Rencontrez le médecin de l’Alabama qui pourrait passer 99 ans en prison pour avoir pratiqué des avortements en vertu d’une nouvelle loi

La gouverneure de l’Alabama, Kay Ivey, a signé mercredi 15/05 l’interdiction d’avortement la plus restrictive du pays, interdisant la procédure sauf dans les cas où la vie d’une femme enceinte est en grand danger. La loi ne prévoit aucune exception en cas de viol ou d’inceste et les médecins pourraient être condamnés à 99 ans de prison pour avortement. Nous avons parlé avec la Docteure Yashica Robinson, directrice médicale du Centre des femmes pour les alternatives de procréation en Alabama, une des trois cliniques de l’État qui offrent des services d’avortement à leurs patients. Elle est l’une des deux seules professionnelles de l’avortement qui habite et travaille en Alabama. En vertu de la nouvelle loi de l’Alabama, elle pourrait passer le reste de sa vie en prison pour avoir fait son travail.

Transcription

Voici une transcription de l’interview. Cette copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMY GOODMAN : C’est Démocratie Now ! Democracynow.org, The War and Peace Report. Je suis Amy Goodman. Les atteintes aux droits en matière de procréation continuent d’augmenter à mesure que les législatures et les gouverneurs républicains de tout le pays adoptent des lois de plus en plus restrictives sur l’avortement. Mercredi 15 mai, la gouverneure de l’Alabama, Kay Ivey, a signé l’interdiction d’avortement la plus restrictive du pays, interdisant la procédure dans son intégralité, sauf dans les cas où la vie d’une femme enceinte est en grand danger. La loi ne prévoit aucune exception en cas de viol ou d’inceste et les médecins pourraient être condamnés à la prison à vie pour avoir pratiqué des avortements.

La semaine dernière, la Géorgie a promulgué une loi interdisant l’avortement dès qu’un battement cardiaque fœtal est détecté, ce qui se produit souvent vers six semaines de grossesse, avant que de nombreuses personnes ne réalisent qu’elles sont enceintes. Des projets de loi semblables ont également été adoptés dans l’Iowa, le Kentucky, le Dakota du Nord, l’Ohio et le Mississippi. Pas plus tard que le 19 mai, le Sénat, dirigé par les républicains du Missouri a adopté un projet de loi interdisant l’avortement à partir de la huitième semaine de grossesse. Les groupes de défense des droits reproductifs contestent ces lois devant les tribunaux. Pour l’instant, les interdictions ont été bloquées ou ne sont pas encore entrées en vigueur.

La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a répondu jeudi 16 mai à l’interdiction de l’avortement en Alabama et a averti que le pays était sur une voie dangereuse.

DÉCLARATIONS DE NANCY PELOSI : En même temps, les républicains ont démantelé, saboté et poursuivi leurs attaques contre les soins de santé, et maintenant contre les femmes en particulier, comme nous l’avons vu en Alabama ; des perturbations déchirantes et inconstitutionnelles des libertés fondamentales de reproduction. Je ne veux pas faire peur à la population, mais je crois qu’ils essaient de suivre une voie qui démantèlera complètement l’affaire Roe vs. Wade, et nous devons être vigilants et exprimer nos préoccupations dans ce sens législatif à partir de ses piliers.

AMY GOODMAN : Les architectes et les partisans des projets de loi se réjouissent en fait d’une bataille judiciaire dans l’espoir que cette bataille parviendra à la Cour suprême et mènera au renversement de l’arrêt Roe vs. Wade, la décision historique de la Cour suprême de 1973 reconnaissant le droit constitutionnel à l’avortement.

