#Notallporn : pourquoi les « bons côtés » ne comptent pas

Illustration : Ma.

Sur la page d’accueil du site pornographique le plus connu au monde, on trouve des vidéos dont les titres me donnent la nausée. Des titres comme « Une salope bien conne adore baiser devant la caméra » ; « Trou du cul des quartiers pilonné par une bite blanche » ; « Elle a besoin de thune, et lui d’une chatte ». Il suffit de quelques mots-clés et d’un clic pour y accéder. Quelques clics de plus suffisent pour en voir 100 000 autres. C’est le porno tel qu’il existe aujourd’hui – et c’est, statistiquement, ce que la plupart des hommes regardent. Il n’est pas exagéré de dire que la majorité des hommes en Amérique, et probablement dans le reste du monde, tirent une satisfaction physique et émotionnelle de matériaux qui seraient considérés comme des propos haineux s’ils étaient destinés à n’importe qui d’autre que des femmes.

En tant qu’hommes, nous savons tous à quel point l’industrie pornographique est violente. Si vous le niez, rendez-moi ce service : allez sur la page d’accueil d’un site porno et lisez juste les titres. Bloquez toutes les images si vous le pouvez. Et posez-vous la question : est-ce ainsi que nous traitons des êtres humains ? Est-ce ainsi que les humains s’adressent les uns aux autres ? Ensuite, rappelez-vous que ce ne sont pas que des mots. Ce sont des actes. Ce sont des choses que des hommes font à des femmes – de vrais hommes blessant de vraies femmes dans le monde réel. Je demande très souvent à des hommes de le faire, d’aller voir ces titres, et ça en a fait pleurer plus d’un. Ça ne devrait pas être surprenant : sans le filtre de l’excitation brouillant la vue, il est difficile de réaliser la façon dont nous, les hommes, traitons les femmes et ne rien faire d’autre que de pleurer.

Malheureusement, tous les hommes ne se prêtent pas au jeu. Quelques-uns sont assez honnêtes pour reconnaître qu’ils s’en moquent, tout simplement. Quelques autres argumenteront contre toute attente sur le fait que « Punition d’une black ado » ne relève pas, en vérité, de propos haineux racistes et misogynes. Mais la majorité diront autre chose. Ils tomberont dans la défense classique : « oui, absolument, ces vidéos sont horribles. Je ne défendrai jamais cela. Mais, tu sais, il n’y a pas que ça dans le porno. Tu ne vois que les mauvais côtés ». Et, bien sûr, techniquement, c’est vrai. On peut trouver de la pornographie qui ne tombe pas dans les tréfonds de brutalité que sont les standards de l’industrie. Il pourrait même bien se trouver des vidéos qui s’affichent respectueuses des femmes, ou même féministes. Mais pour comprendre à quel point cette argumentation est incroyablement faible et a des conséquences terrifiantes, il faut en passer par un petit intermède philosophique.

Contraintes morales et calcul utilitariste

Connaissez-vous le fameux « Dilemme du tramway » ? Le voici : Un train fonce vers une voiture bloquée sur les rails. Cinq personnes sont dans la voiture et vont probablement mourir si vous ne tirez pas sur un levier pour que le train change de voie. Le problème est qu’un travailleur se trouve immobilisé sur cette seconde voie. Allez-vous tirer sur le levier et causer la mort d’un seul homme ou vous abstenir et entraîner celle d’une famille entière de cinq personnes ?

Les philosophes ont débattu pendant des décennies de la bonne réponse à donner à ce scénario. Et quelle que soit votre position dans ce débat, ce qui compte c’est que votre décision, comme l’immense majorité des décisions que nous prenons, implique d’en passer par ce que l’on appelle un calcul utilitariste. Le terme est sophistiqué mais il décrit un concept simple employé depuis la nuit des temps : avant de faire un choix, vous devriez en général évaluer toutes les conséquences possibles et suivre l’option qui donnera le meilleur résultat. Un raisonnement purement utilitariste appliqué au Dilemme du tramway consisterait à provoquer le changement de voie du train, car la situation alternative – ne pas le faire et voir périr les 5 personnes dans l’accident – entraînerait une plus grande perte nette.

