Transition écologique et alimentaire ou poursuite des émissions impossibles…

« Dans les prochaines décennies, les plus grandes entreprises mondiales de viande et de produits laitiers du monde pourraient supplanter ExxonMobil, Shell ou BP et devenir les plus grands pollueurs climatiques du monde. À l’heure où la planète doit réduire considérablement ses émissions de gaz à effet de serre (GES), ces géants mondiaux des protéines animales tirent la consommation vers le haut en augmentant la production et les exportations. Parmi les 35 plus grandes entreprises du monde que GRAIN et IATP ont étudiées, nous avons constaté que la plupart ne déclarent pas leurs données sur les émissions de GES et peu ont fixé des objectifs qui pourraient réduire leurs émissions globales. Nous devons de toute urgence construire des systèmes alimentaires qui répondent aux besoins des agriculteurs, des consommateurs et de la planète. Mais pour cela, nous devons briser le pouvoir des grands conglomérats de la viande et des produits laitiers et les obliger à rendre des comptes sur leur empreinte climatique surdimensionnée. »

Les causes du réchauffement climatique sont intrinsèquement liées au fonctionnement du mode de production capitaliste. Si les sociétés pétrolières et énergétiques sont régulièrement mises en cause, il ne faudrait pas oublier les autres secteurs économiques, et en particulier, les industries agro-alimentaires du secteur de la viande et des produits laitiers.

Des industries en forte croissance (et prévoyant de fortes augmentations) alors que « les impératifs du changement climatique nécessitent une réduction significative et sans délai de la production des plus grandes entreprises de viande et de produits laitiers. »

Au nom d’un modèle qui a plus à voir avec les bénéfices des actionnaires (et une irresponsabilité construite institutionnellement) qu’avec les nécessités de nourrir les populations, qui ne répond ni aux besoins alimentaires (et aux conditions de santé publique) ni à la transition vers une agro-écologie paysanne, ces secteurs industriels poussent à la fois à la surconsommation et à la malbouffe, à l’expropriation des paysan·nes et la concentration des terres, au refus de la souveraineté alimentaire… sans oublier les conséquences sur le bien être des animaux.

Il faut donc analyser les réelles émissions de gaz à effet de serre de ces secteurs, « Non seulement ces entreprises ont une empreinte climatique énorme – comparable aux grandes entreprises de combustibles fossiles – mais elles dominent la production de viande et de produits laitiers dans les parties du monde où l’on trouve à la fois une production excédentaire et des niveaux élevés de surconsommation de viande et de produits laitiers », leur empreinte climatique, les non déclarations ou les sous-estimations des émissions à partir de la prise en compte de l’ensemble de la chaine d’approvisionnement, le rôle des grandes régions exportatrices, la puissance des sociétés transnationales et l’ampleur de leur contrôle sur la production… alors que les gouvernements tendent à « abattre tout ce qui est perçu comme un obstacle au commerce ».

Les auteurs et autrices analysent, entre autres, les différents secteurs, les grands pays exportateurs, les concentrations, industrielles, les subventions reçues, la mondialisation et les transports, les conditions de travail dans les usines agro-alimentaires, les flux internationaux de marchandises, alors que « Les agriculteurs pourraient et devraient fournir des quantités modérées de viande et de lait à des systèmes alimentaires locaux, sous réserve qu’ils aient la garantie de marchés stables et de prix décents »…

Une brochure pour débattre des conditions de production d’une partie de ce qu’il y a dans nos assiettes…

GRAIN et Institute for Agriculture and Trade Policy (IATP) : Emissions impossibles

Comment les grandes entreprises du secteur de la viande et des produits laitiers réchauffent la planète

A télécharger sur : https://www.grain.org/fr/article/entries/5997-emissions-impossibles-comment-les-grandes-entreprises-du-secteur-de-la-viande-et-des-produits-laitiers-rechauffent-la-planete

Juillet 2018, 28 pages

Didier Epsztajn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.