Sanofric, danger public, sanitaire et social. Stop à l’impunité des multinationales comme Sanofi !

Pour Sanofi, la santé est vraiment une marchandise, quel qu’en soient les conséquences humaines. Sanofi, la multinationale pharmaceutique française, est accusée de la mort de 65 personnes aux Philippines. Tests de vaccins bâclés, corruption politique dans plusieurs pays, et recherche du profit au détriment de l’humain, Sanofi cumule. En septembre 2008, Sanofi achète 230 millions de dollars la société Acambis, une petite entreprise de bio-technologie anglo-américaine, qui possède un candidat vaccin contre la dengue.

Si ce vaccin devient le premier vaccin contre la dengue mis sur le marché, il peut devenir un produit qui rapporte à Sanofi plus d’1 milliard de dollars chaque année. En septembre 2015, les résultats des trois premières années de tests sont rendus publics. Ils montrent que dans l’essai mené en Asie, les enfants vaccinés de 2 à 5 ans ont un risque d’hospitalisation pour dengue sévère 7,5 fois plus élevé que les enfants non vaccinés.

Malgré ces alertes, Sanofi se voit délivrer par le Mexique une première autorisation de mise sur le marché du Dengvaxia en décembre 2015. Le Mexique est pourtant le pays où, selon une publication de Sanofi, l’efficacité du vaccin est la plus faible, avec seulement 30% de personnes protégées. Mais en fait, c’est dès avril 2014, lors d’un voyage du Président français François Hollande, que la décision du Mexique est prise. Un engagement est signé en juillet 2015 par le vice- ministre mexicain de la santé, un certain Pablo Kuri Morales. Sanofi connaît bien ce vice-ministre. Il était de 2009 à 2011… son directeur scientifique au Mexique. Quelques jours après le Mexique, c’est au tour des Philippines d’autoriser le Dengvaxia, le 22 décembre 2015, alors que l’essai de phase 3 est encore en cours ! Voilà ce qu’écrit le journal Le Monde : « A deux reprises, le 14 mai 2015 et le 2 décembre 2015, la ministre de la santé philippine, Janette Loreto- Garin, rencontre les dirigeants de Sanofi. Avec là aussi, des soupçons de conflit d’intérêts ».

Le 29 novembre 2017, Sanofi doit annoncer, qu’après réexamen des résultats à 5-6 ans de ses essais cliniques, les personnes vaccinées qui n’avaient jamais été en contact avec la dengue souffrent plus que les autres de formes graves de la maladie ! Le Dengvaxia est accusé d’avoir causé la mort de 14 personnes aux Philippines en décembre 2017, et 65 à la date de juillet 2018. Des familles manifestent, accusent Sanofi de traiter les enfants philippins en cobayes et les responsables de santé de corruption.

Le scandale Dengvaxia n’est pas isolé. Sanofi commercialise un médicament utile et efficace contre l’épilepsie, l’acide valproïque, sous le nom de Depakine, Depakote ou Micropakine. Mais depuis au moins les années 1980, l’on sait que ce médicament est dangereux pour les futurs enfants des femmes enceintes. Malgré cela, il a continué à être prescrit en masse aux femmes enceintes. L’Agence nationale de sécurité du médicament française estime que « entre 16 600 et 30 400 enfants seraient atteints de troubles neurodéveloppementaux précoces », notamment d’autisme, parce que leur mère, enceinte, a continué à prendre de la Dépakine. Et l’on a appris au printemps 2018 que l’usine française Sanofi de Mourenx, qui fabrique cet acide valproïque, rejetait dans la nature une substance cancérogène, à des taux 190 000 fois supérieurs au maximum autorisé.

Au niveau social, Sanofi n’est pas en reste Sanofric, des milliards de bénéfices, des milliers de suppression de postes

Derrière une image de marque soignée à grand renfort de communication, se cache un géant de la pharmacie que rien ne distingue des autres grands groupes capitalistes, prédateurs du CAC 40, fossoyeurs d’emplois et voleurs de richesse au profit des parasites actionnaires. Des milliers de postes ont été supprimés ne serait ce qu’en France en 10 ans. Dans le même temps et alors que le groupe engrange des dizaines de milliards (mais touche sans vergogne CICE et Crédit d’Impôt Recherche), la recherche, justement, sur des médicaments vraiment utiles a été laminée …. au seul profit de la recherche pour des taux de marge encore plus insolents. Derrière les suppressions d’emplois, ce sont 75% des bénéfices qui ont été reversés aux actionnaires l’an dernier. L’aventure Dengvaxia risquera au final d’avoir un coût social non négligeable. Pour les salariés du centre de production, pas pour les dirigeants.

Aux Philippines, des associations comme WomanHealth Philippines et Trade Justice continuent à lutter et à dénoncer la responsabilité de Sanofi dans la mort des personnes, y compris des enfants, sur lesquels ont été testés, puis utilisé après son autorisation, le vaccin.

