Pratiques sociales discriminatoires

« Si nous sommes, quelle que soit notre appartenance, des êtres humains constitués de chair et de sang, nous n’en sommes pas moins perçu·e·s différemment en fonction de nos phénotypes et de notre assignation sexuée et par conséquent traité·e·s de manière inégalitaire. Tout comme le genre, la race reste une construction sociale issue de l’histoire ».

En préface, Rokhaya Diallo souligne, entre autres, que si les races n’existent pas, « le racisme les fait exister », le caractère systémique du racisme (ce n’est ni une somme d’actes isolés, ni « une faute individuelle »), son ancrage dans des siècles d’oppression, la légitimité pour les minorités ou les groupes minorisés de déterminer les priorités de leurs luttes, la nécessité de se défendre et de décider des termes de la lutte…

Système et rapports entre groupes sociaux, si certain·es subissent le racisme, d’autres en bénéficient, cela se nomme un privilège, « Si cela ne doit pas induire de culpabilité individuelle, cela implique a minima la conscience de l’existence de ces privilèges et la volonté de démanteler un système inégalitaire même s’il a été historiquement conçu en sa faveur ». Je souligne ce point car cela reste un point aveugle de bien des militant·es antiracistes ou anti-sexistes.

L’autrice ajoute qu’on ne peut « circonscrire la question dite « sociale » à la question économique comme si les questions raciales ou de genre n’étaient pas également des questions sociales ».

La France pays des « Lumières » (je ne vais pas ici entrer dans la critique des limites de ces Lumières ou plus exactement de leur caractère exclusif – sans les femmes, les esclaves et les fous). Lumières qui n’empêchaient (et pour certain·es justifiaient) ni les conquêtes coloniales, ni l’asservissement des peuples, une des dimensions « consubstantielle à la République elle-même ». Notre Etat fondé, entre autres, sur le racisme, « en est également un vecteur ».

La République, telle que l’entendent beaucoup, n’est qu’un mythe, « La France ne se vit pas comme une société structurellement sexiste, homophobe ou raciste, alors que ces idéologies sont ancrées dans notre histoire, et l’ont été longtemps – voire le sont toujours – dans notre droit ». Un mythe et des tabous, comme par exemple, le caractère étatique du racisme (ce qui reste différent d’un état racial comme durant la colonisation, la seconde guerre mondiale, etc.).

Rokhaya Diallo parle de « neutralité » et de centralité blanche, « Si le pays se prétend neutre, il semble pourtant se vivre comme blanc et de culture chrétienne », de visibilité transformée en « communautarisme » (la communauté c’est toujours les autres, jamais la communauté des majoritaires qui pourtant cultivent l’entre-soi, « Parle-t-on de communautarisme pour désigner l’entre-soi des élites majoritairement blanches et masculines »), de perte de monopole ou de « statut », de modification de rapport de force et de perte de confort, d’angoisse identitaire (en complément possible, Laurence De Cock, Régis Meyran : Paniques identitaires. Identité(s) et idéologie(s) au prisme des sciences sociales, identites-fantasmees-ou-figees-le-refus-de-legalite-et-de-la-liberte/). Aujourd’hui des personnes minorées refusent de rester confinées et prennent la parole, animent les luttes anti-racistes, dénoncent les violences policières, « Le temps de l’invisibilité politique est révolu ».

L’autrice dénonce la disqualification de celles et ceux qui ne seraient pas vraiment des français·es, « Je suis française, née en France, et ne fais qu’exiger que les principes dont se targue mon pays ne se contentent pas d’être formellement inscrits dans des textes ». Personne ne devrait implicitement être sommée de se tenir docile. Aucun soupçon ne devrait planer en permanence sur celles et ceux qui auraient, comme signe distinctif, une origine plus ou moins lointaine, hors de l’europe blanche ou considérée comme telle.

