Pourquoi les femmes du monde entier prévoient de faire grève le 8 mars

Grève du 8 mars. Entretien avec Cinzia Arruzza et Tithi Bhattacharya

Cinzia Arruzza : Je m’appelle Cinzia Arruzza. Je suis l’une des organisatrices aux États-Unis de la grève internationale des femmes.

Tithi Bhattacharya : Je suis Tithi Bhattacharya. Je suis professeure à l’université Purdue. J’ai été l’une des organisatrices de la grève internationale des femmes aux États-Unis l’an dernier et je fais la même chose cette année.

Sarah Jaffe : Commençons à parler un peu de la grève cette année. Quels sont les plans et pourquoi avez-vous décidé de le faire à nouveau cette année ?

TB : Je pense que tout le monde se souvient du contexte de la grève de l’année dernière, qui a commencé avec un niveau extraordinaire de coordination internationale parmi les féministes du monde entier. Cette année, le contexte est le même et, dans le cas des États-Unis, il a été aggravé d’une façon ou d’une autre par l’élection de Donald Trump. La conclusion logique était que cette action se répète cette année, à l’échelle internationale et aux États-Unis.

CA : Le 25 novembre a également eu lieu une journée internationale contre la violence sexiste. Malheureusement, pas aux États-Unis, mais il y a eu des manifestations massives partout dans le monde. Le succès de cette journée de mobilisation a également donné l’impulsion à l’idée qu’il était possible d’organiser une nouvelle grève cette année.

SJ : Parlons de l’histoire des grèves féminines, parce que c’est quelque chose qui dure depuis plusieurs décennies dans le mouvement féministe, mais qui revient maintenant au premier plan.

CA : Les grèves de femmes ne sont pas exactement une nouveauté. Un précédent s’est produit dans les années 1970 avec la grève des femmes en Islande pour l’égalité des salaires1. Il y a deux ans, le mouvement féministe polonais a décidé de reprendre cette forme de lutte et d’organiser une grève des femmes en Pologne contre l’interdiction de l’avortement dans leur pays. La même chose s’est produite en 2016 en Argentine, avec des vagues de grèves et de mobilisations de femmes contre la violence sexiste.

À partir de là, et surtout vu le grand succès de ces mobilisations et des grèves en Argentine et en Pologne, l’idée d’organiser une grève internationale le 8 mars est apparue. Les grèves des femmes sont un instrument de mobilisation très puissant pour le mouvement féministe, car elles exposent non seulement la victimisation des femmes, mais aussi le pouvoir des femmes dans la mesure où elles sont des travailleuses qui travaillent beaucoup sur le marché. Travail formel comme dans le domaine de la reproduction sociale, à la maison, etc. Très souvent, ce travail n’est pas reconnu ou évalué correctement.

TB : Même l’année dernière, quand elle a été appelée, il y avait une certaine réticence à propos du mot grève, parce que, comme on le comprend généralement, la grève signifie arrêter de travailler dans le lieu de production. C’est une définition très importante et très puissante du terme, mais le mot grève a d’autres applications historiques, comme vient de le mentionner Cinzia.

Je pense que l’une des choses que nous avons trouvées très faciles à aborder dans le contexte de l’année dernière, ainsi que cette année, est la différence entre une grève au travail et une grève politique. Il me semble que la grève des femmes est une contribution très importante à la tradition de la grève politique, car dans le contexte du déclin néolibéral du degré de syndicalisation à l’échelle mondiale, en raison de l’attaque massive des syndicats depuis les années 1970 par l’élite dirigeante mondiale, je pense que les gens de la classe ouvrière ont perdu dans une large mesure l’arme la plus puissante qu’ils avaient pour la grève sur le lieu de travail, à savoir les syndicats.