Pour de plus amples renseignements, nous nous rendons à Huntsville, en Alabama, où nous sommes accompagnés de la Dre. Yashica Robinson. La Dre Robinson est directrice médicale du Centre des femmes pour les alternatives de procréation en Alabama, l’une des trois cliniques en Alabama qui offrent des services d’avortement à leurs patientes. Elle est l’une des rares professionnelles en charge de ces services qui vivent et travaillent en Alabama. En vertu de la nouvelle loi de l’Alabama, elle pourrait passer le reste de sa vie en prison pour avoir fait son travail. Dre. Yashica Robinson, bienvenue à Démocratie Now !, merci beaucoup de nous avoir accordé ce temps malgré votre horaire chargé. Tout d’abord, dites-nous comment vous réagissez à l’adoption de l’interdiction quasi totale de l’avortement en Alabama.

DRE. YASHICA ROBINSON : Eh bien, merci de me recevoir. Avec l’adoption de l’interdiction quasi totale de l’avortement ici en Alabama, la réaction initiale a été très décourageante. J’ai vu beaucoup de patientes qui ont exprimé de la colère, beaucoup d’inquiétude sur la façon dont cela affectera l’accès aux soins. En tant que prestataire de soins, je suis très préoccupée par l’incidence que cela aura sur les soins que je peux fournir à mes patientes.

AMY GOODMAN : Quel sera l’effet ? Pour l’instant, la loi n’est pas entrée en vigueur ; elle le sera dans six mois. Et il est évident qu’elle va être contestée devant les tribunaux. Parlez de …. Je veux dire, à l’heure actuelle, si c’était l’année prochaine et que l’interdiction était en vigueur, la gouverneure Ivey l’a déjà signée ; vous pourriez aller en prison pour le reste de votre vie pour avoir fait cette procédure.

DRE. YASHICA ROBINSON : Oui, ce qui veut dire que je devrai choisir entre ma liberté et rester hors de prison et faire ce qui est le mieux pour mes patientes. Et ce sera un facteur qui rendra le choix plus difficile pour les médecins qui veulent poursuivre dans ce domaine. L’Alabama est une région qui manque déjà de médecins et de ressources pour les soins aux patients. Nous avons déjà des femmes qui voyagent de plus en plus loin pour avoir accès aux soins dont elles ont besoin. Et avec la crainte de poursuites criminelles, il n’y a aucune raison pour que les femmes ou les médecins qui fournissent des soins médicaux à ces femmes viennent dans cette région. Il n’y a pas de médecin qui veuille avoir à choisir entre sa propre liberté et faire ce qui est le mieux pour le patient.

De notre point de vue, cela nous place dans un grand dilemme. Si nous respectons la loi et que nous nous y conformons, il se peut que les patients et leurs familles soient poursuivis en justice s’ils subissent un préjudice. Cela nous mettrait dans une situation où nous pourrions être forcés de laisser les patientes approcher la mort, rechuter ou devenir gravement malades et potentiellement blessées avant de pouvoir procéder confortablement à faire ce qui est le mieux pour les femmes. Cela dit, l’exception relative à la santé n’est pas adéquate. Ce n’est pas approprié lorsqu’il s’agit de l’accès à l’avortement.

AMY GOODMAN : Pratiqueriez-vous des avortements de toute façon si cette loi était appliquée en Alabama ?

DRE. YASHICA ROBINSON : Eh bien, en tant que professionnelle de la santé des femmes, je comprends l’importance de l’accès à l’avortement. Je respecterai toujours la loi. Cela dit, il se peut que je doive me rendre dans d’autres régions pour prodiguer des soins aux patients. Mais j’espère que nous pourrons modifier la loi pour faire en sorte que les femmes continuent d’y avoir accès ici en Alabama. Puisque, autrement, cela signifie que je devrai voyager pour m’assurer que les femmes sont prises en charge et que je pourrai continuer à exercer mon métier et à faire ce que je juge nécessaire pour les femmes. Et cela signifie que les femmes devront voyager de plus en plus loin. Nous avons déjà des patientes qui n’ont pas de clinique d’avortement dans leur région. Aujourd’hui, nous avons des patientes qui conduisent de six à huit heures pour nous rejoindre. Ainsi, si l’Alabama continue sur cette voie, cela constituera un autre obstacle pour les femmes.

