Une ligne ténue entre plaisir et douleur ? A propos de la violence sexuelle comme choix

Quel que soit le choix que fait une femme et que c’est elle qui décide de le faire… même s’il s’agit d’un acte sexuel dégradant … 

c’est absolument du féminisme (1). Belle Knox

La violence sexuelle perpétrée par des hommes contre des femmes reste une préoccupation féministe majeure au XXIeme siècle. Malgré les nombreuses avancées réalisées par les femmes dans d’autres domaines, la violence sexuelle est toujours généralisée et continue d’avoir des répercussions sur la santé et le bien-être des femmes et des filles. Les violences sexuelles contre les femmes sont souvent perpétrées par des conjoints, aussi bien que par des inconnus, et prennent des formes nombreuses, dont : le viol, les agressions sexuelles, des propositions ou commentaires sexuels déplacés, de l’exploitation et des comportements sexuels coercitifs (2). À l’échelle mondiale, une femme sur trois a été victime de violence physique ou sexuelle (3), et en Australie, on estime que près d’une femme sur cinq a été victime d’agression sexuelle dès l’âge de 15 ans (4). On sait que la violence sexuelle a des conséquences profondes et longues, et on ne peut guère remettre en question le fait que les féministes libérales comme les féministes radicales travaillent à son éradication. Cependant, je considère que les féministes libérales qui plaident pour le « choix » et le « positivisme sexuel » ne peuvent espérer éliminer la violence sexuelle à l’égard des femmes tout en demeurant indifférentes aux pratiques sexuelles qui érotisent la domination et la subordination. Je défends l’idée qu’une importance excessive accordée au « consentement » comme critère de différenciation entre la violence sexuelle et le soi-disant sexe « déviant » est problématique et débouche sur une résolution facile mais trompeuse des contradictions inhérentes aux politiques du désir, tout en échouant à rendre compréhensible l’impact de la société patriarcale sur les choix des femmes. L’objectif de ce chapitre n’est pas de critiquer des femmes particulières adeptes du bondage et de la soumission, du sadisme et du masochisme (« BDSM »), mais plutôt de mettre en évidence les contradictions présentes dans la réponse du féminisme libéral et « sexuellement positif ».

Les dernières décennies ont vu toute une industrie se développer autour de pratiques sexuelles impliquant des éléments de BDSM et d’autres formes de jeu sexuel caractérisées par des relations de pouvoir entre des partenaires dominant et soumis. Celles-ci sont généralement connues sous le terme de BDSM, bien qu’il existe une variété de sous-cultures au sein de la communauté. Dans le BDSM, le dominant peut infliger à la personne soumise une douleur physique et émotionnelle comme faisant partie du « scénario » ou du « jeu ». Les activités courantes BDSM, sans toutefois s’y limiter, incluent la fessée, la flagellation, les coups de triques, le jeu de rôle, le fétichisme et l’usage des outils de contrainte ou de bâillonnement (5). La personne soumise peut être la destinataire des attentions du dominant ou être tenue de servir la personne dominante dans une relation de type maître/esclave. Grâce au roman érotique à succès Cinquante nuances de Grey, le BDSM – considéré jusqu’alors comme une sous-culture déviante – a atteint le grand public et fait de plus en plus l’objet d’attention et de débat (6). Cinquante nuances de Grey et les deux titres qui ont suivi ont connu un énorme succès, complété de surcroit par un album de musique classique, une collection vestimentaire, une gamme de jouets sexuels et une adaptation cinématographique en 2015 (7). Commercialisée principalement auprès des femmes, le succès phénoménal de cette série, où Anastasia Steele, la protagoniste virginale et naïve, noue une relation BDSM avec le milliardaire Christian Gray, est en grande partie imputée au fait qu’elle exploite les soi-disant désirs érotiques secrets des femmes, en particulier leur désir d’être sexuellement soumises (8). Bien que la communauté BDSM ait rapidement pris ses distances avec les livres, arguant que le comportement dominant, manipulateur et harceleur de Christian Grey est en contradiction avec l’éthique du BDSM, le débat entre féministes radicales et féministes libérales au sujet du rapport entre sexe et violence a été néanmoins ravivé.