Je pense que, dans ce contexte, une grève politique est très importante, car ce qui s’est passé le 8 mars dernier, précisément aux États-Unis, a été qualifié de grève. Nous avons fait de notre mieux pour maintenir cette identification du mot, mais ce qui en est résulté, c’est qu’il y a eu une intense discussion politique sur la relation entre les mobilisations associées au travail et celles qui sont en dehors de celui-ci. Nous croyons fermement qu’à une époque où la capacité d’agir sur le lieu de travail a été perdue, la grève politique est un moyen utile de reprendre ce débat et peut-être de retrouver cette capacité de mobilisation sur les lieux de travail.

SJ : Nous avons assisté à l’éveil de l’intérêt pour l’idée d’une grève politique, notamment aux États-Unis depuis l’élection de Trump. C’est intéressant à un moment où les syndicats, particulièrement dans ce pays, mais aussi à l’échelle mondiale, sont en lutte.

CA : D’une certaine manière, cela reflète le fait que la classe ouvrière est privée de l’un des moyens de lutte et de protestation les plus cruciaux, qui est généralement reconnu dans d’autres démocraties libérales. Je ne parle même pas de formes insurrectionnelles de lutte. Des grèves politiques ont lieu dans un certain nombre de pays. Elles sont légales , elles sont reconnues et elles sont un instrument très puissant lorsqu’il semble impossible de questionner le gouvernement ou de l’influencer par d’autres moyens.

J’espère que l’attrait que connaît en ce moment la grève politique permettra de rouvrir efficacement le dialogue politique, de lancer une campagne politique pour la réforme de la législation du travail et de reposer véritablement, à travers une réflexion approfondie, ce que devrait être le droit du travail aux États-Unis. Parce que ce pays a la législation du travail la plus antidémocratique parmi les démocraties libérales. C’est vraiment une situation très exceptionnelle.

TB : En ce qui concerne la grève politique, il y a deux choses vraiment importantes. Une des choses importantes dont nous devons nous souvenir maintenant, c’est que la question du travail des femmes est au premier plan, c’est que la raison pour laquelle les gens font la grève, c’est parce qu’ils vivent dans des conditions terribles. Ils ne font pas nécessairement grève en raison de leur emploi, mais parce que leur emploi est un moyen pour eux de vivre leur vie, et ensuite, lorsque ces conditions se détériorent, les gens prévoient faire quelque chose à ce sujet à leur travail.

Cette relation entre vie et travail est souvent oubliée par les bureaucraties syndicales. Elles aiment traiter les syndicats comme un autre type de petit espace salarié dans lequel les luttes ouvrières sont négociées comme de simples contrats. Cependant, pour les travailleuses, ce qui compte n’est pas la négociation contractuelle, mais leur vie et leurs conditions de vie.

Une grève politique fournit un contexte plus large et plus profond à la signification de la lutte et aux avantages que l’on peut tirer de la lutte et de la solidarité. Je pense, en particulier dans ce contexte que les grèves politiques jouent le rôle crucial de rappeler aux gens le lien entre la condition des travailleurs et travailleuses et les conditions de travail, la façon dont ils sont reliés entre eux et ont besoin de l’être.

SJ : Cette grève se produit en plein essor du mouvement #MeToo. Parlez-nous de ce contexte, dans lequel il y a une discussion renouvelée sur le harcèlement sexuel et la violence sexuelle et comment cela contribue à la grève de cette année et au travail organisationnel.

CA : Je pense que nous devrions également voir un lien entre la vague de mobilisations féministes à travers le monde depuis un an et demi et l’explosion de la campagne #MeToo. Le mouvement #MeToo a été un moment très important aux États-Unis et au niveau international, parce qu’il a mis en lumière ce que beaucoup de femmes savaient déjà, que le harcèlement sexuel et la violence sexuelle font partie de la vie quotidienne de la plupart femmes, à la fois au travail et à la maison et dans la rue. Sans aucun doute, la violence machiste exige une réponse collective. Ainsi, de ce point de vue, la grève des femmes n’est pas vraiment une alternative à #MeToo, mais plutôt une contribution ou une tentative de réponse collective à l’isolement produit par la victimisation.

