particulier, comme dépendant étroitement du chiffre de leur population : les femmes y sont donc sommées de procréer.

Mais les politiques de « pro-natalisme coercitif » mises en œuvre par ces régimes ne visent-elle qu’un simple objectif démographique ? On peut en douter. Parce que, si leur motivation unique est qu’il naisse davantage de bébés, il est totalement contre-productif de limiter comme ils le font l’accès des femmes aux soins de santé – voire de les condamner à mort en leur refusant des tests de dépistage du cancer et du SIDA ou en les obligeant de nouveau à avoir recours aux avortements clandestins qui tuaient chaque année des milliers de femmes – une telle politique ayant pour effet de réduire d’autant le pool des mères potentielles, et donc des naissances.

De même, comment comprendre la tolérance accordée aux violences masculines et la réduction drastique des crédits affectés à la lutte contre ces violences dans les pays populistes qui ont lancé ces campagnes de propagande nataliste intensive ? Poutine déclare que les femmes russes doivent avoir au moins 3 enfants – mais le chiffre annuel des féminicides en Russie est effarant : il varie entre 8 000 et 14 000 selon les sources. Beaucoup de ces femmes tuées par leur conjoint étaient en âge de procréer, et à cause de ces milliers de féminicides, il y a chaque année des milliers de naissances en moins. Contre-productive également d’un point de vue purement nataliste la réduction des services publics, des subventions aux crèches etc. qui, en améliorant la situation matérielle des femmes, facilitent le travail maternel. Si la priorité de Poutine était de booster le taux des naissances sur le territoire russe, il ferait passer des politiques protégeant les femmes et les mères, mais c’est loin d’être le cas.

REMETTRE LES FEMMES SOUS CONTROLE MASCULIN

Visiblement, pour ces régimes, protéger la santé et la situation matérielle des femmes, ce qui favorise pourtant leur accès à la maternité, ce n’est pas souhaitable – parce que ce type de mesures favorise aussi leur « empouvoirement » et leur autonomisation, et c’est ce dont ils ne veulent pas. En  fait, ils les veulent au contraire faibles et dépendantes : supprimer les crédits aux refuges pour victimes de violences conjugales et réduire la couverture santé et les aides sociales, ça permet aux Etats de faire des économies mais ça offre aussi l’avantage de fragiliser les femmes. Et peu importe que ces mesures anti-femmes compromettent leur projet nataliste:  d’une façon générale, on observe que la défense de la suprématie masculine est un objectif si vital pour les hommes patriarcaux qu’elle passe avant leurs intérêts matériels immédiats. On en a un autre exemple quand, face à d’innombrables enquêtes et études qui prouvent, faits et chiffres à l’appui, que les entreprises ont de bien meilleurs résultats financiers quand elles sont gérées par des équipes féminisées, les dirigeants préfèrent sacrifier leurs profits pour pouvoir continuer à exclure les femmes des sphères de pouvoir et préserver l’entre-soi masculin au sommet.

Une femme qui décide seule du nombre d’enfants qu’elle souhaite avoir fait preuve d’une insupportable auto-détermination aux yeux des très traditionalistes populistes. Face à cette émancipation féminine, les politiques populistes de pro-natalisme coercitif permettent de faire d’une pierre deux coups : imposer aux femmes des maternités nombreuses ne présente pas seulement un intérêt démographique, ça permet aussi de les replacer sous autorité masculine.

