La dépénalisation de la prostitution était censée protéger les travailleuses du sexe – au contraire, elle les met en plus grand danger

Je fais campagne contre l’industrie mondiale du sexe depuis plus de 20 ans. J’ai passé de longues journées dans des bordels légaux ou semi-légaux en Australie, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Nouvelle-Zélande et au Nevada.

J’ai également visité des « quartiers chauds » dans de nombreux pays en développement, notamment en Afrique du Sud et en Asie, où le même libéralisme bien intentionné mais erroné a conduit les autorités locales à décriminaliser l’exploitation de la prostitution.

Dans tous ces endroits, tout comme dans le quartier de Holbeck à Leeds, au Royaume-Uni, la déréglementation a non seulement échoué à actualiser ses promesses, condamnant la majorité des femmes impliquées à une vie de dégradation physique et mentale épouvantable, mais elle a également provoqué une augmentation de la demande masculine et considérablement aggravé le problème.

Dans les pires cas, maintenant évidents en Europe et dans une grande partie du monde en développement, cela a entraîné une explosion de la traite de jeunes femmes et de jeunes filles.

Pour chaque prostituée heureuse  (s’il en existe vraiment), il y en a des milliers pour qui la vie est sordide et dangereuse. 

Une foule de mythes sont diffusés au sujet de l’industrie du sexe. Il y a beaucoup de gens bien intentionnés qui croient sincèrement que la décriminalisation va débarrasser ce commerce de la violence, de la maladie et de la coercition qui l’ont toujours caractérisé.

Le mythe de la happy hooker

Lors de la conférence internationale sur le sida tenue à Amsterdam cette semaine, on ressort une fois de plus le mythe de la happy hooker, avec, en complément, rien de moins qu’un « opéra des travailleuses du sexe ».

En légalisant et en célébrant la prostitution, nous dit-on, la société donne aux prostituées l’« agentivité » ou capacité d’agir dont elles ont besoin pour mener une vie saine. La prostitution, ou « travail du sexe » comme on l’appelle maintenant de façon flatteuse, devient un travail « comme n’importe quel autre ».

Mais comme nous le rappelle The Telegraph aujourd’hui, la prostitution n’est pas un simple boulot. Pour une prostituée heureuse (s’il en existe vraiment une), il y a des milliers pour qui la vie est sordide et dangereuse.

Des dizaines de liaisons par jour avec des inconnus minables dans des ruelles, des parcs ou des taudis. Un quotidien de raclées, de viols et d’extorsion. Le VIH et la syphilis. De l’alcool bon marché et des drogues ruineuses. Voilà les sombres réalités de la prostitution, légale ou autre, dans le monde entier.

Ce que l’analyse libérale ignore, c’est la face cachée de ce marché. La prostitution est rarement une simple transaction entre deux adultes consentants. C’est une arnaque à but lucratif. Des proxénètes, des tenanciers de bordels, des gangs et des syndicats du crime organisé règnent sur chaque quartier chaud, de Holbeck à Harare.

Leur visage public est un lobby légèrement plus respectable, celui des profiteurs sexuels, comme les propriétaires d’agences d’escorte et des clubs de strip-tease. Ils vendent leur salade dans les médias en prétendant que le moyen le plus sûr de pratiquer la prostitution est de la légitimer. Beaucoup des soi-disant « collectifs de travailleuses du sexe » que vous pouvez voir cités de temps à autre sont subventionnés par cette branche du commerce.

Heureusement, le vent est en train de tourner. Une forte augmentation de la traite des personnes et une série de scandales en protection de l’enfance ici et à l’étranger poussent les décideurs à revoir leurs politiques. Dans l’ensemble du spectre politique, des politiciens commencent enfin à voir que la décriminalisation, loin de prévenir les torts, les aggrave.

Même dans le célèbre quartier rouge d’Amsterdam, la « zone de tolérance » originale sur laquelle tant d’autres ont été modelées, l’on se rend à l’évidence. Un tiers de ses bordels à vitrines, dans lesquelles les femmes sont exposées comme autant de pièces de viande, sont en train de fermer, après que le maire de la ville ait admis que leur présence attirait le trafic de drogue, le proxénétisme, la traite et la violence.

