Journal des Editions Syllepse : Fin 2018

L’hiver sera chaud

enfilez votre gilet

1989-2019

Les éditions Syllepse vont avoir 30 ans

CE N’EST QU’UN CADEAU

CONTINUONS LES ACHATS

.

A BEAUTIFUL GHETTO

Le soulèvement de Baltimore

Devin Allen

BALTIMORE, USA, le 18  avril 2015, Freddie Gray meurt une semaine après sa violente interpellation par la police. Le feu et la révolte se propagent dans la ville, un soulèvement que Devin Allen va immortaliser.

« Ce soulèvement a été déclenché et nourri par la jeunesse. Ces jeunes ont fait en sorte que le monde entende leur voix et sente leur douleur. Certains les ont qualifiés de racailles. Moi je n’ai vu que mes frères et mes sœurs qui ont pris les armes et sont devenus des soldats. Ce livre est une histoire visuelle du soulèvement. Il est également l’histoire de Baltimore, de Freddie Gray, et de tant d’autres qui ont grandi, ont travaillé et élevé leurs enfants dans des endroits comme Baltimore. Ce livre veut renverser le stigmate et montrer la part de beauté du ghetto. »

Sa photographie accompagne le mouvement Black Lives Matter et la nouvelle page qui s’est ouverte dans l’histoire des luttes de libération noires.

https://www.syllepse.net/a-beautiful-ghetto-_r_21_i_736.html

Note de lecture : une-histoire-visuelle-du-soulevement/

*****

GILETS JAUNES

Des clés pour comprendre

Téléchargez le livre en cliquant sur ce lien

/syllepse_images/gilets-jaunes–des-cles-pour-comprendre.pdf

Fidèles à leur vocation de « donner les moyens aux acteurs individuels et collectifs du mouvement social de publier leurs contributions », les éditions Syllepse ont réuni des textes et ds déclarations qui leur ont semblé éclairants des questions sociales, démocratiques et écologiques que le mouvement des Gilets jaunes a mises sur la place publique.

Gratuit, ce livre électronique de 52 pages est fait pour circuler le plus largement possible…

https://www.syllepse.net/gilets-jaunes-_r_37_i_754.html

Introduction : introduction-gilets-jaunes-des-clefs-pour-comprendre/

*****

LE PREMIER ÂGE DU CAPITALISME (1415-1763)

Tome 1: L’expansion européenne

Alain Bihr

Coédition Page 2 (Lausanne). Les tomes suivants paraîtront en 2019

La montée en puissance contemporaine des « pays émergents », au premier rang desquels la Chine, venant après celle du Japon et des « dragons » sud-est-asiatiques (Corée, Taïwan…), oblige à réinterroger voire à réviser l’histoire du capitalisme. Et de se demander si le premier rôle, longtemps tenu par l’Europe occidentale, au sein de cette dernière n’avait été qu’un accident dont les conséquences seraient en train de s’épuiser et une parenthèse en train de se refermer.

Cet ouvrage soutient que, si l’Europe occidentale a été le berceau du capitalisme et a pu, des siècles durant, en constituer l’élément moteur et dirigeant, c’est à son emprise sur le restant du monde qu’elle l’a d’abord dû. Ce premier tome revient sur l’acte inaugural de ce processus : l’expansion dans laquelle elle s’est lancée en direction des continents américain, africain et asiatique à partir du 15e siècle et qui se poursuivra au cours des trois siècles suivants. Cet ouvrage décrit et analyse les deux formes fondamentales de cette expansion : commerciale et coloniale. Il en précise les principaux acteurs : les États et leurs agents, les compagnies commerciales, les diasporas marchandes, la foule des migrants anonymes, etc. Il en donne le résultat global : la constitution d’un premier monde centré sur l’Europe occidentale dans l’exacte mesure où c’est par elle et pour elle que les autres continents vont se trouver interconnectés et progressivement extravertis.

L’ouvrage s’attache à montrer qu’à travers les comptoirs commerciaux ouverts sur leurs côtes autant que par le biais des territoires occupés et colonisés dans leurs arrière-pays, des régions entières de ces continents ont commencé à être soumises à un processus d’exploitation et de domination. Ce processus opère par le biais du commerce forcé et déloyal, par l’échange inégal ou, plus directement encore, par la réduction au servage ou à l’esclavage de leurs populations.

Il explique ainsi comment les sociétés locales ont vu leurs propres circuits d’échange perturbés, leurs structures productives altérées, leurs pouvoirs politiques traditionnels instrumentalisés ou détruits. De la sorte, elles furent subordonnées aux exigences de la dynamique de formation du capitalisme en Europe même.

Mais, loin de verser dans une sorte de misérabilisme à l’égard des pays et populations en proie à l’expansion européenne, l’ouvrage insiste au contraire sur la résistance qu’ils ont su lui opposer, en la tenant souvent en échec. Résistance cependant inégale, fonction de leur développement historique antérieur et des structures sociales toujours singulières auxquelles il avait abouti.

C’est pourquoi l’ouvrage consacre également une grande attention à l’état de chacune des sociétés que les Européens vont aborder au cours de leur expansion. Il fournit de la sorte un panorama du monde à l’aube de cette dernière.

En dernier lieu, cette analyse de l’expansion européenne tente d’expliquer les divergences qui vont surgir entre les États européens quant au calendrier selon lequel ils vont se lancer dans cette aventure et les formes qu’ils vont y privilégier. Elle se penche également sur les rivalités et conflits qui vont les opposer et redistribuer les cartes entre eux à différentes reprises.

