D’un Hirak à l’autre, ou vers un modele de resistance populaire qui gagne ?

1 Le Hirak algérien, la révolution soudanaise, les immenses manifestations de Honk Kong, nous racontent, chacun et chacune à leur manière, au delà de leurs contextualisations, un même récit relatif à un autre rapport au pouvoir et au politique. Ces mouvements semblent avoir tiré les leçons des moments politiques de l’occupation des places (Occupy street, etc.) et des « printemps arabes ». Nous abordons ici, uniquement le Hirak algérien.

2 Quatre marqueurs significatifs sont à l’oeuvre et en font un modèle de résistance qui fonctionne. Il s’agit de la rupture avec la confrontation violente avec les forces de l’ordre, de mots d’ordre qui rassemblent le peuple tout entier, d’une absence volontaire de direction politique visible, et surtout, et enfin d’une capacité politique à de fortes mobilisations dans la durée contre les pouvoirs en place

3 Comme dans bien des pays arabes, le pouvoir oligarchique ne peut répondre aux besoins élémentaires des gens. L’outrance d’une minorité repue rend visible des sociétés défaites de leurs solidarités traditionnelles La représentation politique apparait comme une parodie. Et voici son contraire, la force du peuple tout entier.

5 Le surgissement du peuple tout entier est rendu possible. Les clans et les cliques nés du pillage des ressources du pays, assurés de leur impunité ont fini par se croire éternels. Et soudain, produisent la fureur par la fusion du peuple tout entier. La conscience politique en marche s’effectue en grandeur nature et, par son assurance, elle autorise le temps long, transforme chacune des manifestations en une force de joie collective. La régularité assure la continuité de la prise de conscience politique du peuple tout entier, il permet la pédagogie et la maitrise de son expression politique. Pour le Hirak, le temps long est un atout de puissance alors qu’à l’inverse, pour le pouvoir, il finirait par vider le Hirak de sa vitalité.

6 L’adoption du pacifisme est un long processus parce qu’il fait suite à l’expérience historique. Il fait la démonstration immédiate d’écarter tout danger de confrontation violente. Le pacifisme démontre son efficacité, parce qu’il arrache des mains de la police et de l’armée, l’alibi de l’utilisation de la violence. Et la peur change de camp. L’autre camp est démuni, affiche son désarroi et son insuffisance politique. Un étrange face à face se déroule, publiquement, où les demandes et les réponses sont publiques et tournent au dialogue de sourds, jusqu’au prochain recul du pouvoir.

Ce dernier ne sait pas à qui parler, le Hirak refuse de nommer des « représentants » ou des « porte paroles ».

7 Le Hirak protège ainsi sa direction politique. Le Hirak algérien dresse, pacifiquement et dans l’unité, la société contre l’Etat. La société clame qu’elle ne veut donner suite à aucune initiative du chef d’Etat Major. Le Hirak exige comme préalable que l’armée rentre définitivement dans ses casernes.

8 Comment font ils pour tenir ? Comment ont-ils réalisé l’unité du peuple tout entier ? Le succès politique du Hirak résulte de deux faits, aucune avant garde auto proclamée ne s’est arrogée la direction du Hirak, et le Hirak protège sa direction politique. Quand aux jeunes militants arrêtés au cours des dernières manifestations, ils sont systématiquement relâchés peu après, mais celles et ceux arrêtés au cours des derniers mois, ils demeurent les otages de l’état major.

9 La confrontation s’intensifie entre le Hirak et l’état major militaire qui suit jusqu’à présent Ahmed Gad Salah. Ce dernier a perdu à trois reprises D’abord, son hypothèse réside en l’essoufflement du mouvement. Or, le mouvement populaire est plus vivace que jamais, les manifestants furent très nombreux dans la rue et dans tout le pays, les vendredi 6 et 13 septembre. Il a ensuite échoué le 19 avril et le 4 juillet à imposer son agenda pour les présidentielles. Il a enfin échoué à établir un dialogue avec les forces politiques et syndicales.

Il semble bien que sa dernière tentative d’instaurer une date pour l’élection pour le 12 décembre 2019 est vouée à l’échec. Cela sera son quatrième.

La question désormais est posée, combien d’échecs encore avant que Ahmed Gaid Salah ne soit démis et que l’armée rentre dans ses casernes ?

10 Quelle que soit l’issue, les enseignements de la période récente sont précieux pour nous marocains.

Nous ignorions les algériens, réduits au prisme du Sahara par certains médias marocains, et nous découvrons leurs capacités de confrontation sur la longue durée, et surtout, leur sagacité à déjouer toutes les manoeuvres de récupération.

Nous avions coutume de considérer les algériens confits dans un mutisme politique, et nous les découvrons qui soulèvent les questions fondamentales, une constituante et non une présidentielle, remettant en cause le récit de leur histoire volée, affirmant leur citoyenneté construite sur une pluralité identitaire, fiers de leur participation aux débats constitutionnels sur l’ensemble du territoire.

Nous avions sous estimé la réactivité des algériens, assommés par les désastres vécus de la décennie noire, et nous découvrons l’étendue de leurs débats pour la définition de nouvelles formes de l’exercice de lasouveraineté, et des mécanismes de mise en place d’une transition démocratique.

Nous pensions le Maghreb comme une vision utopique et nous découvrons sa proximité

Voilà sept mois que nous sommes rendus joyeux par les victoires du Hirak. Il nous console, en partie, des décennies de défaites des mouvements nationalistes, révolutionnaires, islamistes du monde arabe. Entre temps, à Hong Kong, les manifestants ont gagné, Carry Lam a accédé à leur demande d’annuler le décret de transfert des condamnés en Chine, mais aujourd’hui, ils demandent beaucoup plus. Au Soudan, l’opposition a gagné, elle a réussi à arracher un accord avec l’armée sur la période de transition. Et demain en Algérie ?

Nous serons alors face à un modèle de résistance populaire qui gagne.

Raymond Rahamim Benhaim

Octobre 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.