Hier pour aujourd’hui. Quelques enregistrements des années 70 (3)

La musique et les disques survivent heureusement aux effacements organisés par les maisons de disques et les surfaces dites spécialisées.

Par simplification, les années 70. Certain-e-s musiciens-ne-s débordaient des cadres entravant leur liberté. D’autres approfondissaient des veines encore fécondes, d’autres encore créaient des passerelles entre les temps et les formes.

Restent aujourd’hui des disques nécessaires. Au hasard de ré-écoutes récentes.

Voir aussi : hier-pour-aujourdhui-quelques-enregistrements-des-annees-70/,hier-pour-aujourdhui-quelques-enregistrements-des-annees-70-2/

Une trace du déchainement de libres musiques, des ambiances révoltées, du renouveau dans le jazz des années 70. Disque enregistré à Paris avec Clifford Thornton (cornet, shenaï, valve trombone, piano, maracas), François Tusques (piano, celesta, balafon, maracas), Beb Guerin (contrebasse) et Noël McGhie (batterie, percussions). Dans un « Paysage désolé » un slogan « Tout le pouvoir au peuple ». Plus qu’une trace, un socle encore présent de révoltes futures… Cette musique me semble moins violente que dans ma perception antérieure, et le fondement « blues » plus présent.

Cd Clifford Thornton : The panther and the lash, enregistré en novembre 1970, réédition America records 2004

Un formidable saxophoniste ténor David S. Ware, au lyrisme chaleureux, dont les solo éblouissent. Il n’y a ici pourtant pas de « virtuosité » gratuite. Il en sera de même de celle de Cooper-Moore (délaissant le piano) à l’ashimba sur une pièce du même nom. Si le premier Cd avait antérieurement été édité, le second, est composé d’une prise alternative de « Prayer » et de pièces, en solo, inédites ou rares)

Les deux musiciens sont accompagnés sur certaines pièces par Marc Edwards à la batterie. Un très beau disque.

Double Cd : David S. Ware / Apogée : Birth of the Being, enregistré en avril 1977, Aum Fidelity

Les morceaux sont écrits par le pianiste Muhal Richard Abrams (qui adopte aussi le synthétiseur), très influencé ici, me semble-t-il, par l’univers – et pas seulement dans la pièce qui donne son titre de l’album – d’Anthony Braxton (saxophone alto et sopranino, flute et clarinette). On retrouver aussi Leonard Jones (contrebasse), Steve Mac Call (batterie et percussions) et Henry Threadgill (saxophone alto et ténor, flute). Le disque débute par un hommage « Charlie In The Parker ». Pour retrouver ce tourbillon musical des années 70, cet univers sonore plein de liberté et ici particulièrement les deux souffleurs et le pianiste compositeur. Sur une pièce, les musiciens se font chanteurs comme un rappel de place du blues…

Cd Muhal Richard Abrams : 1-OQA+19, enregistré en novembre-décembre 1977, Réédition dans un coffret de 9 Cd sous le nom de Muhal Richard Abrams – Volume 2, Kepach Music 2016


Un ensemble, à la fois au cœur et en décentrement, des inventions de cette décennie musicale.
Chris McGregor (piano, xylophone African), Malcolm Griffiths et Nick Evans (Trombone), Mongezi Feza (trompette de poche, flute indienne), Marc Charig (cornet), Harry Beckett (trompette), Dudu Pukwana (saxophone alto), Ronnie Beer (saxophone ténor), Alan Skidmore (saxophones ténor) et soprano), Harry Miller (contrebasse), Louis Moholo (batterie et percussions), Mike Osborne ( saxophone alto, clarinette), John Surman (saxophones baryton et soprano). Un condensé de musique africaine et d’improvisation libre. La joie musicale.

Cd Chris McGregor’s Brotherhood of Breath, enregistré en 1971, réédition 2011, Repertoire Records

Une rencontre dans ces années d’effervescence musicale, Bobby Bradford (trompette), John Stevens (batterie), percussions, voix, Trevor Watts (saxophones soprano et alto), Bob Norden (trombone), Julie Tippets (voix et guitare), Ron Herman (contrebasse).

