Défendre l’avortement partout dans le monde

C’est avec colère et inquiétude, que nous avons appris que le Sénat de l’Alabama – composé de 35 sénateurs dont 3 femmes et contrôlé par les républicains – a adopté une loi contre l’avortement, même en cas de viol ou d’inceste. Les promoteurs du texte n’ont pas caché leur intention d’amener la Cour suprême des États-Unis à revenir sur sa décision emblématique de 1973, « Roe v. Wade », qui a reconnu le droit des femmes à avorter tant que le fœtus n’est pas viable.

Depuis le début de l’année, 28 des 50 Etats américains – pour la plupart des Etats du Sud, très conservateurs – ont mis en place plus de 300 nouvelles règles afin de limiter l’accès à l’avortement. Le Kentucky et le Mississippi ont interdit les avortements dès que les battements du cœur du fœtus sont détectables, soit environ à la 6ème semaine de grossesse ! Des mesures comparables sont en passe d’être adoptées par la Géorgie, l’Ohio, le Missouri et le Tennessee.

Face à ce recul dramatique des droits des femmes dans un pays où la mortalité maternelle est l’une des plus élevées au monde (900 décès/an) et touche près de 4 fois plus les femmes noires, nous saluons la réaction de l’organisation féministe américaine NOW, fondée par Betty Friedan, qui a qualifié la loi d’ « inconstitutionnelle », car sa mise en application « renverrait les femmes de l’État aux jours noirs durant lesquels les parlementaires contrôlaient leur corps, leur santé et leur vie ».

« Les projets de loi en Géorgie et en Alabama, qui menacent les droits reproductifs des femmes et criminalisent l’avortement, représentent le point culminant d’une vague de projets de loi régressifs visant à contrôler le corps et les droits reproductifs des femmes », a déclaré Carmen Perez, directrice générale du Gathering for Justice.

Comme aux USA, nous savons qu’en France un retour en arrière est toujours possible. Pour rappel, la loi scélérate de 1920, renforcée par les dispositifs pétainistes de 1939 et 1942, faisait de l’avortement un crime d’Etat.

Renvoyer les femmes à la clandestinité pour avorter, c’est à nouveau les acculer à des avortements non médicalisés, leurs complications et les décès – 47 000 femmes sont mortes dans le monde en 2018 des suites d’un avortement non médicalisé !

A la veille des élections européennes, nous dénonçons la collusion entre les extrêmes droites politiques et les pouvoirs religieux, leur acharnement féroce contre les droits fondamentaux des femmes afin de perpétuer la domination masculine.

Nous appelons à la solidarité avec toutes les femmes en lutte en Europe, notamment les Polonaises, et de par le monde, notamment les Argentines.

Nous demandons enfin instamment à tou.te.s les candidat.e.s à l’élection européenne de reconnaître clairement l’avortement comme un droit humain fondamental pour toutes les femmes.

Lundi 27 mai : Rassemblement devant l’Ambassade des États Unis (rendez vous fixé à 18h30 angle Bd Malesherbes, rue Boissy d’Anglas) pour soutenir le droit à l’avortement, organisé par le Collectif « Avortement en Europe les femmes décident »

https://www.facebook.com/events/341002819948850/


Le 28 mai, Journée internationale d’action pour la santé des femmes, le projet de loi pour l’interruption volontaire de grossesse sera présenté au Parlement argentin pour la huitième fois.

L’année 2018 s’est révélée clé dans la mobilisation des femmes pour la conquête de ce droit au niveau mondial : la lutte des Polonaises contre les restrictions à l’accès à l’avortement et le triomphe du « oui » en Irlande ont été suivis d’une énorme lutte des argentines, qui ont réussi à faire passer la loi à la Chambre des député.e.s le 13 juin dernier, en traversant les frontières et en faisant écho dans plus de 30 villes du monde. Nous nous sommes levées toutes ensemble pour demander également l’autonomie de nos corps.

Bien que le projet de loi visant à légaliser l’avortement en Argentine, qui a maintenu toute l’Amérique latine en suspens, ait été rejeté par le Sénat le 9 août dernier, la lutte pour le droit de décider a acquis une force internationale et intergénérationnelle imparable, qui réclame non seulement l’avortement légal, mais la séparation de l’Église et l’État.

Cette loi est indispensable pour que les personnes ayant la capacité de gestation puissent avoir accès à un droit humain fondamental, celui de décider de leur corps. La criminalisation de l’avortement nous offre soit l’obligation d’une maternité non désirée, soit le danger de la clandestinité dans des conditions qui mettent nos vies en péril. Nous n’allons pas accepter cette situation de mépris.

Nous soutenons de toutes nos forces la lutte des argentines pour la légalisation de l’avortement, et toutes les combattantes qui réclament le même droit en Amérique latine et dans le monde entier.

Nous refusons l’injonction à la maternité nourris par l’idéologie dominante.

Nos corps et nos vies nous appartient ainsi que le droit à décider !

Nous organisons un pañuelazo en solidarité avec les femmes argentines.

Mardi 28 mai : Pañuelazo pour le droit à l’avortement en Argentine, Place de la République, 18h30, organisé par Alerta Feminista

Il y aura de la musique, des performances, des pañuelos verdes au profit exclusif de la Campagne Nationale pour le Droit à un Avortement libre, sûr et légal.

https://www.facebook.com/events/473170056756654/

http://collectifdroitsdesfemmes.org/spip.php?article512

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.