Le modèle nordique

En Grande-Bretagne, c’est une nouvelle approche connue sous le nom de modèle nordique qui intéresse des politiciens. En effet, des données solides en provenance de Suède, où ce modèle a d’abord été introduit en 1999, suggèrent qu’il offre aux femmes prostituées l’autonomie dont elles ont besoin pour obtenir de l’aide, tout en limitant la demande de prostitution en général et la traite en particulier.

Dans le modèle nordique, les prostituées sont dépénalisées et on leur offre de l’aide. En outre, il devient une infraction criminelle d’acheter du sexe. Cela fait basculer le rapport de forces entre les femmes prostituées et ceux qui les exploitent. Cela contrecarre également le marché au sens large, en limitant effectivement la vente de services sexuels aux rares cas où il s’agit réellement d’une transaction entre deux adultes consentants.

Le modèle nordique se répand rapidement et a été introduit en France, en Irlande, en Irlande du Nord, en Norvège et en Islande. Même le Nevada, le seul état américain où la prostitution est légale, envisage actuellement de fermer ses bordels. En Allemagne aussi, où des maisons closes offrent « une bière, un burger et la baise à volonté », les décideurs s’interrogent sur la logique de la légalisation.

Mais il y a un autre facteur qui s’avère source d’espoir dans le modèle nordique tel qu’il est appliqué en Suède. Les adeptes de cette formule ne voient pas leur rôle comme simplement limité à la réduction des risques, en se contentant de distribuer des préservatifs et des tests de dépistage du VIH.

Contrairement à beaucoup de voix dans la gauche libérale, elles n’acceptent pas que la prostitution soit inévitable en prétendant que ce n’est « qu’un simple travail ». Au lieu de cela, elles ont institué des programmes complets de sortie pour aider les femmes qui le souhaitent à quitter la prostitution pour de bon.

Les gens me disent que cela peut paraître « moralisateur » de demander à quelqu’un si elle souhaite sortir de la prostitution. Pourtant, chacune des nombreuses femmes prostituées que j’ai interviewées au cours des années m’a dit vouloir désespérément échapper à cette situation.

Julie Bindel

Julie Bindel est une auteure et commentatrice féministe de premier plan et elle est l’auteure de The Pimping of ProstitutionAbolishing the Sex Work Myth (Palgrave Macmillan, 2017).

Traduction: TRADFEM

https://tradfem.wordpress.com/2018/07/30/la-depenalisation-de-la-prostitution-etait-censee-proteger-les-travailleuses-du-sexe-au-contraire-elle-les-met-en-plus-grand-danger/


De l’autrice :

Ce pour quoi la prostitution ne doit jamais être légaliséece-pour-quoi-la-prostitution-ne-doit-jamais-etre-legalisee/

À propos du pacte unissant les trans-activistes et le lobby de l’industrie du sexe, a-propos-du-pacte-unissant-les-trans-activistes-et-le-lobby-de-lindustrie-du-sexe/

La grande arnaque du « travail du sexe » : comment des lobbyistes du sida se sont joints au combat en tant que proxénètes de la prostitutionla-grande-arnaque-du-travail-du-sexe-comment-des-lobbyistes-du-sida-se-sont-joints-au-combat-en-tant-que-proxenetes-de-la-prostitution/

Pourquoi la gauche refuse-t-elle de reconnaître que la prostitution repose sur un racisme brutal ?pourquoi-la-gauche-refuse-t-elle-de-reconnaitre-que-la-prostitution-repose-sur-un-racisme-brutal/

L’argumentation queer en faveur d’une décriminalisation de la prostitution et du proxénétisme ne résiste pas à un examen minutieuxlargumentation-queer-en-faveur-dune-decriminalisation-de-la-prostitution-et-du-proxenetisme-ne-resiste-pas-a-un-examen-minutieux/

Au sein du féminisme, la « putophobie » n’est pas un problème, contrairement au déni de la violence faite aux femmesau-sein-du-feminisme-la-%E2%80%89putophobie%E2%80%89-nest-pas-un-probleme-contrairement-au-deni-de-la-violence-faite-aux-femmes/

Les hommes doivent être exclus du féminisme pour empêcher celui-ci de ne plus être qu’à propos d’euxles-hommes-doivent-etre-exclus-du-feminisme-pour-empecher-celui-ci-de-ne-plus-etre-qua-propos-deux/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.