Nommer la violence, reconnaître ses victimes, briser le silence

Dans son introduction, introduction-a-louvrage-de-richard-poulin-une-culture-dagression-masculinites-industries-du-sexe-meurtres-en-serie-et-de-masse/ publiée avec l’aimable autorisation de l’auteur, Richard Poulin interroge : « Pourquoi des hommes agressent-ils sexuellement des femmes, des enfants ou d’autres hommes ? Pourquoi des hommes payent-ils pour des relations sexuelles ? Pourquoi consomment-ils de la pornographie ? Pourquoi battent-ils leur compagne ? Pourquoi tuent-ils leur conjointe et leurs enfants, ou exclusivement leurs enfants ? Pourquoi prennent-ils les armes pour massacrer leurs collègues d’étude, de travail ou des gens à l’église, à la mosquée, à la synagogue, ou encore tirent-ils de façon aléatoire sur des cibles qui leur sont inconnues ? Pourquoi sont-ils des meurtriers en série à caractère sexuel ? »

L’auteur aborde les viols, les meurtres de femmes, la pornographie sous l’angle de la haine des femmes. Il discute de l’impunité des harceleurs et des agresseurs sexuels, de la prostitution et de l’invisibilisation et des prostitueurs, de l’industrie mondialisée du sexe, de la légitimation et la légalisation de cette industrie, des violences dites domestiques, de féminicide, de « culture d’agression ».

Richard Poulin souligne aussi le diktat des apparences, les transformations chirurgicales corporelles, les phénomènes d’hyper-sexualisation, le retour de la femme-objet, la sexualité de performance sous les impacts de la pornographie, les réactions masculinistes aux avancées de l’égalité des droits…

L’auteur analyse les meurtres de femmes, comment des hommes conçoivent leur partenaire comme une propriété, la préméditation, les significations sexistes des violences, les guerres et les lieux de « repos » au profit des soldats, les lieux dédiés « à la suprématie masculine », la construction des femmes comme « objets de désirs » et non comme « sujets de parole ».

Contre les silences imposés, les invisibilisations construites, les réductions des actes à des dimensions psychologiques, le refus de prendre en compte les rapports sociaux de sexe et la domination systémique des hommes sur les femmes, ce livre peut « aider à briser le silence et à réfléchir sur ces masculinités qui exploitent, agressent, violent et tuent… »

.

En un premier texte, en guise de « prolégomènes », Richard Poulin revient, entre autres, sur le marquis de Sade, le culte de l’argent, la satisfaction immédiate de n’importe quel désir, l’agression comme acte d’appropriation du corps ou du sexe d’autrui, le plaisir des uns sans considération du désir des autres, la réduction des relations interpersonnelles à des échanges marchands…

L’auteur analyse la pénétration de la marchandise « dans le domaine des moeurs », la mondialisation néo-libérale et les inégalités sociales, la marchandisation des corps et du vivant, « Ce processus de marchandisation opère inévitablement au prix d’une violence sociale considérable ». Il rappelle que la marchandise n’est pas une « chose » mais qu’elle est fondamentalement « un rapport social » et en souligne des effets en termes de chosification, objectification, soumission, subordination, domination ou exploitation.

Pour en rester dans les domaines traités dans le livre, par exemple, dans les industries du sexe, « les marchandises humaines ont la particularité de disposer d’un double avantage – ils sont à la fois un bien et un service – et donc de pouvoir rapporter de deux façons ». Mais l’accès aux marchandises ne peut donner qu’une satisfaction partielle et temporaire « tout en créant une insatisfaction permanente ». Le culte de la marchandise, et ici précisément du sexe-marchandise, participe bien au maintien, voire au renforcement, des rapports sociaux asymétriques, à la poursuite de la domination. Et le paiement de l’« acte sexuel » permet au prostitueur de se dédouaner par transfert de la responsabilité sur la personne qui reçoit l’argent (il ne faut cependant pas oublier dans ce circuit, les proxénètes). Rôle de l’argent, location du corps d’autrui, sentiment de supériorité des uns et déshumanisation des autres, subordination des corps comme source plaisir, consommation rapide et réduite à l’éjaculation, absence de réciprocité et demande de simulation du plaisir ressenti, survalorisation de la place du pénis…

Richard Poulin analyse les rapports entre domination et soumission sexuelle, les rhétoriques sur la « nature féminine », le rôle et les fonctions de la pornographie, le devoir de « performance », les diktats de beauté-jeunesse-sveltesse anorexique- « féminité » exacerbée, les nouvelles prescriptions corporelles, la saturation de l’espace par les corps dénudés (de femme), l’injonction de jouir, l’invasion des représentations sexuelles pornographiques.