Le Réseau syndical international de solidarité et de luttes s’associe aux organisations qui dénoncent un tel scandale. Nous exigeons des autorités françaises et philippines qu’elles prennent leur responsabilité et sanctionnent lourdement la multinationale criminelle. Des telles pratiques ne doivent plus bénéficier de l’architecture de l’impunité que leur accorde les États et les insuffisances du droit international aujourd’hui.

Stop MultiXploitation ! Multinationales, exploitations multiples !

http://www.laboursolidarity.org/Stop-a-l-impunite-des?lang=es


Corporate greed at Sanofi: a public, health and social danger Stop impunity for multinationals like Sanofi!

For Sanofi, health is really a commodity, whatever could be human consequences. Sanofi, the French multinational pharmaceutical company, is accused of killing 65 people in the Philippines. Botched vaccine tests, political corruption in several countries, and the search for profit at the expense of the human race, Sanofi-Pasteur has accumulated. In September 2008, Sanofi spent $230 million to purchase Acambis, a small Anglo-American biotechnology company, which claim to be candidate for a dengue vaccine.

If this vaccine becomes the first dengue fever vaccine on the market, it can bring in more than $1 billion to Sanofi-Pasteur each year. In September 2015, the results of the first three years of testing are made public. They show that in the Asian trial, vaccinated children aged 2 to 5 years have a 7.5 times higher risk of hospitalization for severe dengue fever than unvaccinated children.

Despite these alerts, Sanofi-Pasteur was granted a first marketing authorization for Dengvaxia by Mexico in December 2015. However, Mexico is the country where, according to the Sanofi publication, the effectiveness of the vaccine is the lowest, with only 30% of people protected. But in fact, it was in April 2014, during a trip by the French President François Hollande, that Mexico’s decision was taken. A commitment was signed in July 2015 by the Mexican Deputy Minister of Health, a certain Pablo Kuri Morales. Sanofi knows the minister well. He was from 2009 to 2011… his Scientific Director in Mexico A few days after Mexico, it is the Philippines’ turn to authorize Dengvaxia on December 22, 2015, while the phase 3 trial is still in progress! This is what the newspaper « Le Monde » writes: « On two occasions, on May 14, 2015 and December 2, 2015, the Philippine Minister of Health, Janette Loreto-Garin, meets with Sanofi’s management. There are also suspicions of a conflict of interests ».

On November 29, 2017, Sanofi must announce that, after reviewing the 5-6 year results of its clinical trials, vaccinated people who had never been in contact with dengue fever suffer more than others from serious forms of the disease! Dengvaxia is accused of causing the deaths of 14 people in the Philippines in December 2017, and 65 as of July 2018. Families demonstrate and accuse Sanofi-Pasteur of treating Filipino children as guinea pigs and health officials as corrupt.

The Dengvaxia scandal is not isolated. Sanofi markets a useful and effective drug against epilepsy, valproic acid, under the name Depakine, Depakote or Micropakine. But since at least the 1980s, it has been known that this drug is dangerous for pregnant women’s future children. Despite this, it continued to be prescribed en masse to pregnant women. The French National Drug Safety Agency estimates that « between 16,600 and 30,400 children are estimated to have early neurodevelopmental disorders, including autism, because their pregnant mother continued to take Depakine. And it was reported in spring 2018 that Sanofi-Mourenx French plant, which produces this valproic acid, was releasing a carcinogenic substance into the environment at rates 190,000 times higher than the maximum allowed.

At the social level, Sanofi is not to be outdone Sanofi, billions of profits, thousands of job cuts

Behind a neat brand image marketed by subsantials efforts of communication, hides a pharmacy giant that nothing distinguishes compared to other major capitalist groups, predators of the CAC 40, job gravediggers and wealth thieves for the benefit of shareholders parasites. Thousands of jobs have been cut, even in France, in 10 years. At the same time and while the group made benefits of tens of billions (but shamelessly touches CICE (French taxes credit law) and Tax Credit Research), the research, precisely on really useful drugs has been rolled …. for the only benefit of research for margin rates even more insolent. Behind job cuts, 75% of profits were paid back to shareholders last year.

The Dengvaxia adventure will eventually have a significant social cost. For the employees of the production center, not for the managers

The International Labor Network of Solidarity and Struggles supports and joins forces with associations that denounce such a scandal. We demand that the French and Philippine authorities take responsibility and punish the criminal multinational heavily. Such practices should no longer benefit from the architecture of impunity granted to them by the inadequacies of international law today.

Stop mutliXploitation! Multinationals, multiple exploitations!


En complément possible :

Danielle Montel, Daniel Vergnaud, Danielle Sanchez, Thierry Bodin : SANOFI Big Pharma – L’urgence de la maîtrise sociale

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2014/01/07/se-reapproprier-et-rendre-solidaire-la-chaine-de-sante/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.