Le Corbusier, l’ami des fascistes, ne mérite ni statue, ni musée

Une statue de Le Corbusier a été installée le 24 janvier dernier dans le centre-ville de Poissy, Place des Capucins (dans les Yvelines). Une première statue de l’architecte avait été inaugurée le mercredi 10 mai 2017 en Mairie (Poissy) en présence entre autres de l’artiste et du Maire. À ce moment-là, l’artiste russe M. Andrey Tyrtyshnikov expliquait qu’il avait « été attiré par la personnalité et la philosophie de Le Corbusier ». C’est précisément à propos de la personnalité et de la philosophie de l’architecte que nous voudrions réagir.

L’exposition au centre Georges Pompidou (« Le Corbusier. Mesures de l’homme », avril-août 2015) avait permis de révéler à un large public l’antisémitisme de l’architecte, ses accointances avérées avec l’extrême droite fasciste, sa fascination pour les dictateurs (Hitler, Mussolini…). Une polémique internationale s’en était suivie. Désormais, on connaît mieux les propos sans ambiguïté de l’architecte.

Aujourd’hui, nous nous insurgeons contre le fait de rendre hommage à Le Corbusier par une statue installée dans un espace public avec des fonds publics. Si l’on ne peut que regretter son antisémitisme avéré, sa proximité avec les milieux fascistes des années 20-40 et jusqu’à sa présence durant 17 mois et demi à Vichy (15 janvier 1941-1er juillet 1942), on ne peut accepter, en 2019, qu’on lui élève une statue en sachant tout cela. Installer une statue n’est-ce pas statufier ce personnage ?

Pour notre part, nous ne l’acceptons pas et faisons savoir autour de nous que cela est inacceptable à un moment politique où l’antisémitisme, les actes antisémites, les propos antisémites se libèrent. Alors que tous les politiques les reconnaissent, comment, dès lors, laisser passer un tel acte, hautement symbolique, lié à un tel personnage en faisant croire à une séparation entre son œuvre et lui-même ? Deux des auteurs de cet article, Xavier de Jarcy et Marc Perelman, ont, par ailleurs, coordonné l’ouvrage intitulé Le Corbusier, zones d’ombre, paru aux Éditions Non Standard en 2018. (M. Perelman)

***

Le maire de Poissy, Karl Olive, a décidé, sans consulter son conseil municipal, d’installer le jeudi 24 janvier dernier sur une place de sa ville une statue en bronze représentant l’architecte Le Corbusier, pour un coût de cent vingt-cinq mille euros. Nous protestons avec la plus grande énergie contre cette installation. Si Le Corbusier a joué un rôle important dans l’histoire de l’architecture, il a, tout au long de ses nombreux écrits, conspué la République et la démocratie.

Adversaire des Lumières, Le Corbusier a été, pendant deux décennies, un compagnon de route du fascisme français. Les fascistes le considéraient bien comme l’un des leurs, puisqu’ils jugeaient que « les conceptions de Le Corbusier traduisent nos plus profondes pensées » (Georges Valois, Le Nouveau Siècle, 29 mai 1927).

Au début des années 1930, Le Corbusier a participé à la direction du mensuel Plans, où l’on pouvait lire que « les hitlériens, c’est l’Allemagne jeune et ardente qui se regroupe, espère et chante » (Philippe Lamour, « Jeunesse du monde », Plans, n° 4, avril 1931), et de la revue Prélude, qui dénonçait le prétendu « travail d’érosion déjà séculaire accompli par la judéo-maçonnerie » (signé Prélude, « La fin d’un régime : droite et gauche »,Prélude, n° 9, 10 février 1934).

Le 7 février 1934, Le Corbusier s’est joint (Le Corbusier, Correspondance, tome II, Gollion, Infolio, 2013, p. 464) aux sanglantes émeutes antiparlementaristes, qualifiées par lui de « réveil de la propreté » (Le Corbusier, La Ville radieuse [1935], Paris, Éditions Vincent, Fréal & Cie, 1964, p. 23). Rêvant d’instaurer une dictature de l’urbanisme, il a courtisé les tyrans, de Staline à Mussolini. En 1936, il a proposé ses services à l’Italie fasciste pour aider à la colonisation de l’Éthiopie, écrasée sous les bombes incendiaires.

En privé, Le Corbusier a multiplié les caricatures et les propos antisémites : « Les Juifs, cauteleux au fond de leur race, attendent » (Le Corbusier, Lettres à Auguste Perret, Paris, Éditions du Linteau, 2002, p. 85), écrivait-il. S’en prenant à « l’arrivisme parvenu des juifs financiers triomphants » (Le Corbusier, Lettres à Charles L’Eplattenier, Paris, Éditions du Linteau, 2007, p. 256), il a proclamé que « le petit juif sera bientôt dominé » (Le Corbusier, Lettres à Auguste Perret, Paris, Éditions du Linteau, 2002, p. 104), et s’est flatté d’être détesté « des juifs, des bolcheviques, des catholiques ou des bicots » (Le Corbusier • William Ritter, Correspondance croisée 1910-1955, Paris, Éditions du Linteau, 2014, p. 798). Enfin Le Corbusier a approuvé les mesures antijuives du régime de Vichy : « L’argent, les Juifs (en partie responsables), la Franc-maçonnerie, tout subira la loi juste » (Le Corbusier, Correspondance, tome II, Gollion, Infolio, 2013, p. 665).

