Notre maison brûle et nous regardons ailleurs

Ce 15 avril, il n’est pas 19h, il fait encore jour sur Paris, et des flammes apparaissent au sommet de Notre Dame. Interloqués, les passants, les visiteurs voient l’incendie s’emparer d’un des plus emblématiques bâtiments de notre pays. Rapidement l’incendie devient terrifiant. Les pompiers tentent de le circonscrire mais rien ne semble l’arrêter. L’enfer est entré dans la maison de Dieu, selon les chrétiens. Tout s’arrête sur ce moment et cette catastrophe devient, pour les médias de France, le seul événement de la planète. Que signifie ce désastre, qu’est-ce que ces flammes veulent nous dire ? Et, comme en écho, reviennent à notre mémoire ces mots de Jacques Chirac prononcés lors de son discours devant l’assemblée plénière du IVème sommet de la Terre, le 2 septembre 2002, à Johannesburg : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ». Notre Dame, en cet instant, devient l’allégorie de la planète, la basilique qui brûle symbolise notre monde en train de partir en fumée, notre humanité menacée de disparition par le réchauffement climatique, les pollutions, les menaces environnementales et les guerres.

Et tous ceux qui sont responsables de cet état du monde, de Trump à Poutine, de Pékin à Ankara, d’un bout à l’autre de la planète se lamentent devant ces flammes prémonitoires d’autres désastres. Le caractère religieux du bâtiment en renforce la signification annonciatrice. Pendant toute la soirée, les médias essaient de nous donner la dimension du bâtiment par la fréquentation des puissants parmi lesquels surgissent les noms de Napoléon ou Mitterrand. Napoléon y fut couronné empereur et deux siècles plus tard la république le désignait implicitement comme « criminel contre l’humanité » par la loi promulguée le 21 mai 2001 « tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité », à l’égal de la Shoah et des autres génocides du XXe siècle, crime qu’il a commis en rétablissant l’esclavage par le décret du 20 mai 1802. Mitterrand y reçut un hommage international le 11 janvier 1996 alors que ses obsèques se déroulaient à Jarnac. Mitterrand fut de tous les crimes de la France dans cette seconde moitié du vingtième siècle de la collaboration à la première guerre d’Irak, de la guerre d’Algérie au génocide des tutsi au Rwanda. C’est l’écrivain et le poète Victor Hugo qui a traité dans son ouvrage « Notre Dame de Paris » de cette contradiction entre Frollo, représentant la puissance, et Esméralda ou Quasimodo symboles de ces populations invisibles, maltraitées stigmatisées… On nous parle de Napoléon et on ne peut s’empêcher de penser à Esméralda…

Sous la chaleur de ce feu, le Président Macron déserte les projecteurs de son intervention qui devait décliner les promesses devant répondre, lors du vingt heures, à l’Urgence climatique et aux revendications sociales pour se rendre devant Notre Dame et lui promettre une reconstruction rapide.

La planète brûle, les grandes menaces exposées par les différentes rencontres internationales sont toujours là. Les scientifiques tirent toutes les sonnettes d’alarme. Mais les grands de ce monde regardent ailleurs. Ils dansent la sarabande autour d’un immense volcan. Quant aux populations, elles sont hypnotisées par les nombreux spectacles de l’insignifiance. En brûlant ainsi, Notre Dame nous indique que l’incendie est là.

On pourra reconstruire Notre Dame mais qui reconstruira Notre Planète ?

Le sage montre la Lune et l’imbécile regarde le doigt…

Marseille, le 16 avril 2019

Jacques Soncin

https://jacquessoncin.wordpress.com/2019/04/16/notre-maison-brule-et-nous-regardons-ailleurs/


En complément possible :

Michel Pinault : Notre-Dame : déferlement de cléricalisme, notre-dame-deferlement-de-clericalisme/ 

2 réponses à “Notre maison brûle et nous regardons ailleurs

  1. Les cheveux de Notre Dame ne brule pas en vain
    Par cette sainte fumigation
    Elle révèle les Tartuffes et Don Salluste
    De notre Temps
    Elle rabat le débatteur en Chef

  2. Vous irez en prison pour écrire pareilles insanités. Mais, rassurez-vous, nous serons nombreux, les malappris dans votre genre, qui est aussi le mien, à faire la queue pour vous apporter des oranges.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.