Bolivie. Bible, balles et vote

Coup d’Etat militaire contre un gouvernement populaire ? Insurrection démocratique contre une dictature, quelle a été la dynamique qui a abouti à la démission du président Evo Morales ? Présentées schématiquement, aucune des deux images précédentes ne rend bien compte de ce qui s’est passé, même si toutes deux contiennent une part de vérité : la première insiste trop sur le « mécanisme » du renversement et sous-estime les acteurs ; la seconde éclaire certaines images et omet le reste du film, dont la fin est fort éloignée d’un mouvement démocratique.

La thèse de cet article est que ce qui a commencé comme un ensemble de mobilisations, impliquant différents secteurs sociaux, pour un décompte transparent des voix [résultat du vote du 20 octobre 2019] s’est terminé dans un gouvernement de facto. Cela a été reconnu par la Cour constitutionnelle, la même qui avait approuvé une nouvelle candidature d’Evo Morales, faisant fi du référendum de 2016 [plus de 50% des votants avaient refusé le principe d’une nouvelle candidature de Morales] et de la Constitution. Pourtant, la succession constitutionnelle est remise en question; en effet, les autorités nouvellement formées [la nouvelle présidente autoproclamée Jeanine Añez, deuxième présidente du Parlement et ultra-conservatrice] tentent de gouverner en marge ou contre le Parlement, la nouvelle présidente ne se perçoit pas comme le vecteur qui pourrait rendre viable une nouvelle élection transparente et a des objectifs restaurationnistes qui visent à détruire matériellement et symboliquement les piliers du précédent « régime ». [La ministre de l’Intérieur a déclaré qu’Evo Morales, en cas de retour au pays, depuis le Mexique où il s’est exilé, serait poursuivi par la justice.]

****

Avant la campagne électorale de 2005, l’universitaire et essayiste Álvaro García Linera [vice-président] proposait déjà, pour sortir de la crise d’hégémonie qui a suivi la guerre du gaz de 2003 [départ du président Sanchez de Losada, auquel a succédé Carlos Mesa Gisbert jusqu’en 2005], une « solution concertée » entre le bloc indigène-plébéien émergent, hégémonique dans l’ouest andin (incluant aussi des régions voisines de Cochabamba et y compris de Santa Cruz) et le bloc oligarchique et entrepreneurial disposant d’un poids dans l’est agro-industriel (à ne pas confondre avec les anciennes classes dominantes coloniales). Après le triomphe électoral retentissant du Mouvement vers le socialisme (MAS) en décembre 2005, le vice-président Linera a appelé déjà « une solution concertée visant à une redistribution du pouvoir dans le pays, qui intègre une gouvernance sociale et parlementaire… et inclut des mécanismes d’articulation afin que les intérêts des vaincus soient, en partie, reconnus par les vainqueurs ».

Bien que les 14 années de gouvernement du MAS aient connu des « moments » où la « force » s’est imposée – comme en 2008, lorsque les « élites » de Santa Cruz cherchèrent à obtenir une autonomie de facto –, cette solution concertée a généralement fonctionné. Ce qui est certain, c’est que le cycle politique qui a porté Morales au pouvoir, produit des rébellions sociales et des victoires électorales, a toujours été un cycle s’enracinant dans l’ouest bolivien. Dans cette région, les anciennes élites étaient en crise et une nouvelle « émergence plébéienne », avec un projet nationaliste-populaire, les priva du pouvoir. Par contre, à l’est [Santo Cruz], la logique entrepreneuriale et l’appui à des politiques néolibérales prévalaient.

S’il est vrai que le MAS a finalement [post-2008] partiellement conquis ces régions [de l’est], ses victoires ont toujours été instables et surtout obtenues par les instruments de l’appareil d’Etat. De leur côté, les classes moyennes urbaines plus « blanches », qui ont voté plusieurs fois pour Evo, ne se sentaient pas non plus incluses dans le projet du MAS, toujours considéré comme trop plébéien et rural. Ils ont voté pour Evo Morales en 2005 pour donner une chance à un dirigeant indigène suite à la crise des anciennes élites ; puis comme porte-drapeau de l’unité nationale contre le « séparatisme » de Santa Cruz –notamment en 2009, quand Morales a obtenu 67% en faveur de sa continuité à la présidence lors du référendum révocatoire  par rapport à la norme constitutionnelle] – et enfin parce que Morales garantissait la stabilité politique et économique. Néanmoins, surtout depuis 2016, ces secteurs ont commencé à s’opposer activement à ce leadership.

