Édito du N° 7 – Les utopiques : Mai 68, ce n’était qu’un début…

Que faire de Mai 68, 50 ans après ? Loin de nous l’idée de commémoration. Mais il n’est pas question de gommer ce qui est un des moments importants de l’histoire du mouvement ouvrier et populaire ; en France, mais pas seulement.

Mai 68, c’est la révolte de la jeunesse. Mais pas seulement.

Mai 68, c’est Nanterre, la Sorbonne, l’Odéon, les Beaux-arts, le Quartier latin. Certes.

Mai 68, c’est la (contre) culture, la liberté sexuelle, l’ordre patriarcal remis en cause. Sans nul doute.

Mai 68, c’est le Vietnam contre l’impérialisme américain, le printemps de Prague contre l’impérialisme soviétique.

Mais 68, c’est aussi et surtout une grève générale suivie par des millions de personnes en France, des grèves et des manifestations un peu partout dans le monde. Les années 68 sont celles de luttes ouvrières et populaires offensives.

Beaucoup a été écrit sur 68 à l’occasion des anniversaires (10ème, 20ème, 30ème, 40ème !) ; essentiellement des analyses d’une multiplicité d’auteur.es, plus commentateurs et commentatrices qu’acteurs et actrices. Nous proposons ici des témoignages de salarié.es ayant vécu cette période intense ; la plupart disent qu’elle a modifié leur vie. D’un texte à l’autre, on relèvera parfois des affirmations contradictoires1. C’est la réalité de la pluralité des points de vue et des témoignages en général, surtout cinquante années après les faits.

De Renault à la SNCF, de Besançon à Paris, des Chèques postaux à la Marine nationale, de Billancourt à Caen, de Lip à la SAVIEM, de Flins à Tours… des camarades nous apportent leurs témoignages sur ces années 68. Un prolongement à l’utile rappel « sous la plage, la grève »… Suit, un panorama de 68 dans le monde, avec des focus sur les Allemagne(s), l’Etat espagnol, l’Italie, le Sénégal, l’Uruguay, la Tchécoslovaquie, l’URSS, le Japon et la Guadeloupe.

Si nous tenons à remettre au premier plan l’action des travailleurs et des travailleuses, parce que telle fut sa place dans cette histoire et du coup l’Histoire, il n’est pas question d’effacer toutes les autres dimensions de 68 : de l’UNEF et du Mouvement du 22 mars à l’Université d’aujourd’hui, du rôle des paysans et paysannes au mouvement féministe, du cinéma aux Beaux-arts, du front homosexuel à la révolution… Nous le faisons en privilégiant, là aussi, la narration de vécus.

Tout cela n’a d’intérêt que lié aux temps présent et futur. Mai 68 et la CGT, Retour sur Mai 68Mai 68 un enjeu bien actuel, Quelque chose de 68, tracent des perspectives en ce sens. Toutes les contributions du présent numéro partent d’histoires individuelles et collectives différentes ; cela en fait la richesse. Grève de masse, auto-organisation, action syndicale politique, liens entre mouvements ouvrier, étudiant et paysan, pouvoir populaire et autogestion, légitimité et fédération des différents fronts de lutte, démocratie syndicale, négociations sociales et rupture avec l’ordre établi, … Bien des champs sont ouverts !

Puisse cette publication contribuer à « renouer avec la puissance émancipatrice de Mai 68, pour ouvrir aujourd’hui des perspectives » !

Sommaire :

Les utopiques n°7 – Avril 2018 : Mai 68, ce n’était qu’un début… les-utopiques-n7-avril-2018-mai-68-ce-netait-quun-debut/ 


Ah, les sifflets de Billancourt lorsque Séguy présente le résultat de Grenelle ! Contre Séguy ? Contre Grenelle ? Un peu des deux ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.