Cette stratégie n’est pas nouvelle : dans les sociétés patriarcales, la maternité a toujours été une arme efficace utilisée par les hommes pour esclavagiser les femmes : « keep them barefoot and pregnant » (gardez-les pauvres et enceintes). Pendant des siècles, ils ont exploité la vulnérabilité induite par des grossesses répétées pour les tenir sous leur coupe : par les rapports sexuels forcés du « devoir conjugal » et les naissances multiples qui s’ensuivent, ils ont fait en sorte que les femmes soient financièrement dépendantes et confinées dans leur foyer, donc entièrement à leur merci. Mais les avancées féministes les ont privés de ce moyen de contrôle : les femmes font de moins en moins d’enfants et ont conquis leur indépendance économique. Cette indépendance économique, les populistes ont pour projet de la révoquer : selon eux, parce qu’elle désagrège la famille traditionnelle, l’émancipation féminine est une cause majeure de la « décadence » des sociétés occidentales (« décadence » étant dans le lexique des populistes un mot de code pour « recul de la domination masculine blanche »). Face à ce recul, il y a donc urgence à opposer une ferme reprise en main et c’est évidemment en renvoyant les femmes à la maternité que les populistes comptent l’opérer.

DEFENDRE LA SUPREMATIE BLANCHE

En examinant ces politiques natalistes de plus près, on se rend compte également que ceux qui disent vouloir des bébés nombreux ne veulent pas n’importe quels bébés : ce sont essentiellement les femmes blanches que les populismes veulent contraindre ou inciter à la maternité. On sait qu’aux Etats-Unis, des milliers de femmes autochtones, noires et portoricaines ont été victimes de stérilisations forcées, financées par des fonds fédéraux. Ces programmes mis en œuvre pendant des décennies étaient motivés par des considérations eugénistes et racistes. La plupart ont été suspendus à la fin des années 70 mais ces idées perdurent dans l’extrême-droite américaine, et pas seulement dans le KKK : l’occupant actuel de la Maison blanche lui-même semble les partager, si l’on en juge par les allusions racistes dont il parsème régulièrement ses discours et ses tweets. On sait comment il traite les Mexicains de « violeurs » et dénonce « l’invasion hispanique », comment il aime évoquer ses « bons gènes » qu’il doit à son père d’origine allemande et à sa mère écossaise, comment il explique la pauvreté par un QI inférieur résultant d’une infériorité génétique, et comment les Etats-Unis devraient selon lui « favoriser l’immigration d’immigrants provenant de pays comme la Norvège » (65). Non seulement un fort pourcentage de ses supporters adhère à ces préjugés mais le racisme et la misogynie sont pour Trump des atouts politiques qu’il utilise délibérément pour relancer sa cote de popularité : quand il enjoint à plusieurs jeunes femmes issues de minorités membres de la Chambre des Représentants de rentrer dans leur pays d’origine (« go back where you came from »), les pourcentages d’opinions en sa faveur dans les sondages montent de 5 points (67).

Comme on peut s’y attendre, le racisme de Bolsonaro est encore plus frontal : il a déclaré que les descendants d’esclaves (qui constituent la majorité et la partie la plus pauvre de la population brésilienne) étaient des « parasites » « même pas dignes de procréer » et que « seule la contraception pouvait nous sauver du chaos » causé par la prolifération excessive de la population de couleur (68). On est agréablement surpris-es d’apprendre que cet adversaire déclaré de l’avortement a fait voter un programme d’information et d’aide à la contraception subventionné par l’Etat -mais il est réservé aux catégories populaires (69). Les politiques natalistes des régimes populistes sont crypto-eugénistes et racialement sélectives.

Ces contradictions confirment que l’enjeu réel de ces politiques pro-natalistes est tout autre que démographique. Ce que les populistes redoutent, ce n’est pas tant le déclin démographique de leur pays – qui pourrait aisément être stoppé en accueillant davantage d’immigrés – mais le déclin de sa population blanche et le risque qu’elle devienne minoritaire face aux populations issues de l’immigration : « on est chez nous », scandent les militants du Rassemblement National. Ils refusent donc tout accroissement de la population par un afflux massif d’immigrants ou par un fort taux de natalité des minorités. Orban le dit clairement : le problème du déclin démographique et du manque de main d’œuvre, « que Bruxelles veut résoudre par l’immigration, nous voulons le résoudre par le soutien aux familles », c’est-à-dire par une politique pro-nataliste agressive ciblant les populations « de souche » (70). En fait, le vrai problème des populistes, c’est la baisse du taux de natalité des femmes blanches, et c’est en augmentant spécifiquement le nombre de ces naissances-là qu’ils comptent assurer la défense de la nation face au « déferlement de migrants clandestins » qui se presseraient aux frontières.