Sommaire

1 – Racisme systémique et fragilité blanche

2 – L’identité française en question

3 – Une islamophobie obsessionnelle

4 – Etat sécuritaire, révoltes, répression

5 – Femmes, féminisme

6 – Les Etats-Unis : un miroir du monde ?

7 – Cultures plurielles

De cet ensemble de textes, je ne souligne, choix subjectif, que certains éléments. en particulier les analyses sur le racisme systémique et ses effets sociaux, le soi-disant racisme inversé – « racisme anti-blanc » – (en complément possible, Le « Racisme Anti Blancs » par Aamer Rahman – VOSTFR – (« Reverse Racism » ), le-racisme-anti-blancs-par-aamer-rahman-vostfr-reverse-racism/), la prégnance raciste dans le quotidien (lire le bel article sur les cheveux), la construction de l’identité et celles et ceux qui sont en somme réduit·es à n’être que des français·es « de papiers », « La centralité de l’identité blanche paradoxalement présente de manière implicite et donc perçue comme neutre rend son appréhension très difficile », l’islamophobie et l’obsession d’un bout de tissu, les contrôles au faciès et les violences policières, le sexisme « ce n’est pas les « autres » », la non-mixité (en complément possible, Christine Delphy : la non-mixité, une nécessité politique, christine-delphy-la-non-mixite-une-necessite-politique-2005/), « il y a une différence entre la ségrégation subie et nourrie par le pouvoir et la non-mixité temporaire choisie par des personnes vulnérables », l’égalité et les privilèges, les sources des violences sexuelles, Black Lives Matter (en complément possible, Keeanga-Yamahtta Taylor : Black Lives Matter. Le renouveau de la révolte noirela-liberation-des-un-e-s-est-conditionnee-par-la-liberation-des-autres/), le cinéma et les récompenses (en complément possible, Nadege Beausson-Diagne, Mata Gabin, Maïmouna Gueye, Eye Haïdara, Rachel Khan, Aïssa Maïga, Sara Martins, Marie-Philomène Nga, Sabine Pakora, Firmine Richard, Sonia Rolland, Magaajyia Silberfeld, Shirley Souagnon, Assa Sylla, Karidja Touré, France Zobda : Noire n’est pas mon métier. Stéréotypes, racisme et diversité : 16 actrices témoignentles-refus-de-la-boite-a-cliches/)…

J’ai particulièrement apprécié le texte « Rachel Dolezal : fausse noire et privilège blanc », le rappel que qu’ « on ne choisit pas la condition noire, penser qu’elle se résume à un déguisement et à une posture imitative est parfaitement irrespectueux de l’expérience douloureuse vécue par celles et ceux qui depuis leur naissance subissent les conséquences d’un système injuste »…

Si quelques articulations pourraient être ajustées, l’ensemble des argumentations me semble bien approprié, ce qui est plus que remarquable dans des textes courts.

Plus discutable, la réduction des rapports prostitutionnels – dans le silence sur les clients, les proxénètes et l’industrie criminelle – en un travail.

Rokhaya Diallo : La France tu l’aimes ou tu la fermes ?

Textuel – Petite encyclopédie critique, Paris 2019, 224 pages, 16,90 euros

Didier Epsztajn


De l’autrice :

Racisme mode d’emploile-sens-que-nous-donnons-a-lordre-que-nous-creons-nest-que-pure-invention/

En complément possible

Jean Baubérot : Pour Rokhaya Diallo, contre l’ethnicisation de la Républiquepour-rokhaya-diallo-contre-lethnicisation-de-la-republique/

Femmes, Noires, notre silence ne nous protégera pas !, femmes-noires-notre-silence-ne-nous-protegera-pas/

Une réponse à “Pratiques sociales discriminatoires

  1. Heureusement que les patrons ne sont pas racistes je rigoles ! Eux ne pratiquent pas la discriminations, tous exploités, avec quelques uns ou quelques unes plus que d’autres, C’est marrant qu’ils ne soient jamais mis en cause, ils sont tellement vertueux !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.