Marche Mondiale des Femmes 11ème Rencontre Internationale Bilbao, 22-28 Octobre 2018. Déclaration finale

Nous, femmes de la Marche Mondiale réunies à Bilbao, Euskal Herria, pour notre 11e rencontre avec des représentantes de 36 pays, nous nous réaffirmons comme féministes, anticapitalistes, anticolonialistes et antiracistes, et en marche permanente jusqu’à ce que nous soyons toutes libres.

La logique du capitalisme et de la vie sont absolument inconciliables, et nos réponses comme organisation plurielle et diverse doivent être chaque jour plus puissantes, de par nos mobilisations dans les rues et au sein des bases populaires. 

Nous identifions une réorganisation du système capitaliste, qui aboutit à une résurgence du fascisme, à l’usage de la guerre, à la perte des droits sociaux et économiques. Ce qu’on appelle les crises n’est rien de plus que des justifications pour mettre en place les ajustements économiques, la perte de droits, la privatisation de la vie, la dépossession des corps et l’occupation des territoires. Les entreprises transnationales concentrent chaque fois plus de richesses et de pouvoir, et génèrent la destruction de la nature, de la violence et l’expulsion des peuples hors des lieux dans lesquels ils ont toujours vécus. De grands groupes économiques contrôlent les chaînes de valeur, depuis l’extraction des matières premières, jusqu’à la production et la distribution de marchandises et de services, et les entreprises transnationales de l’agro-commerce produisent des poisons et contaminent nos corps et nos terres.

Les politiques d’ajustement reposent sur le travail des femmes, et répètent des schémas que nous connaissons déjà, tels que la baisse des salaires et des dépenses publiques, en même temps qu’elles transfèrent à la population la responsabilité de ce qui est appelé la crise.

On assiste à une prise d’assaut des gouvernements qui diffèrent du système hégémonique, et qui proposent des alternatives au néolibéralisme et à ses formes de concevoir la vie, la démocratie, l’économie et enfin la distribution du pouvoir et des ressources dans le monde.

Cette réorganisation signifie également une augmentation de la violence contre les femmes dans toute sa dimension patriarcale, raciste et colonialiste, et dont les manifestations les plus graves sont l’agression contre le territoire, contre les corps et les communautés pour son contrôle et son expropriation, ce qui produit de grands déplacements, des migrations, des réfugiées, du trafic de personnes, de l’exploitation sexuelle, de la violence contre les personnes sexuellement diverses, la militarisation de la vie, et la mort.

Depuis nos résistances dans les territoires, nous impulsons des expériences politiques et économiques qui s’opposent à ce système, en affirmant la centralité de la soutenabilité de la vie. La construction quotidienne de l’auto-organisation, de la solidarité, de l’agro-écologie, de l’économie féministe et solidaire, et la défense des biens communs sont des stratégies pour garantir une vie « digne » et pour construire l’autonomie des femmes sur leur corps, leur sexualité et une vie libérée de la violence raciste et patriarcale.

Nous affirmons que l’auto-organisation des femmes est notre stratégie de renforcement comme sujet politique qui construit une force mondiale, en alliance avec les mouvements qui partagent nos valeurs pour pouvoir transformer le monde. 

Renforcées par ce que nous avons construit lors de cette 11e Rencontre Internationale, nous lançons un appel à suivre notre marche en participant activement à toutes les luttes dans nos pays, à la construction d’actions de solidarité, aux processus d’alliance.

Nous commençons aujourd’hui à organiser notre 5e Action Internationale en 2020. Nous réaffirmons que le 24 avril sera le jour lors duquel nous réaliserons nos 24 heures d’actions solidaires dans le monde entier, afin de dénoncer le rôle des entreprises transnationales. Nous appelons tout notre mouvement politique à continuer les mobilisations pour dénoncer la violence dont nous souffrons en tant que femmes, et les attaques à notre vie et nos territoires qui provoquent des migrations internes et externes forcées ; et à continuer à construire des alternatives à partir de l’économie féministe qui définit nos réseaux de subsistance et de vie. 

En sororité féministe,

Nous résistons pour vivre, nous marchons pour transformer 

Bilbo, Octobre 2018

http://www.pressegauche.org/Marche-Mondiale-des-Femmes-11eme-Rencontre-Internationale-Bilbao-22-28-Octobre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.