Pour en finir avec la culture du viol

Suzanne Zaccour étudie en droit à l’Université d’Oxford, et sa thèse de doctorat porte sur les agressions sexuelles. Elle en fait aussi le sujet de son récent livre La fabrique du viol. L’essayiste y décrit la culture dans laquelle s’érigent et s’entretiennent les comportements ainsi que les stéréotypes qui favorisent les agressions sexuelles tout comme l’impunité.

Vous faites votre thèse sur le viol. Pourquoi écrire en plus un livre grand public sur le sujet ?

J’ai beaucoup écrit à propos des violences sexuelles sur mon blogue De colère et d’espoir, et ça fait longtemps que j’y réfléchis. Mais avec le mouvement #MoiAussi, j’ai pensé qu’il était pertinent de faire une synthèse. En fait, je souhaitais que ce soit comme un guide : parler de tous les sujets qui y sont liés, les tabous, les mythes, donner des conseils sur les mots à employer, et sortir des lieux communs. Je voulais également pousser l’analyse, même si c’est inconfortable. Parler de la culture du viol, ce n’est confortable pour personne. Mais il faut la décortiquer pour la comprendre. 

Vous utilisez dans votre livre les termes « viol » et « agression sexuelle ». Quelle différence faites-vous entre les deux expressions ?

Je fais le choix d’utiliser les deux mots comme synonymes. D’après le droit canadien, l’agression sexuelle correspond à n’importe quel geste sexuel commis sans le consentement de l’autre personne. Le viol n’a pas de définition dans la législation canadienne, mais il est souvent compris dans un sens plus restrictif. C’est ce sens restrictif de « pénétration sans consentement » que j’essaie de faire tomber. Le mot « viol » est fort, utilisé dans le langage courant et dans l’expression « culture du viol ». C’est donc important d’en moderniser le sens. 

Selon vous, qu’est-ce que #MoiAussi a changé dans notre société ?

Pour beaucoup de monde, c’était un premier contact avec la notion de culture du viol. Ce mouvement a élargi l’audience. Un grand nombre de personnes ont pris conscience du fait que le viol ne survient pas seulement la nuit, au fond d’une ruelle. On est en train de réaliser que c’est bien plus complexe. Cette réflexion avait déjà commencé avec #AgressionNonDénoncée, à la suite de l’affaire Ghomeshi (2014). Mais depuis, plusieurs initiatives ont été lancées, et la réflexion s’approfondit. Bien sûr, toute attention accordée à ce problème est bienvenue, mais désormais, quelque chose s’est ajouté, car on commence à nommer des agresseurs. 

Est-ce que #MoiAussi changera la façon d’exercer le droit ? 

Bien que je ne travaille pas encore comme juriste, je crois qu’il est encore un peu tôt pour constater les répercussions que le mouvement aura sur la pratique du droit comme telle.

Que pensez-vous de l’idée d’un tribunal spécialisé, tel qu’il en existe en Afrique du Sud, une instance que des députées, parmi lesquelles Véronique Hivon, aimeraient mettre en place au Québec ?

Je pense tout d’abord qu’il est essentiel que les personnes qui travaillent dans ce milieu soient bien formées, et ce tribunal permettrait peut-être de s’assurer qu’elles sont toutes compétentes en la matière. Pour le moment, j’envisage ce projet avec intérêt, car je crois qu’essayer de nouvelles avenues pourra être positif. Mais ce n’est pas seulement une structure qui va régler les problèmes, il faut tout un déploiement de mesures et de formations. Et il faut surtout un profond changement de culture. 

Sur la question des agressions sexuelles, ce sont toujours les femmes qui sont au front. Croyez-vous que les hommes entendent le message ? Par exemple, que pensez-vous de la publicité de Gillette, dans laquelle on enjoint à des hommes de se mobiliser entre eux contre cette culture ?

S’ils se rendent compte qu’ils font partie du problème, on peut dire qu’il y a une réponse positive de leur part. Il faut comprendre que, même quand les hommes ne sont pas personnellement responsables d’une agression, ils profitent quand même d’un système : celui de la culture du viol. C’est ce que j’essaie de démontrer, c’est ma principale motivation.  

Que voulez-vous dire ? Comment profitent-ils de ce système ?

Les hommes tirent avantage du sentiment de danger que provoquent les agissements des « mauvais gars ». Les femmes sont sous pression, ce qui fait qu’ils bénéficient d’une certaine disposition ou même d’une soumission de leur part, soumission à toutes sortes de contraintes (esthétiques, sexuelles, domestiques, etc.). On dit souvent : le problème c’est le système, que ce soit les médias, le droit ou la publicité, mais qui contrôle ces systèmes ? Réponse : ce sont des individus, et souvent des hommes. Ils doivent reconnaître leur responsabilité individuelle. 

Dans votre essai, vous souhaitez aussi démystifier l’image du violeur : en a-t-on encore une vision caricaturale ?

Malheureusement, oui. Les hommes eux-mêmes disent que les violeurs sont terribles et qu’ils ne feraient jamais quelque chose comme ça. Ce ne sont pourtant pas des fantômes qui agressent, ce sont de vrais hommes, des gens qu’on croise au travail, dans la rue, dans la famille, et on est encore loin de le reconnaître. C’est pour ça que c’est si important de comprendre ce qu’est la culture du viol : ce ne sont pas des personnes nécessairement déviantes qui commettent des agressions, mais monsieur Tout-le-Monde, parce que la culture dans laquelle nous baignons assure leur impunité.