La réponse féministe libérale au BDSM

Depuis le milieu des années 90, la prétendue troisième vague du féminisme a gagné du terrain, en partie à cause de la rigidité apparente du féminisme radical et en partie à cause de divisions naissantes au sein du mouvement féministe de la deuxième vague. La troisième vague du féminisme met l’accent sur l’agentivité individuelle des femmes et considère que les femmes devraient être encouragées dans leurs choix, quels qu’ils soient. Ainsi, le féminisme de la troisième vague a beaucoup de points en communs avec le féminisme libéral et adhère fermement à ses principes centraux en matière de « choix » et d’individualisme. Dans ce chapitre, j’utilise les termes de manière interchangeable et je n’utilise généralement que l’expression « féminisme libéral » en y englobant le « féminisme sexuellement positif », le « sexuellement radical », le « féminisme du cul » et le « féminisme du choix ». Chacune de ces variations affirme que tous les choix sexuels des femmes sont fondamentalement féministes. Par exemple, les féministes libérales refusent de problématiser la prostitution, le strip-tease, la pornographie ou l’objectification sexuelle, considérant que ces activités relèvent du choix des femmes. De même, le BDSM est considéré sans aucun esprit critique, comme un plat parmi d’autres dans le menu sexuel auquel les femmes consentent activement à prendre part et à trouver du plaisir. Kath Albury, écrivaine et thérapeute « sex-positive », demande tout incrédule à son lectorat : « Les femmes doivent-elles vraiment être protégées de la « violence masculine » présentée dans la pornographie BDSM ? » (9). Il est évidemment incompréhensible, pour les féministes libérales, de considérer que ce qui produit des orgasmes peut éventuellement être antiféministe ou problématique. Comme Jessica Wakeman l’écrit dans un essai en ligne sur le site The Frisky : « Se faire fesser et dominer au lit par un partenaire enthousiaste a été le plus grand sentiment de libération sexuelle de toute ma vie » (10).

En résumé, la liberté d’exprimer ses choix sexuels « libérés » au travers le BDSM est considérée par les féministes libérales comme un renforcement du pouvoir et une transgression. Pour les féministes libérales, le BDSM est une alternative à l’hétérosexualité obligatoire, offrant aux femmes et aux hommes la possibilité de négocier et de partager le pouvoir dans le cadre d’une rencontre sexuelle. Puisque dans la communauté BDSM, il y a des femmes dominantes et des hommes soumis, ainsi que des couples BDSM de même sexe, cela signifie que le BDSM est intrinsèquement plus égalitaire que l’hétérosexualité classique, et qu’il a le pouvoir de subvertir les normes de genre en les parodiant, voire en les « queerisant », soulignant ainsi leur nature performative.

Bien que l’idée d’une sexualité « libérée », où nous subvertissons le patriarcat par des orgasmes, peut sembler bonne, si on examine certains des arguments clés de l’approche féministe libérale du BDSM, il apparait clairement que cette position est simpliste et naïve et qu’elle ne peut pas s’attaquer sérieusement au problème de la violence sexuelle à l’égard des femmes. Je défends plutôt l’approche féministe radicale, malgré l’émergence récente de positions « critiques du sexe » qui s’essaye à une position à cheval entre les féminismes « sexuellement positif » et « sexuellement négatif ».

BDSM et consentement

Les féministes libérales et les adeptes du BDSM soulignent une marque de différenciation particulière entre la violence sexuelle et le BDSM, à savoir le consentement. La communauté BDSM fonctionne, en théorie, selon un ensemble de règles strictes comprenant « SSC » (sans danger, serein et consensuel) et « RACK » (déviance risquée consciente consensuelle), qui visent à s’assurer que personne n’est blessé.e. Les adeptes du BDSM soutiennent que tous les partenaires négocient et renégocient soigneusement les limites de leurs rapports sexuels à l’avance, y compris l’utilisation d’un « mot de secours » qui ferait cesser les pratiques en cours au cas où le « non » ne serait pas reconnu (par exemple dans une scène de viol ou de sexe forcé). Miriam Weeks, aussi connue sous le nom de Belle Knox comme star du porno, affirme que : « Dans le BDSM tout est consentement. Dans l’agression, le consentement n’existe pas » (11). Cependant, le recours à l’idée de consentement en tant que marqueur de limite entre le BDSM et la violence sexuelle à l’égard des femmes soulève plusieurs problèmes.

Premièrement, l’hypothèse selon laquelle les femmes peuvent consentir à des relations sexuelles violentes dans une culture patriarcale de viol appelle une critique attentive. Les femmes sont socialisées dès leur naissance pour plaire aux hommes ; elles intériorisent l’idée qu’elles doivent répondre aux besoins sexuels des hommes et que cela devrait leur plaire (12). Que le « consentement » soit compris comme un « oui » enthousiaste ou simplement comme l’absence d’expression d’un « non » est une différence dérisoire si l’on considère comment les femmes et les hommes sont aiguillés sur des rôles masculins et féminins opposés, avec des rapports au pouvoir et à l’autonomie très différents. Cela ne signifie pas que les femmes qui se lancent dans le BDSM ne se sentent pas réellement attirées ou excitées. Comme le souligne Sheila Jeffreys, une théoricienne féministe radicale, être subordonnée peut donner l’impression d’être sexy (13). Cela ne signifie pas non plus que les femmes n’ont pas la capacité de consentir. Cela suggère plutôt que le consentement en soi n’est pas suffisant pour distinguer le BDSM de la violence sexuelle.