Même si l’utilitarisme s’accorde généralement bien avec le cadre éthique du sens commun dans lequel s’inscrivent la plupart des individus, très peu de gens peuvent être décrits comme de purs utilitaristes. La plupart d’entre-nous, par exemple, n’infligerions pas un mal à un seul homme innocent même si en le faisant il en résulterait un bien sensiblement plus agréable pour les autres. Nous possédons tous ce que Robert Nozick appelle des contraintes morales – des règles que nous prenons en compte dans nos calculs. Ces contraintes peuvent être des principes généraux comme « Ne pas blesser une personne innocente » et « S’occuper des plus faibles prioritairement », ou des restrictions plus spécifiques comme « Ne pas torturer » ou « Tenir une promesse ». Quand nous évaluons les conséquences possibles d’une décision (ou de celles d’autres personnes), nous cherchons le meilleur moyen d’obtenir un résultat positif pour tout le monde, à l’intérieur de limites que nous nous sommes fixées pour nous-mêmes. C’est un truc plutôt basique.

Donc quand des personnes se plaignent que les militant·e·s anti-porno ne voient que « les mauvais côtés », elles sous-entendent en fait que, quelque part, il existe de « bons côtés », et qu’un jugement éthique sur ce que vaut l’industrie de la pornographie ne peut être porté sans prendre en compte ces « bons côtés » et en faire la mesure. En d’autres termes, ces personnes mettent en place un calcul utilitariste basique – on prend le mauvais, on prend le bon, on y ajoute quelques contraintes morales personnelles, on mélange le tout et on observe si le résultat est positif ou négatif.

On considère en général que le viol, les abus, l’humiliation, le racisme, la misogynie et la dégradation sont les pires choses qui puissent arriver ; et l’industrie de la pornographie regorge de toutes ces choses. On pourrait penser que si nous avions des contraintes morales a minima, celles-ci jugeraient inacceptables des choses comme la cruauté et la violence sexualisées. La plupart des humains, si on leur demandait, diraient qu’en aucun cas on ne peut considérer que le dommage d’un viol est un coût envisageable dans certaines conditions, en supposant qu’on puisse imaginer un scénario alambiqué dans lequel un viol entraînerait un grand bien. Mais même en écartant les contraintes morales pour réduire le raisonnement à un calcul pragmatique brut, tout simple, entre plaisir et douleur, il vous faudrait quelque chose de sacrément important à faire valoir pour justifier le recours à ce que la plupart des humains normaux considèrent comme universellement inacceptable.

Quand on met tout dans la balance… de quel côté est-ce qu’elle penche ?

En gardant ceci à l’esprit, demandons-nous : pour rééquilibrer le flot incessant de brutalité, de harcèlement, d’humiliation et de souffrance, que peuvent bien faire valoir dans la balance les défenseurs de la porno ? La réponse ? Les orgasmes !

Les orgasmes, c’est génial !

Parmi toutes les âneries que débitent les pro-porno sur l’exploration sexuelle, l’agentivité et tous ces mots très tendance qui donnent l’impression qu’on parle d’autre chose que de personnes filmées en train de baiser, reconnaissons que la pornographie est avant tout une machine à déclencher des orgasmes. C’est sa fonction, du début à la fin. Et d’ailleurs ça ne veut pas dire qu’il est inconcevable d’y adjoindre quelque démarche artistique ou touche personnelle – mais posez-vous la question : que resterait-il de l’industrie pornographique si tous les hommes, sous l’effet d’une conjoncture cosmique, étaient interdits de masturbation en regardant ses productions ? Aussi raffinée que puisse être la mise en scène d’un « bon porno », elle serait bien chanceuse d’engranger six vues en ligne si les hommes savaient ne pas pouvoir éjaculer à la fin.

Mais, hé, ne vous méprenez pas sur moi : les orgasmes, c’est génial ! Il n’est pas tellement courageux de se revendiquer pro-orgasme ; en revanche il est plutôt mal vu de dire que tout orgasme justifie la violence sexuelle à grande échelle et la haine des femmes. Et pourtant, c’est ce que ces personnes doivent argumenter pour sauver leur attachement à la porno. Quand vous leur montrez le cortège sans fin des cruautés sordides inhérentes à l’industrie pornographique aujourd’hui et que leur première réponse est de vous reprocher de ne voir que les mauvais côtés et d’ignorer les bons côtés, ce qu’ils disent en vérité est très simple : ouais, c’est vrai, mais peut-être que son viol en vaut la peine.