AMY GOODMAN : Je voulais m’adresser à la sénatrice démocrate de l’Alabama, Vivian Figures, l’une des quatre femmes du Sénat de l’État de l’Alabama qui font face au sénateur républicain Clyde Chambliss au Sénat de l’État pendant que les législateurs débattent de la loi.

SÉNAT D’ÉTAT. FIGURES VIVIAN : Savez-vous ce que c’est que d’être violé ?

SÉNAT D’ÉTAT. CLYDE CHAMBLISS : Non, madame, je ne sais pas.

SÉNAT D’ÉTAT. FIGURES VIVIAN : Savez-vous ce que c’est que d’avoir un parent qui a commis un inceste en vous ?

SÉNAT D’ÉTAT. CLYDE CHAMBLISS : En moi non, madame.

SÉNAT D’ÉTAT. FIGURES VIVIAN : Oui, en vous. D’accord. C’est donc l’un de ces traumatismes qu’une personne subit, comme ce nourrisson. Et de retirer cette option à la personne qui a été victime d’un acte aussi traumatisant, de laisser le reste de cette personne, si elle le désire, pour qu’elle doive mettre un enfant au monde et qu’on lui rappelle chaque jour.

AMY GOODMAN : Figures, la sénatrice de l’Alabama a également présenté un amendement qui criminaliserait les vasectomies, arguant qu’il n’existe aucune loi régissant le corps des hommes. Il a été rejeté. Mais parlez, Dre. Yashica Robinson, du fait que l’interdiction de l’avortement a été adoptée sans égard au viol ou à l’inceste.

DRE. YASHICA ROBINSON : Tout d’abord, juste ses paroles et demander à l’autre représentant comment il se sentirait ou s’il sait ce qu’il ressent ; elle a essayé de le ramener chez lui, de lui donner une atmosphère plus humaine. Et j’apprécie cela. Et sa réponse, disant qu’il ne savait pas ce que c’était, mais qu’il était tout de même très clair qu’il était en faveur de ce projet de loi, était très inquiétante.

En tant que prestataire de services d’avortement, je comprends qu’il y a de nombreuses raisons personnelles et médicales pour lesquelles les femmes choisissent l’avortement. Et il n’y a aucun moyen de savoir toutes les choses personnelles qui compliquent la vie d’une femme et qui ont une incidence sur cette décision, comme l’a dit la sénatrice.

Mais s’il continue d’appuyer le projet de loi, j’estime que c’était comme une insulte aux femmes, une insulte aux soins médicaux. Il était très clair qu’ils ne se souciaient pas de la façon dont cela affectait les femmes. La seule chose qui importait, c’était qu’ils réalisent leur programme politique. Et c’est juste triste pour les femmes de l’Alabama. C’est très triste.

AMY GOODMAN : Vous risquez plus de prison qu’un violeur. Vous risqueriez la prison à vie, 99 ans de prison, Dre Robinson.

DRE. YASHICA ROBINSON : Oui, et la seule chose que je peux dire, vraiment, c’est que, pour moi en tant que médecin, cela me met en colère. Dans d’autres domaines de la médecine, il n’y a pas d’autre domaine de la médecine où nous avons une loi comme celle-ci qui menace le médecin de poursuites criminelles simplement parce qu’il fait son travail. Aucun autre domaine de la médecine n’est réglementé de cette façon. Et puis, avoir des médecins qui peuvent être pénalisés par des peines de prison plus longues qu’un violeur est effrayant. C’est juste horrible. Et nous savons qu’il ne s’agit pas de ce qu’il y a de mieux pour les femmes. Il s’agit plutôt de nos représentants et de leur objection morale personnelle aux soins d’avortement.

AMY GOODMAN : Dre. Yashica Robinson, pouvez-vous nous décrire votre journée ? Vous passez beaucoup de temps à accoucher comme gynécologue en obstétrique.

