Même les murs pleurent déjà

Deux conseils très subjectifs avant de plonger dans ce(s) monologue(s) intitulé(s) « Une pièce de théâtre ».

Ecouter et « oublier » une des interprétations du Winterreise de Franz Schubert. Ne pas lire la quatrième de couverture. Ne pas se laisser enfermer dans les commentaires des autres sur cet ouvrage.

Prenez le texte avec votre propre (in)compréhension et/ou sensibilité. Laissez-vous guider par les sensations sonores, ce que vous connaissez éventuellement de l’oeuvre de cette immense écrivaine, de vos perceptions d’un pays nommé Autriche, « nous étions le premier pays d’Europe à avoir porté l’extrême droite au pouvoir » écrivait l’autrice dans Elfriede Jelinek : l’entretien Christine Lecerf, jecris-sur-ce-qui-detruit/

Donc quelques sensations. Notre monde contemporain sous les mots virulents de la poésie sonore. La force d’une littérature à l’estomac. Les mots et la langue retournée contre ses usages ajustés à l’individualisme marchandisé. « Qu’est ce qui se met en chemin, qui prend aussi mon chemin, qui me prend en chemin ? »

Les liens mortifères entre passé/présent/futur, « Il y a toujours un MAINTENANT quand il est trop tard pour quelque chose », les scandales financiers sous la robe de la mariée, la question de l’illusion, les égarement et les excuses, l’opinion publique magnifiée, la surface des possibles, la famille et la ruine de l’enfance, « le cri s’en va de nouveau muet, il n’a pas réussi à sortir », les avatars sexuels sur internet, la fatigue et le terminus, les haines…

Au temps des vieilles rengaines, des ritournelles, des masques souriants, des assiettes soit-disant pleines, les « je » éclatant d’une écrivaine, les mots comme acide, les mises en abime de ce qui nous ruine si « plaisamment »…

Elfriede Jelinek : Winterreise

Traduit de l’allemand (Autriche) par Sophie Andrée Herr

Seuil, Paris 2012, 158 pages, 17,50 euros

Didier Epsztajn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.