Enfin elle souligne les bénéfices fort inégaux que les divers États européens vont retirer de leur expansion outre-mer, dont la pleine explication est cependant renvoyée aux deux tomes suivants de l’ouvrage.

https://www.syllepse.net/le-premier-age-du-capitalisme-1415-1763–_r_21_i_732.html

Note de lecture : des-elements-cles-du-devenir-monde-du-capitalisme/

*****

JE NE MANGE PAS DE CE PAIN-LÀ

Benjamin Péret

SORTI D’USINES

La « perruque » : un travail détourné

Robert Kosmann`

La définition que donne le Larousse du terme « perruque » nous permet d’entrer directement dans le vif du sujet : « Fraude de l’ouvrier qui, détournant quelque matière appartenant à son employeur, la détourne à son profit. »

Cette pratique transgressive consiste donc à utiliser matériaux et outils sur le lieu de travail, pendant le temps de travail, dans le but de fabriquer un objet en dehors de la production de l’entreprise.

Formellement interdite, parfois tolérée, la perruque exprime le savoir-faire des ouvrier·es astreint·es le plus souvent à des tâches répétitives et monotones.

Entre tolérance et clandestinité, entre vol et dû, entre labeur et loisir, entre habitudes et transgressions, entre individualité et appartenance au groupe, la perruque est tout cela à la fois.

La perruque permet de percevoir que les organisations humaines, même les plus rationalisées et les plus encadrées, comportent des interstices de « liberté » et c’est précisément dans ces espaces que se glissent les « perruqueurs ».

L’auteur, fraiseur mécanicien, a pu interroger des dizaines de « perruqueurs » sur leurs bricolages et leurs créations. Il trace également un tableau complet des débats, des études sur cette contestation du travail prescrit.

https://www.syllepse.net/sorti-d-usines-_r_64_i_740.html

Préface de Xavier Vigna à l’ouvrage Robert Kosmann : Sorti d’usines. La « perruque » un travail détourné et Avertissement de l’auteur : preface-de-xavier-vigna-a-louvrage-robert-kosmann-sorti-dusines-la-perruque-un-travail-detourne-et-avertissement-de-lauteur/ 

Note de lecture : resistance-a-lordre-et-au-desordre-industriel/

*****

MALCOLM X

Manning Marable

Une biographie magistrale de Malcolm X écrite par un historien africain-américain de référence. Des rues de Détroit et de Harlem à sa mort brutale :trajectoires d’une vie vouée à la libération noire. Militant de la libération noire, depuis sa mort Malcolm X est devenu une icône, tandis que son héritage et sa mémoire ont fait l’objet de luttes acharnées.

Depuis sa mort, Malcolm X est devenu bien plus qu’un militant de la libération noire : son héritage et sa mémoire font l’objet de luttes acharnées. Prédicateur sectaire de la Nation of Islam, ou musulman orthodoxe converti à la tolérance, nationaliste noir ou révolutionnaire ouvert à toutes les alliances, ancien dealer, ex-prisonnier, partisan de l’autodéfense armée, dirigeant panafricain : dans les années, puis les décennies qui ont suivi sa mort, tout ou presque a été dit sur Malcolm X.

Devenu une icône de la culture populaire africaine-américaine et plus largement de la culture populaire et révolutionnaire dans de nombreux pays, la vie et le parcours politique de Malcolm X restent paradoxalement très mal connus, principalement au travers de son autobiographie écrite dans des conditions très controversées.

C’est ce vide que vient combler cette biographie de Malcolm X. Fruit d’années de recherches dans les archives du FBI, d’entretiens avec les innombrables personnages qui l’ont accompagné ou croisé, ce livre, écrit par un grand historien africain-américain, apporte un éclairage inédit sur les vies de Malcolm X, des rues de Harlem à sa mort brutale.

https://www.syllepse.net/malcolm-x-_r_102_i_621.html

Epilogue de l’ouvrage de Manning Marable : Malcolm X. Une vie de réinventions (1925-1965)epilogue-de-louvrage-de-manning-marable-malcolm-x-une-vie-de-reinventions-1925-1965/

Note de lecture : la-tradition-des-rebelles-noirs-transgresse-lordre-moral-dominant/

*****

*****

DÉCOUVREZ EN « AVANT-PREMIÈRE »

LES PREMIÈRES NOUVEAUTÉS 2019

JANVIER

  • Hélène Adam et François Coustal, C’était la Ligue

  • Alternatives Sud, Moyen-Orient et Afrique du Nord : état des luttes

FÉVRIER

  • Andrea Dworkin, Le Coït dans un monde d’hommes

  • Jean-Pierre Martin, Émancipation de la psychiatrie : Des gardes-fous à l’institution démocratique

  • Joseph Daher, Le Hezbollah : Un fondamentalisme religieux à l’épreuve du néolibéralisme

MARS

  • Alain Bihr, Le Premier âge du capitalisme, tome 2, La marche de l’Europe occidentale vers le capitalisme

  • Saïd Bouamama, Planter du blanc : Chroniques du (néo-)colonialisme français

  • Assiégées, n°3, Urgences

AVRIL

  • Alternatives Sud, Quelle justice fiscale pour le Sud ?

  • Les Utopiques, Sur les chemins de l’émancipation, l’autogestion

 

*****

Bonne lecture après un détour chez votre libraire habituel

Editions Syllepse

69, rue des Rigoles – 75020 Paris


O1 44 62 08 89


Diffusion : Sofédis / Distribution : Sodis

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.