DRE. YASHICA ROBINSON : Oui, j’ai pris la décision de devenir une professionnelle de la santé pour les femmes, ce qui signifie que je m’engage à prendre soin des femmes pendant toute la grossesse. J’accouche des bébés. Je fournis des soins prénatals. Mais je comprends que les femmes enceintes choisiront d’avoir des enfants et qu’elles devront parfois prendre la décision que leur grossesse devra se terminer par un avortement. Et je comprends que ce n’est qu’une partie des soins médicaux et de l’un des services essentiels dont les femmes auront besoin. Et je respecte cette décision. Et je suis heureuse d’être avec les femmes, quoi qu’il arrive, et de les soutenir quelle que soit la décision prise pour leur grossesse.

AMY GOODMAN : Pouvez-vous nous parler des protestations auxquelles vous faites face à l’extérieur de votre clinique ? à quel point est-ce difficile pour les femmes qui viennent ici et doivent prendre des décisions délicates ?

DRE. YASHICA ROBINSON : Nous savons déjà que parfois, pour les femmes, prendre la décision de se faire avorter peut être très difficile. Elles se sont débattues avec ça avant même de venir à notre clinique. Et pour quoi ? pour que leur décision soit remise en question une fois de plus, pour qu’elles soient jugées quand elles viendront à recevoir des soins qu’elles savent nécessaires pour elles à ce moment-là ? C’est quelque chose que les femmes ne devraient pas vivre.

Et en tant que personne qui m’occupe aussi des femmes pendant la grossesse, uniquement parce que d’autres personnes s’opposent aux soins en cas d’avortement et parce que je suis prête à m’occuper des femmes ici dans le Sud en fonction de leurs besoins, mes patientes qui viennent pour pratiquer l’obstétrique et la gynécologie sont aussi victimes du même harcèlement. Je veux dire, je fréquente des femmes qui viennent avec huit ou neuf mois de grossesse et qui sont agressées par des manifestants qui les crient et leurs font des réclamations. Cela ne devrait jamais arriver.

Ça me rappelle une occasion où une jeune femme enceinte est entrée. Elle en était à son troisième trimestre. Je ne venais que pour une visite prénatale de routine. Et malheureusement, lorsque nous l’avons évaluée, nous avons découvert qu’elle avait déjà eu une mort fœtale. Son bébé était déjà mort dans l’utérus. C’était une grossesse très désirable. Et même cette jeune femme, alors qu’elle se rendait à l’hôpital en sachant qu’elle accouchait ce jour-là et que son bébé n’était plus en vie, faisait toujours l’objet du même harcèlement.

AMY GOODMAN : Je voulais parler de vous, face à la prison dans votre vie pour pratiquer des avortements si l’interdiction est entrée en vigueur, mais aussi face au danger de votre propre vie. Dans ce pays, plusieurs médecins et professionnels de la santé ont été assassinés pour avoir fourni des services d’avortement. Craignez-vous pour votre propre vie, pour la vie de votre famille ?

DRE. YASHICA ROBINSON : Je pense à ma sécurité et je prends les précautions nécessaires autant que possible. Mais si je me concentre davantage sur la peur qu’on me fasse mal, je ne peux pas me concentrer sur mes patients comme je le dois. Et en médecine, il est si important que vous gardiez la tête dans le jeu, que vous vous concentriez sur la personne devant vous. Nous devons prendre des décisions en une fraction de seconde tout le temps. Et donc je fais de mon mieux pour ne pas être distrait par ça.

Je suis une personne très spirituelle, je prie. Je pense que le travail que je fais est…, je pense que je suis ici parce que…, je pense que Dieu m’a mis ici pour une certaine raison, parce qu’il y a beaucoup de femmes qui ont besoin de moi. Et donc, parce que je comprends que je fais le travail que je suis censé faire, j’ai l’impression que je vais être protégée. Et s’il arrive un jour où je suis blessée, c’est une décision et un sacrifice que je sais nécessaire. Et je suppose que j’ai pris la décision de l’accepter.

AMY GOODMAN : Vous avez pris de nombreuses décisions remarquables dans votre vie, pouvez-vous nous parler de votre enfance en Alabama, du fait que vous avez eu des enfants à un très jeune âge et de la façon dont vous avez lutté pour obtenir une éducation et devenir médecin ?

