Alfred Dreyfus, vous avez dit Dreyfus (Trois textes)

Nous accusons

Mercredi 13 novembre sortira le nouveau film de Roman Polanski.

J’accuse. Un film nécessaire – récit de l’affaire Dreyfus et de son antisémitisme outrancier, qui ont tant bouleversé la France. J’accuse. Sans doute l’une des formules les plus connues de notre pays, depuis qu’Emile Zola l’a affichée en Une du journal L’Aurore en 1898, pour défendre Alfred Dreyfus, victime d’une machination militaire, judiciaire et politique, parce qu’il était juif. J’accuse. Réquisitoire contre les haineux, les manipulateurs, les inquisiteurs, dont l’acharnement a conduit un innocent au bagne.

J’accuse. Un film sur la persécution, donc, dont son auteur déclare avoir été « inspiré » par sa propre histoire… Mais de quelle histoire parle-t-il exactement ? Qui donc persécutent aujourd’hui Roman Polanski au point d’être comparé.e.s aux antisémites antidreyfusards ? 

Dans un subtil jeu de confusion, orchestré par le réalisateur dans sa campagne de promotion et repris par de nombreux médias, sont évoquées pêle-mêle la violence nazie qui s’est abattue sur lui et sa famille, la vindicte de l’opinion publique américaine qui l’a un temps soupçonné d’être le meurtrier de son épouse Sharon Tate, et surtout… 

Surtout ? « Des histoires aberrantes de femmes que je n’ai jamais vues de ma vie et qui m’accusent de choses qui se seraient déroulées il y a plus d’un demi-siècle ». Le réalisateur serait la cible « d’accusations mensongères, procédures juridiques pourries » et « des réseaux sociaux qui condamnent et exécutent ». Voilà ce que l’on peut lire dans le dossier de presse de son film. Voilà la réalité de la charge ! Les persécuteurs sont en fait des persécutrices. Roman Polanski se pose comme la victime innocente « de l’hystérie collective » que serait #Metoo, pour reprendre une de ses interviews. Oui, Roman Polanski est Alfred Dreyfus parce que depuis 40 ans des femmes l’accusent de viol. Insupportable !

Remettons les choses à l’endroit : en 1977, à Los Angeles, Samantha Geimer, une enfant de 13 ans est droguée et sodomisée par cet artiste star, alors âgé de 44 ans. Condamné puis libéré sous caution, il s’enfuit des Etats-Unis pour échapper au procès. Cet homme qui se plaint aujourd’hui d’être accusé à tort par la vindicte féministe, est un accusé de viol pédocriminel en fuite qui, grâce à sa position de cinéaste adulé, grâce au soutien inconditionnel de tant de grands noms français, échappe depuis 40 ans à l’extradition que les Etats-Unis réclament. Cet homme qui se plaint aujourd’hui d’être condamné « sans procès équitable et sans appel » est celui-là même qui a fui son procès, préférant l’impunité à la justice. 

Mais #METOO change la donne. Les accusations de viols pédocriminels (tous prescrits) se multiplient à son encontre. En 2017, Osez le Féminisme ! s’indigne de sa nomination comme président des Césars, puis de sa célébration par la Cinémathèque Française. En 2018, le voilà radié de l’Académie des Oscars. Quelle est alors la réponse de Roman Polanski ? J’accuse. 

L’inversion de la honte et de la culpabilité est un élément clef de la stratégie des agresseurs pour emmurer les victimes dans le silence – tel que décrit par le Collectif féministe contre le viol. Et c’est bien ce qui est à l’oeuvre aujourd’hui. On nous enjoint de ne pas confondre l’homme et l’artiste, de ne pas clouer au pilori l’oeuvre à cause du créateur. Mais que dire quand c’est le créateur lui-même qui utilise son oeuvre, et des faits historiques graves, pour inverser la charge ? Pour accuser celles qui refusent de se taire, en les mettant sur le même plan que la haine antisémite ! C’est une intolérable insulte à toutes les femmes victimes de violences, et à toutes celles qui se battent pour les aider à sortir du silence.

Mais voilà que Valentine Monnier arrive. Actrice et photographe française, elle révèle que Polanski l’a frappée et violée en 1975, alors qu’elle avait 18 ans. Et qu’est-ce qui l’a poussée à sortir du silence ? J’accuse. Pris à son propre jeu, tellement persuadé de son impunité, Roman Polanski voit sa stratégie se retourner contre lui. 

Ecoutons les femmes parler. Encore cette semaine, le témoignage d’Adèle Haenel sur Mediapart : « Les monstres ça n’existe pas », nous rappelle-t-elle. « Polanski est un cas emblématique d’une société dans laquelle 1 femme sur 5 est victime de violences sexuelles. (…) C’est possible de faire autrement société. C’est bien pour les victimes, pour les bourreaux aussi, qu’ils se regardent en face. C’est ça être humain. »

J’ACCUSE. Le titre en grosses lettres barrant l’affiche, souligné du nom de son réalisateur, nous foudroie à chaque fois que nous passons devant. Dans la rue, dans le métro, en ouvrant nos journaux. J’ACCUSE

Nous accusons Roman Polanski d’utiliser sa notoriété et son oeuvre pour ré-écrire l’histoire, et effacer ses crimes.

Nous accusons les gouvernements successifs d’inaction : l’imprescribilité des viols pédocriminels et la création d’un seuil d’âge, sont deux mesures essentielles pour que reculent les violences sexuelles contre les mineur.e.s. 

Nous accusons tous ceux qui, en apportant leur soutien inconditionnel aux agresseurs, participent à silencier les victimes et à protéger les violeurs.

Nous accusons tous ceux qui à coup de déclarations misogynes, placent les victimes du côté des bourreaux.

