Immenses « Victoires de la Bretagne » : Chancerelle, une entreprise « bretonne » coloniale promue par « Le Télégramme », groupe organisateur de ces « Victoires » !

Lettre ouverte à Mr H. Coudurier, Directeur de l’INFORMATION au Journal « Le Télégramme ».

Monsieur Coudurier,

Votre « Note de lecture », lundi 24 décembre 2018, en page 6 du Télégramme, dénoterait-elle d’une, certes tardive, mais néanmoins salutaire, prise de conscience résolument anticolonialiste ou ne faut-il y reconnaître, plus réalistement, qu’une tentative d’auto-réhabilitation, pour mieux noyer le petit plomb ? Vous y faites la publicité, sans aucun doute méritée, de l’ouvrage de Gilles Gaetner, « Pilleurs d’Afrique », aux éditions dominicaines du Cerf, mais avec tant de précautions stylistiques et de raccourcis non explicités, que, je vous l’avoue, j’ai peine à vous croire définitivement déterminé à nous rejoindre au sein du réseau anticolonialiste Survie, contre la « Françafrique ».

Je pense que ces « Biens mal acquis » confortent hélas votre vision du dramatique inachèvement prématuré du « rôle positif » de la colonisation, portée par le nationalisme franco-français, et donc de sa nécessaire actuelle défense et nouvelle illustration . Ces « Biens mal acquis », ne sont-ils pas, ce que Sun Tzu aurait appelé, l’art de poursuivre la guerre autrement ? Car qui sont les corrupteurs et à qui profite la corruption ?

Déjà le 13 septembre dernier, vous ne voyiez que « repentance et démagogie » dans la « reconnaissance » (après 61 ans, excusez du peu…) par le Président de la République Française, Emmanuel Macron, d’un crime d’État contre l’Humanité, pour la disparition forcée, la torture et l’assassinat, le 21 juin 1957 de Maurice Audin, jeune mathématicien français brillant mais militant du Parti Communiste Algérien, indépendantiste. Au moins 1 000 autres (http://1000autres.org), sans doute moins illustres et moins entouré(e)s et soutenu(e)s, attendent encore aujourd’hui cette « reconnaissance » et leurs familles attendent également que justice leur soit faite et qu’elle redonne paix à « leurs fantômes » comme l’a si bien écrit Herve Hamon (Courant d’ère du 16 septembre 2018, et… vrai courant d’air frais, sauvant ainsi l’honneur de votre Journal).

« Le Télégramme » s’est, pourtant, encore mieux illustré, depuis, en nominant à ses « Victoires de la Bretagne », une entreprise « bretonne » accusée de crime de colonisation au Sahara Occidental par le Front Polisario ! Quelle belle « Victoire », en effet, pour un peuple colonisé que de participer à son tour à la colonisation capitaliste, et ce ne sont, malheureusement, pas les « Gilets Rouges de Chancerelle à Douar’n ! » selon Nono (Tebeo 09/12) qui nous sauveront de la sardine « Connetable » coloniale, ni de l’ignominie et de la honte qu’elle représente !

Monsieur le PDG Jean-Pierre Hug peut bien s’étonner et jouer les Saints Innocents, cela ne devrait guère vous émouvoir en tant que journaliste : Les banques qui l’ont accompagné, la COFACE qui a garanti l’opération, les Services Extérieurs de notre Connétable de France, actuel Ministre des Affaires Étrangères, ancien Ministre de la Défense, meilleur VRP, vendeur d’armes du Monde soi-disant « civilisé » et néanmoins toujours « Progressiste de Bretagne », avaient une parfaite connaissance des coordonnées géospatiales de l’usine Chancerelle d’El Aayoun.

Même au sein de l’Arabie Saoudite, le statut du Sahara Occidental et son « appartenance » post-coloniale présumée au Royaume du Maroc restent apparemment l’objet de vives tensions: En témoigne, ce 27 décembre 2018, le limogeage de Turki Al Seikh, Président de l’UAFA (la Fédération Arabe de Football, l’équivalent de l’UEFA) et Ministre des Sports de Sa Sainteté le Roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, pour avoir osé la publication d’une carte du Maroc « sans « SON » Sahara » Occidental… Ne croyez pas, cependant, que le bras droit de Mohamed Ben Salman, prince héritier, ait agi là par seule motivation anticolonialiste !

