Uritrottoirs pour hommes, quid des femmes ?

Communiqué de presse des effronté-es

Récemment, des « urinoirs écolo » ont été mis en place dans les rues de Paris, permettant aux hommes d’uriner dans l’espace public en toute légalité. Ils visent notamment à limiter les comportement inciviques consistant à uriner contre les murs ou les mobiliers urbains.

Les effronté-es notent d’abord un regrettable deux poids de mesure selon le sexe des citoyennes et citoyens, pour ce qui est de ce qu’on peut montrer de nos corps dans l’espace public. Exemple récent, nous sommes dans une société où les femmes sont discriminées lorsqu’elles décident d’allaiter un enfant dehors par des remarques ou des exclusions d’établissements, pendant que les hommes ont, eux, la possibilité de sortir leur sexe dans la rue.

Cette inégalité se manifeste aussi dans la manière dont sont perçus les torses masculins et féminins dénudés dans l’espace public. Les premiers sont considérés comme naturels et ne se privent pas de se dévêtir par forte chaleur. Les seconds sont qualifiés d’indécents, et les femmes torses nus se font la plupart du temps verbaliser ou rappeler à l’ordre. Pour ce qui est de la sphère militante, si les Homens (activistes misogynes) ne sont en général jamais sanctionnés pour leurs actions torses nus, les Femen encourent au contraire des poursuites pour exhibition sexuelle.

Plus globalement, nous savons à quel point l’espace public est un espace inégalitaire, où les femmes ne sont pas protégées contre les risques de harcèlement et d’agressions, ce qui entrave leur présence dans la rue. Ces uritrottoirs sont une illustration supplémentaire de la place privilégiée des hommes dans l’espace public, puisqu’aucun dispositif adapté aux femmes n’a été prévu. Une minorité d’entre elles seulement sont capables d’uriner debout, du fait d’une société qui sanctionne les filles et femmes qui le souhaitent, sans parler des intimidations qu’elles peuvent subir de la part d’hommes si elles le tentent.

Ces uritrottoirs s’ajoutent aux pratiques de manspreading, de sport dans la rue (jeux de ballons / skate / acrobaties dont les hommes représentent une large majorité des protagonistes, forçant souvent les femmes à s’arrêter ou à contourner), à la prise d’espace dans la rue ou sur les bancs, etc. Les travaux ne manquent pas pour confirmer ce constat, notamment ceux de l’association « genre et ville », selon lesquels la rue reste un univers d’homme, pensé pour les hommes. Les femmes doivent prévoir, se débrouiller pour ce qui est de leurs besoins naturels, payer en général un café pour disposer des toilettes d’un établissement, tandis que les besoins des hommes sont anticipés afin d’éviter les incivilités.

Pour toutes ces raisons, les effronté-es encouragent les pouvoirs publics à toujours chausser les lunettes du genre avant de prendre des décisions liées à l’urbanisme.

Https://effrontees.wordpress.com/2018/08/30/cp-uritrottoirs-pour-hommes-quid-des-femmes/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.