#16M à Madrid, une opportunité contre la dérive autoritaire

« Nous devons cesser d’accepter les choses
que nous ne pouvons pas changer,
pour changer les choses que nous ne pouvons pas accepter »

Angela Davis
(cité par Jordi Cuixart, Épilogue à ‘Jo Acuso’, par Benet Salellas)

Ce samedi 16 mars à 18 heures, de Atocha à Place Cibeles des dizaines de milliers de Catalans, de Madrid et d’autres communautés autonomes, se rassembleront prêts à crier haut et fort : « L’autodétermination n’est pas un crime » et « la démocratie, c’est décider ». Cette initiative est le fruit d’un effort conjoint des organisations catalanes et madrilènes, convaincues, comme l’indique l’un des documents publiés ces jours-ci, que « la mise en accusation engagée devant la Cour suprême ne vise pas uniquement les personnes qui y sont accusées, mais contre tout le peuple de Catalogne, aussi contre tout le peuple républicain des peuples de l’Etat et contre tous les démocrates. »

En effet, compte tenu de l’évolution actuelle du procès (au cours duquel 177 années de prison ont été demandées par les procureurs de l’État, et dont la majorité est injustement emprisonnée depuis plus d’un an). Nous avons pu vérifier que non seulement un conflit politique avait été injustement juridiarisé, mais également qu’un châtiment exemplaire était recherché à l’encontre de ceux qui avaient simplement agi en tant que représentants politiques et sociaux de plus de deux millions de personnes qui continuaient de revendiquer le droit de décider de leur avenir, Comme cela a pu être démontré à nouveau lors des élections du 21 décembre 2017, malgré les conditions créées par le cadre de l’application abusive de l’article 155 de la Constitution.

La preuve la plus convaincante de cette volonté de criminalisation réside dans l’insistance du procureur général sur l’accusation de l’utilisation de violences à l’encontre de ceux qui ont manifesté devant le Consell de Economía le 20 septembre 2017 ou qui ont participé au référendum organisé le 1er octobre. de la même année. Confondre le puissant mouvement de désobéissance civile en faveur d’un référendum qui a été exprimé à cette époque avec la qualification pénale de rébellion est une déformation grossière des faits, a fortiori lorsqu’il existe des preuves documentaires établissant qu’il n’en était rien et que, au contraire, la violence exercée le 1er octobre ne provenait que des forces de police de l’État. Le fait de qualifier ce mouvement de « tumulte » ou de « muraille de l’homme » et de l’assimiler à un « soulèvement » violent témoigne d’une nette tendance à appliquer le droit pénal de l’ennemi à l’exercice légitime de la résistance non-violente par les citoyens.

Cette confusion est en outre contradictoire avec la reconnaissance du fait que, dans le passé, après l’énorme mobilisation en faveur d’un jeune insubordonné au service militaire obligatoire, la Cour suprême a rendu la Cour suprême dans sa peine de mai 2009, dans laquelle elle affirmait : « La désobéissance peut être conçue comme une méthode légitime de dissidence contre l’État, cette forme de pensée et cette idéologie doivent être admises dans une société démocratique. »

De plus, tout au long du processus, la volonté de criminaliser des droits fondamentaux tels que ceux d’expression, de réunion, de manifestation et de participation politique, lorsqu’ils sont exercés par ceux qui sont en désaccord politique avec ce régime monarchique, devient également claire. C’est la raison pour laquelle je partage pleinement ce qui a été écrit dans un article récent : « Si, comme l’a dit le roi, seule la démocratie est légale, si ce qui n’est pas légal est un crime, si les lois et leur interprétation sont de plus en plus restrictives, libertés, si les manifestations sont des tumultes et que la désobéissance est une rébellion, tous les mouvements sociaux transformateurs sont menacés. »

Nous devons donc être conscients que ce qui est en jeu dans ce procès et dans son résultat final n’a rien à voir avec le fait que nous soyons ou non en faveur de l’indépendance de la Catalogne ou que nous nous alignions avec un nationalisme ou un autre. Cela affecte la démocratie et nos droits et libertés contre la dérive autoritaire de ce régime monarchique. Plus concrètement, il nous appelle à nous réunir pour former un bloc commun capable d’arrêter l’offensive d’un bloc réactionnaire prêt à mettre fin à l’autonomie de plus en plus précaire de la Catalogne et de tous les peuples de l’État, sous la dictée d’un néolibéralisme ultracentriste, comme avec les droits conquis jusqu’ici par les femmes, les migrants et les couches les plus vulnérables de la société.

Jaime Pastor

Co-porte-parole de « Madrilènes pour le droit de décider »

14/03/2019

https://blogs.publico.es/dominiopublico/28092/16m-en-madrid-una-oportunidad-frente-a-la-deriva-autoritaria/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.