DRE. YASHICA ROBINSON : Oui. Je viens d’une origine, une origine très humble. J’ai eu mon premier enfant avant la fin de mes études secondaires. Le fait d’être une mère adolescente faisait partie de ma motivation à aller en obstétrique et en gynécologie. Il y a tellement de femmes ici dans le Sud qui font face à des situations très semblables. Le taux de grossesse chez les adolescentes est très élevé. Je comprends que l’éducation est l’une de ces choses qui nous aideront à sortir de la pauvreté qui peut parfois être associée au fait d’être mère si tôt.

Et je sentais que les femmes dans des situations similaires avaient besoin de voir quelqu’un qui avait vécu une expérience comme la leur, qui avait pu s’en sortir pour continuer à atteindre ses objectifs, pour ne pas avoir honte des décisions que nous avons prises et pour être motivées par celles-ci. Parce que c’est très facile pour les gens de dire, « vous pouvez le faire », mais s’ils voient quelqu’un qui leur ressemble, qui vient de leur lieu d’origine, qui a aussi été capable de le faire, je pense que cela leur donne plus de motivation.

AMY GOODMAN : Alors, vous avez eu deux enfants quand vous étiez encore adolescent, deux enfants. Pouvez-vous nous dire ce qui vous a décidé à faire des études de médecine ?

DRE. YASHICA ROBINSON : Eh bien, l’une des principales choses qui m’ont motivée, c’est que lorsque vous tombez enceinte tôt dans la vie, beaucoup de gens ont tendance à vous parler sérieusement. J’ai essuyé beaucoup de critiques et de commentaires négatifs. Et c’était très important pour moi de pouvoir leur montrer que, comme je l’ai dit, la décision que j’ai prise au début, les circonstances de ma vie ne déterminent pas vraiment ce que je peux faire. Et je voulais aussi en être capable. Je voulais que mes enfants n’aient pas honte d’être devenue mère si tôt. Il y a beaucoup de choses qui expliquent pourquoi les jeunes femmes dans des situations comme la mienne se retrouvent enceintes dès le début.

AMY GOODMAN : Dre. Yashica Robinson, au Sénat de l’État lorsque ce projet de loi a été adopté, ce sont 25 hommes blancs qui l’ont adopté. Pouvez-vous nous parler de l’impact de cette situation sur les femmes de l’Alabama, mais surtout sur les femmes de couleur comme vous ?

DRE. YASHICA ROBINSON : Eh bien, l’impact de cette mesure législative, c’est qu’elle va…, nous savons qu’une loi comme celle-ci touche les femmes de couleur et les femmes du niveau socioéconomique inférieur. Nous savons que ceux qui ont des ressources auront toujours accès aux soins dont ils ont besoin. Ce sont donc les patients que je traite qui seront les plus touchés par cette décision.

Et puis, voyons qui sont les représentants qui ont voté pour cela, aucun d’entre eux ne nous ressemble. Aucun d’eux ne nous représentait. C’étaient tous des hommes, dont aucun ne sait ce que c’est que d’avoir une grossesse ou d’avoir à prendre une décision difficile pour mettre fin à une grossesse. Aucun d’entre eux n’était de couleur et ne connaissait même pas certaines des choses que nous avons traversées. Venant d’une vie où vous n’avez pas toujours les finances dont vous avez besoin pour les choses de base dans la vie et comment cela peut jouer un rôle important en vous, ayant à prendre la décision de ne pas avoir un autre bébé. Le simple fait de regarder la photo de ceux qui ont voté en faveur de ce projet de loi a suffi à susciter l’indignation chez les femmes, et surtout chez les femmes de couleur.

AMY GOODMAN : Selon les Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies, l’Alabama a l’un des taux de mortalité infantile les plus élevés du pays. Il a enregistré 7,4 décès de nourrissons pour 1 000 naissances vivantes en 2017, soit le cinquième taux le plus élevé aux États-Unis. La moyenne nationale est de 5,8 décès pour 1 000 naissances vivantes. L’année dernière, l’Alabama a connu le pire taux de mortalité infantile du pays avec 9,1 décès pour 1 000 naissances vivantes. Comment expliquer cela, Dre. Robinson ?

