Apostrophe d’Erri De Luca à l’ouvrage  : Catalogne. La république libre. An 01

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Catalogne est un nom de ma géographie sentimentale. Barcelone est une citoyenneté que je me suis donnée tout seul, en tant que lecteur, comme celle d’Odessa, reçue en lisant les récits d’Isaac Babel. Hommage à la Catalogne, de George Orwell, a suscité mes premiers sentiments politiques, en me faisant savoir que, si j’étais né plus tôt, je me serais joint aux combattants des Brigades internationales. On peut s’inscrire à une histoire précédente, on peut s’enrôler dans le passé.

Je me suis transplanté dans la ville de Barcelone bombardée depuis la mer par les unités de la flotte italienne avec le laissez-passer de la colère et du sentiment de justice.

Catalogne est un de mes tatouages sous-cutanés qui ne se voient que de l’intérieur.

Je n’ai pas la compétence requise pour écrire une préface à ce livre de bonnes raisons. Je ne peux qu’ajouter celles qui me sont personnelles. J’ai lu des récits et des témoignages de républicains de la guerre civile. J’ai lu la défaite, l’exil, l’affreux collier qui brisait les vertèbres du cou du condamné. Les raisons de ces combattants se sont ainsi agrandies en moi.

Contemporain d’une autre époque, je me souviens des grandes manifestations contre la condamnation à mort de Salvador Puig Antich en 1974. Il soulevait l’indignation de la jeunesse de la moitié de la planète.

Me voici, Catalogne, je reviens à ton nom, à la mer dans laquelle j’ai plongé, identique à celle de ma ville.

L’histoire sainte baptise les siens dans les eaux du Jourdain, nous, nous avons été baptisés avec le sel de la Méditerranée. Nous appartenons aux ports d’où sont partis nos émigrants, où débarquent à présent les nouveaux voyageurs de la malchance.

Aujourd’hui, j’ai l’honneur d’être traduit dans la langue catalane, renouvellement d’une citoyenneté qui a eu lieu il y a longtemps. C’est ce qui m’autorise à me déclarer invité à votre table.

Je propose donc un toast : à la liberté de ceux d’entre vous qui sont en prison pour avoir exprimé leurs pensées publiques et politiques.

Erri De Luca

Traduction : Danièle Valin

Xavier Espinet et Mariana Sanchez (coordination) : Catalogne. La république libre. An 01

Editions Syllepse, Paris 2019, 344 pages, 22 euros

https://www.syllepse.net/catalogne-la-republique-libre-_r_22_i_738.html

Table des matières

Erri De Luca : Apostrophe

Xavier Espinet et Mariana Sanchez : Introduction

1. L’Histoire

Xavier Diez : La Catalogne contemporaine : histoire d’une réalité

Joan Ramon Resina : La persistance de la revendication Catalane

Jean-Sébastien Mora : Une incompréhension bien française

Gérard Onesta : Une honte pour Bruxelles, mais un espoir européen

2. Société(s) et langue(s)

Rencontre avec Eva Fernàndez et Julià de Jòdar : La résistance d’une nation métisse

Eugeni Casanova : Un centre sans périphérie

Maria Carme Junyent : Une langue en partage

Juan Carlos Moreno Cabrera : Babel enchaîné : le suprématisme linguistique de l’État espagnol

Juan Carlos Moreno Cabrera

Elisenda Paluzie : Le cahier de doléances de l’économie catalane

Jordi Muñoz : Les indépendantistes sont-ils plus à gauche ?

3. Nation sans état, état sans peuple ?

Júlia Taurinyà et Marta Serra : Catalogne-Nord, une boussole désaxée

Anna Arqué i Solsona : Victoire de l’autodétermination, échec de la répression

Quim Arrufat : Une République pour quoi faire ?

David Fernàndez : « Lost in transition » : Encore quarante ans ?

Jordi Cuixart : Un pays de luttes partagées

Jordi Cuixart

4. Souveraineté(s) et résistance

Benet Salellas et Gabriela Serra : La nécessaire insoumission

Joan Teran : Conquérir l’indépendance par la mobilisation populaire

Rencontre avec Anna Gabriel : La cité que nous voulons construire

Rencontre avec Tamara Carrasco : La chasse aux sorcières

Rencontre avec Txell Bonet : Parler d’indépendance ne devrait pas être un tabou

Marie-Pierre Vieu : La question catalane est celle de la démocratie en Europe

Claire Dujardin : Le Procès et la défense du droit à la désobéissance civile

5. Carte de visite et repères historiques

Carte de visite

Repères historiques

Les auteur·es

Photographes et photographies


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.