Les mères en jaune 

Le 10 Décembre dernier, lors de son allocution, Emmanuel Macron a évoqué la colère de « la mère de famille célibataire, veuve ou divorcée, qui ne vit même plus, qui n’a pas les moyens de faire garder les enfants et d’améliorer ses fins de mois et n’a plus d’espoir », ajoutant : « je les ai vues, ces femmes de courage pour la première fois disant cette détresse sur tant de ronds-points ». A l’entendre on pourrait presque penser qu’il veut lever, magnanime, le couvercle posé sur celles qui font bouillir la marmite toutes seules, mais dans la marmite, pas de dinde de Noël. Ce sont elles qu’il plume, entre autres.

Le mouvement des Gilets Jaunes les a rendues plus visibles et leur sentiment d’être oubliées s’est transformé en colère : il va falloir les écouter, leur donner la parole et surtout les entendre. 

C’est une réalité dans les mutations de notre société : une famille sur 5 est selon l’INSEE (1) aujourd’hui composée d’enfant.s et d’un parent solo, des mères pour l’immense majorité (85%), qui cumulent les difficultés au quotidien. Près de 35% de ces familles en 2016 vivaient sous le seuil de pauvreté (2).

Prises d’une saine colère, elles disent leur ras le bol d’être paupérisées. Soit elles sont stigmatisées par le « pognon de dingue » que coûtent les maigres aides sociales qui leur permettent de vivre (3), indignement pointées du doigt comme des assistées, soit elles sont surexploitées dans des jobs mal payés, à la merci des temps partiels accumulés, des CDD, de l’intérim, du travail du dimanche. Elles sont aides ménagères, aides à domicile, assistantes maternelles, dans les métiers du soin de bas de l’échelle dans les hôpitaux, les Ehpads, les écoles. 90% des métiers des services à la personne sont effectués par des femmes (4).

Elles n’ont pas de possibilité de se former, pas de mobilité géographique et pas de mutation possible. En effet, comment financer un déménagement quand le budget est dans le rouge à chaque fin de mois ou même avant ? Et pour celles qui ont la garde de.s enfant.s les droits de visite et d’hébergement du père sont conditionnés à une proximité géographique. D’autant plus lorsqu’il s’agit de résidence alternée puisque l’enfant change régulièrement de domicile. Impossibilité de bouger là aussi. 

Elles vivent l’injonction paradoxale d’une société qui les ignore : on attend d’elles qu’elles travaillent comme si elles n’avaient pas d’enfant.s et qu’elles élèvent leur.s enfant.s comme si elles n’avaient pas de travail. En tension constante, elles passent leur vie à ajuster des temporalités différentes et jongler pour maintenir un équilibre précaire où l’espoir n’a de place que dans l’idée que leur.s enfant.s pourront se construire un avenir meilleur que le leur. 

Confrontées chaque jour à la dureté du quotidien, pour elles la question du partage des tâches ou de la « charge mentale » ne se pose pas : elles assument seules. Elles savent exactement ce que représentent 10 euros de plus ou de moins par mois dans leur budget. Elles savent exactement ce que leur coûte la garde du ou des enfants quand elles partent travailler, confrontées au manque de relais familiaux et au manque de structures d’accueil de la petite enfance en tant que service public (5).

N’ayant parfois pas accès à des prêts aux taux qui leur permettraient de faire des projets d’avenir puisque les banques ne prêtent à taux bas que lorsque l’on a un salaire régulier (les aides et pensions alimentaires n’étant pas pris en compte), certaines s’endettent dans des crédits à la consommation ubuesques et sombrent dans le surendettement, les agios à répétition et l’interdit bancaire. Beaucoup d’entre elles doivent fréquenter les banques alimentaires pour survivre. 33% des personnes qui les fréquentent sont parents solos (6).

Mères séparées des pères de leur.s enfant.s, elles ont de surcroît parfois de lourdes procédures de justice à démêler avec des pères démissionnaires qui ne payent pas les pensions alimentaires ou se rendent insolvables (7), ne prennent pas le.s enfant.s en droit de visite et d’hébergement, grugent sur la séparation des biens du divorce ou, pour certains perpétuent les violences conjugales et familiales dans des violences post-séparation sans fin.

Des mesures d’ordre général érodent aussi la vie de ces femmes.

Les dispositifs de soutien à ces parents et leurs enfants sont donc en nombre insuffisant et dépendent des collectivités territoriales. Emmanuel Macron leur demande de réduire leurs dépenses de 13 milliards d’euros d’ici 2022 (8).  Certains départements ont vite fait des choix, en rayant par exemple de leur carte des dizaines de centres médicaux-sociaux de proximité en zones rurales (9). Comment font alors ces femmes pour se déplacer, pour se rendre aux visites de PMI, pour se faire aider sur la rédaction d’un dossier, pour trouver des conseils ? Vouloir établir des préconisations d’accompagnement est une chose, mais peuvent-elles en bénéficier quand elles vivent dans des no man’s land sociaux et médicaux ?

