Pourquoi il est urgent de sauver Nasrin Sotoudeh

J’ai compris qu’ils m’ont arrêtée à cause de ma lutte pour les droits humains, la défense des droits des femmes et mon combat contre la peine de mort. Quoi qu’il en soit, on ne me réduira pas au silence déclarait Nasrin Sotoudeh à la veille de sa grève de la faim en août dernier.

Cette éminente avocate et défenseure des droits humains âgée de 55 ans vient d’être condamnée de façon sauvage par la justice iranienne. En plus des cinq ans qu’elle purge déjà depuis le 13 juin 2018 dans la sinistre prison d’Evin à Téhéran, les juges ont ajouté 33 ans supplémentaires et 148 coups de fouet. Comme le précise Amnesty International, c’est la condamnation la plus sévère recensée contre un défenseur des droits humains en Iran ces dernières années, ce qui laisse à penser que les autorités encouragées par l’impunité généralisée en matière de violations de droits humains, durcissent leur répression.

Les chefs d’accusation comprennent l’incitation à la corruption et à la prostitutiontroubles à l’ordre publicrassemblement contre le régimeinsulte contre le Guide suprême l’ayatollah Ali Khamenei.

L’avocate et militante des droits humains, récompensée en 2012 par le Prix Sakharov, a été plusieurs fois emprisonnée dans des conditions effroyables pour son engagement. Ses luttes comprennent celle contre la peine de morts pour mineurs (73 exécutés entre 2005 et 2015), la persécution des journalistes et des avocats dissidentsdont Shirin Ebadi, lauréate du Prix Nobel. Les accusations de rassemblement contre le régime et troubles à l’ordre public se réfèrent à sa participation active à la création de la campagne ‘Un Million de Signatures’ en  2005 ainsi qu’au Mouvement Vert de 2009, opposant la réélection de Mahmoud Ahmadinejad et prélude aux révolutions arabes.

Ses prises de position en faveur de manifestations féministes sont les plus connues en Occident et constituent l’incitation à la corruption et à la prostitution. Elle a défendu de nombreuses femmes qui ont refusé de porter le hijab, voile obligatoire en Iran, et elle est même parue tête nue devant ses propres juges. 

En attendant, le lendemain de la condamnation, les Nations Unies annonçaient la participation de l’Iran à Commission pour la condition des femmes, instance chargée de juger les violations contre les droits des femmes. L’Iran siège désormais aux côtés de l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, le Qatar et le Koweït qui forment le bloc idéologiquement le plus fort parmi les 45 membres. Peut-on voir dans la condamnation de Nasrin Sotoudeh, la prémonition du devenir des droits de la moitié de la population de la planète sous l’égide de ce groupe de travail bien particulier ?

Au sommet annuel des activistes féminins (CSW 63) qui se tient actuellement aux Nations Unies à New York, la présidente de l’Assemblée Générale, María Fernanda Espinosa déclarait le 12 mars dernier que les droits des femmes traversaient une régression mondiale désastreuse. Si en 2015 on pouvait espérer que la disparité entre droits masculins et féminins serait éradiquée d’ici 30 ans, au rythme actuel il nous faudra 107 ans.

La condamnation de Nasrin Sotoudeh est d’une gravité extrême pour les libertés civiles de la population iranienne et celle du Moyen-Orient. Elle rappelle néanmoins l’urgence d’une vigilance accrue pour la préservation de la démocratie et des droits humains, en particulier ceux des femmes dans le monde entier. Des gouvernements populistes de droite en Europe de l’Ouest et de l’Est, tout comme en Amérique du Nord et du Sud se sont attaqués aux droits de base des femmes que l’on croyait longtemps acquis. Il en est de même dans de nombreux pays musulmans régis par des gouvernements islamistes.

Nasrin Sotoudeh est le symbole vivant de nos luttes et de nos espérances pour un monde qui ne doit pas sombrer dans l’obscurantisme. L’Iran a déjà été contraint, devant la pression mondiale, de faire marche arrière lors de précédentes condamnations d’activistes. Chacun de nous peut et doit agir.