L’auteur insiste sur les nouveaux modèles engendrés par la culture pornographique, son rôle dans la constructions des images et des souhaits, des normes et des désirs, ce qui affecte l’estime de soi, « Que des hommes soient capables d’avoir une érection pour des objets synthétiques totalement dociles et jouir en dit sans doute long sur eux en particulier et sur la société masculine en général ».

Derrière une soit-disante libération (pour qui ?) le narcissisme, le culte de la performance, des formes exacerbées du souci de l’apparence, les chirurgies plastiques, les corps comme enjeux et symboles de pouvoir, le déplacement des contradictions et les réaménagements des rapports sociaux pour maintenir, par l’oppression des femmes, un ordre social profondément inégalitaire et agressif.

.

Sommaire :

Introduction Une culture d’agression

Valeur vénale, domination sexuelle et tyrannie narcissique de l’apparence. Sexe objectifié et sadisme culturel, valeur-venale-domination-sexuelle-et-tyrannie-narcissique-de-lapparence-sexe-objective-et-sadisme-culturel/

Première partie Prostitution

Violence, pouvoir masculin et prostitution

Crime organisé, trafic des migrantes et traite des êtres humains

Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines

Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux

Deuxième partie Pornographie

La pornographie comme faire-valoir sexuel masculin

La tyrannie du nouvel ordre sexuel. Cinquante ans après la naissance de Playboy

Apparence, hypersexualisation et pornographie

Pornographisation : adocentrisme, juvénalisation des femmes et adultisation des filles

Troisième partie Tueries

Une violence chargée de sens

Misogynie et racisme, les fondements des meurtres en série

Misogynie et meurtres de masse : tendances sociales avant et après le drame de la Polytechnique

.

Richard Poulin met en rapport les expressions des « masculinités », les rapports prostitutionnels, la pornographie, le « nouvel ordre sexuel », la misogynie, le racisme et les meurtres de masse. L’auteur insère ces expressions de la « culture d’agression » dans la phase néolibérale du capitalisme. Loin des réductions psychologiques, il s’agit bien de prendre en compte les effets et les comportements au sein des rapports sociaux actuels, de comprendre les logiques de marchandisation et leurs effets sur les modalités historiques de dominations ici particulièrement, de la domination des hommes sur les femmes.

Je ne souligne que certains éléments. La place de l’industrie du sexe dans l’économie mondiale, son orientation vers le plaisir masculin, le tourisme sexuel, les modalités de fabrication des marchandises particulières que sont les corps des femmes, les violences quotidiennes, le trafic des migrant·es, l’économie déréglementée et le crime organisé, le système prostitutionnel en temps de guerre ou plus généralement militaire…

Richard Poulin présente des études détaillées sur les différentes positions institutionnelles autour de la prostitution, réglementation, déréglementation, libéralisation, abolition, inaliénation du corps, conventions internationales, bordels, zones réservées… Il analyse des situations et des discours, des intérêts bien concrets de certains, des conséquences pour les personnes prostituées et/ou trafiquées.

« La victoire du néolibéralisme dans les années 1980 a permis une accélération de la soumission à la monétarisation des rapports sociaux ce qui s’est traduit par un essor considérable des industries du sexe. Les femmes et les filles du monde entier en paient un lourd tribu ».