Donc j’adresse aux hommes pro-porno une question simple : dans votre calcul, combien d’orgasmes par viol ? Combien d’éjaculations par corps détruit ? Si l’humiliation d’une seule femme peut faire jouir dix hommes, est-elle justifiée ? Et pour une centaine ? Un millier ? Et si l’industrie ne peut exister sans impliquer un certain pourcentage de ces femmes subissant de graves violences sexuelles, des blessures corporelles et du harcèlement émotionnel – même un petit pourcentage, disons une sur cinquante –, à combien êtes-vous prêt à évaluer votre jouissance pour justifier sa perpétuation ?

Et si vous ne pouvez pas estimer cette valeur, alors que vous reste-t-il comme défense ? Je sais que vous devez être en train de vous dire : « Eh bien, on n’a qu’à pas garder le mauvais au côté du bon. On peut se débarrasser de tous les mauvais côtés jusqu’à ce qu’il ne reste que les bons ». Mais la vraie question est : êtes-vous prêt à stopper momentanément votre consommation jusqu’à ce que ce jour hypothétique arrive ; celui où l’industrie de la pornographie sera exempte de tout viol, harcèlement et haine des femmes – quand il n’y aura plus que de la « bonne porno » à perte de vue ? Je ne crois pas que vous l’êtes, car je crois qu’aucun de nous ne pense vraiment que ce jour va arriver.

La violence est-elle jamais neutralisée ?

Pour être honnête : je ne pense pas qu’il existe de « bon porno ». En tout cas je n’en ai jamais vu. Franchement, je ne suis même pas sûr de savoir à quoi ça ressemblerait si j’en croisais. Ça n’apparaît pas dans la liste des meilleures ventes du site Adult Video Network, on n’en trouve pas dans les rayons des sex-shops. Il n’y en a pas sur la page d’accueil d’aucun site porno populaire, et certainement pas dans nos historiques de navigation Internet. Bizarrement, une chose encore plus dure à trouver que ce mythique « bon porno », ce sont les hommes qui en cherchent vraiment. Quelque chose me dit que les hommes qui téléchargent frénétiquement « Gang-bang violent » ne déplorent pas le manque d’alternative féministe.

Il n’a jamais existé d’industrie du sexe qui ne glorifiait pas le viol. Des thermes de la Grèce antique au magazine Hustler, l’histoire de la marchandisation du sexe n’est que la chronique ininterrompue de la domination masculine. Je suis profondément sceptique à l’idée que de la pornographie puisse soudainement peser contre dix-mille ans de cruauté. Mais j’ajouterais que si je suis sûr à 99% que le bon porno n’existe pas, je suis sûr à 100% qu’aucun porno ne pourra éradiquer la faim dans le monde, faire advenir la paix entre les nations et résoudre la crise écologique grandissante – et pourtant, si je dois imaginer une seule raison qui pourrait justifier la violence sexuelle, ce serait seulement celle-là. Et vous savez quoi ? Même dans ce cas ce serait injustifiable.

Donc la prochaine fois qu’on vous dit que vous vous concentrez sur les « mauvais côtés », demandez à voir les bons côtés. Ils ont intérêt à être sacrément époustouflants, non ? Demandez-leur de vous montrer la vidéo magique qui rééquilibre la balance, le fichier .mp4 légendaire qui pondère un « Trou du cul des quartiers pilonné par une bite blanche ». Ces gens y arriveront-ils ? Peuvent-ils regarder des viols, des traumatismes, la fière et impénitente célébration de la haine des femmes, et y opposer autre chose qu’un orgasme particulièrement bon ? Et s’ils ne peuvent pas, et bien je crois qu’en tant qu’hommes il est temps que nous fassions notre propre petit calcul utilitariste – celui avec d’un côté quelques secondes de plaisir et, de l’autre, notre humanité. Je crois que le côté vers lequel penchera la balance est évident.

Jonah Mix

Version originale :

http://stop-ferfieroszak.hu/Notallporn_Why_the_Good_Parts_Dont_Matter.pdf

Traduction : Benjamin Calle & Yeun Lagadeuc-Ygouf

Illustration : Ma.

#Notallporn : Hashtag dont l’équivalent français serait : Pastoutelaporno

https://scenesdelavisquotidien.com/2018/07/15/notallporn-pourquoi-les-bons-cotes-ne-comptent-pas/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.