DRE. YASHICA ROBINSON : Eh bien, l’Alabama a tant de choses que nous pouvons faire pour améliorer la situation des femmes et de leurs bébés. Nous avons un taux de mortalité maternelle et infantile très élevé, et cela est dû en grande partie au fait que les femmes n’ont pas accès aux soins médicaux dont elles ont besoin. De nombreuses patientes n’ont pas accès aux soins médicaux, et encore moins à l’assurance, jusqu’à ce qu’elles tombent enceintes. Beaucoup de femmes ne seraient admissibles à Medicaid que pendant leur grossesse [N.d.T. Medicaid = Assurance maladie pour des personnes et familles à faible revenu].

Et en tant que médecin, je sais qu’optimiser votre santé avant la grossesse serait mieux pour la patiente et son bébé. Les conditions qui seraient faciles à comprendre sont celles des patients souffrant d’hypertension et de diabète. Si nous pouvions optimiser ces choses avant la grossesse, nous aurions de meilleurs résultats en termes de santé maternelle et infantile. Cependant, il y a des législateurs qui s’efforcent d’imposer plus de restrictions à l’accès des femmes aux soins de santé, plutôt que de se concentrer sur les moyens d’améliorer ces soins.

AMY GOODMAN : Vos derniers arguments, qui nous viennent de l’Alabama, disent que cela pourrait clairement servir de banc d’essai pour ce qui se passe à la Cour suprême. L’idée qu’une interdiction virtuelle de tout avortement pourrait être portée devant la Cour suprême, et peut-être l’annulation du cas Roe vs. Wade à la même Cour suprême. Le fait que cela ait commencé en Alabama, qu’est-ce que vous en pensez, Dre. Yashica Robinson, vous qui êtes dans l’un des deux seules institutions en Alabama à pratiquer actuellement des avortements.

DRE. YASHICA ROBINSON : Ce que j’en pense…, Alabama, quand il s’agit de choses vraiment importantes, peut être le dernier de tant de choses. Comme vous l’avez dit, notre taux de mortalité infantile, notre taux de mortalité maternelle, notre taux de cancer du col de l’utérus sont très élevés. Et c’est la seule chose que nous voulons être les premiers ? Ce n’est pas quelque chose dont on veut se vanter.

Mon désir est de vivre dans une société où les femmes ont accès aux soins de santé dont elles ont besoin, où même l’assurance couvre les femmes en cas d’avortement et où l’accès aux soins de santé essentiels ne repose pas sur leur code postal. C’est pourquoi j’ai toujours espoir et j’espère qu’à mesure que nous avancerons, nous pourrons faire ce qu’il y a de mieux pour les femmes et atteindre la société idéale.

AMY GOODMAN : Dre. Yashica Robinson, merci beaucoup d’avoir passé ce temps avec nous. La Dre. Robinson est directeur médical du Centre de Femmes pour les Alternatives de la Procréation en Alabama, l’une des trois cliniques en Alabama qui offrent des services d’avortement aux patients. A la prochaine fois.

 

C’est Democracy Now ! À notre retour, les gens parleront de comment serait un pays post-Roe. Eh bien, de nombreux professionnels de l’avortement, disent les militantes des droits des femmes, qu’en réalité, dans de nombreuses régions du pays, c’est ce qui se passe aujourd’hui dans tout le pays, même lorsque Roe vs. Wade est légal. Restez avec nous.


Source : https://www.democracynow.org/2019/5/17
/meet_the_alabama_doctor_who_could

Publié sur le site partenaire Pressenza : 

https://www.pressenza.com/fr/2019/05/etats-unis-rencontrez-le-medecin-de-lalabama-qui-pourrait-passer-99-ans-en-prison-pour-avoir-pratique-des-avortements-en-vertu-dune-nouvelle-

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.