A leurs yeux, quand ces femmes refusent de faire des enfants, le vide démographique ainsi créé attire immanquablement une immigration massive par un effet d’appel d’air ; c’est leur refus de maternité qui produit « l’invasion migratoire » qu’ils dénoncent. Et donc, dans la « logique » populiste, les responsables du « grand remplacement » cher à Eric Zemmour, ce sont les femmes blanches qui se dérobent à leur obligation patriotique de procréer.

Mais il ne suffit pas que ces femmes fassent de nombreux bébés. Ces enfants qu’elles doivent mettre au monde pour la patrie ne doivent évidemment être engendrés que par des hommes blancs. D’abord parce que ceux-ci tiennent à conserver l’exclusivité de leur droit sexuel sur les femmes de leur groupe et sont hantés par le fantasme d’une revanche des patriarcats concurrents qui s’approprieraient sexuellement leurs femmes comme eux-mêmes se sont approprié les femmes de couleur au temps des colonies, de l’apartheid et de l’esclavage – atteinte à leur virilité et humiliation suprême à leurs yeux.

Surtout, pour les populistes, de telles unions inter-raciales portent atteinte au substrat ethnique qui fonde l’identité de leur groupe en y introduisant des éléments génétiques étrangers : non seulement les femmes blanches qui ont des relations sexuelles avec des immigrés font preuve d’une liberté sexuelle scandaleuse mais en transgressant les frontières entre les « races », elles corrodent la pureté raciale de leur groupe et à terme provoquent sa disparition par sa dissolution dans un métissage généralisé ; ce pourquoi elles sont stigmatisées par les extrêmes-droites comme traîtres à leur communauté (les hommes blancs qui ont des relations sexuelles avec des femmes non-blanches n’étant eux pas mis en cause). C’est la raison pour laquelle les femmes progressistes sont la cible de la haine des populistes : parce qu’elles sont antiracistes, elles sont soupçonnées a priori d’avoir des relations sexuelles avec des hommes non-blancs, et ainsi de souiller la « race » : quand Matteo Salvini balance sur Facebook la photo d’une femme qui avait défilé avec une pancarte contre les « fascistes salviniens » et invite ses supporters à la lyncher sur les réseaux sociaux, il l’accuse d’être « une pute de gauche qui se donne gratis aux immigrés » (71).

L’utérus des femmes, seul rempart contre l’immigration, est aussi le lieu où se joue le futur de l’homogénéité ethnique du groupe, l’alambic et le conservatoire de l’essence de l’arianité. Pour les hommes d’extrême-droite, les femmes sont un enjeu vital, parce qu’elles détiennent ce double pouvoir exorbitant : si elles refusent de faire des enfants, elles peuvent affaiblir, voire faire disparaître la nation, mais si elles en font avec des immigrés, elles importent des éléments racialement allogènes dans la communauté et altèrent la composition génétique censée fonder son identité. Les hommes ont toujours été ulcérés de devoir en passer par les femmes pour produire d’autres mâles, révoltés par le pouvoir féminin d’introduire un bâtard dans les lignées masculines – d’où le contrôle strict de la sexualité féminine qu’ils ont organisé par l’exigence de la virginité et l’institution du mariage monogamique (monogamique pour les femmes s’entend) : la femme est gardienne de l’honneur de la famillePour les populistes d’extrême-droite, elle est en plus gardienne de la nation et de la pureté raciale de son groupe – et ce rôle est d’autant plus vital pour les patriarcats occidentaux que leur hégémonie séculaire est actuellement menacée par la montée en puissance de patriarcats non-blancs.

