Modeste contribution

Ce week-end, j’étais à La Rochelle pour l’université d’été de l’Assemblée Des Femmes, intitulée « Masculinistes et antiféministes, Qui sont-ils ? Où se cachent-ils ? Quels sont leurs réseaux ? »

Ce fut un beau week-end de partage de connaissances, de questionnements, d’inquiétudes et d’amitié.

Cependant, je voulais vous faire part, puisqu’il a été beaucoup question de la nécessité de transmission entre les jeunes et nouvelles féministes et les autres, d’un moment qui m’a beaucoup choquée et sur lequel je me reproche de ne pas avoir fait une courte intervention orale:

Une jeune intervenante, brillante universitaire, Manuela Picq a cru bon d’exposer les revendications contraires, d’après elle, des européennes, blanches, partisanes de l’IVG aux revendications des femmes autochtones du continent américain, revendiquant le droit et la volonté de faire des enfants, du fait des politiques iniques (stérilisation forcée) subies et imposées de la part des puissances colonisatrices.

Disant cela, moi qui milite encore après tant de décennies de mobilisation pour le droit à la contraception et à l’IVG, je me suis sentie rejetée du côté de la Mort, rejetée du côté des discours des soi disant pro-vie, de tous ces mouvements intégristes qui s’opposent à la libre disposition par les femmes de leur corps

Or, il me semble qu’il y a là une grave erreur de transmission de la mémoire de nos luttes, une méconnaissance profonde des valeurs défendues par les femmes féministes des années 70, combats porté par le Planning familial dont il ne faut pas oublier qu’il se dénommait aussi « Mouvement pour une Maternité Heureuse ». Donc choisir de ne pas faire un-e enfant n’est pas incompatible avec le choix d’ en faire un-e.

Donc des femmes autochtones peuvent très bien défendre le droit à la contraception et à l’IVG et décider d’être mères.

Il est quand même plus chouette d’être un enfant désiré ,non ?

Donc un même combat pour le droit à l’IVG et à la contraception peut nous réunir toutes, quelles que soient nos histoires, nos couleurs de peau, nos origines sociales, nos choix de vie , les vieilles et les jeunes, les dites européennes occidentales et les autres, les femmes du monde !

Seuls les masculinismes et les antiféminismes ne veulent pas de cette union qui fait notre force.

Voilà ma modeste contribution à cette belle université d’automne

Cordialement

Irene Corradin, Collectif Midi-Pyrénées pour les droits des femmes (CMPDF),Toulouse.


De l’autrice

Compte-rendu Assises pour l’abolition Universelle de la GPAcompte-rendu-assises-pour-labolition-universelle-de-la-gpa/

Une traversée lucide et efficace de l’histoire récente de l’Iranune-traversee-lucide-et-efficace-de-lhistoire-recente-de-liran/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.