La force épistémique et politique de l’intervention féministe

« Nous définissons l’intervention féministe comme une pratique située qui vise à lier action sociale et militante, formation et recherche, de même qu’elle ambitionne l’extension des capacités d’analyse, de réflexion et d’action pour l’ensemble des personnes engages dans cette démarche »

Véronique Bayer, Zoé Rollin, Hélène Martin et Marianne Modak parlent, entre autres, d’intentions d’émancipatrices, de lutte contre les hiérarchisations et les oppressions, du quotidien dans les pratiques ordinaires, « Cet éditorial détaille la vertu épistémique et politique de penser ensemble pratiques et connaissances ; il souligne également combien le travail social est un terrain d’expérimentation fécond pour examiner et construire ces articulations ».

Le concept d’« intervention féministe » est plus usité au Québec qu’en France. Les autrices en soulignent des manifestations, des remises en cause des approches centrées sur l’individu·e, « caractère commun, partagé, collectif de la situation de chacune d’entre elles et, donc de la nécessité de la lutte collective pour s’en extraire », des objectifs allant « bien au-delà d’une intervention sociale » ou d’une relation strictement individualisée…

Elles présentent les articles publiés et posent trois questions, sur les conditions de travail en partenariat, la prise en compte des connaissances et des stratégies de résistance des individus et des groupes dominés, ce qui peut blesser les membres des groupes concernés…

Sommaire

Présentation, sommaire et bulletin d’abonnement : nouvelles-questions-feministes-interventions-feministes/

Édito

Véronique Bayer, Zoé Rollin, Hélène Martin et Marianne Modak : L’intervention féministe : un continuum entre pratiques et connaissances

Grand angle

Lyne Kurtzman et Ève-Marie Lampron : Coconstruire des connaissances féministes : l’exemple du Service aux collectivités de l’Université du Québec à Montréal

Carole Boulebsol : L’intervention féministe abolitionniste, entre actions et recherches: l’expérience québécoise de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES)

Catherine Flynn, Pénélope Couturier, Josiane Maheu, Gaëlle Fedida, Louise Lafortune, Manon Monastesse et Marie-Marthe Cousineau : Violence conjugale et intervention féministe au Québec – les défis d’une pratique subversive dans un contexte de politiques néolibérales

Berenice Fisher : Qu’est-ce que la pédagogie féministe ?

Zoé Rollin et Véronique Bayer : Former les travailleuses sociales et les travailleurs sociaux: une intervention féministe

Champ libre

Audrey Marcillat et Marine Maurin : Singularisation, différenciation : pratiques de la (non)mixité dans l’intervention sociale auprès des personnes sans abri

Parcours

Mascha Madörin, théoricienne de la macroéconomie. Un engagement féministe pour la reconnaissance du Social Provisioning

Entretien réalisé par Françoise Messant et Marianne Modak

Comptes rendus

Collectifs

La Trouvaille : Un collectif féministe d’éducation populaire politique : « La Trouvaille. Expériences, savoirs et stratégies communes pour l’égalité »

Service aux collectivités de l’Université du Québec à Montréal. Lyne Kurtzman et Ève-Marie Lampron abordent la prévention des agressions à caractère sexuel en contexte scolaire, la redéfinition structurelle des réalités sociales à partir du vécu des femmes, la critique des façons de faire de la recherche, la multiplication des accès à la connaissance, les outillages nécessaire aux citoyen·ne·s pour l’engagement politique…

Les autrices discutent de l’articulation « recherche transformatrice, formation et projet politique défini par et pour les opprimé·e·s », de la valorisation « de la parole, des savoirs et des expériences des femmes ». Elles présentent le projet Empreinte dont l’objectif est de combattre la tolérance sociale vis-à-vis des violences sexuelles en contexte scolaire et de favoriser des comportements égalitaires (lire par exemple : empreinte-agir-ensemble-contre-les-agressions-a-caractere-sexuel/).

Lyne Kurtzman et Ève-Marie Lampron analysent aussi les enjeux et les défis de la co-construction en contexte universitaire, les possibles instrumentations, la fragile reconnaissance scientifique, les difficultés des universitaires et des praticiennes. Elles concluent sur la construction collective d’un bien commun…

Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES), un organisme « communautaire féministe, abolitionniste et autonome », la prévention de l’entrée ou du retour des femmes dans l’industrie du sexe, le soutien à celles qui souhaitent quitter ce milieu, la décriminalisation complète des femmes impliquées dans l’industrie du sexe, la pénalisation de « l’achat, la vente, et la publicité des services sexuels d’autrui », les problèmes rencontrés par les femmes et l’identification de leurs besoins (argent, santé, emploi, logement/hébergement, accompagnement dans les démarches, défense des droits, protection, en lien avec les violences subies, etc.), l’accompagnement des femmes, la recherche-action…

En complément possible :

Réaction aux prises de position de la Fédération des femmes du Québec (FFQ) sur la prostitution, reaction-aux-prises-de-position-de-la-ffq-sur-la-prostitution/