Au final, ce que défendent vraiment les mouvements populistes européens et américains, ce n’est pas le peuple, qu’ils ne conçoivent que dans un sens communautariste et qu’ils traitent aussi brutalement que les néo-libéraux classiques quand ils sont au pouvoir, c’est la suprématie masculine blanche.  

REPRENDRE LE CONTROLE DES UTERUS

La lutte des populistes contre l’immigration et contre le métissage passe donc par le ventre des femmes : c’est leur ventre qui fait les nations nombreuses et fortes, ou au contraire cause leur affaiblissement voire leur extinction, c’est leur ventre qui préserve ou corrompt la composition ethnique de leur communauté – c’est donc aux femmes de se sacrifier et de faire des enfants pour la préserver. La guerre entre patriarcats est une guerre pour le contrôle des utérus, et le patriarcat qui sortira vainqueur de cette confrontation et qui dominera le monde est celui dont les femmes seront les plus fertiles. Le contrôle de la fertilité féminine est donc un enjeu de nature géopolitique pour les populistes, et il est de ce fait beaucoup trop important pour être laissé entre les mains des femmes.

Bien sûr, ces mesures pro-natalistes que passent les populistes quand ils gouvernent évoquent des antécédents fâcheux : on sait que ces préoccupations natalistes et eugénistes jouaient également un rôle essentiel dans l’idéologie nazie – dans l’Allemagne du IIIème Reich, les femmes devaient avoir une mentalité de « reproductrices», la contraception et l’avortement étaient interdits, et les condamnations pour avortement fréquentes. L’objectif démographique que le IIIème Reich fixait aux femmes allemandes était ambitieux : elles devaient faire des enfants « pour le Führer » et mettre au monde rien moins que 250 millions d’Allemands « racialement purs » (72). Mussolini promulgua aussi des mesures en faveur des familles nombreuses.

Dans la droite ligne de Mussolini, « la fertilité des femmes est un bien public » a proclamé le slogan d’une récente campagne italienne pour convaincre les Italiennes de faire plus d’enfants. La notion que les femmes sont propriétaires de leur utérus est radicalement incompatible avec le projet populiste, et pour le réaliser, une reprise masculine du contrôle des utérus est indispensable. Et ce contrôle passe par l’abrogation du droit à l’avortement, le renvoi des femmes à la maternité et le retour à la famille traditionnelle dans laquelle la femme est soumise à son conjoint. La soumission des porteuses d’utérus est si vitale pour les populistes que tout ce qui y fait obstacle doit être combattu: le terroriste allemand d’extrême-droite, Stephan B., qui a récemment tiré sur des passants devant une synagogue à Halle, l’a déclaré explicitement : « Je pense que l’Holocauste n’a jamais eu lieu (…) le féminisme est la cause d’un taux de naissance déclinant en Occident, ce qui est présenté comme une justification de l’immigration de masse et la racine de tous ces problèmes est le Juif » (73). Le message est clair : les féministes sont dans le collimateur de l’extrême-droite parce que c’est à cause d’elles que les femmes ne font plus assez d’enfants : au final, les coupables du « grand remplacement », c’est nous.

LE RETOUR DES HOMMES FORTS

Une autre des convergences entre populismes et fascismes historiques est le rôle de pièce maîtresse que jouent les figures d’homme fort dans les dispositifs politiques de ces régimes. Tous les gouvernements populistes ont à leur tête des leaders affichant une virilité sursignifiée: lors de la campagne présidentielle, Trump s’est vanté publiquement de la taille de son pénis, une première dans un régime démocratique (74). On sait que Poutine s’est fait une spécialité de parader torse nu devant les photographes, gonflant ses biceps, chevauchant un étalon à cru, et qu’il aime à rappeler son entraînement de judoka et de parachutiste. Des vidéos le montrent entouré de chœurs de jeunes femmes célébrant sa virilité, et le fait qu’il soit en couple avec une jeune femme de 36 ans est censé attester que, bien que largement sexagénaire (il a 66 ans), cette virilité est intacte. Bien sûr, les photographes ont pour instruction de ne jamais prendre des photos de Poutine où le leader russe apparaît comme plus petit que ses homologues chefs d’Etat étrangers – son image de mâle dominant doit être préservée parce qu’elle est essentielle à sa popularité (75). Mais il a désormais un rival sérieux en matière d’exhibition pectorale : des journalistes ont remarqué que Salvini est le leader le plus photographié torse nu après Poutine (76).

