Et je veux encore décider de ma vie

La liberté, des pays traversés ou en mémoire, « ouvrez les frontières ! », une chanson, « sous le ciel peint d’un liseré de vermeil », l’ébauche d’une fenêtre dans les nuages, le vent, l’entassement humain dans un bus, la « solitude rouge », le cortège des roses noires, des femmes du labeur, l’« expression de quelques yeux rieurs », après et avant…

Des airs de musique, « pour gagner les étoiles là-haut en champ de fleurs », les couleurs et les arômes, les vagues, les cendres des murs calcinés, « derrière les barreaux d’une prison », le sel de la terre, le mot « Syrie », celles et ceux ici échoué·es « jusqu’au bout de l’espérance »…

Les roches du Hoggar, l’espoir, « renverser l’impossible », le ventre creux des affamé·es, les brulures, « les reflets de nous-mêmes », Mélody…

Des robots, des machines de remplacements…

El pueblo unido, promener son angoisse, la et les nuits, la couleur de la peau, le bel habit noir de velours…

Une liste « comme on édifie le sombre bûcher de la pourriture ».

Sandrine Malika Charlemagne : Sauvez la beauté

29 poèmes

La courte échelle / éditions transit, Marseille 2018, 40 pages, 10 euros

Didier Epsztajn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.