Véhémence, improvisations éclatantes, mélange de sonorités, des cuivres et une voix. Le mystère d’une musique brisant l’ordre des notes…

Double Cd Bobby Bradford with John Stevens and the Spontaneous Music Ensemble, enregistré en juillet 1971, réédition Nessa 2009

Trois formations :

Franz Koglmann (cornet), Steve Lacy (saxophone soprano)Josef Traindl (trombone), Cesarius Alvim Botelho (contrebasse)Aldo Romano (batterie). Paris, 19/12/1975.

Bill Dixon et Franz Koglmann (trompette)Steve Horenstein (saxophone ténor), Alan Silva (contrebasse)Walter M. Malli (cymbales). Vienne, 6/08/1976.

Franz Koglmann (cornet), Steve Lacy (saxophone soprano), Toni Michlmayer (contrebasse)Walter M. Malli (batterie)Gerd Geier (électroniques). Vienne, 26/04/1973.

Réédition de deux albums confidentiels publiés en 1973 et 1976, Flaps et Opium/For Franz, sur le label Pipe

Des musiques toujours actuelles, une voluptueuse histoire d’inventions et de rencontres, des musiciens inspirés.

Cd Bill Dixon – Franz Koglmann – Steve Lacy : Opium, enregistré en avril 1973, décembre 1975 et aout 1976, Between the lines 2001

Une première pièce à jouer loud ; puis quatre autres à jouer soft.

Leroy Jenkins (violon), Andrew Cyrille (percussions), Anthony Davis (piano, piano électrique), Georges Lewis (trombone, électroniques). Les instruments électriques et électroniques ne sont utilisé que dans la première pièce. Les quatre musiciens sont rejoint par Richard Teitelbaum (modular Mogg, micro moog systems) dans cette première pièce.

Je n’avais qu’un souvenir estompé de ce disque écouté en vinyle. Le trouver en cd m’a permis de renouer avec le charme particulier du violon de Leroy Jenkins et de ses acolytes.

Une musique qui a gardé toute sa force de séduction.

Cd Leroy Jenkins : Space Minds, New Worlds, Survival of America, enregistré en aout et septembre 1978, Tomato Records 2003

Plongée au cœur inventions des années 70. Steve Reid (batterie), Ahmed Abdullah (trompette, percussions, Mohammad Abdullah (congas, ballophone, percussions africaines, Arthur Blythe (saxophone alto, percussions), Charles Tyler (saxophone alto, maracas), David Wertman (contrebasse)

Des cuivres et des percussions. La cœur vibrant de la ville.

Cd Steve Reid : Odyssey of The Oblong Square, enregistré en 1977, Mustevic Sound Records

La rencontre entre un guitariste, Michael Gregory Jackson (guitare acoustique, guitare électrique, mandoline électrique, voix, flute bambou, timpani, marimba, percussions) et trois souffleurs : David Murray (saxophone ténor), Oliver Lake (flute, saxophones soprano et alto, talking drums, cowbell), Wadada Leo Smith (trompette, trompette soprano, bugle, flute indienne). Un exemple du foisonnement et de l’urgence musicale de ces années 70.

Cd Michael Gregory Jackson : Clarity, enregistré en août 1976, ESP Disk 2010

Dans le tourbillon des années 70, un trio composé du pianiste Alexander Von Schlippenbach, du saxophoniste Evan Parker (saxophones soprano et ténor) et du batteur Paul Lovens. Des musiciens toujours en activité sans se plier aux normes et aux modes ! Outre l’ironie et le refus de se laisser enfermer dans des limites pré-établies, le groupe modèleles couleurs, les textures, joue sur la densité et les accents.

Le vent de révolte soufflait et pour certain·es, il souffle encore…

Cd Alexander von Schlippenbach : Trio, Pakistani Pomade, enregistré en novembre 1972, FMP

Didier Epsztajn

Une réponse à “Hier pour aujourd’hui. Quelques enregistrements des années 70 (3)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.