Même démonstrations ostentatoires de virilité pour Johnson, Trump, Bolsonaro, etc. La plupart de ces leaders qui se posent en ardents défenseurs de la religion et des valeurs familiales traditionnelles ont en fait une vie privée plutôt débridée : enfants avec une série d’épouses et de maîtresses, divorces à répétition, vies en concubinage, relations sexuelles adultérines et/ou avec des prostituées (c’est le cas de Trump). Et bien entendu, le fait que les femmes avec qui ils partagent leur vie soient toujours beaucoup plus jeunes qu’eux constitue un marqueur de virilité particulièrement éloquent. C’est le cas de Salvini (20 ¿ans de plus que sa dernière girlfriend), de Trump (24 ans de plus que Melania Trump), de Bolsonaro (28 ans de différence avec sa troisième femme Michelle), de Boris Johnson qui a 26 ans de différence avec sa nouvelle compagne et dont la vie privée agitée et les frasques sexuelles font régulièrement la une des tabloïds anglais (presse de caniveau). Autre certificat de virilité, le fait qu’ils ont de nombreux enfants vaut pour attestation de leur vigueur sexuelle et reproductive persistante : cinq enfants pour Trump avec trois femmes différentes, cinq pour Bolsonaro, dont quatre fils, avec trois femmes différentes, trois au moins pour Johnson dont deux adultérins, quatre pour Poutine dont deux hors mariage (le sujet de sa relation et de ses enfants avec sa compagne la gymnaste Alina Kabaeva est tabou en Russie), quatre pour Erdogan, cinq pour le très dévot Orban. Les leaders populistes cultivent volontiers une image d’étalon : dans l’imaginaire d’extrême-droite, la puissance politique est liée à la puissance sexuelle.

La virilité devant être constamment réaffirmée, chaque apparition publique, chaque discours de ces leaders est l’occasion d’une telle réaffirmation : quand ils prennent la parole en public, ils multiplient les postures de matamore, les déclarations fracassantes, les violences verbales et les provocations : on se rappelle que Poutine a élégamment déclaré qu’il poursuivrait les terroristes islamistes « jusque dans les chiottes » (77). Les vitupérations d’Orban contre le financier George Soros et contre l’Union européenne sont devenues rituelles. Les tweets incendiaires de Trump et de Bolsonaro, les blagues misogynes et racistes de Johnson et de Beppe Grillo (leader du Mouvement 5 étoiles et auteur de son slogan très expressif « vaffanculo ! ») sont leur marque de fabrique et ravissent leurs supporters : ils y voient une preuve de plus que ces leaders « anti-système », contrairement aux politiciens démocratiques, « ont des couilles » parce qu’ils piétinent allègrement le « politiquement correct » et ignorent la langue de bois.

Inévitablement, un culte du chef se développe autour de ces redoutables figures patriarcales, dont témoignent les surnoms flagorneurs que leur ont donnés leurs supporters : « Viktator » pour Orban, « la légende » pour Bolsonaro, « il capitano » pour Salvini, « reis » (le chef) pour Erdogan. Ces pantins à la fois risibles et effrayants, fiers-à-bras bombant le torse et paradant leur harem de jeunes femmes et leur nombreuse progéniture (78) évoquent irrésistiblement le type de leadership fasciste qui s’est répandu dans l’Europe des années 30. Et ce n’est pas un hasard – car comme le mettent en évidence les faits ci-dessus, le noyau idéologique des populismes comme des fascismes historiques, c’est le culte du chef et de la virilité : le leader populiste est élu avant tout parce qu’il projette une image hyper-virile, et cette hyper-virilité – mise en avant d’une façon qui frise parfois l’exhibitionnisme – est son principal argument politique.

