Communiqué de la Plate-forme catalane pour le droit à ne pas être prostituée

Le débat sur la prostitution et la traite redémarre. Au niveau de l’État, IU et le PSOE présentent des initiatives législatives et des propositions visant à protéger les droits des femmes dans une perspective féministe et abolitionniste de la prostitution. Nous nous en félicitons, car ces mesures répondent à un problème urgent dans notre pays, un lieu de trafic et la destination de la traite internationale à des fins d’exploitation sexuelle et un leader en matière de consommation de la prostitution.

Nous espérons que ces initiatives signifient un engagement fort et durable envers la dignité des femmes, au-delà de tout calcul électoral.

Cependant, nous craignons que, en Catalogne, une série de forces progressistes – et, en particulier, la soi-disant « nouvelle politique » – tombe dans le piège d’une normalisation de la prostitution comme « travail du sexe », un concept qui donne de la crédibilité aux discours de proxénètes qui occultent les souffrances de milliers de femmes et de filles soumises à l’exploitation et à la violence.

Le PSC vient d’annoncer qu’il proposera une ordonnance municipale visant à soutenir les femmes exerçant la prostitution et à sanctionner les proxénètes et les prostitueurs (« clients »). Notre Plate-forme apportera un soutien total, en tant qu’espace féministe pluriel, à défendre les plus opprimées. Il s’agit d’aider les femmes, pas la prostitution – qui est un privilège machiste. Et cette dignité des femmes, au-delà de leur statut matrimonial, passe par des relations d’égalité dans tous les domaines, de politiques efficaces contre la féminisation de la pauvreté et contre le « tourisme sexuel » de la « marque Barcelone ».

Cette motion n’est pas une mesure prohibitionniste parce qu’elle rejette toute sanction envers les personnes prostituées.

Cette initiative s’inspire du modèle nordique qui concentre les politiques publiques sur la figure de l’homme qui impose le sexe à travers l’argent. D’autres initiatives adoptées dans le cadre de l’État commencent à définir la prostitution comme ce qu’elle est réellement : Non une « liberté sexuelle » des femmes mais une forme de violence sexiste très répandue dans notre société.

Plate-forme pour le droit de ne pas être prostituée. Barcelone, le 26/27/2018

Version originale : https://wp.me/p1O7e3-Hz

Traduction : TRADFEM, avec l’autorisation de AccioFeminista26N

https://tradfem.wordpress.com/2018/06/28/communique-de-la-plate-forme-catalane-pour-le-droit-a-ne-pas-etre-prostituee/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.