Le 2 août 1940, Le Corbusier : « La défaite des armes m’apparaît comme la miraculeuse victoire française. Si nous avions vaincu par les armes, la pourriture triomphait, plus rien de propre n’aurait jamais plus pu prétendre à vivre » (Le Corbusier, Correspondance, tome II, Gollion Infolio, p. 665). L’architecte a soutenu sans ambiguïté le nouveau régime : « Il s’est fait un véritable miracle avec Pétain. […] Tout est sauvé et l’action est dans le pays » (Le Corbusier, Correspondance, tome II, Gollion Infolio, p. 703). Le Corbusier a même applaudi le vainqueur. « Dans ce sévère bouleversement, une lueur de bien : Hitler », s’est-il exclamé, en approuvant la « très vive réaction nationale » à l’œuvre en Allemagne depuis 1933 « contre toutes les influences extérieures, contre celles aussi qui sentaient quelque chose de très particulier, dont l’odeur était véritablement nauséabonde – peintures berlinoises d’entre deux lumières, morbides, interlopes, méritant en fait l’excommunication ». Le Corbusier est allé jusqu’à soutenir la condamnation par les nazis de l’« architecture inquiétante d’un « modernisme affiché », autant que ce terme peut, à l’occasion, contenir de pensées haïssables » (pour les quatre citations précédentes : Le Corbusier, Sur les quatre routes [1939], Paris, Denoël-Gonthier, 1970, p. 165-167).

« Hitler, mobilisant les jeunesses pour le travail, vient d’achever de splendides autostrades qui sont certainement les plus belles » (Le Corbusier, Sur les quatre routes [1939], Paris, Denoel-Gonthier, 1970, p. 167),ajoutait Le Corbusier, considérant que « si le marché est sincère, Hitler peut couronner sa vie par une œuvre grandiose : l’aménagement de l’Europe » (Le Corbusier, Correspondance, tome II, Gollion, Infolio, 2013, p. 699). Le Corbusier s’est ainsi mis au service du « but le plus noble qui soit : la Révolution nationale » du maréchal Pétain (Le Corbusier, « L’Urbanisme de la Révolution nationale », projet de texte, 2 février 1941. Fondation Le Corbusier).

En janvier 1941, il a rejoint une commission officielle à Vichy, nourri et logé par le gouvernement de collaboration pendant dix-sept mois et demi.

Aucune statue ne devrait pouvoir être élevée dans un lieu public en mémoire d’un individu aux idées et aux engagements aussi détestables. Or nous apprenons de surcroît que la municipalité de Poissy a l’intention de construire un musée Le Corbusier, avec la participation de la Fondation Le Corbusier et du Centre des monuments nationaux, établissement public sous tutelle du ministère de la Culture. Il s’agira, une fois encore, de glorifier l’artiste en escamotant ses choix idéologiques. Que la collectivité nationale puisse entretenir la mémoire d’un ennemi déclaré de la République n’est pas acceptable. Nous demandons donc que les projets de statue et de musée Le Corbusier ne bénéficient d’aucun soutien public, ni de la part de la Ville de Poissy, ni de celle de l’État. 

Xavier de Jarcy (journaliste); Daniel de Roulet (architecte); Laurent Olivier (archéologue); Marc Perelman (universitaire)

http://alencontre.org/societe/histoire/histoire-le-corbusier-lami-des-fascistes-ne-merite-ni-statue-ni-musee.html

3 réponses à “Le Corbusier, l’ami des fascistes, ne mérite ni statue, ni musée

  1. Certes Le Corbusier n’est pas à honorer pour son passé. Mais régler des comptes en se référant sur des faits négatifs passés reviendrait à faire condamner 80% des français de l’époque, et rejoindre l’idée des américains que la France devait être mise sous tutelle pour sa proximité avec l’ennemi nazi. Ce serait aussi condamner François Mitterrand pour avoir été un fonctionnaire zélé de Vichy. Ce serait aussi reconnaître la complicité des communistes français pour leur collaborationnisme jusqu’en 1941, juste parce qu’ils étaient aux ordres de Staline… ce que ne voulait pas le Général De Gaulle sachant que la France était trop divisée pour cela . En ce moment tout est fait pour diviser de façon durable les français. Si les thèses les plus noires s’imposent de plus en plus, la division aussi. Pas très rassurant.

    • il y a une différence entre les actions de la grande masse des citoyen·es et les actions particulières de soutien aux fascisme de certain·es.
      Nous n’en avons pas fini avec la collaboration et ses effets.

      La population vivant en France est objectivement divisée (entre citoyen·es « nationaux » et citoyennes « étrangers » n’ayant pas les même droits)
      « fragmentée » par les rapports sociaux de classe, de sexe et de « race » et leur imbrication.
      L’unité factice revendiquée au nom de la République ou de la France est un mensonge idéologique.
      La France n’existe pas.
      Ni les français·es comme abstraction unifiée
      « Nous » n’avons pas les mêmes intérêts « français », la division est bien engendrée par le système économique et politique
      Il faut donc faire politique et se battre, entre autres, pour l’égalité réelle de toustes…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.