Deuxièmement, certaines féministes libérales ont suggéré qu’il y avait un double standard. A savoir : si on accepte que les athlètes comme les boxeurs par exemple consentent aux coups qu’ils s’infligent mutuellement, on devrait accepter que les femmes soient en mesure de consentir aux violences qui se produisent dans la chambre à coucher (ou dans la geôle). Mis à part le fait que nous établissons volontiers une distinction en matière de consentement dans d’autres domaines (par exemple, les jeunes mineurs ne peuvent pas consentir à une activité sexuelle ou on ne peut pas consentir à se faire assassiner), la réponse se trouve dans les conséquences plus profondes de la violence sexuelle et que le sport n’a pas. Par exemple, d’un point de vue juridique, Cheryl Hanna a montré comment l’usage du consentement pour déterminer si un crime avait été commis permettrait à « des personnes, principalement des hommes, d’utiliser la violence pour assouvir leurs désirs sexuels » (14). Elle souligne que si la notion de consentement était validée en tant qu’argument de défense, cela créerait un dangereux précédent dans les affaires d’agression sexuelle où la victime est physiquement blessée, l’auteur pouvant simplement prétendre que la victime a « consenti » à être blessée. En d’autres termes, il deviendrait impossible de savoir si la victime avait vraiment consenti ou si, à l’instar de nombreuses femmes victimes de violence, elle s’est sentie contrainte de dire qu’elle consentait.

Troisièmement, l’affirmation selon laquelle les guides de bonnes pratiques liés au consentement empêchent les agressions de se produire au sein de la communauté BDSM est gravement trompeuse. De nombreux blogs BDSM écrivent sur les expériences de viol, la violence et les préjudices, lorsque leur consentement a été ignoré et que leur intégrité physique a été violée (15). Ces récits suggèrent qu’un tel dépassement des limites n’est pas rare. Une étude récente de la National Coalition for Sexual Freedom [Coalition nationale pour la liberté sexuelle], organisation BDSM basée aux États-Unis, a révélé que 30,1% des répondant-es avaient subi un dépassement d’une limite prénégociée et que 14,9% avaient vu le « mot de secours » ou le code de sécurité ignoré (16).

BDSM et choix

L’idée que les femmes peuvent librement consentir au BDSM violent dans un système patriarcal est du même ordre que l’idée qu’elles « choisissent » d’y participer pour satisfaire leurs propres désirs et besoins. La notion de choix est au cœur de la politique féministe libérale et il est courant d’entendre l’affirmation selon laquelle être capable de choisir est le but du féminisme et que les femmes ne doivent pas se juger sur le contenu de leurs « choix ». Cette rhétorique du choix-comme-libération se concentre sur l’individu, ignorant ainsi la manière dont nos choix sont limités par notre cadre de vie. Cela contourne aussi le défi de rendre le personnel politique et de prendre une position qui pourrait être perçue comme impopulaire, non sexy ou excluante.

Cependant, le choix est également privé de sens si les options parmi lesquelles une femme choisit sont limitées ou si le choix est fait sous la contrainte. Les gens se demandent souvent, par exemple, pourquoi les femmes vivant une relation conjugale violente choisissent de rester. Cependant, si nous prenons en compte que ces femmes dépendent souvent financièrement et affectivement de leurs partenaires, il apparaît clairement que même si elles ont « choisi » de rester – au sens le plus basique du terme – ce « choix » n’est pas libre. De même, toutes les femmes à travers le monde ne disposent pas du capital social ou de la stabilité financière leur permettant de « choisir » ce qu’elles feront ou ne feront pas ; un constat que le féminisme libéral, en tant que mouvement essentiellement blanc appartenant à la classe moyenne, a tendance à ignorer. Cela ne veut pas dire qu’une femme qui choisit de s’engager dans le BDSM se trouve nécessairement dans la même situation qu’une victime de violence domestique ou qu’une personne vivant dans la pauvreté ; cependant, dans une société où le désir sexuel est défini principalement comme un désir masculin, quel type de choix sexuels les femmes peuvent-elles réellement faire ? Sous le patriarcat, on apprend aux femmes que leur désir est de plaire aux hommes sexuellement – que le rendre heureux devrait la rendre heureuse. Je ne doute pas que certaines femmes veuillent s’engager vraiment dans le BDSM, mais j’interroge ces pratiques en tant que « choix authentiques » quand ce qui est construit comme le plaisir sexuel – ce qui est érotique, sexy, amusant – est finalement ce qui est enseigné par une société dominée par les hommes dans laquelle la violence à l’égard des femmes et des filles atteint des niveaux épidémiques.