 #FreeNasreen

Carol Mann


Pétitions en cours :

https://www.amnesty.ch/fr/pays/moyen-orient-afrique-du-nord/iran/docs/2019/liberte-pour-nasrin-sotoudeh

http://www.change.org/p/lib%C3%A9rez-l-avocate-iranienne-nasrin-sotoudeh-freenasrin

Carol Mann, sociologue, spécialiste de genre et conflits armés, chercheure associée LEGS du (Laboratoire d’études de genre et de sexualité), Université Paris 8, directrice de l’association et Think-Tank ‘Women in War’ (www.womeninwar.org)

https://blogs.mediapart.fr/carol-mann/blog/160319/pourquoi-il-est-urgent-de-sauver-nasrin-sotoudeh

*********

Libérez l’avocate iranienne Nasrin Sotoudeh !

Nous souhaitons que son portrait soit affiché sur l’Hôtel de Ville de Paris 

La Maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé sur twitter « Tout mon soutien à l’avocate Nasrin Sotoudeh, incarcérée en Iran parce que militante des droits humains et de l’émancipation des femmes. J’appelle à signer la pétition lancée par le conseil national des barreaux pour sa libération. »

Nous lui proposons de mettre le portrait de Nasrin Sotoudeh sur la façade de l’Hôtel de Ville de Paris, de façon à marquer aussi une solidarité effective

Un rassemblement pourrait être envisagé à cette occasion.

Signataires de cet appel : 

Chahla Chafiq, écrivaine, sociologue, Parlement des écrivaines francophones

Nelly Martin, Marche Mondiale des Femmes

Martine Storti, présidente de 40 ans du MLF 

Annie Sugier, présidente de la Ligue du droit international des femmes

Linda Weil-Curiel, avocate

Marie-Rose Abomo Mvondo Maurin, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Reza Akrami, analyste politique

Michel Alabert

Reza Alijani, ancien prisonnier politique, écrivain, journaliste

Rebecca Amsellem, activiste féministe, fondatrice Les Glorieuses 

Ananda Anenden, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones 

Irène Ansari, militante féministe (LFID)

Mansour Ansari, militant politique

Daryoush Ashouri, écrivain

Thissa d’Avila Bensalah, metteuse en scène, réalisatrice

Mohammad Azami, ancien prisonnier politique, militant des droits humains

Rasol Azarnoush, militant politique

Bouchera Azzouz, réalisatrice

Soad Baba Aissa, militante feministe, fondatrice de l’Association pour la Mixité, l’Egalité et la Laïcité en  Algérie

Abbas Bakhtiari, Centre culturel Pouya

Emna Belhaj Yahia, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Sophie Bessis, historienne, Parlement des écrivaines francophones

Tanella Boni, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Ladan Boroumand, historienne, co-fondatrice de la fondation Abdorrahman Boroumand pour la démocratie et droit de l’Homme en Iran

Roya Boroumand, historienne, co-fondatrice de la fondation Abdorrahman Boroumand pour la démocratie et droit de l’Homme en Iran

Bernard Bosc, Réseau féministe « Ruptures »

Catherine Boskowitz, metteure en scène

Gisèle Bourquin, fondatrice de Femmes au-delà des Mers

Claudy Bouyon, Réseau féministe Ruptures

Véronique Bury

Laure Caille, présidente Libres MarianneS

Dora Carpenter-Latiri, universitaire, Parlement des écrivaines francophones

Nadia Chaabane, collectif Nissa al 46 (femmes tunisiennes)

Geneviève Damas, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Agnès de Préville, essayiste

Monique Dental, Présidente Réseau Féministe « Ruptures »

Claire Desaint, consultante en égalité femmes-hommes

Catherine Deudon, photographe, auteur de « Un mouvement à soi »

Nafissatou Dia, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Safiatou Dicko Ba, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Forough Djavahery, militante des droits humains

Suzanne Dracius, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Geneviève Duché, universitaire

Alicia Dujovne Ortiz, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Samia Essabaa, présidente de Langage de femmes

Sepideh Farsi, cinéaste

Nicole Fernández Ferrer, déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir

Nicole Fouché, vice-présidente de Réussir l’égalité femmes-hommes (REFH), chercheuse au CNRS

Geneviève Fraisse, CNRS

Efrain Garcia, militant pour les droits des femmes et des familles

Farhang Ghassemi, président de la Commission des droits humains de la Fédération européenne des écoles

