Des révoltes d’esclaves et l’abolition de 1848

Les révoltes d’esclaves, acteurs et actrices décisives de leur émancipation, la révolte Le Gaoulet de 1710 à la Martinique, celle de 1736 en Guadeloupe, les politiques de la Seconde République, l’importance du marronnage…

Des requêtes judiciaires de femmes esclaves à Cuba au XIXe siècle, le travail des femmes dans les plantations, les rapports familiaux, le droit de rachat, les ventes de libre comme esclave…

Ce que peut nous apporter les recherches archéologiques dans la connaissance de l’esclavage, la part d’héritage africain préservée malgré la rupture constituée par la traite, les sépultures et les rites funéraires…

L’abolitionnisme britannique, un mouvement anti-esclavagiste dirigé à l’origine contre la traite, les révoltes d’esclaves en 1816 à la Barbade et en 1823 en Guyane britannique, l’Acte d’abolition le 29 août 1833…

L’affranchissement des esclaves à Sainte-Lucie, deux résolutions de l’Assemblée Jamaïcaine du 11 décembre 1823, les revendications de liberté immédiate…

Les particularités de l’abolition en Guyane colonisée par la France, l’influence du clergé, les cultures vivrières, les esclavagistes, les réactions brutales des propriétaires brésiliens, la mortalité dans la période esclavagiste…

Les écrits créoles, l’oralisation-explication, la nécessité de lectures historiquement situées…

Le récit de la proclamation de l’abolition de l’esclavage en Guadeloupe, 27 mai 1848, la situation dans les colonies françaises versus celle dans les colonies britanniques, l’insurrection des esclaves de la Martinique, la décision des autorités locales de Martinique et de Guadeloupe d’anticiper l’abolition de l’esclavage…

Retour sur la Révolution de 1789 et la première abolition (Ne pas oublier que Napoléon – encore encensé – rétablira l’esclavage). Saint-Domingue, Sonthonax, « Face à l’insurrection des esclaves de la colonie, face à l’agitation des Libres de couleur, il négocie la liberté des uns pour garantir la continuité du travail de la colonie la plus importante de la France, celle qui est la première productrice de sucre », le code civil et la femme « éternelle mineure », continuités et discontinuités, la reconfiguration des rapports serviles par les propriétaires des outils de production…

Il ne nous faut pas oublier le Code noir de 1685, Il faut débaptiser les collèges et les lycées Colbert ! il-faut-debaptiser-les-colleges-et-les-lycees-colbert/et Louis Sala-Molins : Colbert, l’esclavage et l’Histoire : colbert-lesclavage-et-lhistoire/.

 

La nécessité d’étudier l’histoire – et la place des esclaves dans leur libération – contre les écritures enchantées de l’ordre et de la république coloniale.

.

Coordonné par Gilbert Pago

Actes du colloque du 21 mai 1997

150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage

Association Notre Histoire Caraïbe, 118 pages

Didier Epsztajn


 Du coordinateur :

L’insurrection de Martinique 1870-1871revisiter-les-rouages-de-la-violence-du-monde-colonial-post-esclavagiste/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.