Mais si vous pensez, dans votre bulle franco-française, dans un contexte que vous jugez à-priori « décolonialisé », que les peuples colonisés doivent, eux aussi, coloniser à leur tour, histoire de mieux noyer encore le petit plomb, vous vous égarez.

Je m’étonne encore, Monsieur Coudurier, de ne pas vous avoir trouvé dans cette liste des 80 « intellectuel(le)s français(es) », signataires de la tribune parue le 28 novembre 2018 dans « Le Point » contre « une » prétendue « stratégie hégémonique » que constituerait, selon eux, le « décolonialisme ». Même notre camarade Yann Sohier, instituteur communiste breton (1901-1935), pourrait, aujourd’hui et à raison, se demander si les mots français qu’il a appris à sa fille, qui en est signataire, veulent encore dire quelque chose.

Je vous invite, Monsieur Coudurier, à lire l’excellente réponse que leur a faite Ludivine Bantigny sur son blog (« Où est l’indignité ? » https://blogs.mediapart.fr/ludivine-bantigny/blog).

« Entre les lignes, entre les mots » puissiez-vous, Monsieur Coudurier, très vite, l’entendre :

La « société française » est vraiment malade du colonialisme, qui reste, à cette heure, l’outil majeur du capitalisme, qu’il soit breton, français, européen ou mondialisé !

Avec nos salutations internationalistes, et en vous souhaitant une meilleure année en 2019 !

Jakez.kroc.henn@gmail.com

 evit et

revroadelourien@gmail.com

 31/12/2018


Na pebezh « Trec’h evit Breizh » : Chancerelle, un embregerezh « vreton » trevadennour priziet gant « Le Télégramme », aozer an « Trec’hioù » !

Lizher digor d’an Ao.H.Coudurier Rener war ar C’HELAOUIÑ e kazetenn « Le Télégramme ».

Aotrou Coudurier,

Daoust hag eñ e ranker kompren ho « notenn diwar lenn » dilun 24 a viz kerzu 2018, war bajenn 6 an « Télégramme » e-giz un arsav emskiant yac’haus, a-enep an trevadenniñ, daoust dezhañ en emgavout gwall ziwezhat, pe daoust ha n’eo ket kentoc’h, evit gwir, un doare d’en em reiñ ur gwiskamant all evit beuziñ aesoc’h ar plom bihan ? Brud a reoc’h enni eta, da levr Gilles Gaetner, « Pilleurs d’Afrique », embannet e ti beleien « ar C’Harv », hag hep mar ebet ez eo meritet gantañ ar brud-se, met ken troidellus ho toareoù-lavar ha skrivañ, ha ken e tiouer drezo an displegadennoù ret, en ho notenn, ma ‘meus poan, evit lavaret ar wirionez, da grediñ ez oc’h mennet da zont da gemer perzh ganeomp er rouedad Survie, a-enep d’ar « Françafrique ».

Soñjal a ra din kentoc’h n’ez int ar « Madoù gwall gounezet » se nemet un digarez evidoc’h da sankañ an tach evel pa vefec’h rediet da zifenn c’hoazh hiriv ha da skeudenniñ a-nevez eta ho sell war « berzh bozitivel » an trevadenniñ, un oberenn douget gant broadelourien Bro-C’Hall, un oberenn, ez eo mantrus hervezo, e vije chomet diechu re abred. Daoust ha n’int ket, evit gwir, ar « Madoù gwall gounezet » se, ar pezh en dije anvet Sun Tzu, an doare da gas ar ploum pelloc’h ? Rak piv a lovr ha da biv e za ar gounid diwar al lovrentez ?

D’an 13 a viz gwengolo 2018, dija, ne welec’h nemet «  repañtañs ha demagogiezh » er fed m’en doa 61 bloaz warlec’h, mar plij !) Prezidant Republik Bro-C’Hall, Emmanuel Macron, « anzavet » un torfed Stad a-enep an Denelezh, evit diankadenn war urzh, jahinerezh ha lazhadenn Maurice Audin, d’an 21 a viz Even 1957, ur paotr yaouank, sitoian gall anezhañ, ur mailh war ar jedoniezh met ivez un emsaver eus Strollad Komunisted Bro-Aljeri, a-du gant an dizalc’hidigezh. Ur vil a dud all d’an nebeutañ (http://1000autres.org), dianavezetoc’h kredapl pe gant nebeutoc’h a skoazell marteze, a zo oc’hortoz kement all hag o familhoù a zo ivez atav o c’hedal ma rofe ar justis peoc’h d’o « zasmantoù » evel m’en deus bet skrivet Herve Hamon (Courant d’ère ar 16 /09/ 2018, ur gwir barrad avel fresk ha yac’h, o saveteiñ e-se enor ho kazetenn).