Nous n’avons « qu’une passion », pour reprendre les mots d’Emile Zola, « celle de la lumière au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Notre protestation enflammée n’est que le cri de notre âme. » Nous vous attendons.

Par Coralie Miller, activiste, autrice, metteuse en scène

Et Céline Piques, porte-parole d’Osez le féminisme !

Tribune parue sur Médiapart : https://blogs.mediapart.fr/coralie-miller/blog/111119/nous-accusons


Polanski, Ramadan, et Dreyfus :
mettons fin à cette comparaison ignoble !

Interviews, reportages, avant-premières… Roman Polanski fait la promotion de son dernier film, J’accuse, depuis plusieurs semaines. Le long métrage traite de l’affaire Dreyfus, à laquelle le réalisateur ne cesse de comparer ses propres poursuites judiciaires. Pour rappel, la justice américaine a retenu contre lui plusieurs chefs d’accusation en 1977, parmi lesquels viol sur mineur et par sodomie. La victime était une enfant de 13 ans qu’il avait préalablement droguée. En cours d’accord avec le juge s’occupant de l’affaire, Roman Polanski s’était empressé de quitter les États-Unis pour la France, d’où il ne peut pas être extradé. Un mandat d’arrêt international est toujours en vigueur contre lui, tandis que trois autres femmes ont eu le courage de sortir du silence pour l’accuser à leur tour de viol.

Comme Roman Polanski, Tariq Ramadan est en pleine promotion de son dernier livre, Devoir de vérité. Comme Roman Polanski, Tariq Ramadan compare son cas à celui de l’affaire Dreyfus. Comme Roman Polanski, Tariq Ramadan est poursuivi pour viol. Il est mis en examen dans deux affaires en France. Deux autres plaintes, toujours pour viol, ont été déposées en 2018, dont l’une pour viol en réunion. Tariq Ramadan est également poursuivi en Suisse, dans une cinquième affaire de viol.

En 2019, deux hommes de pouvoir accusés de viols aggravés se comparent ainsi éhontément à Alfred Dreyfus, un homme de fidélité et de devoir, victime d’antisémitisme et de mensonge d’État.

Honte à Roman Polanski et Tariq Ramadan, qui, pour faire oublier leur indignité, instrumentalisent la mémoire de cet homme d’honneur !

Honte à tous ceux qui se font leurs porte-paroles.

Collectif féministe contre le viol

Encore féministes !

Elu.e.s contre les violences faites aux femmes

C’est pas sorcier

Ligue du droit international des femmes

http://www.ecvf.fr/polanski-ramadan-et-dreyfus-mettons-fin-a-cette-comparaison-ignoble/


Tariq Ramadan ose se comparer au capitaine Dreyfus

Tariq Ramadan, mis en cause pour des violences sexuelles pour lesquelles il est mis en examen, ose comparer son sort à celui du capitaine Dreyfus 

Il multiplie les déclarations dans ce sens. Dans livre « Devoir de vérité » il dresse un parallèle explicite entre son cas et l’affaire Dreyfus, ce scandale de complot des sommets de l’armée puis de déni de justice et d’antisémitisme à l’encontre du capitaine Alfred Dreyfus, accusé à tort de haute trahison en 1894 avant d’être réhabilité en 1906. Entre-temps il aura passé plus de quatre ans dans le bagne terrible de l’île du Diable.

Ramadan écrit ainsi : « Si la France, pour son malheur, n’enfante plus de Zola, elle semble reproduire des Dreyfus, hier juifs, aujourd’hui musulmans. » et aussi « Il existe, hélas, de nombreuses similarités entre les deux affaires ». Ramadan répète les mêmes propos lors de son entretien avec Jean-Jacques Bourdin ce 6 septembre, sans que ce dernier réagisse à cette comparaison nauséabonde qui constitue une profanation à caractère antisémite. 

Or Ramadan a maintenu des liens prolongés avec Soral et Dieudonné (voir ci-dessous notre enquête publiée pour la première fois en 2009)  Ramadan a même donné son blanc-seing à la quenelle néo-nazie en niant en 2013 son caractère antisémite pourtant évident. 

Le 19 décembre 2013 Ramadan écrit sur sa page Faceboo  (transcription intégrale) : 

« Quenelle… Je m’y attendais en souriant… On est venu me demander ce que je pensais du nouveau sport national français alternatif que l’on nomme « la quenelle ». Oser prétendre qu’il s’agit d’ « un salut nazi inversé » est une supercherie et tout le monde le sait… Même ceux qui s’acharnent à en faire un mot d’ordre antisémite. Une propagande mensongère et malsaine.

Je ne suis pas adepte du sens premier, et assez vulgaire à vrai dire, du geste de « la quenelle ». Mais dans l’esprit de la plupart de ceux qui y participent, dans le jeu comme dans la provocation, il reste une idée qui dépasse son origine, confirme son intention et donne sa puissance à la mobilisation. Le signe de la quenelle veut dire : « Cessez de nous prendre pour des imbéciles, nous ne nous laisserons ni manipuler ni faire ! »

Et ce message, franchement, quenelle ou pas, face aux imposteurs de la pensée et de la politique, il faut le répéter jusqu’à ce qu’il soit entendu… ou même vu… En souriant toujours… » 

En se comparent à Dreyfus, Tariq Ramadan bafoue le combat contre l’antisémitisme. Il montre aussi que le recours à l’explication du racisme contre les musulmans (bien réel) ne constitue pour lui qu’un prétexte. En réalité, pour sauvegarder ses intérêts personnels, il instrumentalise grossièrement la lutte contre l’islamophobie

MEMORIAL 98 

http://www.memorial98.org/2019/09/tariq-ramadan-ose-se-comparer-au-capitaine-dreyfus.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.