Aux marges de l’emploi

Catherine Charron

Aux marges de l’emploi

Parcours de travailleuses domestiques québécoises, 1950-2000

La reconnaissance du travail ménager occupe les féministes depuis des décennies. Mais qu’ont à dire celles qui en ont fait leur gagne-pain, les travailleuses de l’ombre par excellence ? Dans ce livre, Catherine Charron examine le travail domestique rémunéré au Québec entre les années 1950 et 2000. Elle expose les parcours d’une trentaine de femmes de la région de Québec et leur donne la parole. Dans un contexte où le marché du travail subit de profondes transformations, les boulots domestiques, loin de disparaître, se reconfigurent et continuent d’occuper une part non négligeable de la main-d’œuvre féminine. Tandis qu’une proportion croissante de femmes ont un meilleur accès à la scolarisation et au salariat, de nombreuses autres se trouvent refoulées dans diverses filières d’emplois domestiques: la garde d’enfants, l’aide à domicile pour les personnes âgées, les travaux d’entretien ménager.

Les trajectoires des femmes interrogées par Catherine Charron, nées entre 1914 et 1958, illustrent le rapport changeant des femmes à l’emploi et à la famille à partir des années d’après-guerre ainsi que leurs réalités hétérogènes. À l’intersection du public et du privé, le travail domestique rémunéré s’exerce dans la continuité du travail gratuit assigné aux femmes au sein de la famille et de la communauté, ce qui contribue à le rendre invisible. Aux marges de l’emploi révèle cette face cachée de l’économie marchande et domestique, incontournable dans toute réflexion sur le travail, et rend justice à celles qui l’incarnent.

978-2-89091-614-2 • 264 pages • 15 x 23 cm 24,95$ • aussi en PDF et ePub


« Si le partage des tâches dans la famille demeure une question irrésolue, qu’en est-il en effet de la répartition du travail domestique à l’échelle de la société ? Sur qui reportons-nous cette charge quotidienne, et qu’est-ce que cela nous dit sur les rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes et entre les femmes elles-mêmes ? » – Catherine Charron

Je me disais « Regarde-moi ! Moi, femme de ménage ! ». Tu sais, j’avais du caractère, je me disais : « Bien voyons donc, voir si je vas rester là-dedans ! ». Mais non, la vie me ramenait là tout le temps. – Mme Côté, née en 1954

C’est plus comme c’était avant, le travail domestique. On n’est plus des esclaves. Notre travail est reconnu et apprécié. Heille, à cette époque-là [au début des années 1960], tu travaillais pas dans une maison privée, t’étais une servante. À cette époque-là, je connaissais une personne qui travaillait dans une maison privée avec le tablier puis le petit bonnet puis elle mangeait pas à la même table que les patrons. Oh non ! Oh non ! – Mme Rochette, née en 1944

Des fois, je dis « femme de ménage », des fois « préposée à l’entretien », on dirait que c’est plus chic en 2010. […] Alors, des fois, il y en a qui disent pas un mot, leur réaction est pas très forte. Ou il y a un petit moment de silence. – Mme Gauthier, née en 1951


Engagées, critiques et libres, les Éditions du remue-ménage publient depuis 1976 des livres féministes. 

Les Éditions du remue-ménage 

CP 65057 BP Mozart, Montréal (Québec) H2S 2S0

Tél. : 514. 876-0097

info@editions-rm.ca 

www.editions-rm.ca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.