L’idée est que le pas à faire après #MeToo, après avoir signalé individuellement tout le harcèlement et la violence que nous avons subie dans notre vie, il doit aussi y avoir le temps de s’organiser et de répondre collectivement. Sinon, les conditions structurelles qui permettent à cette violence machiste de continuer ne sont pas combattues. L’un des dangers de l’attention actuellement accordée aux problèmes de violence sexiste est que nous allons nous débarrasser de quelques harceleurs haineux, certains célèbres et d’autres moins célèbres, et tout cela est correct bien sûr. Je suis contente de ce moment de catharsis, d’une certaine manière. Mais cela ne résoudra aucun problème.

Le vrai problème n’est pas qu’il y a des méchants. Le vrai problème est l’existence de conditions structurelles qui permettent la violence sexiste et la violence sexuelle et leur impunité. Nous avons appris au cours des derniers mois à quel point les femmes sont harcelées et maltraitées en tant que telles sur le lieu de travail, mais cela doit sans aucun doute être dû à la nature hiérarchique des relations de travail sur les lieux de travail, avec le manque de pouvoir que les travailleuses ont.

Aussi, de ce point de vue, le manque de syndicalisation, l’absence de droits du travail aux États-Unis, créent évidemment de nouvelles conditions de violence sexiste, car les femmes auront toujours peur de dénoncer un partenaire ou un employeur, précisément parce qu’elles se rendent compte qu’elles n’ont aucun type de protection. Elles se rendent compte qu’elles manquent d’organisation, d’infrastructure collective qui leur permettrait de défendre réellement leurs intérêts.

TB : J’ajouterai trois questions très précises sur le mouvement #MeToo qui, selon moi, intéressent les initiatrices de la grève du 8 mars. Ce sont les questions qui sous-tendent la décision de pourquoi nous nous sommes adressés à #MeToo afin d’organiser la grève. La première est : Quand vous souvenez-vous avoir vu pour la dernière fois des commentaires sur les conditions de travail dans le New York Times ? C’est ce que #MeToo a réalisé. Nous n’avons jamais vu autant d’articles dans les médias grand public sur les conditions de travail des femmes. Oui, pour la plupart, on a parlé de violence sexuelle, mais en même temps, cela a montré à quel point le travail est dictatorial et brutal pour la majorité des femmes, ainsi que pour la plupart des gens en général. Je n’avais jamais vu autant de commentaires sur les conditions de travail. C’est un phénomène qui mérite d’être applaudi car, pour la première fois depuis de nombreuses années, nous voyons surgir des questions sur ce que signifie être travailleuse dans ce pays.

La deuxième est la conscience, auparavant réservée aux socialistes et aux radicaux dans ce pays, mais qui s’est généralisée et qui, depuis le début du XXe siècle, connaît une augmentation remarquable des droits des femmes et de la participation des femmes dans la sphère publique et dans le monde du travail. Grâce à la lutte, nous avons réussi à améliorer nos vies en tant que femmes. Mais en même temps, je pense que ce qui s’est passé, c’est que les droits de la classe ouvrière ont été réduits, en particulier depuis les années 1970 et 1980 avec la montée du néolibéralisme. Nous avons maintenant une situation contradictoire dans laquelle nos droits en tant que femmes se sont améliorés au fil des ans, mais les droits des travailleurs et des travailleuses ont diminué. Ce qui signifie que sur le lieu de travail, en particulier, les femmes sont vulnérables.

La solution que le capitalisme nous a offerte est la suivante : « puisque vous pouvez vous améliorer en tant que femme, chacun doit prendre soin d’elle-même ». La solution proposée aux mauvaises conditions de vie et de travail des femmes pauvres a, bien sûr, été la suivante : vous pouvez vous améliorer et devenir un directeur général. C’est le deuxième phénomène.

Le troisième, qui est très importante pour notre propos, est : Comment réagissons-nous ? Nous savons tous qu’il y a de la violence domestique à des niveaux horribles aux États-Unis et dans le monde, mais l’avantage d’une discussion en milieu de travail, dans ces conditions, c’est qu’il y a des témoins et des gens qui ont vécu la même chose. Ce sont vos collègues et ils ont le même méchant patron violeur. Il y a une confiance collective parce qu’on a traversé cette expérience collective et cela explique, je pense, pourquoi la voix de la campagne #MeToo est amplifiée, car elle vient d’un lieu de résistance collective.