Le contexte dans lequel sont apparus les fascismes historiques et les populismes actuels présente aussi des similitudes trop nombreuses pour qu’on puisse les écarter : crise économique des années 30 pour les uns, crise économique de 2008 et bouleversements entraînés par la mondialisation pour les autres : les régimes autoritaires se multiplient dans les périodes d’insécurité et d’incertitude. Et « quand les temps sont incertains, les gens ont tendance à se tourner vers une personnalité qui affiche une puissance virile, s’entourant de belles femmes et promettant de protéger le pays. Cette figure de père primal a un atout libidinal certain, même de nos jours… Ils ont tous en commun (les populismes) de s’opposer à l’égalité des sexes » déclare Joan Wallach Scott, professeure émérite à Princeton (79). En temps de crise, l’homme à poigne dont le message simpliste est qu’il va protéger son peuple contre le néo-libéralisme sans frontières, l’immigration et l’islamisme fait figure de valeur-refuge. Bizarrement, il n’est pas envisagé par les électeurs que cette virile violence du leader puisse être déchaînée contre eux. Car quelle protection peut-on attendre de personnalités brutales, sociopathiques, sans empathie et sans scrupules ? Par quelle aberration peut-on croire qu’un milliardaire mégalomane et égomaniaque comme Trump se soucie des « petites gens » ? Que plusieurs de ces leaders aient fait exécuter ou emprisonner des milliers d’opposants politiques met en évidence que la violence des leaders populistes est plus souvent dirigée contre leurs concitoyens que contre les ennemis extérieurs dont ils agitent la menace.

LEADERSHIP NARCISSIQUE ET MASCULINITE TOXIQUE

Ce type de leadership, connu sous le nom de « leadership narcissique » ou « leadership destructeur », a fait l’objet de multiples études. Les caractéristiques principales du leader narcissique sont le manque d’empathie, une confiance en soi poussée jusqu’à l’arrogance, un sentiment d’infaillibilité débouchant sur l’aveuglement et la perte de contact avec le réel, l’exagération de ses talents ou compétences, l’égocentrisme, le besoin de pouvoir et d’admiration, le recours à la manipulation et à la violence, et cette qualité difficile à définir qu’on appelle le charisme ; d’après des psychiatres américains, Trump serait un cas d’école qui coche pratiquement toutes les cases. Et comme on peut s’y attendre, ces caractéristiques psychologiques recoupent d’assez près celles de la masculinité toxique (80).

Si ces aptitudes leur permettent initialement de capter la confiance des électeurs, de se hisser au pouvoir et d’exercer sur les masses une séduction irrésistible – « au début, c’est comme de manger du chocolat » – (81), cette impression ne dure pas : une fois qu’ils y sont, leur sentiment d’infaillibilité, leur arrogance, leur manque d’éthique altèrent leur discernement et compromettent leur capacité à prendre de bonnes décisions. Ils s’avèrent être de piètres voire de catastrophiques dirigeants parce que, pour être un bon leader, « la compétence est plus importante que la confiance en soi, l’altruisme que l’égocentrisme, et l’intégrité que le charisme » (82). Ces individus « égoïstes, arrogants et se croyant tout permis » fascinent mais « lorsqu’ils sont aux commandes d’une entreprise, ils commettent des fraudes, démobilisent les employés et dévaluent les actions. Quand ils sont à la tête de pays, ils aggravent la pauvreté, la violence et le taux de mortalité » (83). Paradoxalement, ce sont les caractéristiques psychologiques des leaders narcissiques qui leur permettent d’accéder au pouvoir qui les rendent aussi incapables de l’exercer.

