Trio : sans piano (14)

Si le trio batterie/contrebasse/piano est souvent considéré comme le trio par excellence, les combinaisons de trois instruments sont aujourd’hui très variées.

Une diversité surprenante, des inventions et des (dés)équilibres toujours renouvelés, des surprises encore et pas seulement par le choix de l’instrument « soliste ». Au hasard de ré-écoutes récentes.

Voir aussi : Trio : sans piano, Trio : sans piano (2), Trio : sans piano (3), Trio : sans piano (4), Trio : sans piano (5), trio-sans-piano-6/, trio-sans-piano-7/, trio-sans-piano-8/, trio-sans-piano-9/, trio-sans-piano-10/, trio-sans-piano-11/, trio-sans-piano-12/trio-sans-piano-13/

Un trombone dans un écrin rythmique

Des instruments comme des couleurs primaires et leur association en images colorées, « un ensemble de signaux qui définit toute la palette de couleur à partir des trois primaires (vidéo) ».

Que l’on soit plus attentif à chacun, Glenn Ferris (trombone), Bruno Rousselet (contrebasse), Jeff Boudreaux (batterie) ou à l’ensemble ainsi constitué, à la palette ou à l’architecture, ce disque possède un charme vénéneux.

Cd Glenn Ferris Trio : Chrominance, enregistré en juin 2000, Enja 2001


Un bestiaire fantastique

Singe, chat, fourmi, baleine, bison, coq, souris et loup. Des titres et des animaux pour ce trio où l’ironie et les accents ludiques se mêlent aux rythmes. Fidel Fourneyron (composition et trombone), Joachim Florent (contrebasse), Sylvain Darrifourcq (batterie)

Un « zoo » plein de jubilation, de riches formes sonores comme autant de chamailleries musicales…

Cd Fidel Fourneyron : Animal, enregistré en décembre 2017, ONJ Records  2018


Un trio aux multiples facettes. Roscoe Mitchell (saxophones soprano, alto, ténor, basse ; flute, piccolo et percussions) utilise différents instruments et donne des élans tantôt aériens, tantôt ironiques. Des expressions, en tendresse, en force ou de colère. Je souligne ses interventions à la flute.

J’ai aussi particulièrement apprécié les duos violoncelle et percussions, les ambiances de fanfare et l’ironie irradiant bien des morceaux. Roscoe Mitchell n’a pas oublié l’Art Ensemble…

Il est ici accompagné de Harrison Bankhead (contrebasse et violoncelle) et de Vincent Davis (batterie et percussions).

Un disque incandescent et pleinde joie de vivre.

Double Cd Roscoe Mitchell Trio : No Side Effects, enregistré en décembre 2005, janvier et février 2006, RogueArt 2006


Je trouve toujours passionnantes les atmosphères dessinées par le guitariste Philippe MouratoglouDe disque en disque, il construit un univers bien particulier. Il est ici accompagné par le contrebassiste Bruno Chevillon et le batteur Ramón López. Ce trio illustre parfaitement à mes yeux cette « vision fugitive » de la maison d’édition. Une invitation à l’évasion, des réflexions musicales sur la solitude et un détour par Ornette Coleman

Cd Philippe Mouratoglou Trio : Univers·Solitude, enregistré en novembre 2017, Vision fugitive 2018


Un trio composé de Jon Irabagon (saxophones), Rudy Royston (batterie) et Yasuhi Nakamura (contrebasse).

Certaines pièces sont très courtes, d’autres de près d’une dizaine de minutes. Séduction, couleurs et rythmes. Trois musiciens en entente cordiale.

Cd Rudy Royston Trio : RisEofOrion, enregistré en février 2016, Greenleaf Music


Un univers coloré imagé par un assemblage peu habituel d’instruments. Le Trio Fatal est composé de Biggi Vinkeloe (saxophone alto et flute), François Lemmonier (trombone) et Peeter Uruskyla (batterie). Un panorama ouvert improvisation collective. Mérite le détour.

Cd : Trio Fatal : Space Way Messenger, enregistré en aout et septembre 2012, Marge 2013


Une toujours jeune et emportée musique par des musiciens dont l’âge ne semble pas peser. Ecoutez donc ce trio infernal et ces solos endiablés.

Andrew Cyrille (batterie), Reggie Workman (contrebasse), Oliver Lake (saxophone), unel’histoire du jazz et une certaine idée de son renouvellement permanent.

Cd Trio 3 : Visiting Texture, enregistré en juillet 2016, Intakt


Le trio composé de Julian Lage (guitare), Dave King (batterie), Jorge Roedder (contrebasse) s’approprie et recompose des musiques de différents répertoires. Le guitariste et ses complices réinventent de grands airs étasuniens, en leur donnant une force mélancolique. Ils épicent savoureusement des morceaux d’Ornette Coleman, Keith Jarrett ou Jimmy Giuffre. Je souligne aussi deux compositions de l’inventif guitariste.

Un langage virtuose mais sans esbroufe et une intense projection sonore.

Lire la note plus détaillée de Nicolas Béniès : du-cote-du-jazz-avril-2019/

Cd Julian Lage : Love Hurts, enregistré en septembre 2018Mack Avenue 2019


Le roi trombone

Une musique joyeuse. Yves Robert (trombone) et ses complices, Bruno Chevillon (contrebasse) et Aaron Scott (batterie) nous entrainent sur des chemins pleins de surprises et d’inattendus. La sonorité du trombone éclaire les fantasques paysages inventés…

Cd Yves Robert, Bruno Chevillon, Aaron Scott : des satellites avec des traces de plumes, enregistré en décembre 1989, Evidence

Didier Epsztajn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.