SJ : Parlez-nous de l’organisation de la grève de cette année. Qu’est-ce qui a été planifié jusqu’ici, et aussi du travail de solidarité internationale ?

TB : Au niveau international, j’ai eu quelques conversations téléphoniques avec des organisateurs d’autres pays et en fait les choses vont très bien dans différentes parties du monde, notamment en Italie, en Espagne, en Pologne, en Argentine et dans d’autres pays latino-américains. Au Royaume-Uni, où j’étais le mois dernier, le principal centre d’organisation s’appelle l’Assemblée de grève des femmes et ils font un travail fabuleux le 8 mars avec les débats en cours et l’organisation d’une grève universitaire qui est en préparation. Ils entretiennent des contacts avec les membres des facultés à travers le Royaume-Uni pour coordonner les actions face à la grève et les organisatrices britanniques n’arrêtent pas de venir participer à des réunions préparatoires, etc.

Aux États-Unis, le plan prévoit que le 8 mars, nous cesserons de travailler pendant une heure dans tout le pays pour montrer aux employeurs et à ceux qui les soutiennent à la Maison-Blanche que parce que nous produisons de la richesse dans la société, nous pouvons arrêter de produire cette richesse et faire que la société cesse de fonctionner. C’est un rappel symbolique de notre pouvoir en tant que femmes et travailleuses. Nous collaborons avec plusieurs syndicats pour y arriver.

CA : Nous avons réactivé une sorte de comité national de planification qui est essentiellement un réseau de diverses militantes venant de tout le pays qui consacrent volontairement leur temps et leur travail à cette grève. À New York, nous avons fait un lancement public de la grève avec un groupe de conférencières merveilleuses, dont certaines sont incroyablement bonnes. D’une certaine manière, par exemple, cet acte montrait le type d’énergie, mais aussi le genre de femmes que la grève vise à organiser, en particulier les femmes qui travaillent, les femmes appartenant à des minorités qui, sans participer à la grève, mènent de nombreuses luttes sur leur lieu de travail, contre le service d’immigration, etc., et parfois ils obtiennent quelque chose et démontrent ainsi que l’action collective parfois débouche sur une réussite.

Nous croyons qu’il y aura des manifestations et des marches et départs collectifs dans la plupart des grandes villes des États-Unis. Il y a déjà des organisatrices qui se préparent pour la grève à Los Angeles, dans la Bay Area de San Francisco, à Portland, à Philadelphie. Nous recevons également beaucoup de contacts, de courriels, de messages de personnes intéressées, qui ont lu, par exemple, l’article que nous avons publié dans The Guardian appelant à une grève aux États-Unis cette année, et qui est intéressé à collaborer.

C’est un effort totalement volontaire basé sur des organisations de base. C’est autofinancé. Les gens consacrent leur temps et leur travail volontairement et – c’est aussi beau – autour de l’organisation de la grève nous consolidons une zone de féminisme anticapitaliste qui propose une alternative au genre de féminisme entrepreneurial et individualiste qui a dominé ces dernières années. Je pense qu’il y a un espace et une volonté politique, du moins si l’on en juge par la réponse que de nombreuses militantes féministes du pays donnent à l’idée de s’organiser pour la grève et l’enthousiasme avec lequel elles travaillent sur le projet.

Bien sûr, ceux qui souhaitent collaborer peuvent nous contacter via le site internet ou le compte Facebook et organiser la grève dans leur ville.

http://inthesetimes.com/working/entry/20900/international-womens-strike-march-8

Sarah Jaffe

24/02/2018 | tiré de Viento sur

PTAG a traduit la version espagnole.

http://www.pressegauche.org/Pourquoi-les-femmes-du-monde-entier-prevoient-de-faire-greve-le-8-mars


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.