Comme l’a souligné Fernando Molina [journaliste bolivien écrivant, entre autres, dans El Pais], cette solution négociée impliquait un accord implicite ayant trait à la possibilité d’une alternance, ce qui a échoué après le référendum de février 2016 et les remises en cause du décompte des suffrages en octobre dernier. Depuis lors, nous avons vu des secteurs, en particulier les classes moyennes, descendre massivement dans la rue dans différentes régions du pays, mais avec un épicentre à Santa Cruz. Ces protestations ont attiré des secteurs qui s’affrontaient pour diverses raisons au MAS : la région urbaine de Potosí, qui veut plus de bénéfices issus de l’extraction de lithium, les cultivateurs de coca dissidents, etc., qui ont ajouté leurs propres frustrations, colère et revendications, placées sous la bannière de la « démocratie », qui reflétait toutefois un type de républicanisme sui generis « venu d’en bas ».

****

A Santa Cruz, Luis Fernando Camacho est devenu le leader du Comité civique local, une institution qui réunit les forces vives de la région placées sous une hégémonie entrepreneuriale [agro-industrielle]. Avec son leadership charismatique et y compris histrionique, cet entrepreneur conservateur de 40 ans a brandi la Bibles et fait preuve de « virilité » pour affronter Morales et finalement remplacer Carlos Mesa, qui était arrivé second lors des élections d’octobre et qui est porteur d’une idéologie plus modérée. A partir de ce moment, l’opposition a commencé à se radicaliser aussi bien par le bas que depuis les sommets. Ce qui a débouché sur une mutinerie policière et l’abandon de la neutralité des militaires, qui ont finalement « suggéré » [le général Williams Kaliman] au président qu’il démissionne. Bien qu’il soit vrai que même la Centrale ouvrière bolivienne (COB) l’avait demandé, l’exigence des militaires – qui n’ont utilisé le verbe « suggestion » que pour éviter de violer ouvertement la Constitution – ressemblait beaucoup à un coup d’Etat. Surtout parce que ce sont les militaires qui ont placé la sénatrice Jeanine Añez dans la situation [avec un Parlement déserté par la majorité du MAS] qui l’a consacrée en tant que présidente par intérim, sans quorum du Parlement.

Le commandant des forces armées, Williams Kaliman, relevé après l’investiture d’Añez, était un homme proche de Morales, qui alla jusqu’à l’appeler « frère président » et qui se déclara comme un « soldat du processus de changement » [formule synthétisant le projet gouvernemental de Morales et du MAS] et chef des forces armées « anticolonialistes ». Son départ démontre qu’il a lui-même perdu l’initiative. Au cours de ces 14 années, les Forces armées ont été les alliées de Morales et ont reçu des avantages matériels : des postes et des financements publics, y compris certaines charges d’ambassadeurs. Les militaires ont également été impliqués dans les politiques sociales, comme le paiement de la prime Juancito Pinto [référence au Plan national de développement pour une Bolivie digne, souveraine et démocratique], et ils ont partagé un discours nationaliste avec le gouvernement. Mais s’ils étaient attirés par la nationalisation du gaz en 2006 [qui assurait une certaine rente stable], ils ont probablement pris avec moins d’enthousiasme la construction d’une Ecole anti-impérialiste où ils devaient suivre des cours, ainsi que quelques thématiques à résonance castriste, certainement purement symboliques.

Cependant, malgré le fait que beaucoup ont souligné l’alliance MAS-FFAA, la démission de Morales a mis en évidence que son pouvoir était basé sur le soutien populaire et non sur les militaires. Quand le type d’appui s’est affaibli, il a dû démissionner.

****

Le nouveau gouvernement, avec l’hégémonie de Santa Cruz, dispose de personnalités trop radicales pour engager une transition pacifique. Roxana Lizárraga, ministre de la Communication, a menacé la presse « séditieuse » et a présenté l’appartement présidentiel où vivait Morales comme un trophée de guerre. Mais les images projetées étaient fort éloignées du « luxe d’un cheikh arabe » que la nouvelle ministre, une journaliste elle-même, voulait transmettre. C’était une image presque décalquée des « révélations » faites dans la presse après le renversement de Juan D. Perón en Argentine en 1955, appelé par le nouveau régime le « tyran fugitif » (car son nom ne pouvait être prononcé en public).

Le ministre de l’Intérieur, qui, lors du débat sur l’avortement, a déclaré que les femmes « libérales » feraient bien de sauter d’un cinquième étage ou de chercher d’autres moyens de se suicider, a menacé les parlementaires subversifs. Et la répression a déjà fait plus de 20 morts, sur fond d’un discours récurrent sur la présence de subversifs étrangers dans le pays. Ces derniers incluent les médecins cubains qui ont été expulsés.

La présidente par intérim, qui, lorsqu’elle a pris le pouvoir, a déclaré que Dieu était revenu au palais, a également déclaré que l’Etat laïque était une imposture [voulait-elle dire une imposition ?] du MAS [1]. Cela suivant de la sorte le discours de Camacho, qui s’est servi de la Bible et du discours religieux pour fomenter les mobilisations, dans lesquelles il y avait même des pasteurs pentecôtistes qui annonçaient que Satan avait été expulsé de Bolivie. Après la démission de Morales, Camacho a défilé dans les rues de La Paz dans une voiture de police, rempliées d’hommes en uniforme.