An « Télégramme » en deus koulskoude graet gwelloc’h c’hoazh abaoe en ur briziañ evel un « Trec’h evit Breizh » un embregerezh « vreton » kaset dirak al Lez-Varn gant an Emsav Polisario evit un torfed a drevadenniñ e Kornog ar Sahara. Na pebezh « Trec’h » avat evit Pobl Vreizh trevadennet, bezañ lod d’he zro en trevadenniñ kapitalour, ha n’eo ket siwazh « Rochedoù Ruz Chancerelle e Douarn » ( Nono Tebeo 09/12/2018) a saveteo ac’hanomp eus ar sardin « Connetable » trevadennour nag eus an argarzh hag ar vezh a zo hiriv war hor c’hein.

Ar Rener Meur Jean-Pierre Hug a c’hell eta bezañ souezhet ha c’hoari kement ha ma karo d’ar Santed Inosanted, ne tlefec’h ket chom, evel kazetenner, da leñvañ gantañ : Ar bankoù o-deus sikouret anezhañ, ar C’HOFACE hag en deus gwarezet e amprestoù, Servijoù Diavaez hor « C’Honnetable de France », bet Ministr an Armeoù ha bremañ Ministr an Aferioù Diavaez, gwellañ marc’hadour armoù ar bed « sivilizet » ha koulskoude, hervezañ, atav « Araokour » e Breizh, n’edont ket hep gouzout e pelec’h emañ da vat uzin Chancerelle El Aayoun.

E Bro Arabia Al Saoud zoken, statud Kornog ar Sahara hag ar fed ma vije bet « perc’hennet », goude an didrevadenniñ, gant Rouantelezh Bro Maroko ne za ket dioutañ e-unan : D’ar 27 a viz Kerzu diwezhañ ez eo bet « kaset da Skrigneg pe da zutal brulu war ar Menez-Are », Turki Al Seikh, Prezidant an UAFA (Kevredad arabeg ar melldroad, par d’an UEFA) ha Ministr ar Sportoù, gant ar Roue Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, abalamour m’en deus kredet embann ur gartenn eus Bro-Maroko « hep e g-Kornog eus ar Sahara »… Arabat deoc’h krediñ avat en dije graet kement-se, kamalad Mohamed Ben Salmane (MBS, ar priñs pennher) evit e soñjoù enep-trevadennour hepken !

Met ma soñj deoc’h, en ho klogorenn c’hall-gall, e-lec’h ma vije peurechuet sañset an didrevadennin, e rankfe eta ar pobloù bet trevadennet, trevadenniñ d’o zro, evit beuziñ donoc’h c’hoazh ar ploum bihan, emaoc’h o pennsaoutiñ da vat. Souezhet on c’hoazh, Aotrou Coudurier, da non pas bezañ bet kavet hoc’h anv e-touesk ar 80 a « intellektuale(ze)d gall » o deus sinet ur Galv d’an 28 a viz Du 2018 er gelaouenn Le Point, a-enep « ur strategiezh a bennadurezh » hag a vije sañset, hervezo, « gant an didrevadenniñ ».

Hor c’hamarad Yann Sohier, zoken, bet skolaer komunour breton (1901-1935), a c’hellfe, hiriv ha gant gwir abeg, en em c’houlenn m’o deus c’hoazh ur ster bennak ar gerioù galleg en deus bet desket d’e verc’h, p’he deus hi sinet ur seurt testenn.

Ho pediñ a ran, Aotrou Coudurier, da lenn ar respont a-zoare he deus graet dezho Ludivine Bantigny war he fajenn blog (« E pelec’h emañ an dezellid? » https://blogs.mediapart.fr/ludivine-bantigny/blog).

« Etre al linennoù, etre ar gerioù » Ra c’hellfec’h, Aotrou Coudurier, hen kleved buan :

Ar « gevredigezh c’hall » a zo gwall glañv diwar an trevadenniñ hag a chom hiriv benveg pennañ ar gapitalouriezh, ha pa vije breton, gall, european pe vedelaet !

Gant hor gwellañ gourc’hemennoù etrevroadelour, ha gant hor gwellañ hetoù evit 2019 !

Jakez.kroc.henn@gmail.com

 evit et

revroadelourien@gmail.com

 31/12/2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.