BDSM et désir libéré

L’idée que nous possédons tous un désir sexuel « authentique » qui doit être « libéré » des contraintes politiques est un thème récurrent dans les écrits des féministes libérales sur le BDSM. Wakeman, décrivant son parcours sexuel personnel qui l’a conduit à accepter son désir d’être fessée, écrit : « Il m’a fallu beaucoup trop d’années pour me rendre compte que ce n’était pas très féministe de ma part de contrôler ma sexualité, de la compartimenter dans « bon pour le féminisme » ou « mauvais pour le féminisme ». Elle est ce qu’elle est ! » (17). Cette rhétorique résume la position féministe libérale, où le désir existe dans le vide hors des influences de la culture ou de la société. Bien que l’intention des féministes libérales soit de dissocier le désir féminin de la honte liée à la culture patriarcale – un objectif admirable – il est impossible de savoir à quoi ressemble le désir féminin « naturel » ou « libéré » jusqu’à ce que nous ne vivions plus dans un système d’inégalité enracinée. De plus, comme le souligne Jeffreys, il s’agit essentiellement de mettre la charrue avant les bœufs et de détourner les énergies féministes qui pourraient être mieux utilisées pour lutter contre la violence sexuelle à l’égard des femmes :

La quête de l’orgasme (…) dévie nos énergies des luttes qui sont nécessaires aujourd’hui contre la violence sexuelle (…) S’interroger sur comment ces orgasmes s’éprouvent, ce qu’ils veulent dire politiquement (…) n’est pas facile, mais ce n’est pas impossible non plus. Une sexualité de l’égalité adaptée à notre quête de liberté doit encore être forgée et défendue si nous voulons libérer les femmes de l’assujettissement sexuel (18).

La quête de l’orgasme n’est tout simplement pas suffisante pour nourrir un mouvement de libération des femmes efficace.

BDSM et égalité des sexes

Les féministes libérales et les activistes BDSM soutiennent que, plutôt que d’être misogyne, le BDSM est intrinsèquement transgressif et émancipateur, car les femmes peuvent être soit dominantes soit soumises lors des rapports sexuels. L’existence du sadomasochisme lesbien et du BDSM gay est également citée pour appuyer cet argument. Cependant, des personnes anciennement du milieu BDSM ont fait valoir que l’apparente « égalité » du BDSM est une illusion. La blogueuse antiplodon, par exemple, décrit son expérience en tant que femme dominatrice dans le monde BDSM :

En tant que dominatrice, bon nombre des actes que j’ai été obligés d’accomplir sur des hommes étaient des actes de dégradation verbale, d’humiliation et de violence psychologique. Cela incluait une humiliation verbale avec des mots tels que chienne, salope, pute et chatte … Parce que la chose la plus humiliante qu’ils pouvaient imaginer était d’être traitée comme une femme (19).

Cela signifie que l’excitation sexuelle obtenue en jouant avec la domination et la soumission dans le BDSM n’a de sens que parce qu’elle imite la situation réelle de domination et de soumission féminine qui existe dans les modèles patriarcaux de sexe. L’idée selon laquelle une femme appartient au bas de la hiérarchie sexuelle, qu’elle prenne le rôle de soumise, ou de dominante, est ce qui donne aux BDSM son sens. Même lorsque des partenaires non hétérosexuels s’engagent dans le BDSM, ils reproduisent finalement la dynamique du pouvoir présente dans l’hétérosexualité obligatoire. Il est difficile de voir en quoi cela est transgressif ou particulièrement utile à la cause féministe. En outre, comme diverses féministes radicales l’ont souligné, une fois la « scène » terminée, un homme soumis retrouve sa position de pouvoir, alors que les femmes doivent faire face à la subordination sociale et sexuelle dans leur vie quotidienne.