Quand des individus ou groupes en difficulté sollicitent la protection de ces personnalités parce qu’ils sont impressionnés par leur « puissance virile », le résultat ne peut qu’être désastreux pour eux. Certes, s’ils se sentent insécurisés, déclassés et humiliés par les bouleversements néo-libéraux, ils peuvent tirer un « bénéfice libidinal » – ce délicieux goût de chocolat – de leur identification avec un leader charismatique, mais compter sur sa protection – puisque par définition ces individus sont indifférents aux souffrances d’autrui et n’ont que mépris pour les losers – est une dangereuse illusion. La protection promise par le « leadership narcissique » consistera inévitablement à instrumentaliser ses supporters au service de ses objectifs de pouvoir et d’agrandissement personnel : pour la même raison que les prostituées ne sont pas protégées par les proxénètes et que les petits commerçants ne sont pas protégés par les racketteurs mafieux, le peuple n’est pas protégé par les leaders narcissiques. Hitler aussi se proclamait protecteur du peuple allemand, une des lois de Nüremberg s’appelait d’ailleurs « loi de protection du peuple allemand » ; on sait quel a été le prix à payer par ses « protégés » pour cette protection (84).

Loin d’être un trait positif, la virilité revendiquée des leaders narcissiques devrait être un signal d’alarme. Mais si les électeurs font ce choix aberrant, c’est parce que la culture patriarcale les conditionne à confondre masculinité toxique et capacité au leadership. Tant que cette confusion persistera, les peuples éliront des dirigeants ineptes voire dangereux et déploreront ensuite les désagréments ou catastrophes qu’ils subiront de leur fait, sans comprendre que c’est leur désir d’autoritarisme qui porte ces mauvais chefs au pouvoir : comme l’écrivait Orwell, « un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime, il est complice. »

LE COMBAT ANTI-POPULISTE EST UN COMBAT FEMINISTE

Ce culte du chef et de la virilité est l’autre volet de la reprise populiste du contrôle sur les femmes : pour que celles-ci soient de nouveau soumises, les hommes doivent retrouver la pleine étendue de leur suprématie virile. Et le leader populiste est l’incarnation de cette restauration patriarcale, en même temps qu’il la garantit aux hommes qui le suivent.

Matteo Salvini vient de déclarer que « tôt ou tard, Marine Le Pen arrivera au pouvoir » (85). Des politologues signalent que la France est le pays d’Europe qui risque le plus de passer au populisme dans les années qui viennent. Vu la récente prolifération des démocratures, on dirait en effet que la déferlante des extrêmes-droites emporte tout sur son passage et que l’histoire est en train de repasser les plats. Pour le moment, les velléités dictatoriales de Salvini, Trump et Johnson semblent rencontrer des résistances mais sont-ils vraiment hors de combat ? Les populismes sont en substance une réaction d’hommes blancs qui se sentent dépossédés et les programmes populistes promettent de leur rendre au moins une partie de leurs privilèges perdus, ce qui est une mauvaise nouvelle pour les femmes. Si les démocraties succombent à la « fatale attraction » populiste et se révèlent aussi incapables de les stopper que la « résistible ascension » des fascismes historiques, l’avenir paraît sombre et on peut craindre que des avancées féministes que nous tenons pour acquises depuis des décennies ne soient bientôt plus qu’un souvenir. Ce retour en force du patriarcat risquant aussi de signifier à terme la destruction de la planète.

Francine Sporenda

https://revolutionfeministe.wordpress.com/2019/11/03/la-guerre-des-populismes-contre-les-femmes-obsession-du-controle-des-uterus-et-culte-de-la-virilite/



Bibliographie

« Qu’est-ce que le populisme, définir enfin la menace », Jan Werner-Müller

« The End of Europe », James Kirchik

« Fascism, A Warning », Madeleine Albright

« Naissance de l’idéologie fasciste », Zeev Sternhell

« Ni Droite ni Gauche », Zeev Sternhell

« Les fascismes », Pierre Milza

« Psychologies des foules », Gustave Le Bon

https://revolutionfeministe.wordpress.com/2019/07/14/le-rassemblement-national-un-parti-feministe/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.