La pornographie est abordée comme « faire-valoir sexuel masculin ». L’auteur parle de banalisation du sexisme, de construction des images (un « régime d’images » et des corps, des regards masculins et des diktats de présentation pour les femmes, de représentation et de simulacre, de réduction de la sexualité à des performances pénétratives, de morcellement du corps des femmes, d’érotisation de la violence, de « représentation exorbitante de la réalité », de la « jouissance » masculine primant le tout…

« La pornographie ne constitue donc pas un univers fermé sur lui-même qui n’aurait rien à voir avec la vie de tous les jours, une espèce d’enclos sans aucune réalité sociale, économique ou politique. La pornographie est, au contraire, engendrée dans et par une société précise. C’est un lieu de cristallisation idéologique où s’exprime la philosophie d’une époque et où une multitude masculine apprend un discours qui aide à ancrer et à perpétuer sa domination ».

Je souligne particulièrement le chapitre « Apparence, hypersexualisation et pornographie », le « porno chic », la mode hyper-sexualisée, la transformation de femmes en « nymphettes », l’existence réduite au regard de l’autre, la séduction et la consommation, l’exhibition et les normes à suivre, le corps féminin transformé et mutilé, l’anorexie des mannequins, les influences sociales de la pornographie, « Ce sont les regards des hommes qui décident des corps des femmes »…

Les tueries de masse, la haine des femmes, la réduction des massacres à « des causes attribuables uniquement à des facteurs individuels, en psychologisant à outrance le cas (« tueur fou », « forcené », « malade »), en reléguant le tout dans le domaine du fait isolé, on arrive à désamorcer, sinon à nier l’aspect politique du meurtre ». Richard Poulin insiste sur les dynamiques sociales qui sous-tendent de tels actes. Il analyse les homicides de masse et en série. L’auteur souligne qu’il convient de prendre en compte les « cibles » pour comprendre le « noyau sociologique de l’acte ». Il traite notamment des meurtres de personnes prostituées. Il convient de refuser les explications strictement individualisantes pour aborder les phénomènes sociaux.

« En réduisant la question de cette violence indicible à une explication privée, individuelle, psychologique, on évite de remettre en question le système social et sa dynamique intrinsèque, au profit du renforcement des mécanismes répressifs de l’Etat ou de la violence privée »

Un livre d’une grande actualité. Des analyses à mettre en relation avec les dénonciations du harcèlement sexuel, des violences contre les femmes, de l’inégalité économique et politique des femmes, d’un ordre social profondément structuré par le sexisme et le racisme.

.

Richard Poulin : Une culture d’agression

Masculinités, industries du sexe, meurtres en série et de masse

M éditeur, 2017 Saint-Joseph-du-Lac (Québec), 260 pages

Didier Epsztajn

.

De l’auteur :

Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes, hypersexualisation-erotisation-et-pornographie-chez-les-jeunes/

Interview de Richard Poulin par Irene Hernández Velasco : « Les hommes ne veulent pas voir ce qui se cache derrière la prostitution », les-hommes-ne-veulent-pas-voir-ce-qui-se-cache-derriere-la-prostitution/

Sexualisation précoce et pornographieinfantilisation-des-femmes-et-sexualisation-des-enfants/

Valeur vénale, domination sexuelle et tyrannie narcissique de l’apparence : Sexe objectivé et sadisme culturelvaleur-venale-domination-sexuelle-et-tyrannie-narcissique-de-lapparence-sexe-objective-et-sadisme-culturel/

Richard Poulin et Yanick Dulong : Les meurtres en série et de masse, dynamique sociale et politiqueon-ne-peut-reduire-au-seul-aspect-individuel-cette-violence-qui-represente-a-la-fois-un-acte-personnel-et-un-processus-social/

Avec André Frappier et Bernard Rioux : Le printemps des carrés rouges. Lutte étudiante, crise sociale, loi liberticide et démocratie de la rueL’éducation est un droit, non un privilège réservé aux plus nantiEs, elle doit donc échapper à la sphère marchande

Avec Emmanuel Delgado Hoch, Patrick Le Tréhondat et Patrick Silberstein : Préface au livre de C.L.R. James : Sur la question noire aux Etats-UnisPréface au livre de C.L.R. James : Sur la question noire aux Etats-Unis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.