Conclusion

Dans ce chapitre, j’ai soutenu que le féminisme libéral ne nous fournit pas les outils nécessaires pour lutter véritablement contre la violence sexuelle à l’égard des femmes. En refusant de critiquer le BDSM et d’autres pratiques sexuelles qui érotisent la domination masculine et la subordination féminine, les féministes libérales ne parviennent pas à reconnaitre la manière dont la violence sexuelle est enracinée dans la société et influence nos façons de comprendre la sexualité en général. Comme je l’ai dit, le BDSM ne devrait pas échapper à la critique uniquement parce que des femmes y consentent, choisissent d’y participer, ou parce qu’elles peuvent prendre le rôle du dominant. On peut affirmer que chacun de ces éléments perd de son sens du fait de la culture patriarcale. Il est donc incohérent de la part des féministes libérales de plaider d’une part pour un monde sans violence sexuelle à l’égard des femmes, tout en soutenant simultanément des pratiques sexuelles dans lesquelles cette même violence est mise en œuvre. Pour lutter efficacement contre la violence sexuelle à l’égard des femmes, les féministes doivent continuer à lutter pour éliminer la culture patriarcale sous toutes ses formes, et doivent continuer à poursuivre la tâche importante mais souvent impopulaire de problématiser la notion selon laquelle le désir sexuel est sans conteste et intrinsèquement « une bonne chose ».

Laura Tarzia

Traduction : Tradfem

Article tiré de l’ouvrage Freedom Fallacy

https://tradfem.wordpress.com/2019/04/14/laura-tarzia-une-ligne-tenue-entre-plaisir-et-douleur-a-propos-de-la-violence-sexuelle-comme-choix/


(1) Belle Knox, ‘In Defence of kink: my first role as the Duke porn star was ona rough sex website, and no, that doesn’t make me a bad feminist’, xoJane (online), 19 March 2014, http://www.xojane.com/sex/belleknox-dukeporn-star-rough-sex-feminism-kink/.

(2) World Health Organisation and London School of Hygiene and Tropical Medicine, Preventing Intimate Partner and Sexual Violence Against Women: Taking Action and Generating Evidence (2010) http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/44350/1/9789241564007_eng.pdf .

(3) Ibid.

(4) Personal Safety Survey, Australia, 2012 (11 December 2013) Australian Bureau of Statistics http://www.abs.gov.au/ausstats/abs@.nsf/mf/4906.0/ .

(5) Meg Barker et al, ‘Kinky Clients, Kinky Counselling? The Challenges and Potentials of BDSM’ in Lyndsey Moon (ed), Feeling Queer or Queer Feelings: Radical Approaches to Counselling Sex, Sexualities and Genders (Routledge, 2007) 106–124.

(6) Voir par exemple, Meg Barker, ‘Consent is a Grey Area? A Comparison of Understandings of Consent in 50 Shades of Grey and on the BDSM

Blogosphere’ (2013) 16 Sexualities 896; Dionne van Reenen, ‘Is This Really What Women Want? An Analysis of Fifty Shades of Grey and Modern Feminist Thought’ (2014) 33 South African Journal of Philosophy 223.

(7) Lynn Comella, ‘Fifty Shades of Erotic Stimulus’ (2013) 13 Feminist Media Studies 563.

(8) Lisa Downing, ‘Safewording! Kinkphobia and Gender Normativity in Fifty Shades of Grey’ (2013) 4 Psychology and Sexuality 92.

(9) Kath Albury, Yes Means Yes: Getting Explicit About Heterosex (Allen & Unwin, 2002).

(10) Jessica Wakeman, ‘First time for everything: getting spanked’, The Frisky (online), 1 July 2009, http://www.thefrisky.com/2009-06-01/first-time-foreverything-spanking/ .

(11) Knox, voir note 1.

(12) Barker, ‘Consent is a Grey Area?’, voir note 6.

(13) Sheila Jeffreys, How Orgasm Politics Has Hijacked the Women’s Movement (Spring 1996) On the Issues Magazine http://www.ontheissuesmagazine.com/1996spring/s96orgasm.php/.

(14) Cheryl Hanna, ‘Sex is Not a Sport: Consent and Violence in Criminal Law’ (2001) 42 Boston College Law Review 239.

(15) Barker, ‘Consent is a Grey Area?’, voir note 6.

(16) Consent Counts Survey (2012) National Coalition for Sexual Freedom https://ncsfreedom.org/key-programs/consent-counts/consent-counts.html/.

(17) Wakeman, voir note 10.

(18) Jeffreys, voir note 13.

(19) Hellborndaughter, ‘BDSM isn’t Okay just Because There are Submissive Men’on Tumblr (2014) http://survivorsofkinkunite.tumblr.com/post/92861836643/bdsm-isnt-okay-just-because-there-are-submissive/.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.