*****

« Qu’est-ce qu’un conglomérat de bergers, de cultivateurs de coca et de constructeurs de barricades, allaités par les ONG, pourrait offrir au pays… ? L’Assemblée constituante [la nouvelle Constitution a été adoptée finalement en décembre 2007] a été très démocratique, certes. Mais peut-on avoir l’irresponsabilité de prétendre que les analphabètes peuvent légiférer », a écrit le journaliste de Santa Cruz Manfredo Kempff dans le quotidien La Razón de La Paz le 23 juin 2007. Et cette semaine, le physicien et chroniqueur Francesco Zaratti a écrit une tribune intitulée « Le cancer de la Bolivie » dans laquelle il compare Morales à cette maladie et affirme que le pays « est sur le point de se débarrasser d’une des pires tumeurs de son histoire ».

Ce sont ces images, qui font référence aux efforts des élites déplacées un certain temps pour écarter du pouvoir les intrus, qui ont progressivement transformé un mouvement avec un arrière-fond démocratique en une option de revanche politique et sociale.

Fernando Molina a écrit il y a longtemps que « derrière ces désaccords se cachent deux élites politiques. L’une s’affirme sous la bannière de l’égalité et veut distribuer la richesse et le pouvoir avec un coût institutionnel élevé ; et l’autre résiste avec la bannière de la liberté et de la défense de la permanence institutionnelle. La Bolivie vit la énième version de la lutte qui l’a paralysée depuis toujours: la lutte pour une quantité insuffisante de ressources ». La date de cette formulation n’a pas d’importance, car elle est valable à tout moment.

Aujourd’hui, la question est que la mobilisation sociale semble incapable de rééditer la révolution qui a porté Evo Morales au pouvoir. Le MAS, qui, au cours de ses années au pouvoir, a bureaucratisé sa base sociale, en renforçant ses liens de clientélisme et en faisant appel à des fonctionnaires publics plus ou moins cooptés, est politiquement et moralement usé. Mais l’opposition semble également faible pour concrétiser sa contre-révolution tant attendue. Au-delà de Morales lui-même existe encore une partie importante de la Bolivie populaire qui, comme jamais auparavant, a occupé des parties de l’Etat et du pouvoir. Seul le fantasme de l’interdire peut être potentiellement explosif. Le doute réside dans la question de savoir si la solution concertée pourrait être remise à jour, cette fois, dans un processus électoral qui ouvre un scénario dans lequel le différend est canalisé à travers un processus électoral transparent.

Pablo Stefanoni 

Pablo Stefanoni est journaliste et historien. Rédacteur en chef de la revue Nueva Sociedad.

Article publié sur le site Letras Libres, le 20 novembre 2019 ; traduction rédaction A l’Encontre

http://alencontre.org/ameriques/amelat/bolivie/bolivie-bible-balles-et-vote.html

En castillan : Biblias, balas y votos :

https://vientosur.info/spip.php?article15323


[1] La présidente par intérim J. Añez, juriste de formation et surtout présentatrice sur une chaîne de télévision, a signé un décret tout à fait significatif, assurant les forces armées de l’impunité face à toute action concernant « la restauration de l’ordre public ». José Miguel Vivanco, juriste à la tête de Human Rights Watch à New York, a déclaré : « Ce décret envoie un message dangereux aux militaires selon lequel ils disposent d’une carte blanche pour commettre des abus » (Financial Times, 20 novembre 2019) Près de Cochabamba, dans la ville de Sacaba, vendredi 15 novembre, neuf supporters de Morales ont été tués. Et ce n’est qu’un exemple.

Lundi 18 novembre, le gouvernement négociait un possible sauf-conduit pour 24 dirigeants du MAS, afin qu’ils « rejoignent » dans son exil mexicain Evo Morales. Ce qui en dit long sur les objectifs du gouvernement. Enfin, ne disposant d’aucune majorité au Congrès pour convoquer de nouvelles élections, Jeanine Añez pourrait émettre un décret pour « organiser des élections » suite à un décret présidentiel, ce qui qualifierait encore plus le caractère revanchard et raciste de ce gouvernement. (Réd. A l’Encontre)


En complément possible : Bolivie (cinq textes) :

Yorgos Mitralias : Bolivie: Coup d’état raciste contre ses peuples indigènes !

Communiqué de FAL. Derrière la démission d’Evo Morales en Bolivie : un coup d’État

La Via Campesina dénonce le coup d’Etat en Bolivie

Pablo Stefanoni et Fernando Molina : Bolivie: Comment Evo est tombé

Raúl Zibechi : Bolivie : un soulèvement mis à profit par l’extrême droite

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/11/18/bolivie-cinq-textes-yorgios-mitralias-communique-de-fal-la-via-campesina-pablo-stefanoni-et-fernando-molina-raul-zibechi/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.