Jurassic Park. Le Forum de São Paulo et le Nicaragua

La défense de la répression au Nicaragua faite par le Forum de São Paulo est une rhétorique vide et contraire à l’esprit humaniste de la gauche.

Le Sénat uruguayen a récemment adopté à l’unanimité une résolution condamnant la répression sanglante au Nicaragua. Le Frente Amplio (Front large), qui regroupe la gauche de diverses nuances, le Parti national et le Parti Colorado, de droite et de centre-droite, et les sociaux-démocrates, libéraux et chrétiens sociaux, ont tous convenu d’exiger que Ortega « mette immédiatement fin à la violence contre le peuple nicaraguayen ». Au cours du débat, l’ancien président José Mujica, se référant aux quelque 350 morts du massacre continu, a dit des mots qui semblent exemplaires : « Je me sens mal, parce que je connais des gens aussi vieux que moi, parce que je me souviens de noms et de camarades qui ont perdu la vie au Nicaragua, en se battant pour un rêve… et je sens que quelque chose qui était un rêve tombe dans l’autocratie… ceux  qui hier étaient des révolutionnaires, ont perdu le Nord dans leur vie ». Il y a des moments où vous devez dire « je m’en vais ».

Ce sont des paroles exemplaires parce qu’elles représentent ce que j’ai toujours cru être les fondements éthiques de la gauche, basés sur des idéaux permanents plutôt que sur des idéologies qui regardent vers le passé. Une position similaire a été adoptée par des partis et des personnalités de gauche en Espagne, au Chili, en Argentine, au Mexique, qui rejettent la ficelle grosse et éculée de la justification de la violence du régime Ortega contre son propre peuple, blâmant l’impérialisme yankee, selon la vulgate.

C’est ce que le Forum de São Paulo, réuni à La Havane, a fait en publiant une déclaration dans laquelle, avec un cynisme étonnant, il rejette « l’ingérence et l’interventionnisme étrangers du gouvernement des États-Unis par l’intermédiaire de ses agences au Nicaragua, organisant et dirigeant l’ultra-droite locale pour appliquer une fois de plus sa formule bien connue du soi-disant « coup d’État soft » pour le renversement de gouvernements qui ne répondent pas à ses intérêts, ainsi que l’action biaisée d’organisations internationales subordonnées aux desseins de l’impérialisme, comme c’est le cas de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH). »

Il faudrait lire à haute voix à ces messieurs-dames réunis à La Havane la déclaration de Podemos publiée à Madrid : « Nous exigeons une enquête pour faire la lumière sur tous les événements qui ont eu lieu pendant les mobilisations, et que les autorités de police et politiques responsables des violations des droits de l’homme commises rendent des comptes à la justice ».

Les discours désuets utilisent toujours un langage obsolète. Où est la gauche ? Au Forum de São Paulo, ou du côté de la pensée humaniste de José Mujica ? Cette lourde diatribe n’a rien à voir avec la réalité du Nicaragua. C’est la rhétorique creuse, loin de tout contact avec la vérité, qui s’est perdue dans les élucubrations d’une idéologie fossilisée. Au Jurassic Park, il n’y a pas de pensée critique.

La fonction éthique de la gauche a toujours été d’être du côté des plus pauvres et des plus humbles, avec sentiment et sensibilité, comme le fait Mujica. En revanche, le chœur bureaucratique finit par justifier les crimes au nom d’une idéologie de fer qui n’accepte pas les changements de l’histoire. Défendre le régime d’Ortega comme étant de gauche, c’est seulement défendre son alignement au sein de ce qui reste de l’ALBA, ce qui n’est plus grand-chose, après la fin de l’âge d’or du pétrole vénézuélien gratuit, et le coup mortel qui lui a été porté, aussi d’un point de vue éthique (sic), par le Président Moreno de l’Équateur.

Pour comprendre le langage pervers de ceux qui ont rédigé la résolution du Forum de São Paulo et les sentiments de ceux qui l’ont approuvée, il faut enfiler la cagoule des paramilitaires qui soutiennent le régime au Nicaragua à feu et à sang, et oublier les centaines de victimes, y compris les enfants et les adolescents.

Je ne peux pas imaginer un allié d’extrême-droite de l’impérialisme yankee plus atypique qu’Alvarito Conrado, un lycéen de 15 ans qui, par sens naturel d’humanité, a couru apporter de l’eau à de garçons désarmés défendant une barricade près de l’Université nationale d’ingénierie et s’est fait tirer dans le cou avec une arme de guerre. C’était à midi le 20 avril, au tout début des protestations qui durent depuis trois mois. Ils l’ont emmené, blessé à mort, à l’hôpital Croix-Bleue de la Sécurité Sociale, et ont refusé de le soigner. Il est mort en se vidant de son sang. Alvarito est une icône aujourd’hui, avec son sourire innocent et ses grandes lunettes. Un agent de l’impérialisme, un conspirateur d’extrême-droite déterminé à renverser un gouvernement démocratique de gauche. La gauche jurassique.

« Notre drapeau bleu et blanc taché du sang de frères. Où est le respect pour notre patrie. C’est le Nicaragua, pas une poubelle quelconque. Nous sommes Nicaraguayens. Nous sommes un seul. Contre ça, ils ne pourront jamais rien »

Sergio Ramírez 

Traduit par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source :

https://elpais.com/elpais/2018/07/25/opinion/1532517097_440526.html

http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=23883


En complément possible :

Solidarité avec le mouvement populaire du Nicaragua. Pour la levée immédiate du mandat d’arrêt visant Oscar René Vargassolidarite-avec-le-mouvement-populaire-du-nicaragua-pour-la-levee-immediate-du-mandat-darret-visant-oscar-rene-vargas/

Mónica Baltodano : Qu’est-ce que ce régime ? Quelles ont été les mutations le FSLN pour arriver à ce qu’il est aujourd’hui ? quest-ce-que-ce-regime-quelles-ont-ete-les-mutations-le-fsln-pour-arriver-a-ce-quil-est-aujourdhui/

Nicaragua. « Malgré les militaires : continuons ! Mobilisation permanente et coordonnée du peuple, par l’unité dans l’action »

DECLARACIÓN URGENTE POR NICARAGUA nicaragua-malgre-les-militaires-continuons-mobilisation-permanente-et-coordonnee-du-peuple-par-lunite-dans-laction/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.