Que peuvent-ils faire pour changer cela ?

Le premier défi pour les hommes est de réaliser que cette culture existe, et de la comprendre. Ils ont aussi la responsabilité de laisser l’espace aux femmes. Elles ne doivent pas, en plus de tout ce qu’elles supportent et dénoncent, les protéger ou les préserver. Quand ils sont ouverts à la rétroaction et prêts à se remettre en question, là on peut commencer à parler de changement. 

Vous écrivez sur l’importance des récits de victimes : est-ce que, d’après vous, on les croit toujours, ou on s’y habitue sans réellement entendre ce qu’elles ont à dire ?

Je citerai la féministe Catharine MacKinnon qui illustre ainsi le préjugé : « si ça arrive si souvent, ça ne peut pas être vrai, ou alors si c’est vrai, ça ne peut pas arriver aussi souvent qu’on le dit (1) ». Il faut que les récits de viols continuent à être partagés. Ils sont importants, entre autres, parce qu’ils aident les personnes qui les écoutent à prendre conscience de cette culture. Les agressions sexuelles commises par des inconnus sont souvent plus « faciles à croire », mais elles donnent l’impression que c’est ce seul cas de figure qui représente un « vrai » viol. En fait, la diversité des témoignages démontre qu’il y a différents types d’agressions sexuelles, que toutes les victimes ne sont pas pareilles et ne réagissent pas de la même façon. Ce qui m’inquiète, c’est que l’on blâme souvent la survivante, et qu’il y a de graves conséquences pour les femmes qui parlent. D’un autre côté, si des femmes ne veulent pas raconter, on ne doit pas non plus les y obliger, ni exiger tous les détails si elles ne veulent pas les donner. Sinon, ça peut devenir du voyeurisme. L’important est de leur laisser la parole. 

 

En bref

Sur un ton très accessible et vivant, Suzanne Zaccour analyse les idées reçues concernant les agressions sexuelles et la culture qui les encourage. Elle donne beaucoup d’exemples pour illustrer ses propos et intègre plusieurs mises en situation. La culture du viol, démontre-t-elle, ne se reproduit pas seule, car quelqu’un « achète les publicités, réalise les films, chante les chansons, écrit les articles, vote les lois et juge les criminels. » De la présomption d’innocence à la notion de consentement en passant par les stéréotypes sur le viol, les zones grises, l’impunité ou le vocabulaire pour décrire le viol, l’essayiste propose une profonde réflexion, et fournit maintes références pour qui voudrait aller plus loin. La fabrique du viol, Leméac Éditeur, 2019.

Suzanne Zaccour a également corédigé la Grammaire non sexiste de la langue française (M éditeur, 2017) et codirigé le Dictionnaire critique du sexisme linguistique (Éditions Somme toute, 2017).

Extraits

« Si j’avais à déterminer quel pourcentage de femmes a vécu une agression sexuelle, je parierais sur les 95%. D’après mon expérience, presque toutes les femmes adultes ont vécu une agression sexuelle. J’ai reçu plus de confidences de victimes que je ne peux en compter. […] Imaginez maintenant qu’on demande à Jean, un homme moyen, d’estimer la prévalence des agressions sexuelles. Lui aussi trouve facilement des études qui les chiffrent autour de 25%, mais il n’a pas étudié la littérature sur la sous-déclaration des violences sexuelles. Contrairement à moi, il n’a jamais reçu les confidences de femmes ayant subi des agressions sexuelles […], et il trouve que les féministes exagèrent. Jean ne vit pas dans la même réalité que moi. Il n’a pas l’expérience des conversations chuchotées à l’université ou au travail pour se mettre en garde contre les hommes dangereux. Il n’est pas là quand les femmes se racontent leurs blessures, ou quand elles se surprennent qu’un homme se soit montré respectueux. Si je lui dis que toutes mes amies ont été agressées sexuellement, il pense que je délire. […] Jean n’a peut-être jamais réfléchi au viol. Je fais un doctorat sur le sujet. Ma confiance en mon point de vue vient de mon expertise. Peu importe : sa socialisation d’homme renforce sa confiance dans son propre point de vue. Il ne peut pas s’imaginer l’abysse qui sépare nos mondes. » (pp. 64-65)

« On cultive le viol lorsqu’on célèbre les accomplissements professionnels de nos « grands hommes » en passant sous silence leurs crimes misogynes. On cultive le viol lorsqu’on dit aux petites filles que c’est parce qu’ils les aiment que les garçons les frappent ou tirent sur leur jupe. On cultive le viol quand on ferme les yeux sur la misogynie dans nos milieux professionnels. […] Les hommes encouragent le viol lorsqu’ils en font un spectacle, lorsqu’ils comparent leur valeur à la mesure de leurs « prouesses » sexuelles, lorsque les fraternités exhortent leurs membres à « scorer » le plus possible (peu importe que ça prenne de la séduction, de la tromperie, de l’alcool ou de la force) et que les universités et les entraîneurs sportifs sont complices. » (pp. 69-70)

(1) Tiré de Catharine A. MacKinnon, Are Women Human? And Other International Dialogues, Harvard University Press, 2006. Traduction libre.

https://www.gazettedesfemmes.ca/14760/pour-en-finir-avec-la-culture-du-viol/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.