Annie-Laurence Godefroy, militante féministe en droits sexuels et reproductifs

Mahtab Gorbani, poétesse, féministe, militante des droits humains

Sihem Habchi, présidente du Prix Simone de Beauvoir

Zohreh Habib Mohammadi, reprographe, défenseur des droits humains

Monique Halpern

Hassan Hessam, poète

Florence Humbert, enseignante, militante féministe

Monique Ilboudo, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Isabelle Ingold, monteuse et réalisatrice

Françoise James Ousénié, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Hamidreza Javdan, comédien, metteur en scène, professeur à La Sorbonne

Cyrus Javidi, ingénieur à la retraite

Hamid Daneshvar, comédien, metteur en scène

Mahshid Kabirii, enseignante

Liliane Kandel, féministe

Alain Karimzadeh, retraité, militant des droits humains

Isabelle Kersimon, journaliste

Huguette Klein, présidente de « Réussir l’égalité Femmes-Hommes »

Françoise Laborde, journaliste

Karim Lahidji, Président de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH)

Fatima Lalem, présidente de l’association Flora Tristan

sylvie Le Clech, historienne, Parlement des écrivaines francophones

Catherine Le Magueresse, juriste

Marie-Hélène Le Ny

Catherine Le Pelletier, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Patrice Léoni, chevalier de l’ordre national du Mérite

Claudie Lesselier, militante féministe

Tchisseka Lobelt, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Ebrahim Makki, dramaturge

Sirus Malakooty, journaliste

Alireza Manafzadeh, essayiste

Carol Mann, directrice de Women in War

Maram Massri, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Marie-Soeurette Mathieu, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Mahnaz Matine, médecin, militante des droist des femmes

Nasser Mohajer, historien

Madeleine Monette, membre de l’Académie des lettres du Québec et du Parlement des écrivaines francophones

Jocelyne Mongellaz, ancienne déléguée régionale aux droits des femmes et à l’égalité à la préfecture de Paris et d’Ile-de-France

Florence Montreynaud, historienne, réseau « Encore féministes ! »

Françoise Morvan, militante féministe

Sadegh Omidi, militant des droits humains

Cécile Oumhani, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Vivianne Perelmuter, réalisatrice

Geneviève Pezeu, consultante-formatrice égalité femmes-hommes

Françoise Picq, vice-présidente de l’Association nationale des études féministes (ANEF)

Soudeh Rad, présidente de Spectrum 

Nicole Raffin, militante féministe laïque

Taghi Rahmani, ancien prisonnier politique, militant des droits humains

Caroline Rebhi, co-présidente du Planning familial

Anne-Marie Revcolevschi, présidente d’honneur de « Langage de femmes »

Michèle Revel, 40 ans de MLF

Nadja Ringart, sociologue

Laurence Rossignol, présidente de l’Assemblée des Femmes, sénatrice de l’Oise

Hemad Sheybani, militant des droits humains

Nic Sirkis

Georges Slodzian, professeur émérite de l’université Paris-Saclay

Irène Théry, sociologue, directrice d’études à l’EHESS

Foad Saberan, psychiatre

Hoda Sajjadi, traductrice assermentée et présidente de l’association Parmida

Marie-Josée Salmon, Réseau Féministe « Ruptures »

Béatrice Sculier, défenseuse des droits humains

Véronique Séhier, co-présidente du Planning familial

Akbar Seifi, ancien prisonnier politique, militant des droits humains

Christine Taïeb, Collectif Femmes et Sports

Manijeh Tam, féministe

Taghi Tam, militant des droits humains

Monique Vézinet

Audrée Wilhelmy, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones

Kia Zarin, photographe

Faouzia Zouari, écrivaine, présidente du Parlement des écrivaines francophones

Associations

Archives, Recherches, Cultures lesbiennes (ARCL)

Centre audiovisuel Simone de Beauvoir

Femmes solidaires

Festival féministe de documentaires « Femmes en résistance »

Langage de femmes

Ligue des femmes iraniennes pour la démocratie (LFID)

Ligue du Droit International des Femmes

Nouvelles Lettres Persanes

Osez le Féminisme ! 

Parlement des écrivaines francophones 

Planning familial

Réseau Féministe « Ruptures »

Réussir l’égalité femmes-hommes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.