Des frissons et des protestations entre les notes…

To be blues. « le blues est bien né au sein de ces communautés d’Africains transplantés de force dans les terres du sud-est des Etats-Unis », l’émergence de paroles d’esclaves, séculières et profanes, une musique « rythmée pour boire, pour danser, pour s’amuser ». Le blues n’est pas que tristesse et lenteur.

Philippe Thieyre nous propose une histoire du blues à travers 150 disques, albums vinyles. « Ce parcours est une promenade balisée par des rondelles de cire, et non une encyclopédie exhaustive ou un volumineux dictionnaire ». Un choix subjectif.

En introduction, l’auteur revient sur les premiers blues, les enregistrements, les différentes transformations du blues – présentées en cinq périodes : « Pré-War blues, country blues et jazz des villes », « Les années quarante : shouters, combos et rhythm’n’blues », « Blues urbain et électrique : Chicago, West Coast, Texas… », « Le British blues », « Blues toujours ».

Des vinyles et des pochettes, des musiques aux racines géographiques et culturelles plus ou moins spécifiques.

Pré-War blues, country blues et jazz des villes. Une prédilection pour la guitare, les routes, « Le blues est né dans les champs, s’est développé sur les routes et s’est enregistré dans les villes », la traditions orale et les nouveaux supports de diffusion, les disques de race music…

Les années quarante : shouters, combos et rhythm’n’blues. Loin du Delta du Mississippi et de la vie rurale, une approche radicalement différente, les transformations musicales de l’ensemble des musiques, le jazz, le blues, le rhythm’n’blues, le rock’n ‘roll…

Blues urbain et électrique : Chicago, West Coast, Texas….les déplacement vers le nord, Chicago, « A la violence du travail répondent la puissance sonore, la crudité et l’agressivité des textes et des sonorités », la multiplication des maisons de disques, les réputations et les singles

Le British blues. Le blues des iles britanniques, des bases sociologiques différentes, des fans et des collectionneurs, la remise à jour d’un patrimoine quelque peu oublié de l’autre coté de l’atlantique….

Blues toujours. S’extraire de sa condition, subvenir à ses besoins, une aventure qui se poursuit…

Une invitation à ouvrir les oreilles, à découvrir ou redécouvrir des musicien·nes, et pas seulement de blues.

Philippe Thieyre : Parcours blues en 150 albums

Editions Le Mot et le Reste, Marseille 2018, 352 pages, 23 euros

Didier Epsztajn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.