Convergence des luttes et enseignements croisés

Suite à l’affaire Weinstein et à la diffusion internationale du mouvement #MeToo pour dénoncer plus largement toutes les formes de harcèlement sexuel, l’espace public entendu au sens de la rue et des transports en commun sont au centre de l’attention des décideur·se·s. Les pouvoirs publics et les régies de transport, face à la médiatisation et à la pression des associations, ont mis en place localement différentes actions de sensibilisation parmi lesquelles des débats publics, des marches exploratoires, des campagnes d’affichage, la diffusion de messages invitant à dénoncer toutes situations de harcèlement. Or, la libération de la parole des femmes montre que le harcèlement et les violences ne concernent pas que les espaces publics urbains mais plus largement tous les espaces du quotidien : du lieu de travail à l’espace familial ou domestique. De ce phénomène et de sa politisation, différents enseignements peuvent être tirés afin de lutter contre les manifestations LGBT-phobes dans les lieux publics.

En effet, l’ampleur internationale du mouvement #MeToo a permis de réaliser que ce type de comportement n’était ni le propre d’un espace-temps (la nuit et la figure du rôdeur), ni d’une classe sociale (les migrants, les pauvres, les sans-éducation), mais plus profondément la marque d’une culture sexiste et patriarcale dont les formes d’expression peuvent varier mais traversent l’ensemble des sociétés à des degrés divers. À la solitude, la honte et la culpabilité des victimes succède la découverte d’une condition collective et d’un continuum de violences (de la blague sexiste sous couvert d’humour à l’agression sexuelle, de l’injure à la violence physique) qui appelle une prise de conscience et des transformations culturelles profondes. Néanmoins, les résistances sont nombreuses, comme l’attestent la mise en cause des victimes ou les stratégies de disqualification du mouvement. La rhétorique et les arguments mobilisés sont bien connus : de la confusion entre violence et liberté d’importuner à la classique défense de la grivoiserie à la française, de l’inversion des responsabilités à la minimisation des faits, de la dénonciation du politiquement correct à la menace du risque d’indifférenciation entre les sexes. Si les pouvoirs publics ont réagi par des actions ciblées, pour autant la réponse institutionnelle est insuffisante tout comme la saturation et l’oubli menacent une communication dispersée et mal comprise par l’opinion publique. Cette situation est transposable à l’homophobie. Elle ouvre donc la possibilité d’une convergence de luttes et plus largement elle appelle une transformation profonde des mentalités qui passe nécessairement par la mobilisation de tou·te·s et par une politique d’éducation ambitieuse.

En effet, si un effort important a été consacré à la mesure des violences inter- personnelles via la réalisation de l’enquête VIRAGE (1) notamment, il convient d’en tirer les leçons et de proposer une politique publique à la hauteur des enjeux. Cela passe nécessairement par la formation au sens large (des enseignant·e·s du primaire et du secondaire comme des services de ressources humaines des entreprises et des administrations), par des actions de sensibilisation locales et nationales mais plus largement par une communication non sexiste et non hétérosexiste dans tous les aspects de la vie quotidienne. Pour cela, il convient d’encourager et de valoriser les actions qui marchent au-delà de la seule dénonciation et de favoriser des actions à long terme plutôt que des coups de communication. C’est un préalable pour favoriser l’émergence d’espaces plus justes et ouverts à tou·te·s.

Marianne Blidon

Maîtresse de conférences et spécialiste des questions de genre et de sexualités

Article paru dans : Rapport sur l’homophobie 2019 : 2018, une année noire pour les personnes LGBT

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/05/15/rapport-sur-lhomophobie-2019-2018-une-annee-noire-pour-les-personnes-lgbt/


(1) Voir https://virage.site.ined.fr/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.