En outre les salarié.e.s les plus touché.e.s, par les ordonnances de la Loi travail sont ceux et celles en CDD ou travaillant dans des petites entreprises. Deux catégories où les femmes sont surreprésentées. Leur vulnérabilité dans l’emploi va s’accroitre. 

D’autres réformes leur laissent aussi un goût amer, en particulier celle de la justice, qui a transféré aux caisses d’allocation familiales l’ensemble des prérogatives des juges aux affaires familiales concernant les pensions alimentaires (10). Le non-paiement des pensions alimentaires par des pères sciemment démissionnaires est une violence, les violences doivent être traitées en justice.

Que fait le gouvernement pour leur venir en aide ? 

Mme Schiappa a lancé une grande étude de terrain consacrée aux familles monoparentales en septembre 2018 (11) pour permettre d’établir un état des lieux précis des discriminations à l’embauche, dans l’évolution de carrière, dans la recherche de logement, dans l’accès au droit, dans la capacité à mener de front vie personnelle et professionnelle de ces personnes.

L’objectif de cette étude vise à :

  • Faire évoluer le regard porté par la société sur la monoparentalité

  • Évaluer des dispositifs existants de soutien à ces parents et leurs 

  • enfants

  • Établir des préconisations pour accompagner les mères et les pères célibataires et ainsi réduire les inégalités qui découlent de leur situation familiale spécifique

Voilà qui semble entrer de plein pied dans la grande cause du quinquennat puisque les femmes sont l’immense majorité des parents solos. Nous attendons avec impatience les résultats de cette étude et les préconisations qui suivront. 

Marlène Schiappa a proposé aussi comme solution en juillet 2017 la mise en place d’un dispositif de validation des acquis de l’expérience pour que les  mères en situation de précarité puissent obtenir un CAP petite enfance, provoquant un tollé général chez les professionnelles de la petite enfance, ainsi que chez les féministes. 

Un point positif cependant : une hausse de 30% de l’allocation des frais de garde pour les familles monoparentales a été mise en place depuis le 1er octobre 2018 (12).

Alors ? Que faire ?

Première chose, ces femmes doivent être traitées dignement, elles peuvent être fières de ce qu’elles font, élever un ou des enfants seule est une chose très difficile quand on est dans la précarité. 

La création d’un grand service public de la petite enfance de 0 à 6 ans, qui se décline sous des formes diverses (halte-garderies, crèches, écoles maternelles), gratuits à tous niveaux à l’exemple de l’école maternelle est indispensable. 

Il faut maintenir et développer les services publics dans tous les domaines : éducation, santé, action sociale, prise en charge des personnes dépendantes, transports. 

Une véritable augmentation du SMIC horaire s’avère primordiale. 

Un objectif de base serait d’arriver le plus rapidement possible à l’égalité salariale femmes hommes. A travail égal, les femmes sont rémunérées 25 % de moins que les hommes13.

La revalorisation des métiers et l’augmentation des salaires dans tous les secteurs professionnels féminisés s’impose aussi d’emblée. Comme la transformation des contrats à temps partiels en temps complet pour celles et ceux qui le souhaitent aussi. 

La requalification des contrats précaires en CDI, le strict encadrement des embauches à temps partiels et en particulier des temps partiels de courte durée qui ne donnent pas accès à une couverture sociale amélioreraient grandement la situation et serviraient à combattre la précarité. 

Une formation professionnelle continue, rémunérée et qualifiante sur le temps de travail permettrait à ces femmes d’évoluer professionnellement. 

Ces femmes vivent souvent dans des territoires où il y a peu d’emplois, elles devraient recevoir des aides à la mobilité, avoir les transports gratuits.

Bref, une véritable politique en faveur de l’égalité femmes hommes dont elles sentiraient vite les effets positifs. 

http://www.collectifdroitsdesfemmes.org/spip.php?article506


(3) Voir l’ensemble des mesures chiffrées sur https://mes-aides.gouv.fr/

(6) https://www.banquealimentaire.org/le-profil-des-beneficiaires-de-laide-

alimentaire-aux-banques-alimentaires-189

https://www.insee.fr/fr/statistiques/1521258

(7) Plusieurs rapports (INED /CNAF/IGAS-IGF-IGSJ) estiment le taux de pensions alimentaires impayées à 35%

(13) https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/10/23/egalite-salariale-entre-

femmes-et-hommes-les-entreprises-auront-trois-ans-pour-

agir_5373296_823448.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.