Hier pour aujourd’hui, les années 90 – 2

La musique et les disques survivent heureusement aux « contraintes » des surfaces spécialisées ou non, plus ou moins disquaires, mais plus attentives aux coûts financiers, à la vitesse de rotation et au niveau de leurs stocks qu’aux rythmes de diffusion de la musique. Sans oublier la mise en avant des productions des majors au détriment des multiples éditeurs qui nous permettent d’écouter des musiques et non de la programmation « profitable ».

Quelques disques enregistrés dans les années 90, au hasard de ré-écoutes récentes.

Lire aussi : des-enregistrements-en-1991/,des-enregistrements-en-1995/,des-enregistrements-en-1994/,des-enregistrements-en-1993/,des-enregistrements-en-1992/,des-enregistrements-en-1999/,des-enregistrements-en-1997/,hier-pour-aujourdhui-les-annees-90/

Un quartet « dominé » par la contrebasse de John Lindberg et le trombone d’Albert Mangelsdorff et parfaitement épaulés par le piano d’Eric Watson et la batterie d’Ed Thigpen. Je souligne les différents solos des musiciens dans les écrins musicaux produits par le quartet. J’ai particulièrement apprécié le « X. 1 » qui clôture le disque.

Cd John Lindberg : Resurrection of a Dormant soul, enregistré en février 2015, Black Saint 1996

Ce disque commence par un arrangement de Played Twice de Thelonious Monk. Au delà des colorations, c’est bien l’arrangement et mélanges sonores qui frappent, comme dans les pièces suivantes.

Ed Jackson (saxophone alto et sur une pièce soprano), Rich Rothenberg (saxophone ténor), James Zollar (trompette et bugle), Clark Gayton (trombone et trombone basse), John Stetch (piano), Dave Jackson (contrebasse), Steve Johns (batterie) et, je le souligne, Tom Varner (cor d’harmonie), sans oublier sur une pièce la flute toujours inspirée de Jamie Baum.

Pas un disque d’ambiance mais bien un disque aux ambiances plus que séduisantes.

Cd Ed Jackson : wake up callenregistré en janvier 1994, Sear Sound

Fred Anderson (tenor sax), Hamid Drake (percussion),Kent Kessler (basse), Ken Vandermark (reeds). Entre mélodies et improvisations. Une musique libre et pourtant inscrite dans l’histoire. Une rencontre entre l’AACM et d’autres inclinaisons.

Cd Fred Anderson : DKV Trio, enregistré en décembre 1996, Okkadisk 1997

Un quartet composé de Dave Douglas (trompette), Steve Swell (trombone), Michael Formanek (contrebasse) et Jim Black (batterie), complété suivant des morceaux par Tim Berne (saxophone ténor), Chris Speed (clarinette).

Alliances de timbres, rythmiques élaborées, musiciens en harmonie, des ensembles tournés vers un futur musical, intégrant de multiples passés.

Cd Michael Formanek : Nature of beast, enregistré en mars et avril 1996, Enja 1997

Trois musiciens aux énormes moyens et cela s’entend sur les plages en solo. Matthew Shipp et son piano tantôt mélodique tantôt percussif, Mat Manieri et son violon « hors tradition », William Parker, sa contrebasse et ses sonorités inouïes. Des espaces de solitude et soudain des dialogues fructueux. Des musiques enracinées dans diverses « traditions » et des croisements tumultueux. Une musique exigeante mais non exhibitionniste, hors des conforts où sombrent trop de musicien-ne-s. Le risque de l’improvisation, hors des discours mille fois entendus.

C’était aussi le temps où des notes en français existaient dans les petits livrets, ici, écrites par Jean Buzelin. A noter que le disque se termine par un « Solitude » de Duke Ellington, certes loin de la lettre, mais très « jungle »…

Cd Matthew Shipp « String trio » : By The Law Of Music, enregistré en aout 1996, Hat Hut 1997


Un trio de cordes composé de 
John Lindberg (contrebasse), James Emery (guitare), Regina Carter (violon). Pas un trio au sens de la musique dite classique, mais trois instrumentistes capables de brillants solos. Et au piano, Anthony Davis. Une relecture inspirée de morceaux, entre autres, de Duke Ellington, Thelonius Monk…

Cd String Trio of New York with Antony Davis, enregistré en novembre 1996, Music and Arts 1997

Un trio, Gonzalo Rubalcaba (piano), Felipe Cabrera (basse électrique), Julio Barreto (batterie), augmenté parfois de Reynaldo Melian (trompette) et sur quelques plages de Charlie Haden (contrebasse). Une musique au déhanchement assumé, au sourire latino… Plus qu’agréable.

Cd : Gonzalo Rubalcaba : suite 4 y 20, enregistré en mai 1992, Blue Note

En espérant que Blue Note nous rende, en coffret à prix réduit, les enregistrements de Geri Allen, cette pianiste indispensable.

Elle est ici « accompagnée », dans des configurations variables par Marcus Belgrave (trompette),Wallace Roney (trompette),Anthony Cox (contrebasse), Dwayne Dolphin (contrebasse), Pheeroan AkLaff (batterie),Tani Tabbal (batterie)

Chacun-e pourra apprécier les ententes musicales, les agencements sonores et les doigtées de la pianiste.

J’ai un faible pour « For John Malachi » ou la pianiste dialogue avec Wallace Roney à la trompette

Cd Geri Allen : Maroons, enregistré en février 1992, Blue Note

Des duos, trios et quartet. Un guitariste Michel Perez et un très grand contrebassiste Ron Carter déploiement les chants de leurs cordes, un batteur attentif Billy Richmond, accompagné au piano par Mario Stantchev sauf sur une pièce où il est remplacé par Franck Amsallem.

Le tout agrémenté de peintures de Philippe Charpentier.

Cd Michel Perez : Toujours, enregistré en juin 1992, Instant Présent

En quartet, en duo « Prelude to a kiss » ou en trio « The seventh seal ».Ce qui frappe, en premier lieu, ce sont les sonorités trop rares de la flûte de James Newton. En alliance avec Mike Cain (grand piano Steinway), Anthony Cox (contrebasse) et Billy Hart (batterie), le flûtiste nous propose une musique et des échanges marqués par le rêve. Une musique tantôt sensible, tantôt plus enlevée ou aventureuse comme le bel hommage à Eric Dolphy« Mr Dolphy ».

Cd James Newton : If Love, enregistré en avril et juin 1990, Delta music


Un quintet composé de 
Joe Lovano (saxophone ténor), John Abercrombie (guitare), Ken Werner (piano), Marc Johnson (contrebasse) et Bill Stewart (batterie). Mélodies et couleurs. Equilibre sonore et variations. Une musique qui semble couler de source,

Cd Joe Lovano : Landmarks, enregistré en août 1990, Somethin’else 1991

Une rencontre sous le soleil. Les pulsions dansantes, les couleurs vives distillées par des musiciens à l’unisson derrière le pianiste Santos Chillemi.

Eddie Gomez (contrebasse), Peter Erskine (batterie), Eric Séva (saxophones ténor, soprano et baryton), Louis Sclavis (clarinette et clarinette basse), Juan-José Mosalini (bandonéon)

Musique en fête.

Cd Santos Chillemi : Trinidad, enregistré en octobre 1990, Maracatu

Didier Epsztajn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.