Exploitation sexuelle de jeunes filles et de femmes, exploitation-sexuelle-de-jeunes-filles-et-de-femmes/

Diane Matte : « La question de la prostitution doit être la priorité absolue pour arriver à nous réapproprier nos corps et nos sexualités », la-question-de-la-prostitution-doit-etre-la-priorite-absolue-pour-arriver-a-nous-reapproprier-nos-corps-et-nos-sexualites/

Catherine Flynn, Pénélope Couturier, Josiane Maheu, Gaëlle Fedida, Louise Lafortune, Manon Monastesse et Marie-Marthe Cousineau abordent les questions de violence conjugale et d’intervention féministe au Québec, de la pratique subversive dans un contexte de politiques néolibérales, le changement de référentiel général des dispositifs de protection, les solutions libérales axées sur la « responsabilité individuelle et l’autonomie des individus » (« l’individu est considéré comme maître de sa condition et se voit remettre l’entière responsabilité de son émancipation »), l’idée de l’égalité-déjà-là, la mise en symétrie des hommes et des femmes, la victimisation des hommes, la négation de la dimension genrée de la violence conjugale, l’exclusion de certaines formes de violence (violences sexuelles et psychologiques), ceux qui prônent « directement ou indirectement un retour à la masculinité hégémonique ».

Les autrices insistent, entre autres, sur la violence conjugale comme produit de rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes, la dévalorisation persistante des approches féministes, la minimisation des conséquences de la violence sur les enfant et les femmes, le double standard dans les réponses aux comportements violents, la question de « la violence réactionnelle », la colère des femmes, la lutte contre les politiques d’austérité… Aux lectures à travers une lentille comportementale et individuelle, il faut opposer d’autres analyses, prenant en compte les effets du système de genre, les rapports de pouvoir et de domination, les dimensions politiques de la violence conjugale… et donc la place des moyens matériels – y compris dans la dimension juridique ou dans le financement des actions et pratiques autonomes des femmes – à déployer pour mener des politiques efficaces contre les violences faites aux femmes…

La pédagogie féministe, l’enseignement « antisexiste, antihiérachique et qui met l’accent sur l’expérience des femmes ». Berenice Fisher parle de l’incorporation de certaines caractéristiques du mouvement des femmes dans le travail pédagogiques, de méthode éducative distincte, de l’auto-éducation, de conscientisation, d’attention particulière aux ressentis, d’outils pour la définition de soi, de théorie et de pratique de libération, des expériences discréditées, de rapports entre enseignante et étudiant·es (de l’enseignante comme experte et juge), de cette partie de soi qui est déniée par des conditions oppressives, des différences entre femmes, « La colère constante des Black feminists, des féministes lesbiennes et des femmes de la classe ouvrière – pour n’en nommer que quelques-unes – à l’égard du mouvement des femmes témoigne du fait que ces différences n’ont pas été transcendées et ne le seront pas tant que le mouvement ne se dotera pas d’une forme de pensée ou d’apprentissage revenant continuellement à nos ressentis et à nos expériences – donc aux relations sociales que nous vivons et à nos réactions face à ces relations »…

Le Grand angle, se termine par un article sur la formation des travailleuses et des travailleurs sociaux. Zoé Rollin et Véronique Bayer présentent une démarche féministe, des réflexions sur les contenus et dispositifs d’enseignement, la prise en compte des apports scientifiques produits par les études de genre, les interrogations sur le contenu androcentré de connaissances, les logiques de pouvoir et de domination, l’illusoire scission privé/public, la question de l’autorité incluse dans le rapport pédagogique, la nécessaire réflexivité, la portée politique des enseignements, la congruence « entre théorie et pratique, entre action et pensée »…

En complément, un texte aborde les pratiques de (non)mixité auprès des personnes sans abri ; un autre le parcours de Mascha Madörin ; des notes de lecture complètent ce numéro.

Je souligne le texte du collectif La trouvaille, l’éducation populaire, la non-mixité, la transformation des organisations du travail et leurs hiérarchies invisibles, « la dés-invisibilisation de nos savoirs aussi discrets qu’indispensables », le féminisme matérialiste, l’autogestion, le rappel que « Les rapports de domination sont aussi à l’oeuvre à l’interne des collectifs de travail, y compris au sein de coopératives se revendiquant anticapitalistes et autogestionnaires », l’intrication des connaissances et des interventions, une visée : « que les dominé·e·s (re)deviennent sujet·te·s de l’histoire et reprennent « possession de (leur) matérialité » »

Nouvelles questions féministes : Intervention féministe

Coordination : Marianne Modak, Véronique Bayer, Zoé Rollin, Hélène Martin

Volume 37, N°2 : 2018

Editions Antipodes, Lausanne 2018, 162 pages, 25 euros

Didier Epsztajn 


Autres numéros de la revue : revue/nqf/

Une réponse à “La force épistémique et politique de l’intervention féministe

  1. Il n’y aura jamais de renversement de la condition féminine sans renversement des arts et des lettres mais surtout des religions monothéistes 😊

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.